ALBANIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

quelques données-clés.
Nom officielRépublique d'Albanie (AL)
Chef de l'ÉtatIlir Meta (depuis le 24 juillet 2017)
Chef du gouvernementEdi Rama (depuis le 15 septembre 2013)
CapitaleTirana
Langue officiellealbanais
Unité monétairelek (ALL)
Population2 822 000 (estim. 2021)
Superficie (km2)28 703

Une succession d'occupations

Les origines et le Moyen Âge

L'occupation du sol intervient au Paléolithique moyen ; mais les Albanais actuels descendent probablement des Illyriens, peuplade indo-européenne venue dans la région vers la fin de l'âge du bronze. Leur civilisation se développa rapidement, dès le viie siècle avant J.-C., au contact des Grecs qui établirent, notamment à Épidammon (Durrës) et à Apollonie (près de Fier) des colonies dont subsistent d'importants vestiges.

Les Illyriens, qui débordaient largement les limites des pays aujourd'hui occupés par des Albanais, se divisèrent progressivement en petits États ennemis que les Macédoniens soumirent sous Philippe et Alexandre. Ils reprirent leur indépendance ensuite et le royaume d'Épire eut son heure de gloire avec Pyrrhus, mais l'ensemble du pays devait passer, non sans mal, sous la domination de Rome au iie siècle avant J.-C. Peu à peu la civilisation romaine se répandait, surtout sur les côtes et le long de voies de pénétration (la via Egnatia, en particulier). L'assimilation devait être telle que l'Illyrie, christianisée dès le ier siècle (avec saint Asti à Durrës et saint Donat à Vlora), fournit, au iiie siècle, plusieurs empereurs. Comprise, en 395, dans l'empire d'Orient, elle fut ravagée par les invasions barbares avant que le déferlement slave des vie et viie siècles ne refoule le peuplement antérieur dans les régions où l'albanais reste aujourd'hui parlé.

Le pays, resté sous la domination byzantine jusqu'au ixe siècle, fut alors occupé par les Bulgares puis reconquis en 1018 par Basile II. Le xie et le xiie siècle furent troublés par les invasions normandes, dirigées notamment par Robert Guiscard et son fils Bohémond, et par les tentatives d'indépendance d'une féodalité qui se constituait, tentatives attisées par le schisme de 1054 qui laissa sous l'influence de l'Église romaine le nord de l'Albanie (c'est à cette époque que le mot apparaît dans l'acception actuelle).

La crise qui suivit, à Byzance, la chute des Comnènes, à la fin du xiie siècle, et la quatrième croisade permirent la création de principautés indépendantes, comme celle qui fut fondée par Progon ( 1195) autour de Kruja ; leurs luttes favorisèrent les interventions des Bulgares et des Byzantins ; mais à peine ceux-ci avaient-ils soumis la région (1261) qu'elle passait à Charles d'Anjou qui, installé à Vlora dès 1269, se proclame « rex Albaniae » en 1272.

La domination angevine dura tant bien que mal jusque vers le milieu du xive siècle pour s'effondrer sous les coups de l'Empire serbe d'Étienne Dušan, après la mort duquel (1355) l'Albanie sombra dans une anarchie dont émergèrent plus ou moins trois principautés : celle de Balsha autour de Shkodër, celle des Thopia à Durrës et celle des Shpata dans le Sud.

La domination turque

Ces principautés sans cesse en lutte entre elles et avec Venise ne négligèrent pas de faire appel aux Turcs qui, au début du xve siècle, occupèrent le pays et en soumirent la plus grande partie au système des timars (fiefs militaires non héréditaires). La rigueur du joug turc provoqua rapidement des révoltes, mais il fallut attendre Skanderbeg pour assister à un soulèvement général.

Fils d'un grand seigneur albanais, devenu néanmoins haut fonctionnaire turc, Skanderbeg se révolta lors de la guerre turco-hongroise de 1443. Il sut grouper contre les Turcs les forces du pays (assemblée de Lezh, 1444) et parvint, malgré les jalousies et les trahisons, à repousser les plus violentes attaques (siège de Kruja), intervenant même dans la politique européenne (traité de Gaète avec le royaume de Naples en 1451).

