ALLERGIE & HYPERSENSIBILITÉ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Syndromes allergiques expérimentaux

Réactions d'hypersensibilité du type immédiat

Anaphylaxie générale

Anaphylaxie signifie étymologiquement le « contraire de la protection ». Ce terme a été forgé en 1902 par deux savants français, Richet et Portier, pour désigner un phénomène biologique nouveau qu'ils venaient de découvrir et dont la nature se trouve résumée dans la phrase suivante : « une substance injectée à une dose insuffisante pour tuer ou même rendre malade un animal normal détermine des accidents foudroyants et mortels chez un animal qui, quelques semaines auparavant, avait reçu cette même substance » sans qu'il paraisse en avoir souffert.

Charles Richet

Charles Richet

Photographie

Le physiologiste français Charles Richet (1850-1935) découvre, avec Paul Portier (1866-1962), l'anaphylaxie, découverte qui lui vaut le prix Nobel de médecine en 1913. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Avec la découverte de l'anaphylaxie s'est posé brutalement l'ensemble du problème de l'hypersensibilité, qui avait jusqu'alors échappé à l'attention des biologistes et des cliniciens. Richet et Portier cherchaient l'immunité, ils découvrent l'hypersensibilité. C'est que, comme nous l'avons vu, immunité et hypersensibilité ne sont que deux expressions du même phénomène fondamental, qui traduit l'aptitude de l'organisme à reconnaître des substances ayant qualité d'antigènes et à réagir immunologiquement contre elles.

Conditions de l'induction de l'anaphylaxie

L'anaphylaxie est définie en trois termes : 1o l'injection préparante, qui induit l'état de sensibilisation ; 2o la période de latence, qui correspond au délai nécessaire à la synthèse d'anticorps contre la substance sensibilisante ; 3o l'injection déclenchante, qui démasque l'état d'hypersensibilité en entraînant les désordres caractéristiques.

Le nombre des substances anaphylactisantes, capables de sensibiliser un mammifère supérieur et l'homme, est illimité : protéines d'origine animale ou végétale, protéines bactériennes ou extraites de divers parasites métazoaires, polyosides, lipides, substances chimiques ou médicamenteuses.

Les doses d'antigène nécessaires pour sensibiliser un individu sont en général très faibles. C'est une des particularités, et non la moins étonnante, de ce phénomène biologique que de pouvoir créer un état de sensibilisation d'extrême gravité, en a [...]


Médias de l’article

Hypersensibilité allergique

Hypersensibilité allergique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Charles Richet

Charles Richet
Crédits : Hulton Getty

photographie



1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 19 pages




Écrit par :

  • : membre de l'Institut, professeur au Collège de France, directeur de l'Institut d'immunologie
  • : docteur en médecine, adjunct professor of medicine, division of rheumatology-allergy, University of California, Davis.
  • : docteur vétérinaire, chef de laboratoire
  • : professeur d'immunologie à l'université de Lyon-I-Claude-Bernard

Classification


Autres références

«  ALLERGIE & HYPERSENSIBILITÉ  » est également traité dans :

ACARIENS

  • Écrit par 
  • Jean-Louis CONNAT, 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 6 633 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre «  Acariens et maladies »  : […] Les acariens sont à l'origine de nombreuses maladies ou nuisances chez l'homme, les animaux et les plantes. Chez l'homme, les deux maladies les plus connues sont la maladie de Lyme et la gale. La première, rencontrée essentiellement dans les zones tempérées, est une infection bactérienne dont les atteintes chroniques peuvent être redoutables. Elle est propagée par les tiques qui transmettent, lor […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/acariens/#i_7722

