Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

GUAYAQUIL

Équateur : carte administrative

Équateur : carte administrative

Avec 2,4 millions d'habitants en 2005, Guayaquil est la première ville de l'Équateur. Pendant la période coloniale, Guayaquil joua un rôle important. Grâce à son port et au dynamisme agricole côtier, la ville s'est affirmée comme premier foyer industriel du pays.

Sa position dans le delta du río Guayas, au confluent des grandes rivières qui drainent un riche arrière-pays, lui assure le contrôle des activités littorales. En effet, la mise en valeur de la zone côtière a été réalisée sous l'impulsion de Guayaquil et s'est orientée vers la production de denrées tropicales destinées à l'exportation. Enrichie par la colonisation des zones forestières en cours depuis la fin du xixe siècle, la métropole est devenue non seulement le lieu de résidence des grands et moyens propriétaires fonciers, mais aussi une place financière et commerciale. La présence des sièges des compagnies d'exportation et des établissements bancaires assure à la ville un rôle de décision dépassant largement le cadre régional.

L'acheminement des produits agricoles vers le port a permis à Guayaquil de s'industrialiser et d'offrir plusieurs milliers d'emplois dans le secteur secondaire. Les industries alimentaires demeurent les plus développées ; celles du bois et de la construction se maintiennent pour répondre aux besoins nationaux. Les années 1960 ont été marquées par l'essor spectaculaire de l'industrie chimique, des plastiques et de l'électroménager. Cette diversification, assurée en partie par des capitaux et des techniques étrangères, a modifié l'aspect traditionnel de Guayaquil. Un complexe portuaire a été établi à Puerto Nuevo, à huit kilomètres du centre-ville, sur un chenal profond du delta. C'est par ce port que passe l'essentiel des exportations non pétrolières de l'Équateur, surtout bananes, cacao, café (les exportations pétrolières sont effectuées par Balao-Esmeraldas), ainsi que les crevettes (premier pays exportateur au monde).

Bâtie selon un plan en damier, Guayaquil s'est développée à partir d'une petite colline (cerro Santa Ana) en demi-cercle sur la rive occidentale du Guayas, dans un site marécageux et insalubre. À l'est du centre-ville se sont développés de vastes quartiers de maisons de bois et de ciment. Des lotissements de maisons et d'immeubles très denses destinés aux classes moyennes et populaires s'étendent au nord et au sud du centre.

La maison traditionnelle sur pilotis de la côte est devenue urbaine par nécessité. Des milliers de Guayaquiléens ont construit leurs cases de bambou sur pilotis sur les marais du delta. Avançant souvent au-dessus de l'eau, de hautes passerelles permettent de circuler. Avec le temps, les marées et les déchets, un sol finit par se former sous les maisons (la constitution de ce sol prend parfois plus de dix ans). L'occupation d'un espace sur l'eau reste le processus principal d'urbanisation pour les habitants pauvres de la ville et les nombreux migrants de campagnes voisines ou de la sierra. Le cœur de la ville a abandonné ses traditionnelles maisons de bois d'un étage à larges balcons pour des immeubles à plusieurs niveaux, mais il conserve ses arcades de protection contre les pluies. Le centre d'affaires s'étend de part et d'autre de la grande avenue centrale, animée par les nombreux commerces et les banques ainsi que par les bureaux.

Le dynamisme des affaires et l'intensification de la mise en valeur de l'arrière-pays assurent l'avenir de Guayaquil malgré la concurrence de Quito dans les domaines industriel et commercial. Le gonflement trop rapide de la cité, dû aux migrations rurales, crée de redoutables problèmes d'emploi ; en revanche, il contribue à l'expansion générale de la métropole.

— Anne COLLIN DELAVAUD

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur des Universités, Institut des hautes études de l'Amérique latine, université de Paris-III

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

Équateur : carte administrative

Équateur : carte administrative

Autres références

  • ÉQUATEUR

    • Écrit par Jean-Paul DELER, Universalis, Yves HARDY, Catherine LAMOUR, Emmanuelle SINARDET
    • 8 605 mots
    • 9 médias
    La Côte ou Costa (environ 80 000 km2, 53 % de la population), est constituée de plaines (bassin du Guayas) et de collines tropicales qui sont polarisées par Guayaquil, port et métropole économique du pays.
  • QUITO

    • Écrit par Anne COLLIN DELAVAUD
    • 611 mots
    • 2 médias

    La ville de Quito est implantée sur un replat des pentes du volcan Pichincha, dans un cadre exceptionnel de hautes montagnes volcaniques et sismiques au cœur de la cordillère des Andes. Située à 2 890 mètres d'altitude, la capitale de l'Équateur domine un vaste bassin drainé par...