ALBANIE, archéologie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'archéologie n'était pas une discipline neutre dans les anciens pays communistes de l'Est : aussi bien la volonté d'écrire une histoire officielle, à la fois nationale et dans le vent de la philosophie du régime, que celle de remodeler le paysage en éliminant les monuments jugés obscurantistes au profit de ceux qui célébraient l'avènement de la société nouvelle se sont exprimées dans le domaine archéologique par une politique de fouilles et de publications. Des crédits importants ont été affectés à des travaux qui ont donné de bonnes publications scientifiques, même si la valeur des chercheurs a pu être masquée par des insuffisances techniques (dans la méthodologie des fouilles, l'information bibliographique, la qualité des reproductions) et surtout par un contrôle politique qui entendait imposer sa « vérité officielle », tout en suscitant des contacts avec les archéologues « occidentaux ».

C'est dire l'importance des bouleversements entraînés par l'effondrement du régime communiste, tout particulièrement en Albanie, dont l'indépendance ne remontait qu'à 1912, tant Enver Hodja avait voulu tirer parti de l'archéologie dans sa politique nationale (il faut lire dans le Grand Hiver d'Ismaël Kadaré, récit de la rupture avec la Russie en 1960, les pages consacrées au conflit entre site archéologique et base militaire). L'aménagement de la grande place de Tirana l'affirme hautement. Si le centre était marqué par la gigantesque statue (abattue en 1992) du père fondateur de la patrie socialiste, tout le côté sud était occupé par le Musée historique — en fait archéologique — relatant une histoire dont la mosaïque de la façade résumait l'enseignement : la farouche volonté d'indépendance affirmée au cours d'incessants combats contre ses agresseurs successifs par le peuple maître de cette terre depuis la plus haute antiquité.

La tâche de l'archéologie était donc de faire connaître les habitants d'un pays où les document [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : professeur émérite à la Sorbonne, membre de l'Institut

Classification

Pour citer l’article

Olivier PICARD, « ALBANIE, archéologie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/albanie-archeologie/