ALIMENTATION (Aliments) - Risques alimentaires

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre RUASSE
  •  • 4 747 mots

Dans le chapitre « Contaminations accidentelles »  : […] La présence de produits chimiques nocifs à une concentration élevée dans l'eau de boisson ou les aliments est toujours accidentelle. Citons pour mémoire les contaminations par l'arsenic, le fluor, le sélénium et autres composés minéraux. Un cas particulier, remis en lumière par des intoxications graves, est celui de la contamination mercurielle liée à des déversements en mer de déchets industrie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alimentation-aliments-risques-alimentaires/#i_7722

ANESTHÉSIE

  • Écrit par 
  • Francis BONNET, 
  • François CHAST
  •  • 4 116 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Rôle du médecin anesthésiste »  : […] Le médecin anesthésiste est responsable de la conduite de l'anesthésie. Son activité s'exerce d'abord lors de la consultation préanesthésique, ensuite au bloc opératoire pendant l'anesthésie, et au décours dans la salle de surveillance postopératoire (« salle de réveil »). Le médecin anesthésiste intervient également en cas de complication postopératoire et détermine la stratégie de prise en charg […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anesthesie/#i_7722

ANTIBIOTIQUES

  • Écrit par 
  • Patrice COURVALIN, 
  • François DENIS, 
  • Marie-Cécile PLOY, 
  • Michel PRIVAT DE GARILHE, 
  • Patrick TRIEU-CUOT
  • , Universalis
  •  • 6 938 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Valeur thérapeutique »  : […] La plupart des espèces bactériennes infectieuses, qui paraissaient redoutables à nos ancêtres et jusqu'en 1940, sont maintenant neutralisées par l'un ou l'autre des antibiotiques majeurs qui constituent l'arsenal thérapeutique actuel. Les antibiotiques agissent comme inhibiteurs des systèmes biochimiques indispensables à la vie et à la reproduction des cellules. Leur valeur thérapeutique dépend do […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antibiotiques/#i_7722

ASTHME

  • Écrit par 
  • Philippe GODARD, 
  • François-Bernard MICHEL
  •  • 5 848 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les facteurs immuno-allergiques »  : […] L' atopie est, comme on l'a vu, l'aptitude qu'a un organisme à se sensibiliser à un allergène de l'environnement, ce qui signe la présence chez le sujet de lymphocytes producteurs de l'IgE qui reconnaît cet allergène. Cela se manifeste par un test cutané positif à un de ces allergènes, mais n'indique pas qu'il y a des symptômes, en particulier pour ce qui nous intéresse ici, de la rhinite ou de l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/asthme/#i_7722

ASTHME ET IMMUNITÉ INNÉE

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 2 487 mots
  •  • 1 média

L’asthme et d’autres maladies allergiques du système respiratoire, comme les rhinites allergiques, sont en augmentation depuis plusieurs dizaines d’années dans presque tous les pays. On peut même, selon Thomas Platts-Mills, un allergologue de l’université de Virginie, tenir l’asthme pour une sorte d’épidémie qui ne cesse de se développer depuis 1870. Le phénomène est particulièrement criant chez […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/asthme-et-immunite-innee/#i_7722

ASTHME POLLINIQUE

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 766 mots

La majorité des syndromes asthmatiques est provoquée par des substances produites dans l'environnement naturel et dont l'effet est, le cas échéant, amplifié par la pollution atmosphérique. Parmi ces substances, les pollens et les spores de moisissures, jouent un rôle dominant. En effet, l'étude de la fréquence des cas d'asthme dans le temps et en un lieu donné montre que sur un niveau de base, qu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/asthme-pollinique/#i_7722

ASTHMES PROFESSIONNELS

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 809 mots

L'asthme et les syndromes asthmatiques sont largement liés à l'environnement : pollens à certaines périodes de l'année, acariens, poils de chat et poussières dans la sphère domestique, etc. Une catégorie particulière de l'étiologie environnementale des asthmes est celle des asthmes liés plus particulièrement à l'exercice d'une profession. Appelées asthmes professionnels, ces maladies sont associé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/asthmes-professionnels/#i_7722

