CORÉELittérature

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Longtemps orale, essentiellement composée de chants rituels, puis rédigée en chinois, la littérature coréenne a pris son essor au xiiie siècle, avec le développement de l'imprimerie dont l'usage des caractères mobiles en plomb fut d'abord réservé à la cour. L'invention de l'alphabet coréen sous les Yi (1392-1910) conforta la progression d'une littérature éprise de justice sociale et sollicitant des réformes économiques. Le roman porte souvent un message moralisateur destiné aux élites jugées corrompues. Au xixe siècle, les écrivains coréens subiront l'influence des grandes cultures occidentales transmises par la Chine et le Japon. La guerre domine le xxe siècle ; d'abord l'annexion par le Japon puis la guerre de Corée, qui scinde le pays en deux, suscitent chez les écrivains un esprit de « révolte » et de « rupture » encore très inspiré de l'Occident au Sud, et, au Nord, un soutien sans faille au gouvernement communiste. Ainsi la littérature coréenne cherche-t-elle encore à se définir.

La littérature coréenne des origines à 1945

Littérature ancienne du Ier siècle avant J.-C. à 1910

Il existe en Corée quelques œuvres poétiques qui datent du Ier siècle avant J.-C. ainsi que le prouve le Hwangjo ga (Chant d'oiseaux jaunes), composé en chinois, selon le Samguksagi (Histoire des trois royaumes, livre XIII), par le roi Yuri (règne : 19 av.-17 apr. J.-C.) de Koguryŏ, en 17 avant J.-C. Le désir de se doter d'une écriture adaptée à leur langue poussa les Coréens à inventer un système appelé idu, utilisé, probablement à partir du ve siècle, tantôt pour transcrire phonétiquement les termes grammaticaux coréens, tantôt pour traduire un certain nombre de mots, en particulier les substantifs, à l'aide de caractères chinois.

Il semble que ce procédé du idu était largement répandu dans le royaume de Silla (57 av.-935 apr. J.-C.) ; en effet, sur l'ordre de la reine Chinsŏng (règne : 887-897), Wihong et Taego éditèrent, en 888, le Samdaemok, important recueil où furent consignées des poésies de transmission orale du royaume de Silla. Ce recueil n'étant malheureusement pas parvenu jusqu'à nous, on ne connaît que quatorze poésies de ce genre appelé hyangga (chants de terroir), qui datent de Silla et sont insérées dans le Samgukyusa (Anecdotes des trois royaumes), qu'un moine, Ilyŏn, composa au xiiie siècle. Il existe, en outre, onze hyangga datant de l'époque de Koryŏ (918-1392) et composées par Kyunyŏ (923-973). De ces vingt-cinq hyangga, seize sont d'inspiration bouddhique, les autres ayant trait au loyalisme envers le roi, aux adultères, aux funérailles, aux groupes de jeunes aristocrates connus sous le nom de hwarang (jeunesse fleurie).

Il semble que le système graphique nommé idu n'ait pas été utilisé pour le récit ; du fait de sa complexité, nombreux furent ceux qui choisirent d'écrire directement en chinois. Le plus célèbre d'entre eux, à l'époque ancienne, est Ch'oe Ch'iwŏn (857- ?), connu même en Chine et auteur du Kyewŏn p'ilgyŏng (Recueil littéraire du jardin de cinnamomes). Cette habitude des lettrés coréens d'employer le chinois s'ancra encore plus solidement à partir de 958, année où le royaume de Koryŏ adopta le système du kwagŏ, c'est-à-dire du concours d'État pour le recrutement des fonctionnaires, au cours duquel les candidats devaient faire preuve d'une grande connaissance des classiques chinois et savoir composer dans leur propre langue. Parmi les recueils littéraires en chinois parus durant cette époque de Koryŏ, citons le Tongguk Yi Sangguk chip (Recueil des œuvres de Yi Sangguk, terminé en 1241, puis complété en 1251) de Yi Kyubo (1168-1241), le Pohanchip (Recueil divertissant, 1254) de Ch'oe Cha (1188-1260) et le P'ahanchip (Recueil pour le divertissement, 1260) de Yi Inro (1152-1220), qui contiennent des poésies, des essais en prose, ainsi que des P'aesol (nouvelles édifiantes), inspirées de rapports des P'aegwan (en chinois : baiguan), fonctionnaires détachés en province pour recueillir les opinions du peuple. Ces nouvelles se présentent sous forme de récits humoristiques, de contes grivois où l'on remarque l'influence des xiaoshuo chinois de l'époque des Tang et de celle des Song. Il existe aussi des récits de pure imagination, comme le Kuk sŏnsaeng chŏn (Histoire de Maître Kuk), dans lequel l'auteur, Yi Kyubo, a voulu, en personnifiant l'alcool, donner une leçon d'exhortation et d'admonition. Cet aspect moral sera adopté par la plupart des romanciers de l'époque ultérieure.

