RABAN MAUR (780 env.-856)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Élève d'Alcuin à Tours, écolâtre, puis chancelier en 812, et abbé (de 822 à 842) de la grande abbaye bénédictine de Fulda, enfin archevêque de Mayence de 847 à sa mort. Ami de Lothaire, attaché à l'idée impériale, Raban Maur est l'un des grands noms de la renaissance carolingienne (on l'a surnommé le « précepteur de la Germanie ») : missionnaire, il installe des paroisses et des fondations dans les contrées récemment évangélisées par saint Boniface. Il fait de Fulda un centre intellectuel pour l'Occident, à l'usage principal des évêques, curés et missionnaires chargés d'instruire le peuple dans la foi. Pour eux, il écrit des commentaires d'une grande partie de la Bible, en expliquant dans les Allégories sur la Sainte Écriture (d'authenticité contestée) la célèbre « théorie des quatre sens ». L'Instruction des clercs (De clericorum institutione, 819) traite des connaissances de base, théologiques et canoniques, indispensables au clergé. Les Vertus et les Vices (De virtutibus et vitiis, 834) est un petit traité de morale adressé à Louis le Débonnaire. L'esprit carolingien associe de près sciences profanes et effort théologique : ainsi Raban Maur écrit-il un livre sur le calendrier (De computo), une encyclopédie (De universo, 842-847), mêlée d'allégories, pour laquelle il a beaucoup emprunté à Isidore de Séville, un martyrologe fortement inspiré de celui de Bède le Vénérable, une psychologie morale (De anima), un ou deux pénitentiels. Pour nous, plus intéressante est son œuvre poétique (épîtres, litanies, prières, hymnes), proche encore de l'Antiquité finissante par la recherche de la forme et de l'étrange. Le Livre de la Croix (De laudibus Sanctae Crucis, œuvre de jeunesse) est un carmen figuratum, un poème-image dont les vers inégaux dessinent une figure symbolique ou réelle. On lui attribue le Veni Creator.

Ce pasteur, ami de la concorde et lié à tous les grands noms et événements de son temps, eut le souci du clergé et du pe [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  RABAN MAUR (780 env.-856)  » est également traité dans :

CAROLINGIENS

  • Écrit par 
  • Robert FOLZ, 
  • Carol HEITZ
  •  • 12 134 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Renouveau culturel »  : […] Première en date des renaissances médiévales, procédant largement des premiers jalons culturels posés dans la période précédente – surtout depuis le milieu du vii e  siècle – la renaissance carolingienne n'en a pas moins été voulue et promue par Charlemagne, préoccupé de relever le niveau intellectuel et moral de son peuple. Pour cela, il fallait […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/carolingiens/#i_3481

MOYEN ÂGE - La littérature en prose

  • Écrit par 
  • Nicola MORATO
  •  • 6 837 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Prose chrétienne et rhétorique classique »  : […] La production littéraire médiévale latine et romane, tant en prose qu’en vers, a lieu dans un même horizon rhétorique et discursif. Dans la Rome classique, les poètes suivaient une formation rhétorique et les rhétoriqueurs tiraient des enseignements et des exemples des œuvres en vers, par exemple grâce à la pratique des paraphrases. Parfois, les deux modes d’expression sont en contact comme dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moyen-age-la-litterature-en-prose/#i_3481

Pour citer l’article

Jean-Pierre BORDIER, « RABAN MAUR (780 env.-856) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/raban-maur/