AMOUR, fleuve

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'Amour d'avant l'Amour

Prenant ce nom en aval du confluent entre la Chilka et l'Argoun, l'Amour au sens strict est précédé de deux branches fluviales. Du côté russe et mongol, la Chilka (1 560 km) est la plus abondante, apportant 520 m3/s par le drainage d'un bassin de 206 000 km2. La Chilka naît de la confluence entre l'Onon, qui prend sa source en Mongolie, et l'Ingoda russe, au bassin parsemé de 1 300 lacs. Le bassin de la Chilka, très peu peuplé, correspond à un hiatus entre la Sibérie orientale, où le front pionnier s'est arrêté sur l'Angara, et la façade pacifique de l'Extrême-Orient. Le bassin de la Chilka compte une densité moyenne de 2 à 3 habitants par kilomètre carré, mais celle-ci peut monter de 10 à 15 le long du cours d'eau. L'activité essentielle reste l'élevage. L'unique agglomération importante se trouve sur l'Ingoda, au contact de la taïga au nord et de la steppe au sud. Il s'agit de Tchita, fondée par les Russes en 1653 et considérée comme la capitale de la Transbaïkalie. Malgré ses fonctions industrielles et tertiaires, la ville souffre de son isolement et traverse une grave crise. Peuplée de 377 000 habitants à la chute de l'U.R.S.S. en 1991, elle a perdu 60 000 habitants en quinze ans. C'est à partir de Tchita que l'Ingoda est navigable vers l'aval, mais la rivière est gelée de début novembre à fin avril.

Du côté chinois et mongol, l'Argoun a un débit moyen annuel de 190 m3/s, très inférieur à celui de la Chilka ; il est formé de la rencontre du Khaïlar, venu du Grand Khingan chinois, et des rivières mongoles de la rive gauche, qui proviennent de la steppe de Dornod, considérée comme le dernier endroit du monde où cet écosystème soit préservé à l'état naturel. Parmi ces cours d'eau, l'un d'entre eux, qui se perd le plus souvent dans des marécages avant d'atteindre l'Argoun, s'écoule parfois jusqu'au confluent. C'est l'émissaire du lac Houloun (ou Dalaï), appelé Keroulen en amont de ce plan d'eau tantôt endoréique, tantôt exoréique. Or il s'agit, quand il coule, de la plus longue branche de l'Amour (1 620  [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : professeur de géographie à l'université d'Orléans, président du C.S.T. du pôle-relais zones humides intérieures

Classification

Autres références

«  AMOUR, fleuve  » est également traité dans :

ASIE (Structure et milieu) - Géographie physique

  • Écrit par 
  • Pierre CARRIÈRE, 
  • Jean DELVERT, 
  • Xavier de PLANHOL
  •  • 34 833 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les confins mandchous et la région prémaritime du Sud »  : […] Des ressources minérales comparables, en richesse et variété, aux précédentes sont aussi l'apanage des montagnes méridionales, situées sur les confins mandchous et dans la région prémaritime. La structure est pourtant légèrement différente ici, dans une région plus anciennement consolidée, déjà vigoureusement plissée et indurée au Paléozoïque. Lors de l'orogenèse alpine, elle s'est morcelée en dô […] Lire la suite

KHABAROVSK

  • Écrit par 
  • Pierre CARRIÈRE
  •  • 226 mots

Capitale du territoire homonyme de la Fédération de Russie (788 600 km 2 , 1 436 570 hab. au recensement de 2002), Khabarovsk, dont le nom a pour origine celui d'un explorateur du xvii e  siècle, fut fondée en 1858 et comptait 578 000 habitants en 2006. La ville, située au point de convergence de plusieurs voies de communication, a une zone d'influence étendue. Construite sur la rive droite du fle […] Lire la suite

NIVKHE

  • Écrit par 
  • Emmanuel ZAKHOS-PAPAZAKHARIOU
  •  • 840 mots

Les Nivkhe peuplent le cours inférieur de l'Amour et l'île Sakhaline. Ils font partie du groupe des peuples paléoasiatiques, et les fouilles nous donnent la certitude qu'ils sont des descendants directs de la population néolithique de ce territoire. Leur nom, nivkh , signifie « hommes ». Avant la révolution de 1917, ils étaient connus sous le nom de Guiliak. Ce terme vient visiblement des noms Gui […] Lire la suite

SIBÉRIE

  • Écrit par 
  • Vadime ELISSEEFF, 
  • Pascal MARCHAND, 
  • Guy MENNESSIER
  •  • 18 563 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L'Extrême-Orient sibérien »  : […] Dans l'Extrême-Orient sibérien se sont développées les cultures de la province maritime, des bassins inférieur et moyen de l' Amour. Le bassin moyen de ce fleuve, où se mêlent la pêche et l'agriculture, relie les cultures de la Mongolie, de la Mandchourie et de la Transbaïkalie à celles de la province maritime et du bassin inférieur. Cette dernière culture est sans doute la plus originale. Son ter […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

Chine. Pollution chimique du fleuve Soungari. 13-27 novembre 2005

Internet et alors que la nappe toxique traverse leur ville. Le 27, la distribution d'eau courante est rétablie à Harbin. La nappe toxique se dirige vers Khabarovsk, en Russie, par le fleuve Amour, dont le Soungari est l'un des affluents. […] Lire la suite

U.R.S.S. – Asie. Offensive de charme de Moscou en direction de ses voisins asiatiques. 28 juillet 1986

de l'U.R.S.S. de « créer un climat de bon voisinage » : il envisage « une baisse proportionnée du niveau des forces terrestres » sur la frontière commune, ainsi que le règlement du litige frontalier sur le cours du fleuve Amour, et annonce que la « question du retrait d'une grande partie des troupes […] Lire la suite

Pour citer l’article

Laurent TOUCHART, « AMOUR, fleuve », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/amour-fleuve/