ANCIEN RÉGIME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'Ancien Régime, forme de société

Car l'Ancien Régime est tout autant une forme de société qu'un type de gouvernement. C'est même la pérennité relative de sa société qui le caractérise plus exactement que ses formes successives de gouvernement. Pérennité d'ordre d'abord juridique, résumée par la fameuse hiérarchie des trois ordres : noblesse, clergé, tiers état. On peut répéter après tant d'autres que cette subdivision est loin de correspondre à la mouvante réalité sociale, qu'il faudrait parler du « quatrième ordre » (ce qui est un abus de langage), que l'apparition de classes sociales (mais tout dépend du sens que l'on donne à ce nom, et il existe à peu près autant de définitions que d'historiens) mine l'existence des ordres. Tout cela est plus ou moins vrai, mais n'empêche nullement que les ordres subsistent, et qu'ils sont l'une des raisons majeures du déclenchement de la Révolution.

Déclin de la noblesse ?

L'Ancien Régime est d'abord une société aristocratique, à l'intérieur de laquelle la noblesse, et surtout la haute noblesse, sans cesse mise en cause par les progrès de la monarchie absolue, reste cependant le pôle autour duquel tout tourne. Qu'on ne se laisse pas abuser, en effet, par les expressions stéréotypées des manuels : « déclin de la noblesse », « montée de la bourgeoisie », etc. Sans doute l'ascension de cette dernière (mais il faudrait dire de ces dernières) est-elle pratiquement continue depuis le Moyen Âge, sauf au xviiie siècle, dans le domaine politique ; encore convient-il de ne pas s'exagérer ce recul d'influence politique, en partie compensé par le rôle grandissant des premiers commis et de la bureaucratie administrative.

Mais le « déclin » de la noblesse nous semble infiniment plus douteux. Voici une catégorie sociale dont on ne cesse, à travers les siècles, d'affirmer la décadence : déclin au xvie siècle, d'après les études de Raveau dans le Poitou ; déclin au xviie siècle, illustré par l'expression célèbre de Saint-Simon : « Ce règne de vile bourgeoisie » ; déclin au xviiie siècle, clamé à tous vents et par les philosophes, et par les révolutionnaires, et par les mémorialistes de la noblesse elle-même, comme le marquis de Bouillé ; déclin encore au xixe, pour ne point parler du xxe siècle – évident, paraît-il, aux yeux de tous. En somme une noblesse qui n'en finit pas de mourir depuis au moins cinq siècles car, bien entendu, elle est aussi en déclin au xive et au xve siècle, voire au xiiie. Tant et si bien que l'on peut légitimement se demander pourquoi elle n'a pas disparu depuis longtemps. Or, ce moribond vit encore de nos jours et, au total, exerce sur la vie de la nation une influence sans commune mesure avec sa faiblesse numérique. En histoire, on le voit, tout est question de mesure et de proportion. Ces « déclins » qui n'en finissent plus sont déduits d'un déterminisme économique simpliste. Le noble est, par définition, rentier de la terre, et les hausses de prix l'appauvriraient, sous prétexte que ses rentrées sont fixes. Mais les conséquences sociales des évolutions économiques sont loin d'être inéluctables. Ainsi pour la hausse des prix, l'étude, qui mériterait de devenir classique, du docteur Merle sur la métairie en Gâtine poitevine démontre comment une noblesse provinciale du xvie siècle a su s'adapter à l'afflux des métaux précieux d'origine espagnole, dans ce Poitou fournisseur attitré de grains et de mulets. Réunissant les champs ouverts, divisés en d'innombrables petites lanières, qu'avaient abandonnés les paysans victimes des conséquences de la guerre de Cent Ans, cette noblesse, autant et plus que la bourgeoisie, regroupe ses exploitations en les agrandissant, en leur donnant une forme de location nouvelle, adaptée aux circonstances. Du coup, le paysage se transforme : le bocage devient la règle de ce pays de l'Ouest. Vérité purement locale ? Il semble que non, et que les conclusions valables pour la Gâtine poitevine soient, avec diverses réserves, susceptibles d'être étendues à d'autres parties de l'Ouest bocager. Ailleurs ? Il faudrait reprendre l'étude des chartriers seigneuriaux, et ne plus se contenter des généralisations tirées de récits rapides et de jugements pessimistes, comme ceux de Noël du Fail.

