Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

EINSTEIN ALBERT (1879-1955)

Portée de l'œuvre scientifique d'Einstein

L'œuvre scientifique d'Einstein a entraîné des modifications de portée considérable, voire des bouleversements, dans les conceptions scientifiques et philosophiques du monde contemporain. Il existe cependant bien des ambiguïtés sur la nature exacte de ces modifications, ainsi d'ailleurs que sur le rapport entre les interprétations auxquelles les découvertes d'Einstein ont donné lieu et la manière dont lui-même les considérait.

On a vu dans la relativité et dans la physique quantique les deux révolutions de la physique du xxe siècle, qui signaient une rupture radicale avec la physique classique. La différence est grande entre ces deux théories. Einstein lui-même voyait une rupture avec l'idéal de la physique classique plutôt du côté de la mécanique quantique que de celui de la relativité, en ce que la première renonçait à la description des phénomènes physiques dans l'espace et dans le temps, voire à la notion de réalité physique. Il lui semblait pourtant que les conceptions quantiques ne rompaient pas autant qu'on l'affirmait avec les notions classiques sur lesquelles elles continuaient de se fonder, tout en les aménageant.

Quant à la théorie de la relativité, il se plaisait à souligner sa continuité avec la physique de Newton, tant pour ce qui concerne la relativité restreinte que la relativité générale ; toutes deux prennent leur point de départ dans des concepts de la physique newtonienne, fût-ce pour les critiquer : relativité des mouvements, causalité différentielle, espace, temps, inertie, loi d'attraction...

Toutefois, la disparition de l'éther, la relativité de la simultanéité, la suppression de l'espace et du temps absolus, la formulation d'une nouvelle cinématique, le remplacement de l'action à distance par la notion de propagation de proche en proche, l'indissociabilité de l'espace et du temps, l'incorporation à la structure physique de l'espace de l'inertie et de la gravitation, la conception d'un univers courbe, peut-être fermé, et en évolution, toutes ces modifications concourent à la formation d'une « image du monde » bien différente de celle du temps de Newton.

Au sujet de la relativité restreinte, Einstein n'y voyait que l'aboutissement d'une transformation commencée lorsque le concept de champ fut introduit par Faraday dans la mécanique, comme un corps étranger qui allait peu à peu modifier cette dernière de manière radicale. La relativité générale se situait à cet égard directement dans ce prolongement. La physique, toutefois, n'avait pas achevé sa révolution, puisque deux notions aussi différentes que celle de point matériel (sous-jacente à l'idée de particule) et celle de champ continuaient d'y coexister.

La relativité générale indiquait aux yeux d'Einstein une rupture, qui se situait plus dans l'ordre des conceptions sur la connaissance que dans son contenu physique. Le caractère nécessairement indirect et abstrait, mais également formel, de son élaboration faisait voir avec les yeux de l'évidence la nature illusoire de la conception empiriste et inductiviste, si fréquente au xixe siècle, pour laquelle les théories pouvaient être directement tirées de l'expérience. Elle montrait aussi le pouvoir heuristique du formalisme mathématique dès lors qu'il traduisait des concepts et des problèmes physiques.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : directeur de recherche émérite au CNRS

Classification

Pour citer cet article

Michel PATY. EINSTEIN ALBERT (1879-1955) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Théorie de la relativité - crédits : Encyclopædia Universalis France

Théorie de la relativité

Albert Einstein - crédits : AKG-images

Albert Einstein

Albert Einstein - crédits : Encyclopedia Britannica

Albert Einstein

Autres références

  • EINSTEIN ET LA RELATIVITÉ GÉNÉRALE, LES CHEMINS DE L'ESPACE-TEMPS (J. Eisenstaedt)

    • Écrit par Bernard PIRE
    • 961 mots

    Si les principes et les conséquences de la théorie de la relativité restreinte ont été souvent, et parfois de façon excellente, vulgarisés, la complexité mathématique de la théorie d'Einstein de la gravitation – appelée relativité générale – est telle qu'elle n'est appréciée que d'un petit nombre...

  • THÉORIE DE LA RELATIVITÉ, en bref

    • Écrit par Bernard PIRE
    • 175 mots
    • 1 média

    Albert Einstein propose, en 1905, la théorie de la relativité restreinte comme un nouveau cadre pour décrire de façon cohérente les phénomènes physiques mettant en jeu des vitesses proches de celle de la lumière. En imposant l'universalité de la vitesse de la lumière, la relativité restreinte...

  • ATOME

    • Écrit par José LEITE LOPES
    • 9 140 mots
    • 13 médias
    ...formulées quelques années auparavant, retenaient l'attention des physiciens : la théorie des quanta de Planck (1901) et la théorie de la relativité d' Einstein (1905). Les travaux de Poincaré, de Lorentz et d'Einstein conduisirent, au début du xxe siècle, à la découverte d'un énoncé très important,...
  • ATOMIQUE PHYSIQUE

    • Écrit par Philippe BOUYER, Georges LÉVI
    • 6 651 mots
    • 1 média
    ...par un rayonnement ultraviolet. Ce phénomène, connu sous le nom d'effet photoélectrique, ne fut expliqué de façon satisfaisante qu'en 1905 par Einstein, qui supposa que le rayonnement électromagnétique était réellement constitué de quanta, les photons, chacun d'eux possédant une énergie...
  • BIG BANG

    • Écrit par Marc LACHIÈZE-REY
    • 2 533 mots
    • 4 médias
    ...qu'un modèle cosmologique, qui représente notre Univers, doit être construit dans le cadre de cette théorie fondamentale et révolutionnaire, énoncée par Albert Einstein en 1915. Ce fut d'ailleurs Einstein lui-même qui fonda cette « cosmologie » relativiste, en proposant dès 1917 le premier modèle relativiste....
  • BOSE-EINSTEIN CONDENSATION DE

    • Écrit par Bernard PIRE
    • 1 580 mots

    En 1924, Albert Einstein (1879-1955) reçoit un court article intitulé « La loi de Planck et l'hypothèse des quanta de lumière » qu'un jeune enseignant indien de l'université de Dacca (Bangladesh), Satyendranath Bose (1894-1974), lui envoie en lui demandant respectueusement ce qu'il en pense. Einstein...

  • Afficher les 37 références

Voir aussi