ALLERGIE & HYPERSENSIBILITÉ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Classification des réactions allergiques

Classification selon le mode de transfert

Les réactions immunitaires sont subdivisées en deux catégories, l'immunité humorale et l'immunité cellulaire, selon la nature des mécanismes effecteurs mis en jeu. Le principe de cette distinction repose sur des expériences de transfert d'immunité. Ayant introduit un immunogène chez un animal de façon à induire une réponse immunitaire active, on cherche à transmettre à un receveur de la même espèce l'état de protection spécifique du donneur. On parle d'immunité humorale lorsque le transfert passif peut être assuré par les anticorps contenus dans le sérum du donneur, et d'immunité cellulaire lorsque le transfert adoptif ne peut pas être obtenu avec des anticorps mais seulement à l'aide de lymphocytes T du donneur sensibilisé. Les mêmes expériences de transfert permettent de distinguer, parmi les phénomènes d'hypersensibilité, des réactions à médiation humorale et des réactions à médiation cellulaire.

Classification selon le délai d'apparition

En fonction de leur déroulement dans le temps, les réactions allergiques ont été classées en deux catégories, à partir de l'observation des réactions locales obtenues par injection intradermique de l'antigène chez un sujet sensibilisé :

– les réactions d'hypersensibilité de type immédiat qui surviennent très rapidement après le contact avec l'allergène. L'anaphylaxie cutanée apparaît en quelques minutes. La réaction d'Arthus, parfois désignée sous le nom d'hypersensibilité semi-retardée, atteint son maximum 3 à 6 heures après le contact avec l'allergène ;

– les réactions d'hypersensibilité du type retardé n'apparaissent que plusieurs heures après l'injection intradermique de l'antigène et persistent plus longtemps que les précédentes : elles atteignent leur maximum en 18 à 24 heures chez le cobaye, et en 48 à 72 heures chez l'homme.

Classification selon l'aspect des lésions

En utilisant le modèle des réactions locales consécutives au contact de l'allergène avec la peau du sujet sensibilisé, on peut distinguer trois catégories de lésions macroscopiques et microscopiques .

Hypersensibilité allergique

Tableau : Hypersensibilité allergique

Typologie des réactions. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

La réaction d'anaphylaxie locale se présente comme une papule d'urticaire avec œdème localisé et érythème. L'examen histologique des coupes obtenues par biopsie cutanée révèle un œdème du derme avec accumulation des globules rouges dans les espaces extravasculaires. Des cellules particulières, les mastocytes, ont subi un phénomène de « dégranulation » : leurs granules intracytoplasmiques sont vidés de leur contenu. L'étude en microscopie à fluorescence permet de vérifier l'absence de dépôts d'immunoglobulines et de complément.

La réaction d'Arthus se traduit par un piqueté hémorragique infiltrant le derme (purpura ou pétéchies) et, dans ses formes plus intenses, par une nécrose du derme. L'examen histologique révèle la présence de thromboses des artérioles ou des capillaires avec accumulation de polynucléaires neutrophiles : l'étude en immunofluorescence montre des dépôts d'immunoglobulines, de complément et de fibrine au niveau des lésions.

La réaction d'hypersensibilité de type retardé comporte la formation d'un nodule induré associé à un érythème. L'examen histologique montre l'accumulation de cellules mononucléées : monocytes et macrophages, lymphocytes, lymphoblastes et quelques plasmocytes. En immunofluorescence on retient l'absence de complément et d'immunoglobulines dans cette lésion.

Classification selon les mécanismes immunologiques

La diversité des lésions, des délais d'apparition et des modes de transfert des réactions d'hypersensibilité, correspond à la mise en jeu de mécanismes différents. Deux immunologistes britanniques, Philip Gell et Robert Coombs, ont proposé une classification des réactions allergiques en quatre types selon leur mécanisme :

Type I : réaction anaphylactique et allergie « atopique »

Dans ce type de réaction, les anticorps ou « réagines », de classe IgE se fixent par leur extrêmité Fc à des récepteurs situés sur la paroi des mastocytes dans les tissus et des polynucléaires basophiles dans le sang. La réaction de ces anticorps avec un antigène susceptible d'établir un pontage entre deux récepteurs voisins, c'est-à-dire portant au moins deux déterminants identiques suffisamment rapprochés, entraîne la dégranulation des mastocytes et la libér [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 19 pages

Médias de l’article

Hypersensibilité allergique

Hypersensibilité allergique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Charles Richet

Charles Richet
Crédits : US National Library of Medicine

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : membre de l'Institut, professeur au Collège de France, directeur de l'Institut d'immunologie
  • : docteur en médecine, adjunct professor of medicine, division of rheumatology-allergy, University of California, Davis.
  • : docteur vétérinaire, chef de laboratoire
  • : professeur d'immunologie à l'université de Lyon-I-Claude-Bernard

Classification

Autres références

«  ALLERGIE & HYPERSENSIBILITÉ  » est également traité dans :

ACARIENS

  • Écrit par 
  • Jean-Louis CONNAT, 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 6 635 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre «  Acariens et maladies »  : […] Les acariens sont à l'origine de nombreuses maladies ou nuisances chez l'homme, les animaux et les plantes. Chez l'homme, les deux maladies les plus connues sont la maladie de Lyme et la gale. La première, rencontrée essentiellement dans les zones tempérées, est une infection bactérienne dont les atteintes chroniques peuvent être redoutables. Elle est propagée par les tiques qui transmettent, lor […] Lire la suite