Au xiiie siècle apparut un nouveau style de poésie, où s'observe un mélange de vers syllabiques en chinois comportant un refrain kyŏnggi yŏcha ou kyŏng kui ŏttŏhaniitko (Comment le trouvez-vous ? ), et d'un autre style poétique dit de sijo, lui aussi syllabique, mais composé en coréen. Si le premier fut délaissé au xve siècle, le second sera de plus en plus exploité sous la dynastie des Yi (1392-1910).

L'invention de l'alphabet coréen et la poésie

Au début de cette nouvelle dynastie, la mise en usage des caractères mobiles métalliques d'imprimerie et l'invention de l'alphabet coréen laissèrent prévoir un essor considérable de la littérature coréenne. Cependant, la première de ces deux découvertes ne joua qu'un rôle minime dans le développement de la littérature ; en effet, si les Coréens arrivèrent à perfectionner et à utiliser la technique d'imprimerie à « caractères fondus » au plus tard au xiiie siècle, cette technique, jalousement réservée pour la plupart des cas à l'usage de la cour royale, ne put malheureusement pas contribuer à répandre les œuvres littéraires, qui continuaient d'être imprimées selon l'ancienne méthode xylographique.

En revanche, l'invention de l'alphabet coréen, en 1443, que l'on attribue au roi Sejong (règne : 1418-1450), marqua le début d'un renouveau de la littérature coréenne. Le premier essai en han'gŭl, nom donné à ce nouveau système d'écriture phonétique, fut tenté, sur l'ordre du roi Sejong, par Chŏng Inji (1396-1478) et plusieurs autres lettrés qui composèrent, en l'honneur des ancêtres de la dynastie des Yi, une grandiose poésie épique (Yongbi ŏch'ŏnga, 1445), encore alourdie, toutefois, par nombre de clichés d'origine chinoise.

Les poètes surent d'emblée profiter du han'gŭl, donnant ainsi leur forme définitive à deux styles poétiques, le sijo et le kasa (types de vers), dont on trouve quelques milliers d'exemples dans le Ch'ŏnggu yŏng'ŏn (Vers éternels de Corée, 1727) de Kim Ch'ŏnt'aek, dans le Haedong kayo (Chants de Corée, 1763) de Kim Sujang (1682- ?) et dans le Kagok wŏnryu (Origines des chants, 1876) de An Minyŏng. Le sijo est formé de trois chang (vers) dont chacun est constitué par un nombre de syllabes plus ou moins fixes (3, 4, 3 ou 4 et 4 syllabes + 3, 5, 4 et 3). Les auteurs, d'origine noble ou moins [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 15 pages

Écrit par :

  • : docteur d'État ès lettres, professeur à l'université de Paris-VII
  • : ancien ingénieur de recherche au CNRS, ancien directeur de l'Institut d'études coréennes du Collège de France, ancien chargé de cours à l'université de Paris-VII
  • : maître de conférences à l'UFR de langues et de civilisations d'Asie orientale à l'université de Paris-VII

Classification

Autres références

«  CORÉE  » est également traité dans :

CORÉE - Géographie

  • Écrit par 
  • Valérie GELÉZEAU, 
  • Jacques PEZEU-MASSABUAU
  •  • 1 830 mots
  •  • 1 média

Longue de 800 à 900 kilomètres, large en moyenne de 200 kilomètres, la péninsule coréenne (222 000 km2) a sa façade occidentale, toute en collines et en vastes estuaires, tournée au-delà de la mer Jaune, vers la Chine du Nord. À l'est au contraire, une haute chaîne montagneuse tombant droit dans la mer du Japon (mer de l'Est) fait face à l'archipel nippon. Cette dissymétrie […] Lire la suite

CORÉE - Histoire

  • Écrit par 
  • Jin-Mieung LI, 
  • Ogg LI, 
  • Madeleine PAUL-DAVID
  • , Universalis
  •  • 6 272 mots
  •  • 13 médias

La Corée est riche d'une longue tradition, qui est restée originale tout en se développant au contact de la Chine. Les nombreux mouvements de peuples dont l'Asie du Nord-Est a été le théâtre au cours de la période historique ont eu d'importantes répercussions sur la péninsule coréenne.La suzeraineté chinoise, établie dès l'époque des […] Lire la suite

CORÉE - Arts

  • Écrit par 
  • Laurence DENÈS, 
  • Arnauld LE BRUSQ, 
  • Madeleine PAUL-DAVID
  •  • 11 404 mots
  •  • 4 médias

Proche de la Chine, la Corée a été de bonne heure attirée dans l'orbite de sa puissante voisine. Elle en a reçu de nombreux apports, sans jamais vraiment complètement les assimiler, tout comme elle a constitué une importante tête de pont pour leur transmission vers le Japon. Dans une dynamique paradoxale de rejet dû à cette confrontation, la Corée a su tirer profit des diverses influences auxquell […] Lire la suite