CHIMIOSENSIBILITÉ ET ALLERGIE MÉDICAMENTEUSE

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 144 mots

Une réaction d'hypersensibilité vis-à-vis d'agents thérapeutiques dépend de la production d'anticorps par l'organisme d'un sujet préalablement exposé à certains médicaments ou substances chimiques. D'aucuns (tétracycline, digitale) déclenchent rarement une telle réponse, d'autres (pénicilline) le font plus souvent. Les symptômes sont variables selon les agents en cause et selon les personnes – don […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chimiosensibilite-et-allergie-medicamenteuse/#i_7722

DERMATITES ou DERMITES

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 540 mots

La dermatite est une inflammation de la peau. Le terme eczéma désigne plus particulièrement les dermatites caractérisées par une rougeur, un œdème, la formation de vésicules, un suintement et presque toujours des démangeaisons. Il existe divers types de dermatites. L'eczéma de contact est dû au contact de la peau avec une substance irritante ou un produit auquel la personne est allergique. Une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dermatites-dermites/#i_7722

DERMATOLOGIE

  • Écrit par 
  • Robert DEGOS
  •  • 4 579 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Facteurs chimiques »  : […] Les substances chimiques agissent par causticité (escarres, ulcérations nécrotiques) ou par irritation orthoergique. Les dermites de contact (« dermites artificielles ») se traduisent par des nappes érythémato-œdémateuses, vésiculeuses (eczéma) ou bulleuses, dont le siège et la configuration sont des éléments essentiels du diagnostic. Lorsqu'il s'agit d'une allergie, celle-ci est du type « retard […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dermatologie/#i_7722

ECZÉMA

  • Écrit par 
  • Pierre de GRACIANSKY
  •  • 542 mots
  •  • 1 média

Morphologiquement, l'eczéma est caractérisé par une vésiculette résultant d'une « spongiose » de l'épiderme . Elle survient sur un placard érythémato-chagriné qui la précède, est suivie d'un suintement, puis d'une desquamation et, enfin, d'un stade de réparation. L'éruption, toujours très prurigineuse, se complique d'infection et souvent de lichénification. L'importance et la durée de chacun de s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eczema/#i_7722

ECZÉMATIDES

  • Écrit par 
  • Pierre de GRACIANSKY
  •  • 336 mots

Se présentant sous forme d'éléments érythématosquameux, les eczématides sont d'aspect et de topographie divers : gras, en taches polycycliques bien limitées dans les régions de la séborrhée (eczématide figurée stéatoïde) ; épais et simulant le psoriasis (eczématide psoriasiforme) ; ou plus fins, moins érythémateux, réduits parfois à une desquamation furfuracée (eczématide pityriasiforme) ; figuran […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eczematides/#i_7722

FOIE

  • Écrit par 
  • Jean ANDRE, 
  • Jacques CAROLI, 
  • Yves HECHT
  •  • 15 671 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Hépatites médicamenteuses »  : […] De nombreux médicaments sont susceptibles d'entraîner une hépatite dont la symptomatologie est tout à fait comparable à celle des hépatites virales que nous venons de voir. L'énumération de ces médicaments serait très longue. Ce peuvent être des tranquillisants, des anti-inflammatoires, des antirhumatismaux, des anesthésiques, certains antibiotiques, des hormones. Il vient d'être fait allusion au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/foie/#i_7722

GREFFES

  • Écrit par 
  • Jean PAUPE
  •  • 3 725 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Rôle de l'hypersensibilité cellulaire »  : […] L'absence d'intervention obligatoire des anticorps circulants conduit à penser que le phénomène de rejet est à rapprocher de l'hypersensibilité retardée à médiation cellulaire au cours de laquelle, précisément, les anticorps circulants n'interviennent pas. Il s'agit d'un conditionnement cellulaire où le rôle principal est assuré par le lymphocyte, qui enregistre la stimulation antigénique et rép […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/greffes/#i_7722

HALPERN BERNARD (1904-1978)

