HAUT ATLAS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Vallée de l'Ourika (Maroc)

Vallée de l'Ourika (Maroc)
Crédits : Insight Guides

photographie

Amandiers dans le Haut-Atlas, Maroc

Amandiers dans le Haut-Atlas, Maroc
Crédits : B. Morandi/ Robert Harding World Imagery/ Getty

photographie


Principal massif montagneux du Maroc et du Maghreb, orienté d'ouest-sud-ouest à est-nord-est, le Haut Atlas s'étire sur plus de 700 kilomètres, de l'Atlantique au Maroc oriental, sur une largeur de 50 à 100 kilomètres. Plusieurs sommets dépassent 4 000 mètres (point culminant : djebel Toubkal, 4 165 m). La chaîne, formée par un massif de roches paléozoïques entouré d'assises sédimentaires, date, pour l'essentiel, des mouvements tertiaires. Elle est entaillée de vallées courtes et profondes. Les cols sont élevés et dépassent 2 000 mètres (Tizi n-‘Test, 2 225 m ; Tizi n-‘Tichka, 2 267 m). Le versant nord, relativement humide, est largement couvert de forêts de chênes verts. Il est enneigé l'hiver à partir de 1 200 mètres. L'aridité du versant sud ne permet qu'une végétation steppique d'armoise et d'alfa.

Vallée de l'Ourika (Maroc)

Vallée de l'Ourika (Maroc)

photographie

Située au sud de Marrakech, la vallée de l'Ourika, régulièrement arrosée par les abondantes crues de l'oued, présente un paysage de cultures sur de petites parcelles jusqu'aux élévations des contreforts de l'Atlas. Le vert de la végétation contraste ici avec le rouge de la terre à flanc... 

Crédits : Insight Guides

Afficher

L'occupation humaine est importante, mais elle diffère profondément à l'est et à l'ouest. Le Haut Atlas oriental est faiblement peuplé par des Berbères de dialecte tamazirt. Ce sont des pasteurs semi-nomades, dont l'installation a été relativement tardive, vivant surtout d'élevage de chèvres et de moutons et passant de nombreux mois, ou l'année entière, sous la tente. Le Haut Atlas occidental est plus densément peuplé par des Berbères de dialecte tachelhit. Ce sont des paysans sédentaires occupant la montagne depuis très longtemps, probablement depuis le Néolithique ; utilisant au mieux les pacages, les terres cultivables et l'eau, ils sont à la fois agriculteurs, arboriculteurs et éleveurs. Ils cultivent, sur de petits champs irrigués en terrasse, de l'orge, du maïs, des légumes, des oliviers, des amandiers, des noyers. Mais les ressources sont insuffisantes, bien qu'il existe des gisements de minerai de fer, de cuivre, de plomb, de zinc et de manganèse. Le commerce et l'artisanat, qui ne fournissent que de maigres compléments, et le tourisme, qui se développe (station de sports d'hiver à Oukaïmeden, parc national de Toubkal), ne parviennent toutefois pas à fixer les habitants.

Amandiers dans le Haut-Atlas, Maroc

Amandiers dans le Haut-Atlas, Maroc

photographie

Floraison des amandiers dans le Haut Atlas, à la fin de l'hiver. 

Crédits : B. Morandi/ Robert Harding World Imagery/ Getty

Afficher

Le réseau routier est réduit et beaucoup de vallées sont encore très isolées. Le Haut Atlas ne possède que quelques petites agglomérations réparties sur le piémont, pour la plupart, dans l'aire de rayonnement de Marrakech.

—  Daniel NOIN

Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université de Paris-I

Classification


Autres références

«  HAUT ATLAS  » est également traité dans :

MAGHREB - Géologie

  • Écrit par 
  • Michel DURAND-DELGA
  •  • 4 083 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La chaîne intracontinentale des Atlas »  : […] La chaîne des Atlas, d'âge cénozoïque, aux plissements relativement modérés, affecte une puissante série sédimentaire mésozoïque subsidente, souvent continentale, ou en tout cas n'ayant jamais les caractères de dépôts de mer profonde. On peut distinguer dans cette série plusieurs ombilics indépendants, variables suivant les périodes, qui traduisent l'affaissement de panneaux le long de grandes fa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maghreb-structure-et-milieu/#i_32859

MAROC

  • Écrit par 
  • Raffaele CATTEDRA, 
  • Myriam CATUSSE, 
  • Fernand JOLY, 
  • Luis MARTINEZ, 
  • Jean-Louis MIÈGE
  • , Universalis
  •  • 20 326 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Un relief très diversifié »  : […] Parmi les pays de l'Afrique du Nord, le Maroc se distingue à la fois par l'altitude plus élevée de ses montagnes et par la remarquable extension des plaines et des plateaux. Le Haut Atlas occidental compte plusieurs sommets dépassant quatre mille mètres, dont le djebel Toubkal (4 165 m) qui est le point culminant de toute l'Afrique du Nord. En revanche, les surfaces planes ou peu accidentées cou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maroc/#i_32859

Pour citer l’article

Daniel NOIN, « HAUT ATLAS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/haut-atlas/