Peut-être le xviie siècle est-il vraiment pour la noblesse française une période difficile. Mais ce sont la noblesse parlementaire bretonne et la noblesse de cour qui à ce moment créent, ou renforcent, l'industrie métallurgique [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 29 pages

Médias de l’article

Entrée solennelle de Louis XIV et de la reine Marie-Thérèse à Arras, A. F. van der Meulen

Entrée solennelle de Louis XIV et de la reine Marie-Thérèse à Arras, A. F. van der Meulen
Crédits : A. F. van der Meulen/ Bridgeman Images

photographie

Le cardinal Mazarin

Le cardinal Mazarin
Crédits : Fine Art Images/ Heritage Images/ Getty Images

photographie

Le Dénombrement de Bethléem, Pieter Bruegel l'Ancien (bois, Musées royaux des beaux-arts, Bruxelles).

Le Dénombrement de Bethléem, Pieter Bruegel l'Ancien (bois, Musées royaux des beaux-arts, Bruxelles).
Crédits : DeAgostini/ Getty Images

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Rennes

Classification

Autres références

«  ANCIEN RÉGIME  » est également traité dans :

ABSOLUTISME

  • Écrit par 
  • Jacques ELLUL
  •  • 4 285 mots

Comme tous les concepts à plusieurs dimensions (ici politique, historique, juridique, doctrinal), le concept d'absolutisme est assez flou. Son étude présente trois sortes de difficultés portant sur l'objet lui-même. La première difficulté tient à ce que l'on désigne généralement par ce terme des doctrines, ou un corps de doctrines. Or une analyse même sommaire montre à quel point ces doctrines son […] Lire la suite

ARCHITECTURE (Thèmes généraux) - Architecture et société

  • Écrit par 
  • Antoine PICON
  •  • 5 774 mots

Dans le chapitre « Vitruvianisme et société d'ordres »  : […] Au cours de l'Âge classique, les cités indépendantes, dont Florence avait constitué l'un des exemples les plus achevés, voient progressivement leur influence diminuer au profit des grands États territoriaux comme la France, l'Espagne, l'Autriche ou l'Angleterre. Ce processus s'accompagne d'une transformation en profondeur des rapports entre architecture et société. La discipline architecturale ne […] Lire la suite

BAILLIAGES & SÉNÉCHAUSSÉES

  • Écrit par 
  • Solange MARIN
  •  • 296 mots

Ils apparaissent vers la fin du xii e  siècle lorsque les baillis, d'abord itinérants, sont fixés par Philippe Auguste, roi de France, sur la portion du domaine royal où ils doivent le représenter. Cette circonscription, réunissant plusieurs prévôtés, ne prendra le nom de bailliage que quelques années après sa création de fait. Lorsque la couronne rattache successivement au domaine les seigneuries […] Lire la suite

BEAUMARCHAIS PIERRE-AUGUSTIN CARON DE (1732-1799)

  • Écrit par 
  • Pierre FRANTZ
  •  • 4 176 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La dernière fête : ambiguïtés et audaces »  : […] L'audace politique de la trilogie de Figaro, et surtout celle du Mariage , n'a pas frappé que les contemporains (Danton disait qu'il avait « tué la noblesse »). C'est la valeur subversive de cette pièce qui l'a portée, contre toutes les hypocrisies de l'ordre politique et moral, à travers le xix e siècle. Elle tient à l'étincelante fête de mots décochés contre l'ordre privilégié et contre les abu […] Lire la suite

BODIN JEAN (1529-1596)

  • Écrit par 
  • Pierre MESNARD
  •  • 4 653 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'évolution historique »  : […] Mais d'autres éléments, au moins aussi puissants, contribuent eux aussi à forger la personnalité des nations. Il y a d'abord chez Bodin quelque chose qui s'apparente un peu à la théorie du challenge chère à Toynbee, à savoir la manière dont un peuple conscient des avantages et surtout des difficultés propres à sa situation relève le défi que la nature lui a porté. Cela lui sera possible en se don […] Lire la suite

BOULAINVILLIERS HENRI comte de (1658-1722)

  • Écrit par 
  • Pierre DUPARC
  •  • 336 mots

Après une courte carrière militaire, Henri de Boulainvilliers se retire dans sa propriété de Normandie. Peu fortuné, il y mène une vie campagnarde ; cela ne l'empêche pas d'être en relation avec les ducs de Saint-Simon et de Noailles, entre autres, et surtout de s'adonner à des travaux d'histoire. Il participe au mouvement d'idées qui marque la fin du règne de Louis XIV et les expériences politiqu […] Lire la suite

