DUBČEK ALEXANDRE (1921-1992)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le dirigeant communiste slovaque Alexander Dubček restera dans l'histoire comme l'homme symbole du Printemps de Prague en 1968, une des rares tentatives effectuées dans les démocraties populaires pour se démarquer de la rigueur du système soviétique. Tout en donnant des gages de fidélité à Moscou, il considère que le « socialisme à visage humain » est compatible avec l'orthodoxie et tolère une liberté d'expression sans précédent en pays communiste. L'intervention des troupes du pacte de Varsovie en août 1968 oblige Dubček à accepter la « normalisation ».

Une jeunesse de militant

Alexander Dubček naquit à Uhrovec, en Slovaquie, en 1921, quelques mois après le retour de ses parents des États-Unis. Dès 1925, la famille quitta de nouveau le pays pour aller « construire le socialisme » en U.R.S.S. Il fit ses études à Frounzé (l'actuelle Bichkek), en Asie centrale, puis commença à travailler à Gorki. En 1938, la famille rentra en Slovaquie, juste à la veille de la guerre et de la création d'un État slovaque proallemand. Le jeune Dubček entra dans la Résistance et participa en août 1944 à l'insurrection contre le régime fasciste de Mgr Tiso. Après la guerre, il commença une carrière d'apparatchik dans le Parti communiste. À ce titre, il fut envoyé en 1955 à l'École supérieure du parti, à Moscou, où il passa trois ans et établit des contacts encore plus étroits avec l'appareil international du Parti communiste d'Union soviétique (P.C.U.S.). Dans les années 1960, il se hissa à la direction du Parti communiste slovaque, qui devint un des éléments de contestation du régime rigide et centralisateur d'Antonín Novotný à Prague. Il succéda à ce dernier le 5 janvier 1968 grâce à une coalition des libéraux tchèques et des communistes slovaques. Inconnu alors du grand public, il devient en quelques semaines le dirigeant communiste le plus populaire en Europe du Centre-Est.

Par leur ambition, la reconnaissance du pluralisme indispensable à une société moderne avec une forte tradition démocratique, par leur révision du « rôle dirigeant » du parti, les réformes introduites sous la direction Dubček en 1968 représentent le stade le plus achevé du réformisme dans le bloc soviétique. Il n'y avait, dans ce qu'a dit Mikhaïl Gorbatchev, secrétaire général du P.C.U.S., dans les années 1980, pas l'ombre d'une idée neuve ; tout cela a été dit – et mieux dit – par Dubček en 1968, à Prague.

1968 dans le monde

Vidéo : 1968 dans le monde

L'année 1968 s'ouvre avec l'offensive du Têt, déclenchée par les Nord-Vietnamiens. Dans les mois qui suivent, une vague de contestation déferle sur presque tous les pays, Mexique, États-Unis, Grande-Bretagne. En France, étudiants et policiers s'affrontent violemment de part et d'autre des... 

Crédits : Pathé

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : directeur de recherche à la Fondation nationale des sciences politiques

Classification

Autres références

«  DUBCEK ALEXANDRE (1921-1992)  » est également traité dans :

ALLEMAGNE (Politique et économie depuis 1949) - République démocratique allemande

  • Écrit par 
  • Georges CASTELLAN, 
  • Rita THALMANN
  •  • 19 315 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Une action diplomatique patiente »  : […] Cette « reconnaissance » restait bloquée par la démocratie chrétienne dominante à Bonn. Se fondant sur les protocoles de Paris du 20 octobre 1954 selon lesquels « jusqu'à la conclusion d'un traité de paix, les États signataires (États-Unis, Grande-Bretagne, France) uniront leurs efforts en vue d'atteindre leur objectif commun – une Allemagne réunifiée, dotée d'une Constitution libérale et démocr […] Lire la suite

ČERNÍK OLDŘICH (1921-1994)

  • Écrit par 
  • Vladimir Claude FISERA
  •  • 890 mots
  •  • 1 média

Fils de mineur de la région d'Ostrava, Oldřich Černík est ouvrier métallurgiste de 1937 à 1949. Il s'intègre alors dans l'appareil du Parti communiste — dont il est membre depuis 1945 — et dans celui de l'État de sa région, la Moravie du Nord ; à partir de 1954, il préside le conseil régional de celle-ci. Les remous politiques, économiques et sociaux de l'année 1956 le poussent en avant. Černik en […] Lire la suite

DÉMOCRATIES POPULAIRES

  • Écrit par 
  • Michel LESAGE, 
  • Henri MÉNUDIER
  •  • 8 421 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Tchécoslovaquie »  : […] L'exemple de la R.D.A. contribua à accélérer la décomposition du régime communiste en Tchécoslovaquie. Depuis la fin du Printemps de Prague en août 1968 et la mise à l'écart de son porte-drapeau, le communiste réformateur Alexander Dubček, le pays vivait sous le joug d'un Parti communiste monolithique, dirigé par Gustáv Husák. Regroupés autour de la Charte 77, les dissidents furent longtemps marg […] Lire la suite