CORÉE - Cinéma

  • Écrit par 
  • Adrien GOMBEAUD, 
  • Charles TESSON
  •  • 3 526 mots

Au début du troisième millénaire, la Corée du Sud est devenue un pays phare sur la carte du cinéma mondial. Dans l’ombre d’auteurs d’envergure internationale comme Bong Joon-ho, Hong Sang-soo ou Park Chan-wook, le pays produit un cinéma de genre très riche qui s’exporte sur tout le continent. Un retour au pr […] Lire la suite

CORÉES - Du rapprochement à la défiance

  • Écrit par 
  • Marie-Orange RIVÉ-LASAN
  •  • 2 909 mots

Les sociétés nord et sud-coréennes, confrontées en 2008 à la crise financière internationale comme le reste du monde, étaient déjà en proie à des incertitudes et à des difficultés économiques, politiques et sociales différentes, mais non pas moins cruciales. La crise larvée de part et d'autre du 38e parallèle n'est donc pas purement économique, mais traduit en plus, et depui […] Lire la suite

ASIE (Structure et milieu) - Géographie physique

  • Écrit par 
  • Pierre CARRIÈRE, 
  • Jean DELVERT, 
  • Xavier de PLANHOL
  •  • 34 837 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La péninsule coréenne »  : […] La péninsule coréenne comprend à la fois des éléments de socle et de pseudo-socle. Le socle précambrien, déjà représenté au nord par les Changbaishan et leur prolongement, le plateau de Kaima, se trouve au centre dans la région drainée par le Han, ainsi que dans le sud où il affleure dans la chaîne diagonale des monts Sobaek (1 915 m), mais il est masqué par des terrains sédimentaires crétacés dan […] Lire la suite

ASIE (Géographie humaine et régionale) - Dynamiques régionales

  • Écrit par 
  • Manuelle FRANCK, 
  • Bernard HOURCADE, 
  • Georges MUTIN, 
  • Philippe PELLETIER, 
  • Jean-Luc RACINE
  •  • 24 814 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Le national-développementalisme asiatique »  : […] Les pays d'Asie orientale ont vécu la confrontation avec le colonialisme et l'impérialisme venus d'Occident comme un enjeu majeur, et un traumatisme. L'accumulation de chocs, de guerres, de famines, de déplacements de population, de victimes, a engendré une capacité de résistance et de rebonds, une véritable « résilience asiatique » qui explique la vigueur actuelle de ces sociétés. Depuis plus d' […] Lire la suite

BOUDDHISME (Histoire) - L'expansion

  • Écrit par 
  • Jean NAUDOU
  •  • 3 127 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « En Corée et au Japon »  : […] La Corée était au iv e  siècle de notre ère morcelée en plusieurs royaumes, dont les principaux sont le Ko-kou-rye au nord-ouest, le Paik-tchei au sud-ouest, et le Sillā au sud-est. En 372, le roi des Jin (Shǎnxi) envoya le bonze Sunde avec des textes et des images à Ko-kou-rye. Douze ans plus tard, c'était au tour du Paik-tchei d'être évangélisé. Une cinquantaine d'années plus tard, Sillā reçut à […] Lire la suite

BOUDDHISME (Les grandes traditions) - Bouddhisme japonais

  • Écrit par 
  • Jean-Noël ROBERT
  •  • 13 527 mots

Dans le chapitre « Les moines étrangers »  : […] Le bouddhisme est une religion fondée sur une communauté monacale, le dernier des Trois Joyaux, chargée de conserver et de transmettre le Dharma, et d'assurer à ses membres un milieu propice aux pratiques de délivrance. Le cadre en est fourni par la discipline monastique à laquelle chaque moine s'engage lors de son ordination ; ce code disciplinaire ( ritsu en japonais, vinaya en sanscrit) est c […] Lire la suite

CHINE - Histoire jusqu'en 1949

  • Écrit par 
  • Jean CHESNEAUX, 
  • Jacques GERNET
  •  • 44 695 mots
  •  • 50 médias

Dans le chapitre « Les premiers Han (206 av. J.-C.-9 apr. J.-C.) »  : […] Les insurrections qui éclatent en 210 emportent la dynastie des Qin et se prolongent par une période d'anarchie, jusqu'aux environs de 196. Des pouvoirs régionaux indépendants – résurgence des anciens royaumes du iii e  siècle – se reconstituent à cette époque mais sont éliminés par Liu Bang, fondateur des premiers Han (dates traditionnelles : 206 av. J.-C.-9 apr. J.-C.) . Toutes les mesures prise […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Ogg LI, Marc ORANGE, Martine PROST, « CORÉE - Littérature », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/coree-litterature/