  • Écrit par 
  • Panayotis LIACOPOULOS
  •  • 809 mots

Médecin français, Bernard Halpern a inauguré la thérapeutique rationnelle des maladies allergiques par la découverte du premier antihistaminique utilisable chez l'homme. Né à Tarnos-Rude (Ukraine) dans une famille juive, déporté à l'âge de onze ans avec sa famille en Sibérie, libéré par la révolution de 1917, Halpern part bientôt pour la Pologne, où il fait un bref séjour, puis vient en France en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bernard-halpern/#i_7722

HISTAMINE

  • Écrit par 
  • Serge BONFILS, 
  • Bernard HALPERN
  •  • 3 686 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Applications thérapeutiques »  : […] Les effets remarquables des antagonistes de l'histamine, dans les réactions d'hypersensibilité expérimentale, autorisaient des tentatives thérapeutiques dans les maladies allergiques, qui relèvent fondamentalement des mêmes processus immunologiques. Les résultats obtenus ont largement confirmé cette thèse. Conformément à leurs propriétés pharmacologiques, les antihistaminiques ont trouvé leurs ind […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histamine/#i_7722

IATROGÈNE PATHOLOGIE

  • Écrit par 
  • Edith ALBENGRES
  •  • 1 005 mots

Ce sont les états pathologiques liés à l'administration d'un médicament quand ce dernier est donné dans la bonne indication, à la bonne posologie, et qu'il a été correctement pris par le malade, c'est-à-dire en dehors de toute erreur thérapeutique. Cela souligne le caractère inévitablement agressif à des degrés divers de la plupart des médicaments. On estime que 20 p. 100 des individus qui prennen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pathologie-iatrogene/#i_7722

IMMUNITÉ, biologie

  • Écrit par 
  • Joseph ALOUF, 
  • Michel FOUGEREAU, 
  • Dominique KAISERLIAN-NICOLAS, 
  • Jean-Pierre REVILLARD
  •  • 21 516 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Les formations lymphoïdes associées aux muqueuses »  : […] Les muqueuses contiennent des leucocytes intra-épithéliaux constitués de lymphocytes T, pour la plupart CD8 + (cf.  Immunocytes ) et de cellules tueuses naturelles ou lymphocytes NK. Ces cellules lymphoïdes interagissent avec l'épithélium muqueux et produisent des lymphokines qui contrôlent la prolifération et la différenciation des cellules épithéliales. La lamina propria de l'intestin et le ti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/immunite-biologie/#i_7722

IMMUNITÉ INTESTINALE

  • Écrit par 
  • François GERBE, 
  • Emmanuelle SIDOT
  •  • 5 196 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Implication des cellules tuft dans l’immunité de type 2 »  : […] La mise en évidence du rôle des cellules tuft dans la réaction immune de type 2 a été marquée par la publication, en 2016, de manière quasi concomitante, de trois articles émanant chacun d‘un groupe de recherche indépendant, aboutissant à des conclusions complémentaires. De manière remarquable, ces trois études décrivirent un phénomène rapide d’amplification du nombre de cellules tuft dans des sou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/immunite-intestinale/#i_7722

IMMUNOLOGIE

  • Écrit par 
  • Joseph ALOUF, 
  • Pierre GRABAR
  •  • 5 242 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La réactivité nocive »  : […] Jusqu'en 1902, tous les phénomènes immunologiques observés étaient considérés comme faisant partie d'un mécanisme général de défense de l'organisme. Mais, cette année-là, Richet et Portier ont observé un fait inattendu en étudiant l'action toxique d'extraits des tentacules de Actinaria . Une seconde injection de ces extraits n'induisait pas une augmentation de la protection d'un animal, mais au c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/immunologie/#i_7722

