HUSÁK GUSTÁV (1913-1991)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Leonid Brejnev et Gustav Husák, 1981

Leonid Brejnev et Gustav Husák, 1981
Crédits : Hulton Getty

photographie

1968 dans le monde

1968 dans le monde
Crédits : Pathé

vidéo


Né à Bratislava, Gustáv Husák adhère au mouvement communiste alors qu'il est étudiant. Pendant la guerre, il prend une part active au travail clandestin du parti. Il est l'un des organisateurs du soulèvement de la Slovaquie en 1944. Il est alors nommé membre du præsidium du comité central et vice-président du Parti communiste en Slovaquie. De 1946 à 1950, il préside le Conseil des commissaires (qui fait office de gouvernement régional) de Slovaquie. En 1949, il est élu membre du comité central tchécoslovaque et chef du bureau slovaque des affaires religieuses.

Leonid Brejnev et Gustav Husák, 1981

Leonid Brejnev et Gustav Husák, 1981

photographie

Ici au côté de Leonid Brejnev, le président de la République tchécoslovaque Gustav Husák (1913-1991) restera fidèle à Moscou durant toute la durée de son mandat (de 1975 à 1989). À la suite de la tentative réformiste du Printemps de Prague, il avait remplacé Dubcek à la tête du Parti... 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

En avril 1950, alors que les épurations frappent la Tchécoslovaquie, il est obligé de renoncer à ses fonctions gouvernementales et de présenter son autocritique devant le Congrès slovaque. Il se reconnaît coupable de déviation nationaliste bourgeoise. Cet aveu ne met pas fin à ses ennuis. En février 1951, il est exclu du parti. En août 1954, il est condamné à la prison à vie pour « nationalisme bourgeois ». Il refuse toutefois de s'humilier devant les juges. Les communistes antistaliniens apprécient alors sa fermeté de caractère. Libéré en 1960, réhabilité en 1963, il se consacre à des travaux historiques mais entend régler leur compte à ceux qui l'ont incarcéré et qui exercent encore le pouvoir. Il écrit son indignation au président Novotny et milite pour une démocratisation du régime ainsi que pour une reconnaissance des droits de la Slovaquie. Il a joué un rôle essentiel lors de la crise de décembre 1967-janvier 1968 qui provoque le départ de Novotny et l'élection de Dubček au poste de premier secrétaire. Lui-même sera nommé en avril 1968 vice-président du gouvernement Černik.

Cependant, il est l'un des premiers à s'inquiéter des conséquences du Printemps de Prague. Après l'intervention des pays du pacte de Varsovie, il se joint à la délégation qui se rend à Moscou. Mais il reste solidaire des hommes qui ont fait éclore le Pri [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  HUSÁK GUSTÁV (1913-1991)  » est également traité dans :

COMMUNISME - Mouvement communiste et question nationale

  • Écrit par 
  • Roland LOMME
  •  • 21 018 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « « Fusion » ou « épanouissement » des nations »  : […] toute tentative de « dénationalisation » des peuples et minorités de Tchécoslovaquie, Gustáv Husák, alors secrétaire général du parti après avoir été emprisonné dans les années cinquante pour son particularisme slovaque puis l'un des promoteurs de la fédéralisation de l'État tchécoslovaque, déclarait en 1971 : « Nous devons […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/communisme-mouvement-communiste-et-question-nationale/#i_42163

DÉMOCRATIES POPULAIRES

  • Écrit par 
  • Michel LESAGE, 
  • Henri MÉNUDIER
  •  • 8 420 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Tchécoslovaquie »  : […] août 1968 et la mise à l'écart de son porte-drapeau, le communiste réformateur Alexander Dubček, le pays vivait sous le joug d'un Parti communiste monolithique, dirigé par Gustáv Husák. Regroupés autour de la Charte 77, les dissidents furent longtemps marginalisés par une répression sévère dont le célèbre dramaturge Václav Havel fut souvent la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/democraties-populaires/#i_42163

TCHÉCOSLOVAQUIE

  • Écrit par 
  • Marie-Elizabeth DUCREUX, 
  • Michel LARAN, 
  • Jacques RUPNIK
  •  • 12 876 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre «  La politique de « normalisation » »  : […] par le successeur d'Alexandre Dubček à la direction du Parti communiste tchécoslovaque, Gustáv Husák, en avril 1969, fut centrée dans un premier temps sur l'élimination systématique des réformes du printemps de 1968, le Printemps de Prague, et la mise à l'écart de ceux qui en furent les promoteurs. Or l'expérience du « socialisme à visage humain […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tchecoslovaquie/#i_42163

Pour citer l’article

Bernard FÉRON, « HUSÁK GUSTÁV - (1913-1991) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 septembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gustav-husak/