ALCUIN, lat. ALBINUS FLACCUS (730 env.-804)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Clerc anglo-saxon, né à York, Alcuin fut dans cette ville l'élève d'Aelbert, auquel il succéda à la tête de l'école cathédrale. Il fut alors regardé comme l'un des maîtres de la culture chrétienne anglaise. En 782, il est appelé par Charlemagne pour présider l'école du palais d'Aix-la-Chapelle et mettre en place le programme scolaire désiré par l'empereur : ainsi naquit ce qu'on appelle la renaissance carolingienne. Il remplit ainsi en quelque sorte la fonction de ministre de l'enseignement. En 796, il devint abbé de l'abbaye Saint-Martin de Tours, où il se fixa définitivement en 801 et où il mourut.

Bible d'Alcuin

Bible d'Alcuin

photographie

Première page du livre de la Genèse de la Bible éditée par Alcuin, abbé et conseiller de Charlemagne. L'une des toutes premières œuvres utilisant la minuscule caroline, nouveau style diffusé par les abbayes dans tout l'Empire, qui dominera jusqu'à la fin du XIe siècle. Env. 800,... 

Crédits : Zentralbibliothek, Zurich

Afficher

Son œuvre littéraire est importante. Elle concerne la théologie, la liturgie et la culture en général (manuels, ouvrages de grammaire, etc.). Ses lettres constituent l'une des sources fondamentales de l'histoire de cette période, d'autant plus que, sans titre officiel, il fut vers 790-800 le conseiller le plus intime et le plus écouté de Charlemagne. Entre autres choses, il tint un rôle de tout premier plan dans la restauration de l'Empire en 800.

—  Marcel PACAUT

Écrit par :

  • : professeur d'histoire du Moyen Âge à l'université de Lyon-II-Lumière

Classification


Autres références

«  ALCUIN, lat. ALBINUS FLACCUS (730 env.-804)  » est également traité dans :

MOYEN ÂGE - La littérature latine savante

  • Écrit par 
  • Alain MICHEL
  •  • 3 268 mots

Dans le chapitre « La tradition antique détruite et sauvée (VIe-Xe s.) »  : […] Il fallait d'abord survivre à la barbarie. Dès le vii e siècle, la plupart des écoles latines allaient être fermées. Mais on disposait de plusieurs messages, qui venaient d'Augustin, Martianus Capella, Boèce et Cassiodore. Ils disaient que la culture antique, représentée surtout par Virgile, Cicéron, Platon et Aristote, pouvait s'accorder à la tra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moyen-age-la-litterature-latine-savante/#i_2212

MOYEN ÂGE - La littérature en prose

  • Écrit par 
  • Nicola MORATO
  •  • 6 836 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Prose chrétienne et rhétorique classique »  : […] La production littéraire médiévale latine et romane, tant en prose qu’en vers, a lieu dans un même horizon rhétorique et discursif. Dans la Rome classique, les poètes suivaient une formation rhétorique et les rhétoriqueurs tiraient des enseignements et des exemples des œuvres en vers, par exemple grâce à la pratique des paraphrases. Parfois, les d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moyen-age-la-litterature-en-prose/#i_2212

Pour citer l’article

Marcel PACAUT, « ALCUIN, lat. ALBINUS FLACCUS (730 env.-804) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/alcuin-lat-albinus-flaccus/