Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

AMÉRIQUE (Structure et milieu) Géologie

Le domaine caraïbe et l'Amérique centrale

Situés entre les continents nord-américain et sud-américain, le domaine caraïbe et l'Amérique centrale appartiennent à la plaque Caraïbes, qui se déplace vers l'est à la vitesse relative de 2 centimètres par an environ. La sismicité actuelle révèle clairement la configuration de cette plaque.

Au nord, la plaque est limitée par le système décrochant senestre de Polochic-Motagua (ou transversale de Polochic-Motagua), la dorsale d'accrétion océanique de direction nord-sud des Caïmans (longue de 80 km et large de plus de 1 000 km), deux failles transformantes (failles de Swan et de l'Oriente), et le système décrochant senestre de Porto Rico (avec une composante de subduction de l'Atlantique sous les Caraïbes). À l'est, la subduction des Petites Antilles, qui détermine à son front le prisme d'accrétion de la Barbade, apparaît très nettement comme une zone à sismicité intense. Au sud, la plaque Caraïbes est séparée de l'Amérique du Sud par les failles décrochantes dextres d'El Pilar (de direction est-ouest) et de Bocono (de direction nord-est - sud-ouest), les chevauchements de la zone de Pamplona, en Colombie, qui témoignent d'un rapprochement est-ouest des plaques Caraïbes et Amérique du Sud, et la faille de Dolorès-Guayaquil, qui débouche dans le golfe de Guayaquil, en Équateur. Enfin, à l'ouest, les subductions de la plaque de Nazca (à regard est) et de la plaque des Cocos (à regard nord-est) sont soulignées par une zone à sismicité très intense.

Au sens géologique, le domaine caraïbe ne correspond pas exactement à ces limites. Ainsi la plaque Caraïbes actuelle incorpore-t-elle la frange nord de l'Amérique du Sud (chaîne andine du Venezuela et du nord de la Colombie), alors que Cuba et le bassin du Yucatán, à l'histoire géologique caraïbe, font maintenant partie de la plaque Amérique du Nord, depuis la phase laramienne de la limite Crétacé-Tertiaire (66 Ma).

Le domaine marin caraïbe

Le bassin du Yucatán est un petit bassin à croûte océanique épaisse de 7 kilomètres environ. Sa partie centrale, profonde de 4 500 mètres, est plane et remplie localement par des sédiments d'une puissance de près de 2 kilomètres. Sa partie méridionale est moins profonde (3 000 m environ), mais accidentée de reliefs allongés nord-est - sud-ouest à nord-nord-est - sud-sud-ouest. Cette orientation est celle des anomalies magnétiques qui ont été mises en évidence sur l'ensemble du bassin. Sa croûte est supposée dater du Crétacé terminal-début du Cénozoïque (de 70 à 60 Ma).

La ride et le fossé des Caïmans ont une orientation est-nord-est - sud-sud-ouest. La ride des Caïmans est une succession de petites dépressions et de hauts fonds récifaux déterminés par des failles normales parallèles à la ride. Elle possède une croûte continentale amincie (de 15 à 18 km d'épaisseur). Des roches volcaniques et plutoniques du tout début du Cénozoïque (de 64 à 60 Ma) y ont été draguées. Le fossé des Caïmans est étroit (130 km) et allongé (plus de 1 200 km) ; il s'agit d'un bassin océanique de profondeur moyenne – comprise entre 4 000 et 5 000 mètres –, dont la croûte a une épaisseur de 7 kilomètres environ. Morphostructures et anomalies magnétiques sont orientées nord-sud dans la partie centrale du fossé et nord-est - sud-ouest à son extrémité orientale. Il s'agit d'une zone d'accrétion océanique active, avec une vallée axiale (rift) à plus de 5 600 mètres de profondeur et des flancs constitués de panneaux océaniques faillés et basculés. La vitesse d'ouverture est de 2 centimètres par an environ depuis la limite Éocène-Oligocène (35 Ma). Le fossé des Caïmans est limité par de grands décrochements senestres : la faille de Bartlett/Oriente, au nord, et celle de Swan, au sud.[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : membre de l'Institut
  • : recteur à l'Académie de Nice
  • : docteur d'État, directeur de recherche au C.N.R.S.
  • : professeur à l'université des sciences et techniques de Lille, docteur ès sciences
  • : chargé de recherche au C.N.R.S., agrégé de l'Université, docteur ès sciences
  • : professeur à l'université de Nice-Sophia Antipolis, directeur de l'Institut de géodynamique
  • : agrégé de sciences naturelles (option sciences de la Terre), docteur d'État, professeur à l'université de Savoie
  • : maître de conférences, département de géotectonique, université de Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie

Classification

Pour citer cet article

Jean AUBOUIN, René BLANCHET, Jacques BOURGOIS, Jean-Louis MANSY, Bernard MERCIER DE LÉPINAY, Jean-François STEPHAN, Marc TARDY et Jean-Claude VICENTE. AMÉRIQUE (Structure et milieu) - Géologie [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Paléogéographie de l'Amérique du Nord - crédits : Encyclopædia Universalis France

Paléogéographie de l'Amérique du Nord

Amérique du Sud-Afrique au Précambrien - crédits : Encyclopædia Universalis France

Amérique du Sud-Afrique au Précambrien

Amérique : épicentres sismiques et âge de la croûte océanique - crédits : Encyclopædia Universalis France

Amérique : épicentres sismiques et âge de la croûte océanique

Autres références

  • AMAZONE, fleuve

    • Écrit par Pierre CARRIÈRE
    • 2 326 mots
    • 2 médias

    Un peu plus long que le Nil, avec les 7 025 km de son cours, l'Amazone se place au premier rang, parmi les fleuves du monde, pour l'étendue de la superficie drainée : environ 6 millions de kilomètres carrés qui se répartissent sur six États d'Amérique latine. Sa supério rité est encore plus...

  • AMÉRIQUE LATINE - Les religions afro-américaines

    • Écrit par Roger BASTIDE
    • 3 175 mots
    • 1 média

    Les Africains conduits en esclavage en Amérique ont amené avec eux leurs croyances et leurs rites. Certes, en beaucoup de pays, au contact de civilisations différentes et de sociétés répressives, ces croyances et ces rites, après un moment de résistance (par exemple, en Argentine jusque vers...

  • ARAUCANS

    • Écrit par Simone DREYFUS-GAMELON
    • 1 056 mots

    Araucan est un mot forgé au xvie siècle par Ercilla, poète espagnol, à partir d'un nom de lieu indigène. Depuis lors, son usage s'est imposé en ethnologie pour désigner un ensemble de populations qui, parlant la même langue et culturellement apparentées, occupaient, à l'arrivée des conquistadores,...

  • ATLANTIQUE HISTOIRE DE L'OCÉAN

    • Écrit par Jacques GODECHOT, Clément THIBAUD
    • 13 670 mots
    • 12 médias
    Leif Eriksson n'aurait pas été le seul à aborder « l'Amérique ». Les sagas(récits) scandinaves racontent que son frère Thorwald aurait également abordé au Vinland en 1003. Il y aurait lutté contre les indigènes et aurait péri au cours d'un combat. En 1006, Thorstein, un autre frère de Leif,...
  • Afficher les 29 références

Voir aussi