Après sa mort (1468), l'Albanie retomba rapidement aux mains du sultan, tandis que de nombreux Albanais se réfugiaient en Calabre et en Sicile, où ils ont conservé jusqu'à nos jours leur langue et leurs coutumes. Pendant les xvie et xviie siècles, l'Albanie allait s'islamiser en grande partie et fournir de nombreux soldats et fonctionnaires à l'empire turc. Elle allait connaître aussi la dégénérescence du système des timars, remplacés peu à peu par des çifliks (grandes propriétés héréditaires). La décadence de l'autorité centrale et le marasme économique encourag [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 33 pages

Médias de l’article

Albanie : carte physique

Albanie : carte physique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Albanie : drapeau

Albanie : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

Le roi Zog

Le roi Zog
Crédits : Hulton Archive/ Hulton Royals Collection/ Getty Images

photographie

Soumission de l'Albanie, 1939

Soumission de l'Albanie, 1939
Crédits : Hulton Getty

photographie

Afficher les 11 médias de l'article


Écrit par :

  • : enseignante, chercheur à l'Institut d'études européennes de l'université de Paris-VIII
  • : docteur ès lettres, professeur d'albanais à l'Institut national des langues et civilisations orientales, Paris, officier des palmes académiques
  • : archiviste paléographe, directeur des services d'archives de la Seine et de la Ville de Paris, chargé de conférences à l'École nationale des langues orientales vivantes

Classification

Autres références

«  ALBANIE  » est également traité dans :

ALBANIE, chronologie contemporaine

  • Écrit par 
  • Universalis

Tous les événements politiques (élections, conflits, accords, …) et les faits économiques et sociaux qui ont marqué l’histoire contemporaine du pays jusqu’à aujourd’hui. […] Lire la suite

ALBANIE, archéologie

  • Écrit par 
  • Olivier PICARD
  •  • 2 299 mots

L'archéologie n'était pas une discipline neutre dans les anciens pays communistes de l'Est : aussi bien la volonté d'écrire une histoire officielle, à la fois nationale et dans le vent de la philosophie du régime, que celle de remodeler le paysage en éliminant les monuments jugés obscurantistes au profit de ceux qui célébraient l'avènement de la société nouvelle se sont exprimées dans le domaine […] Lire la suite

‘ALĪ PACHA DE TÉBELEN (1744-1822)

  • Écrit par 
  • Robert MANTRAN
  •  • 254 mots

Ayant commencé sa carrière dans différents postes militaires en Épire, ‘Ālī pacha s'illustre dans la guerre contre les Autrichiens (1787-1792) ; nommé gouverneur de Roumélie en 1802, il réprime une révolte des soldats albanais en Thrace, puis devient gouverneur de Tríkkala et de Yanya (Jannina) ; il étend de son propre chef son autorité sur une grande partie de l'Épire et de l'Albanie (1809-1810). […] Lire la suite

ALIA RAMIZ (1925-2011)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 547 mots

Homme d'État albanais né le 18 octobre 1925 à Shkodër, Ramiz Alia fut président de la République albanaise (1982-1992) et dirigeant du Parti communiste albanais (1985-1991). Né de parents musulmans originaires de la région albanophone du Kosovo (alors en Yougoslavie), Ramiz Alia fait ses études secondaires dans une école française à Tirana, capitale de l'Albanie. Durant la Seconde Guerre mondiale […] Lire la suite

BALKANS ou PÉNINSULE BALKANIQUE

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN, 
  • Michel ROUX
  •  • 7 508 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Mobilité et retards »  : […] Les populations des Balkans sont si mobiles que l'étude de leurs migrations, appelées mouvements métanastasiques par le géographe serbe Jovan Cvijić, constitue un thème central de la géographie humaine de la péninsule. Cette mobilité était liée tantôt aux guerres, comme la migration des Serbes du Kosovo vers la Hongrie (1690) ou le regroupement forcé de montagnards par les troupes gouvernementale […] Lire la suite

BEKTĀSHIYYA

  • Écrit par 
  • Vincent MONTEIL
  •  • 691 mots

À la fois confrérie religieuse musulmane et secte initiatique dérivée du shī‘isme duodécimain, la Bektāshiyya a été fondée au début du xv e siècle, mais a pris sa forme définitive au xvi e siècle, en Turquie. Comme confrérie, elle était rattachée aux janissaires, dont le corps militaire constituait une sorte de corporation religieuse. Détruits, en 1826, en même temps que les janissaires révoltés […] Lire la suite

COMMUNISME - Histoire économique des pays communistes

  • Écrit par 
  • Marie LAVIGNE
  •  • 10 454 mots
  •  • 7 médias

L'ensemble des pays appartenant au système socialiste d'économie pouvait se définir, jusqu'à l'effondrement de ce système en 1989-1990, à partir de trois critères principaux. En premier lieu, les activités économiques, tout comme la vie politique, étaient subordonnées aux décisions d'un parti unique, qu'il fût dénommé Parti communiste ou portât un autre nom (Parti socialiste ouvrier hongrois, Par […] Lire la suite