MÉDICAMENTS GÉNÉRIQUES

  • Écrit par 
  • Chantal GUÉNIOT
  •  • 2 688 mots

Dans le chapitre « Précautions d'emploi »  : […] Qu'elles soient liées à la forme galénique ou aux excipients, de telles variations sont le plus souvent sans conséquences, en particulier lorsqu'il s'agit de débuter un traitement ou de prendre des médicaments de manière intermittente, pour soulager des douleurs, par exemple. En revanche, en cas de traitement prolongé requérant un ajustement précis des doses, le remplacement d'un médicament par so […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/medicaments-generiques/#i_7722

MICROBIOME ET SANTÉ

  • Écrit par 
  • Chih-Jung CHANG, 
  • Yun-Fei KO, 
  • Hsin-Chih LAI, 
  • Jan MARTEL, 
  • David OJCIUS, 
  • John D. YOUNG
  •  • 6 522 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Microbiote intestinal et allergies »  : […] Une manifestation d’ allergie est due à la libération de molécules comme l’histamine et les anticorps IgE par des cellules du système immunitaire. Cette libération peut être accidentelle, mais elle est le plus souvent liée à la reconnaissance par le système immunitaire de molécules, les allergènes, contre lesquelles il n’a pas appris à réagir correctement et répond alors de manière excessive. Or […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/microbiome-et-sante/#i_7722

MYCOBACTÉRIES

  • Écrit par 
  • Carlo COCITO, 
  • Gabriel GACHELIN
  • , Universalis
  •  • 4 318 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La lèpre »  : […] La lèpre est une mycobactériose due à M. leprae . Elle affecte tous les tissus du corps (sauf le système nerveux central), mais les lésions les plus apparentes intéressent la peau et les nerfs. Les malades qui, à certains stades de la lèpre, éliminent des quantités considérables de bacilles par les muqueuses, sont la source principale de contagion. Toutefois, la découverte de bactéries identiques […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mycobacteries/#i_7722

ŒIL HUMAIN

  • Écrit par 
  • Jean-Antoine BERNARD, 
  • Guy OFFRET
  •  • 11 131 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Maladies de la conjonctive »  : […] Les maladies de la conjonctive sont très fréquentes. Il s'agit surtout des conjonctivites , qui sont dues à l'infection, aux phénomènes allergiques ou à une irritation physique ou chimique. Les symptômes d'une conjonctivite sont la congestion (l'œil est rouge), le larmoiement (avec parfois photophobie), les sécrétions plus ou moins purulentes, avec yeux collés le matin, enfin la sensation de cuiss […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oeil-humain/#i_7722

PALYNOLOGIE

  • Écrit par 
  • Armand PONS
  •  • 2 303 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'aéropalynologie et ses applications »  : […] Certains types de pollens et de spores peuvent être pour l'homme la cause directe de troubles allergiques plus ou moins graves ( coryza spasmodique ou «  rhume des foins », trachéite spasmodique et asthme bronchique), qui constituent la pollinose . L'identification précise du végétal producteur des grains allergènes (Graminées surtout, platane, mûrier de Chine, Composées avec les armoises et les a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/palynologie/#i_7722

PRURIT

  • Écrit par 
  • Pierre de GRACIANSKY
  •  • 278 mots

C'est un symptôme désagréable qui amène le patient à gratter les zones affectées, d'où des excoriations, porte d'entrée d'infections, et, chez certains sujets, des lichénifications et des dyschromies. Le prurit accompagne ou même précède d'innombrables dermatoses. Il peut être dû à un facteur externe tel qu'une parasitose (insectes divers : puces ou poux, par exemple ; acariens : dans les gales). […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/prurit/#i_7722

RESPIRATOIRE (APPAREIL) - Pathologie

  • Écrit par 
  • Raoul KOURILSKY
  •  • 27 404 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Effets spécifiques »  : […] Dans les dix à quinze jours qui suivent la pénétration, l'évolution du foyer initial est modifiée par l'apparition de réactions induites par le bacille dans les lymphocytes responsables des réactions spécifiques de défense. Le premier effet est de faire apparaître une propriété spéciale dans une lignée particulière de cellules lymphoïdes. Lorsqu'elles sont en présence des antigènes tuberculeux, ce […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/respiratoire-appareil-pathologie/#i_7722