BOURBONS

  • Écrit par 
  • Yves DURAND
  •  • 6 452 mots
  •  • 1 média

La plus célèbre des maisons souveraines ne fut pendant longtemps que l'une des multiples branches du tronc capétien ; la mort sans héritier mâle des trois derniers Valois devait pourtant donner la couronne aux Bourbons à la fin du xvi e  siècle. Leurs règnes allaient coïncider, au xvii e  siècle et au début du xviii e , avec l'apogée de la monarchie absolue et la prépondérance française en Europe. […] Lire la suite

CENSURE

  • Écrit par 
  • Julien DUVAL
  •  • 6 227 mots
  •  • 1 média

Au sens propre, le terme « censure » désigne à la fois l'action de condamner un texte ou une opinion, d'en interdire sa diffusion, et l'institution qui prononce cette condamnation. Le terme trouve son origine dans une institution de la République romaine, celle des censeurs, deux magistrats chargés tous les cinq ans d'évaluer (en latin censere ) le nombre des citoyens, de les répartir en classes […] Lire la suite

CHANCELIER

  • Écrit par 
  • Solange MARIN
  •  • 627 mots

D'abord officier de justice subalterne sous l'Empire romain, le chancelier doit son nom aux barreaux ( cancelli ) qui, dans les cours de justice, séparaient le tribunal du public. À l'époque mérovingienne, il est appelé référendaire. C'est un clerc qui fait fonction de scribe, et l'office peut être rempli par plusieurs titulaires. Dès l'avènement des Carolingiens, le chancelier devient un personn […] Lire la suite

COMMISSAIRE ROYAL

  • Écrit par 
  • Solange MARIN
  •  • 346 mots

Sous l'Ancien Régime, le commissaire royal est un personnage commis ou mandaté par le roi pour faire exécuter ses décisions en un moment donné et en un point précis du territoire. Le but de la mission et les moyens à employer pour l'accomplir sont consignés dans des lettres de commission délivrées par le chancellerie royale. Ces lettres de commission sont publiées dans les lieux où elles doivent ê […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

13 janvier 2022 Allemagne – Syrie. Condamnation d'un tortionnaire syrien pour « crimes contre l'humanité ».

Il s’agit de la première condamnation d’un haut responsable du régime de Damas. […] Lire la suite

22 décembre 2021 Tunisie. Condamnation de l'ancien président Moncef Marzouki.

Un tribunal de Tunis condamne par contumace l’ancien président Moncef Marzouki, qui est réfugié à Paris, à quatre ans de prison pour avoir tenu des propos « allant à l’encontre de la sûreté de l’État et nuisant aux intérêts de la Tunisie à l’étranger ». Celui-ci avait dénoncé le « putsch » de son successeur Kaïs Saïed qui a imposé un régime d’exception en juillet. […] Lire la suite

6 décembre 2021 Birmanie. Condamnation de l'ancienne dirigeante Aung San Suu Kyi.

Sa condamnation repose sur une déclaration de son parti, la Ligue nationale pour la démocratie, niant la légalité des textes édictés par la junte et appelant la communauté internationale à ne pas reconnaître le régime putschiste. L’ancien président Win Myint, également déchu par la junte, est condamné à la même peine. Des accusations de corruption, de fraude électorale et de violation de la législation sur les télécommunications pèsent encore sur Aung San Suu Kyi. […] Lire la suite

15-26 octobre 2021 Birmanie. Exclusion de la Birmanie du sommet de l'ASEAN.

Le 18, le régime militaire annonce la libération de cinq mille six cents opposants détenus depuis le putsch de février. Le 26, les dirigeants présents au sommet de l’ASEAN organisé à Bandar Seri Begawan au Brunei publient un communiqué dans lequel ils appellent la junte birmane à satisfaire aux exigences énoncées dans une déclaration adoptée en avril, parmi lesquelles la cessation des violences et l’autorisation donnée à l’émissaire de l’ASEAN de rencontrer les dirigeants civils emprisonnés, notamment l’ancienne conseillère d’État Aung San Suu Kyi et l’ancien président Win Myint. […] Lire la suite

2-19 septembre 2021 Afghanistan. Victoire talibane dans le Panshir et présentation du nouveau gouvernement.

Le poste de Premier ministre est attribué au mollah Mohammad Hassan Akhund, ancien proche du mollah Omar, le cofondateur du mouvement taliban. Il dirigeait déjà le gouvernement lors du premier régime taliban, entre 1996 et 2001. Sirajuddin Haqqani, numéro deux de la commission militaire, est nommé ministre de l’Intérieur. Washington le considère comme le véritable homme fort du régime. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean MEYER, « ANCIEN RÉGIME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ancien-regime/