COMMUNISME - Mouvement communiste et question nationale

  • Écrit par 
  • Roland LOMME
  •  • 21 018 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Intangibilité des frontières et État-nation »  : […] Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, le tracé des frontières en Europe centrale et orientale ne fut nullement établi dans la perspective du règlement de la question nationale. Les frontières nationales recouvrent aujourd'hui davantage qu'avant guerre les frontières ethniques essentiellement en raison de l'extermination de la plupart des quatre millions de juifs qui peuplaient la région dan […] Lire la suite

DÉMOCRATIES POPULAIRES

  • Écrit par 
  • Michel LESAGE, 
  • Henri MÉNUDIER
  •  • 8 421 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Albanie »  : […] Dernier vestige du communisme intransigeant, l'Albanie ne se libère qu'en 1992. République populaire en 1946, dirigée depuis lors par Enver Hodja, elle rompt avec l'U.R.S.S. en 1961 et pratique ensuite une politique prochinoise. Après la mort d'Enver Hodja en 1985, le pouvoir passe à Ramiz Alia. La pression des étudiants et des intellectuels oblige le régime à s'ouvrir à la fin de l'année 1990. Le […] Lire la suite

DINARIDES

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN
  •  • 5 738 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les Hellénides »  : […] Les Hellénides sont la partie la mieux connue des Dinarides. Elles forment une chaîne symétrique de l'Apennin par-delà la zone d' Apulie , qui sert d'avant-pays commun aux deux chaînes dont les structures se font face. Partant de l'avant-pays d'Apulie, plate-forme de calcaires récifaux pendant tout le Secondaire et le Tertiaire, et allant vers le nord-est, c'est-à-dire de l'extérieur vers l'intér […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

25 avril 2021 Albanie. Élections législatives.

Le Parti socialiste d’Albanie (PSSh, centre gauche) du Premier ministre Edi Rama conserve sa majorité absolue, à l’issue des élections législatives, avec 48,7 % des suffrages et 74 sièges sur 140. Le Parti démocrate d’Albanie (PDSh, centre droit) de Lulzim Basha progresse avec 39,4 % des voix et 59 élus. Le Mouvement socialiste pour l’intégration (LSI, gauche) de Monika Kryemadhi enregistre un revers avec 6,8 % des suffrages et 4 députés. […] Lire la suite

15 octobre 2019 Union européenne. Rejet de l'ouverture de négociations d'adhésion avec la Macédoine du Nord et l'Albanie.

La France et les Pays-Bas s’opposent à l’ouverture de négociations d’adhésion avec la Macédoine du Nord et l’Albanie, contre l’avis des dirigeants de la Commission, du Conseil et du Parlement – la décision doit être prise à l’unanimité. Ils évoquent l’insuffisance des réformes effectuées par ces pays, Paris défendant la nécessité de réviser le processus même de discussion. […] Lire la suite

14-26 août 2018 Malte – Italie. Nouvelle répartition de migrants secourus en mer.

Le 26, les passagers du Diciotti, que le clergé italien ainsi que l’Irlande et l’Albanie proposent d’accueillir, sont autorisés à débarquer. Cette issue résulte des pressions exercées sur le ministre de l’Intérieur Matteo Salvini (Ligue) par le Mouvement 5 étoiles dont une partie des responsables, parmi lesquels le président de la Chambre des députés Roberto Fico, réclamait la libération des passagers du Diciotti. […] Lire la suite

25 juin 2017 Albanie. Victoire aux élections législatives du Parti socialiste au pouvoir.

Avec 48,3 p. 100 des suffrages et 74 sièges sur 140, le Parti socialiste du Premier ministre Edi Rama remporte les élections législatives et s’octroie la majorité absolue. Le Parti démocrate (centre droit) de Lulzim Basha, en recul, obtient 28,9 p. 100 des voix et 43 élus – la principale formation d’opposition, qui entretenait un mouvement de protestation depuis février, a finalement renoncé au boycottage du scrutin. […] Lire la suite

11 juin 2017 Kosovo. Victoire de la coalition dirigée par le PDK aux élections législatives.

Le parti nationaliste de gauche Vetëvendosje – « autodétermination » –, favorable au rattachement du pays à l’Albanie, réalise une percée avec 27,5 p. 100 des voix et 32 élus. La coalition des indépendantistes « pacifiques », regroupée autour de la Ligue démocratique du Kosovo d’Isa Mustafa, enregistre un revers avec 25,5 p. 100 des suffrages et 29 députés. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Anne-Marie AUTISSIER, Odile DANIEL, Christian GUT, « ALBANIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/albanie/