ALIMENTATION (Aliments) - Risques alimentaires

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre RUASSE
  •  • 4 747 mots

Dans le chapitre « Contaminations accidentelles »  : […] La présence de produits chimiques nocifs à une concentration élevée dans l'eau de boisson ou les aliments est toujours accidentelle. Citons pour mémoire les contaminations par l'arsenic, le fluor, le sélénium et autres composés minéraux. Un cas particulier, remis en lumière par des intoxications graves, est celui de la contamination mercurielle liée à des déversements en mer de déchets industrie […] Lire la suite

ANESTHÉSIE

  • Écrit par 
  • Francis BONNET, 
  • François CHAST
  •  • 4 116 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Rôle du médecin anesthésiste »  : […] Le médecin anesthésiste est responsable de la conduite de l'anesthésie. Son activité s'exerce d'abord lors de la consultation préanesthésique, ensuite au bloc opératoire pendant l'anesthésie, et au décours dans la salle de surveillance postopératoire (« salle de réveil »). Le médecin anesthésiste intervient également en cas de complication postopératoire et détermine la stratégie de prise en charg […] Lire la suite

ANTIBIOTIQUES

  • Écrit par 
  • Patrice COURVALIN, 
  • François DENIS, 
  • Marie-Cécile PLOY, 
  • Michel PRIVAT DE GARILHE, 
  • Patrick TRIEU-CUOT
  • , Universalis
  •  • 6 940 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Valeur thérapeutique »  : […] La plupart des espèces bactériennes infectieuses, qui paraissaient redoutables à nos ancêtres et jusqu'en 1940, sont maintenant neutralisées par l'un ou l'autre des antibiotiques majeurs qui constituent l'arsenal thérapeutique actuel. Les antibiotiques agissent comme inhibiteurs des systèmes biochimiques indispensables à la vie et à la reproduction des cellules. Leur valeur thérapeutique dépend do […] Lire la suite

ASTHME

  • Écrit par 
  • Philippe GODARD, 
  • François-Bernard MICHEL
  •  • 5 849 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les facteurs immuno-allergiques »  : […] L' atopie est, comme on l'a vu, l'aptitude qu'a un organisme à se sensibiliser à un allergène de l'environnement, ce qui signe la présence chez le sujet de lymphocytes producteurs de l'IgE qui reconnaît cet allergène. Cela se manifeste par un test cutané positif à un de ces allergènes, mais n'indique pas qu'il y a des symptômes, en particulier pour ce qui nous intéresse ici, de la rhinite ou de l' […] Lire la suite

ASTHME ET IMMUNITÉ INNÉE

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 2 488 mots
  •  • 1 média

L’asthme et d’autres maladies allergiques du système respiratoire, comme les rhinites allergiques, sont en augmentation depuis plusieurs dizaines d’années dans presque tous les pays. On peut même, selon Thomas Platts-Mills, un allergologue de l’université de Virginie, tenir l’asthme pour une sorte d’épidémie qui ne cesse de se développer depuis 1870. Le phénomène est particulièrement criant chez […] Lire la suite

ASTHME POLLINIQUE

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 766 mots

La majorité des syndromes asthmatiques est provoquée par des substances produites dans l'environnement naturel et dont l'effet est, le cas échéant, amplifié par la pollution atmosphérique. Parmi ces substances, les pollens et les spores de moisissures, jouent un rôle dominant. En effet, l'étude de la fréquence des cas d'asthme dans le temps et en un lieu donné montre que sur un niveau de base, qu […] Lire la suite

ASTHMES PROFESSIONNELS

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 809 mots

L'asthme et les syndromes asthmatiques sont largement liés à l'environnement : pollens à certaines périodes de l'année, acariens, poils de chat et poussières dans la sphère domestique, etc. Une catégorie particulière de l'étiologie environnementale des asthmes est celle des asthmes liés plus particulièrement à l'exercice d'une profession. Appelées asthmes professionnels, ces maladies sont associé […] Lire la suite

CHIMIOSENSIBILITÉ ET ALLERGIE MÉDICAMENTEUSE

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 144 mots

Une réaction d'hypersensibilité vis-à-vis d'agents thérapeutiques dépend de la production d'anticorps par l'organisme d'un sujet préalablement exposé à certains médicaments ou substances chimiques. D'aucuns (tétracycline, digitale) déclenchent rarement une telle réponse, d'autres (pénicilline) le font plus souvent. Les symptômes sont variables selon les agents en cause et selon les personnes – don […] Lire la suite

DERMATITES ou DERMITES

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 540 mots

La dermatite est une inflammation de la peau. Le terme eczéma désigne plus particulièrement les dermatites caractérisées par une rougeur, un œdème, la formation de vésicules, un suintement et presque toujours des démangeaisons. Il existe divers types de dermatites. L'eczéma de contact est dû au contact de la peau avec une substance irritante ou un produit auquel la personne est allergique. Une […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Bernard HALPERN, Georges HALPERN, Salah MECHERI, Jean-Pierre REVILLARD, « ALLERGIE & HYPERSENSIBILITÉ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/allergie-et-hypersensibilite/