ANDROGYNE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La figure plastique de l'androgyne que nous transmet l'Antiquité sous les espèces de l'Hermaphrodite couché est remarquable moins par ses caractères bisexuels, qui se trouvent effacés, que par l'indifférence ou plutôt la sérénité dont celui-ci fait preuve. Lorsque Freud cherche à rendre compte de la « bisexualité originaire », il se réfère au mythe d'Aristophane rapporté par Platon dans Le Banquet : l'humanité était constituée d'êtres à quatre bras et quatre jambes, en forme de boule, qui se révoltèrent contre Zeus et qui furent châtiés par leur séparation en deux, effectuée par le maître des dieux et achevée par Hermès. Dès lors, les corps des humains portent des endroits percés — ceux qu'Hermès a aménagés dans son travail de réparateur, après la couture — et chaque moitié de l'androgyne primitif cherche sa moitié complémentaire : c'est cela que les hommes appellent amour. Qu'ils se présentent sous la forme de l'androgyne primitif, proche de l'œuf orphique séparé en morceaux de monde, ou sous celle d'un éphèbe féminisé, l'androgyne et l'hermaphrodite ont perdu la signification cultuelle qu'ils pouvaient avoir et que les historiens de l'Antiquité ont, depuis peu, restituée.

En Grèce, ainsi que dans l'Asie Mineure, existaient des rites de bisexualité ; les devins, les shamans, ancêtres des philosophes, portaient des robes de femmes (comme en témoigne l'iconographie du dieu Dionysos) ; la biographie de l'un d'eux, Tirésias, comporte des traits bisexuels : il fut successivement homme et femme, ce qui fut la cause même de sa cécité et de ses dons prophétiques. Le pouvoir divinatoire est donc lié à la bisexualité, qui est manifeste dans le geste rituel de l'anasyrma : l'homme travesti en femme relève ses robes sur son sexe, geste sacré qui renvoie à l'origine des hommes, à la procréation mythique. Marie Delcourt montre bien (Mythes et rites de la bisexualité) que le mythe de l'androgyne trouve son aboutissement dans le mythe de l'oiseau phénix : il n'a pas de géniteur et s'engendre lui-même, dans le processus de combustion mystique où un bûcher lui sert de cercueil et de matrice. Le mythe de Kaineus, ex-Kainis, fille du roi des Lapithes, fait la transition entre l'androgyne et l'oiseau : à la suite d'un viol, elle demande et obtient d'être transformée en un homme, ce qui la rend invulnérable. Pour la vaincre, il faudra accumuler sur son corps des troncs d'arbre d'où sort un oiseau magique. Le mythe du phénix a une histoire précise : celui-ci s'implante à Rome, où il devient le support de l'apothéose des empereurs, sous l'aspect de l'aigle mythique, porteur d'androgynie et d'immortalité ; lorsque le christianisme se répand à Rome, le phénix accompagne les images du Christ. L'androgynie renvoie donc à l'immortalité et, en vertu d'une lecture psychanalytique, à un refoulement de la procréation : l'androgyne s'engendre lui-même, puisqu'il possède les deux caractères sexuels qui, hors de lui, demandent une rencontre pour produire un être nouveau.

En 1900, environ, tandis que resurgissent une abondante iconographie de l'androgyne (Gustave Moreau ; les symbolistes belges ; Puvis de Chavannes ; Gauguin) et une littérature fortement empreinte de bisexualité (Proust ; Rachilde, avec Monsieur Vénus ; Peladan, avec L'Androgyne), les premiers psychanalystes s'occupent de la théorie de l'hermaphrodisme. W. Fliess, l'ami de Freud, avec lequel il entretient une longue correspondance à ce sujet, croit découvrir une périodicité des processus vivants (notamment avec la menstruation féminine et son équivalent masculin, qui porterait sur un cycle de vingt-trois jours), et il pense que les organes du nez et les zones nasales en général sont le lieu de cet écoulement cyclique. Les données de l'embryologie confirment ces hypothèses, qui ne seront pas sans influence sur la théorie de Freud ; ce dernier insiste sur la bisexualité psychique, et non plus biologique, de l'être humain : « le sexe dominant dans la personne aurait refoulé dans l'inconscient la représentation psychique du sexe vaincu. » Ains [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : ancienne élève de l'École normale supérieure, agrégée de l'Université

Classification

Autres références

«  ANDROGYNE  » est également traité dans :