PRAGUE INTERVENTION DE (1968)

  • Écrit par 
  • Vladimir Claude FISERA
  •  • 856 mots
  •  • 2 médias

Le 20 août 1968, vers vingt-trois heures, des dizaines de milliers de parachutistes soviétiques débarquent à l'aérodrome de Prague , transportés en avions-cargos Antonov 24 à partir de Moscou et de Lvov. Quelques instants auparavant, des soldats est-allemands et polonais, soviétiques, hongrois et bulgares avaient franchi les frontières nord, est et sud du pays, où ils étaient massés depuis trois m […] Lire la suite

PRAGUE (PRINTEMPS DE)

  • Écrit par 
  • Vladimir Claude FISERA
  •  • 983 mots
  •  • 2 médias

La période de libéralisation et de démocratisation du système socio-politique tchécoslovaque dite Printemps de Prague a été préparée dès le début des années 1960. À partir de 1961, le pays subit en effet une crise sans précédent : le système d'économie extensive, calqué sur celui de l'U.R.S.S., ne convient plus à ce pays industrialisé ; de 1961 à 1965, le taux de croissance stagne puis baisse, de […] Lire la suite

PRINTEMPS DE PRAGUE, en bref

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 197 mots
  •  • 1 média

Alexandre Dubček, qui devient premier secrétaire du Parti communiste tchécoslovaque (P.C.T.) en janvier 1968, engage une série de réformes libérales. Le 5 mars, la censure est supprimée. En avril est accepté le principe d'un « socialisme à visage humain ». Des écrivains emprisonnés pour délit d'opinion sont libérés. L'attitude de l'État vis-à-vis de l'Église devient plus conciliante. Mais cette po […] Lire la suite

SVOBODA LUDVÍK (1895-1979)

  • Écrit par 
  • Vladimir Claude FISERA
  •  • 1 018 mots

Soldat dans l'armée austro-hongroise, Ludvík Svoboda déserte en 1917 pour rejoindre les rangs de la Légion tchèque qui combat en Russie. Il ne prend pas alors le parti des bolcheviks comme le fait la minorité de légionnaires communisants menée par l'écrivain Jaroslav Hašek ; après avoir quitté la légion en 1920, il sert dans l'armée tchèque de 1922 à 1929. De 1931 à 1934, il est professeur dans un […] Lire la suite

TCHÉCOSLOVAQUIE

  • Écrit par 
  • Marie-Elizabeth DUCREUX, 
  • Michel LARAN, 
  • Jacques RUPNIK
  •  • 12 877 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « L'effet Gorbatchev »  : […] Si une telle réforme semblait exclue tant que Gustáv Husák resterait à la tête du parti, son départ en décembre 1987 ne permit pas de tourner la page de la « normalisation ». Son successeur n'était autre que Miloš Jakeš qui, autant que lui, incarnait l'immobilisme brejnévien. Ancien vice-ministre de l'Intérieur sous Novotný, devenu président de la commission de contrôle du parti, c'est lui qui en […] Lire la suite

VARSOVIE (PACTE DE)

  • Écrit par 
  • Mario BETTATI, 
  • Universalis
  •  • 5 956 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La « souveraineté limitée » »  : […] La déclaration de Leonid Brejnev du 2 juillet 1968, selon laquelle « l'U.R.S.S. ne peut être indifférente et ne le sera jamais aux destinées de la construction du socialisme dans les autres pays, ainsi qu'à la cause commune du socialisme mondial », est particulièrement significative. Prononcée peu avant l'intervention en Tchécoslovaquie, elle traduit l'une des préoccupations majeures de Moscou. E […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

15 février 1993 Slovaquie. Élection de Michal Kovac à la présidence

Successeur d'Alexandre Dubček, en juillet 1992, à la tête du Parlement fédéral tchécoslovaque dont il fut le dernier président, Michal Kovac est salué par le président tchèque Václav Havel qui voit dans son élection « la garantie d'une évolution paisible vers la démocratie et l'économie de marché en Slovaquie » et de l'établissement de « relations privilégiées » entre la Slovaquie et la République tchèque. […] Lire la suite

5-25 juin 1992 Tchécoslovaquie. Accélération du processus de partition après les élections

) succédera à Alexandre Dubček à la tête de l'Assemblée fédérale. Le 17, devant l'impasse dans laquelle se trouvent les négociations entamées le 8 avec Vladimír, Mečiar, Václav Klaus déclare qu'il préfère assurer les fonctions de Premier ministre tchèque plutôt que de tenter de former un gouvernement fédéral. Le 20, Václav Klaus et Vladimír Mečiar signent une déclaration dans laquelle ils constatent leurs divergences. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jacques RUPNIK, « DUBČEK ALEXANDRE - (1921-1992) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/alexandre-dubcek/