‘ABD AL-MU'MIN (entre 1094 et 1106-1163)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Propagateur d'un mouvement qui provoquera une révolution sans précédent dans l'histoire de l'Occident de l'islam, créateur d'un empire et d'une dynastie, revendiqué comme héros national par l'Algérie nouvelle, ‘Abd al-Mu'min est une des plus grandes figures de l'Occident musulman, figure encore mal connue, malgré les importantes découvertes des manuscrits de la bibliothèque de l'Escorial par E. Levi-Provençal.

Il naquit dans le petit village de Tadjara près de Nedroma à une date imprécise, entre 1094 et 1106 (487 et 500 de l'hégire). comme pour nombre d'hommes illustres, sa naissance fut entourée de miracles et, comme la plupart des réformateurs musulmans, il se construira une ascendance arabe et prophétique bien qu'il fût d'une humble origine et issu de la tribu berbère arabisée des Kumya (groupe des Zénètes). L'élément décisif et prodigieux de sa vie fut sa rencontre avec Ibn Tūmart, près de Bougie (actuelle Bejaïa), au cours de son voyage en Orient (1117). Le Maître du Sous reconnut en lui l'homme prédestiné : « La mission sur quoi repose la vie de la religion ne triomphera que par ‘Abd al-Mu'min, le flambeau des Almohades. »

Ibn Tūmart, « l'Impeccable », enseignera à son disciple préféré le dogme de l'« unicité » divine et l'entraînera vers le Maroc jusqu'à son village natal d'Igli. ‘Abd al-Mu'min s'installera avec lui à Tinmāl d'où le mahdi des Almohades prêchera la guerre sainte contre la dynastie des Almoravides dont la capitale, Marrakech, s'étend au pied de l'Atlas. Il lui succédera à la tête de la communauté almohade en 1130. Il lui faudra, néanmoins, trois ans pour imposer son autorité à tous ses sujets (1133). Dès lors commence une carrière politique en tout point admirable.

La conquête du Maroc, par le sud et les montagnes, fut longue, obstinée. Fès ne fut prise qu'en 1146, Marrakech, enfin si proche du berceau almohade, en 1147 seulement. Désormais maître du Maghreb almoravide, ‘Abd al-Mu'min s'attaqua à l'Algérie centrale et orientale puis à l'Ifrikiya (Tunisie) occupée en 1159 et 1160. Il poursuivit la conquête de l'Espagne musulmane, commencée dès 1145. En 1154, Grenade lui était livrée. ‘Abd al-Mu'min lui-même passa dans la Péninsule. Il s'apprêtait à une nouvelle campagne à partir de l'immense camp retranché établi face à Salé, le Ribat Al Fath (le camp de la victoire, l'actuel Rabat), lorsqu'il mourut, en mai 1163.

L'homme qui avait, en quelque trente ans, constitué un empire allant des rives de l'Océan aux Syrtes et du Sahara à l'Espagne centrale avait une psychologie complexe, un caractère qui se dégage mal des jugements contradictoires des contemporains et des historiens : réserve et piété, sens du compromis et esprit de conservation, mais aussi énergie, détermination et cruauté. L'intelligence politique est incontestable ; elle éclaire toute l'œuvre.

Cette œuvre est particulièrement importante, au-delà de la construction relativement fragile de la dynastie et de l'empire, dans le domaine de l'administration et de la civilisation. ‘Abd al-Mu'min, devenu Amir al-Muminin, se pose en concurrent du califat abbasside d'Orient. Il constitue une administration où s'allient les règles de la loi musulmane, les traditions de son entourage berbère, les nécessités imposées par la vastitude de son empire. L'organisation du makhzen du Maroc moderne conserve, à travers les siècles, beaucoup de ses principes.

Son rôle propre, celui de ses conseillers « almohades de la première heure » et celui des lettrés andalous auxquels il fait appel sont difficiles à évaluer. En fait, c'est de la puissante synthèse entre l'énergie berbère et la délicate culture andalouse imposée par une personne hors du commun que naît l'âge d'or almohade. Il se manifeste en art avec notamment les grandes mosquées de Taza, de Marrakech ou de Sfax, les forteresses comme celle de Rabat. Il brille aussi dans la littérature et la poésie. Le xiiie siècle maghrébin a été un des grands moments de la civilisation.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  'ABD AL-MU'MIN (entre 1094 et 1106-1163)  » est également traité dans :

ALMOHADES

  • Écrit par 
  • Maxime RODINSON
  •  • 964 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'ascension »  : […] Le fondateur, né vers 1080, en fut Muḥammad ibn ‘Abdallāh Ibn Tūmart, de la tribu Harġa du groupe des Masmuda. Étudiant en Orient, il subit l'influence des idées théologiques aš ‘arites, du grand docteur G̣azālī et aussi du shī‘isme. De retour au Maghreb vers 1110-1120, il attaqua les mœurs jugées contraires à la loi musulmane et aussi les fuqahā' (« clergé » des spécialistes en sciences religieu […] Lire la suite

IBN TŪMART MUḤAMMAD IBN ‘ABDALLĀH (1080-1130)

  • Écrit par 
  • Roger ARNALDEZ
  •  • 766 mots

Le mahdī des Almohades. Né dans l'Anti-Atlas marocain, d'une famille de la tribu berbère des Maṣmūda, il va à Cordoue, puis part pour l'Orient. Il rencontre à Alexandrie Abū Bakr al-Ṭurṭūshī, qui lutte pour restaurer le sunnisme et a écrit un livre contre les innovations. À Bagdād, il se trouve avec Abū Bakr al-Shāshī, le plus grand juriste shāfi‘ite de son temps, et avec al-Kiyā al-Harasī, discip […] Lire la suite

MARRAKECH

  • Écrit par 
  • Daniel NOIN, 
  • Henri TERRASSE
  • , Universalis
  •  • 2 118 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La capitale des Almohades »  : […] Après une âpre lutte d'une quinzaine d'années, les Almohades, sous le commandement de 'Abd al-Mu'min, cheminant d'abord à l'abri de la montagne, firent peu à peu la conquête du Maroc, puis remportèrent devant Tlemcen une victoire décisive. Revenant alors vers le Maroc, ils s'emparèrent en 1147 de Marrakech, où ils massacrèrent les princes almoravides. Pour 'Abd al-Mu'min victorieux, la prise de Ma […] Lire la suite

RABAT

  • Écrit par 
  • Raffaele CATTEDRA
  •  • 707 mots
  •  • 1 média

Déjà « ville impériale », Rabat est choisie en 1912 (début du protectorat français), au détriment de Fès, pour être la capitale du Royaume du Maroc, fonction qu'elle conserva après l'indépendance. Située sur la côte atlantique à l'embouchure de l'oued Bou Regreg, sur la rive gauche, elle forme avec sa jumelle Salé, placée en face et reliée par un pont, une conurbation de 1,7 million d'habitants ( […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Louis MIÈGE, « ‘ABD AL-MU'MIN (entre 1094 et 1106-1163) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/abd-al-mu-min/