RHUME DES FOINS

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 184 mots

Aussi appelé coryza spasmodique, le rhume des foins est une rhinite allergique, c'est-à-dire une pathologie d'hypersécrétion et congestion nasale saisonnièrement récurrente, accompagnée de larmoiement et d'irritation conjonctivale déclenchés par le pollen de certaines plantes (troène, graminées, par exemple) chez lesquelles la fécondation croisée nécessite le transport du pollen par le vent. Le c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rhume-des-foins/#i_7722

SANTÉ - Santé et maladies

  • Écrit par 
  • Jean-Yves NAU, 
  • Henri PÉQUIGNOT
  •  • 10 373 mots

Dans le chapitre « Allergie et immunité »  : […] La maladie nécessite toujours une complicité de l'organisme. Cette complicité se marque dans le fait que, sous l'influence d'un microbe, seuls tombent malades les espèces ou les individus qui n'ont vis-à-vis de ce germe ni une immunité ni une indifférence naturelles. Le tube digestif abrite des germes nombreux (colibacille par exemple), qui ne sont pas pathogènes mais saprophytes, en effet, ils ne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sante-sante-et-maladies/#i_7722

SÉROTONINE

  • Écrit par 
  • Michel HAMON
  •  • 3 883 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les fonctions périphériques »  : […] La 5-HT peut intervenir dans de nombreuses fonctions périphériques, tantôt comme agent pharmacologique, tantôt comme messager chimique. Le tractus gastro-intestinal . À ce niveau, la 5-HT agit soit directement en activant le péristaltisme intestinal et en provoquant les contractions généralisées (d'ailleurs mises à profit pour le dosage biologique), soit indirectement par l'intermédiaire du systè […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/serotonine/#i_7722

TATOUAGE

  • Écrit par 
  • Catherine GROGNARD, 
  • Dominique PAQUET
  •  • 6 782 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Techniques de détatouage »  : […] Parmi les effets indésirables du tatouage figurent en bonne place les réactions allergiques dues aux sels métalliques utilisés pour confectionner les couleurs. Ces réactions, de plus en plus rares grâce à l'emploi de substances non réactogènes, restent difficilement prévisibles. La couleur rouge, obtenue à partir du cinabre ou sulfure de mercure, et occasionnellement le vert, obtenu à partir du c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tatouage/#i_7722

URTICAIRES

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 480 mots
  •  • 1 média

L' urticaire est une réaction d'hypersensibilité cutanée caractérisée par la survenue soudaine de papules et plaques, formant de légères élevures de la peau dont le sommet est plan. Provoquant des démangeaisons et des sensations de brûlure, elles sont habituellement rouges ou plus pâles que la peau les entourant. Dans la forme aiguë, les lésions cutanées cèdent au bout de six à vingt-quatre heures […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/urticaires/#i_7722

VENINS

  • Écrit par 
  • Jean-Philippe CHIPPAUX, 
  • Max GOYFFON
  •  • 6 917 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les venins en recherche biologique et médicale »  : […] La spécificité et le nombre élevé des molécules entrant dans la composition du venin et leur puissante activité ont été à la base de nombreuses recherches en immunologie, hématologie et neurologie (tableau ). Dans son Traité sur le venin de la vipère (1781), l'abbé Felice Fontana fonda ce que l'on appelle aujourd'hui la toxinologie, discipline qui traite spécifiquement de l'étude des toxines (str […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/venins/#i_7722

Voir aussi

Pour citer l’article

Bernard HALPERN, Georges HALPERN, Salah MECHERI, Jean-Pierre REVILLARD, « ALLERGIE & HYPERSENSIBILITÉ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/allergie-et-hypersensibilite/