DÉSIR (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 3 097 mots

Dans le chapitre « Un traumatisme originaire ? »  : […] Quant au discours d’Aristophane, il s’articule autour du mythe de l’androgyne. Selon Aristophane, l’amour serait un désir inconscient remontant à l’origine des temps et nous poussant à reconstituer l’unité primordiale qui fut brisée par les dieux. Des êtres de forme sphérique, les androgynes, peuplaient alors la terre. Voulant défier les dieux, ils érigèrent une tour (version hellénique de la tou […] Lire la suite

DYADE

  • Écrit par 
  • Alain DELAUNAY
  •  • 864 mots

La dyade est l'archétype de tous les aspects symboliques, conceptuels et logiques que porte le nombre deux : dualité, duplicité, contrariété, aporicité, symétrie, gémellité, complémentarité, antagonisme, ambivalence, etc. C'est l'archétype qui régit les formes et les processus de symétrisation, de polarisation, d'opposition, d'union, de séparation, de domination, de conjonction, de disjonction, et […] Lire la suite

HERMAPHRODISME

  • Écrit par 
  • Berthe SALZGEBER
  •  • 1 580 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Hermaphrodisme accidentel »  : […] Ce type d'hermaphrodisme, exceptionnel chez les Mammifères, est fréquent chez de nombreuses espèces animales : poissons, mollusques, insectes. On distingue plusieurs formes d'anomalies sexuelles : L' hermaphrodisme vrai , rare dans l'espèce humaine, concerne des individus qui possèdent les gonades et les conduits génitaux des deux sexes. Dans le cas de l'hermaphrodisme latéral par exemple, on obse […] Lire la suite

HERMAPHRODITE

  • Écrit par 
  • Alain DELAUNAY
  •  • 1 152 mots

L'enjeu philosophique du symbolisme de l'hermaphrodite est tout entier présent dans un aphorisme de l'alchimiste Heinrich C. Khunrath : « De l'Un grossier et impur naît un Un extrêmement pur et subtil. » L'hermaphrodite symbolise le processus de métamorphose de la conscience qui sous-tend cette naissance de l'Un véritable. Mythologiquement, l'hermaphrodite est l'enfant d'Hermès et d'Aphrodite. Il […] Lire la suite

INDE (Arts et culture) - L'art

  • Écrit par 
  • Raïssa BRÉGEAT, 
  • Marie-Thérèse de MALLMANN, 
  • Rita RÉGNIER
  •  • 49 163 mots
  •  • 62 médias

Dans le chapitre « Shivaïsme »  : […] Śiva a pour caractéristiques une tête de mort et un croissant lunaire dans sa chevelure, qui est soit tressée en forme de haute tiare (aspects sereins), soit éparse et hérissée (aspects farouches). Ses attributs sont : une hachette, une antilope (ancien « démon » subjugué par lui), un cordon de grains ou rosaire, une torche ou un pot à feu, un tambourin en forme de sablier, un serpent. Ses formes […] Lire la suite

JUMEAUX (anthropologie)

  • Écrit par 
  • Nicole SINDZINGRE
  •  • 3 343 mots

Dans le chapitre « La gémellité valorisée »  : […] Il arrive que des évaluations positives prennent le pas sur celles qu'on vient d'évoquer, et que les jumeaux soient considérés comme des entités non humaines coexistant par exemple avec une divinité supérieure ou avec d'autres « génies ». Des cultes leur sont assez fréquemment consacrés en Afrique ; ils sont matérialisés par des « autels » (objets, monticules, etc.) qui portent généralement les si […] Lire la suite

JUNG CARL GUSTAV (1875-1961)

  • Écrit par 
  • Étienne PERROT
  •  • 5 209 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les archétypes »  : […] Avec l'entrée dans cet indéfini, océan d'énergie antérieur à l'individu, Jung franchit un pas que Freud n'avait pas osé accomplir. Par opposition à l'inconscient personnel, il le nomme inconscient collectif . Son exploration ne va pas sans danger : les énergies qui font alors irruption dans la conscience inondent l'être, tel un déluge. On assiste à un « abaissement du niveau mental » pouvant aller […] Lire la suite

LA POÉTIQUE DE LA RÊVERIE, Gaston Bachelard - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 789 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Animus et Anima »  : […] L'enquête s'ordonne d'abord en cinq livres, autour des quatre « éléments » de la tradition (le feu, l'eau, l'air et la terre) : Psychanalyse du feu (1938), L'Eau et les rêves (1942), L'Air et les songes (1944), La Terre et les rêveries de la volonté, La Terre et les rêveries du repos (1948). Ce qui pouvait apparaître comme une sorte de complément de la discipline critique semble s'en détacher a […] Lire la suite

Pour citer l’article

Catherine CLÉMENT, « ANDROGYNE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 décembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/androgyne/