AMOUR, fleuve

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'Amour moyen, un fleuve-frontière

À partir du confluent entre la Chilka et l'Argoun, l'Amour coule du nord-ouest vers le sud-est sur un millier de kilomètres, marquant la frontière entre la Russie au nord et la Chine au sud. Sur ce tronçon, les affluents importants sont tous de rive gauche. Nettement plus abondants que ceux du segment précédent, ils accroissent bien entendu le module brut de l'Amour d'amont en aval, mais aussi, ce qui est plus original, son débit spécifique. Ce dernier, qui n'était que de 2,9 l/s/km2 avant le confluent avec la Zeïa, passe à 4,4 après cet apport, puis à 5,3 en aval du confluent avec la Boureïa et même à 5,5 avant l'arrivée du Soungari. La Zeïa (9,1 l/s/km2) est le tributaire russe le plus abondant. D'une longueur de 1 242 km pour un bassin de 233 000 km2, elle apporte à l'Amour 2 100 m3/s par an.

C'est au confluent avec la Zeïa que se trouve la plus grande ville de l'Amour moyen, Blagovechtchensk, désormais préservée des inondations depuis la construction, en 1975, du barrage des Portes zeïennes. À la fin du xixe siècle, la ville était la plus grande de l'Extrême-Orient russe, loin devant Vladivostok. Mais la construction du Transsibérien l'évita. N'étant pas desservie par la nouvelle artère de transport qui suppléait l'Amour, Blagovechtchensk passa d'une situation de carrefour à celle de cul-de-sac, au bout d'une branche ferroviaire de 108 km la reliant à la voie principale. Accentué par la fermeture de la frontière entre l'U.R.S.S. et la Chine, cet isolement n'en permit pas le développement. Aujourd'hui, la ville compte 218 000 habitants (2002). Malgré l'ouverture gorbatchévienne, poursuivie par le nouveau régime russe, il n'existe toujours aucun pont reliant Blagovechtchensk à la Chine, nonobstant un projet avec Heihe, la ville chinoise qui lui fait face sur l'autre rive, et les gardes-frontière continuent de patrouiller toutes les nuits. La ville ne manque pourtant pas d'atouts, comme son centre de recherche scientifique sur le soja, unique en Russie.

La vallée de l'Amour moyen est en e [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : professeur de géographie à l'université d'Orléans, président du C.S.T. du pôle-relais zones humides intérieures

Classification

Autres références

«  AMOUR, fleuve  » est également traité dans :

ASIE (Structure et milieu) - Géographie physique

  • Écrit par 
  • Pierre CARRIÈRE, 
  • Jean DELVERT, 
  • Xavier de PLANHOL
  •  • 34 833 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les confins mandchous et la région prémaritime du Sud »  : […] Des ressources minérales comparables, en richesse et variété, aux précédentes sont aussi l'apanage des montagnes méridionales, situées sur les confins mandchous et dans la région prémaritime. La structure est pourtant légèrement différente ici, dans une région plus anciennement consolidée, déjà vigoureusement plissée et indurée au Paléozoïque. Lors de l'orogenèse alpine, elle s'est morcelée en dô […] Lire la suite

KHABAROVSK

  • Écrit par 
  • Pierre CARRIÈRE
  •  • 226 mots

Capitale du territoire homonyme de la Fédération de Russie (788 600 km 2 , 1 436 570 hab. au recensement de 2002), Khabarovsk, dont le nom a pour origine celui d'un explorateur du xvii e  siècle, fut fondée en 1858 et comptait 578 000 habitants en 2006. La ville, située au point de convergence de plusieurs voies de communication, a une zone d'influence étendue. Construite sur la rive droite du fle […] Lire la suite

NIVKHE

  • Écrit par 
  • Emmanuel ZAKHOS-PAPAZAKHARIOU
  •  • 840 mots

Les Nivkhe peuplent le cours inférieur de l'Amour et l'île Sakhaline. Ils font partie du groupe des peuples paléoasiatiques, et les fouilles nous donnent la certitude qu'ils sont des descendants directs de la population néolithique de ce territoire. Leur nom, nivkh , signifie « hommes ». Avant la révolution de 1917, ils étaient connus sous le nom de Guiliak. Ce terme vient visiblement des noms Gui […] Lire la suite

SIBÉRIE

  • Écrit par 
  • Vadime ELISSEEFF, 
  • Pascal MARCHAND, 
  • Guy MENNESSIER
  •  • 18 563 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L'Extrême-Orient sibérien »  : […] Dans l'Extrême-Orient sibérien se sont développées les cultures de la province maritime, des bassins inférieur et moyen de l' Amour. Le bassin moyen de ce fleuve, où se mêlent la pêche et l'agriculture, relie les cultures de la Mongolie, de la Mandchourie et de la Transbaïkalie à celles de la province maritime et du bassin inférieur. Cette dernière culture est sans doute la plus originale. Son ter […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

Chine. Pollution chimique du fleuve Soungari. 13-27 novembre 2005

Internet et alors que la nappe toxique traverse leur ville. Le 27, la distribution d'eau courante est rétablie à Harbin. La nappe toxique se dirige vers Khabarovsk, en Russie, par le fleuve Amour, dont le Soungari est l'un des affluents. […] Lire la suite

U.R.S.S. – Asie. Offensive de charme de Moscou en direction de ses voisins asiatiques. 28 juillet 1986

de l'U.R.S.S. de « créer un climat de bon voisinage » : il envisage « une baisse proportionnée du niveau des forces terrestres » sur la frontière commune, ainsi que le règlement du litige frontalier sur le cours du fleuve Amour, et annonce que la « question du retrait d'une grande partie des troupes […] Lire la suite

Pour citer l’article

Laurent TOUCHART, « AMOUR, fleuve », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/amour-fleuve/