ALIA RAMIZ (1925-2011)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Homme d'État albanais né le 18 octobre 1925 à Shkodër, Ramiz Alia fut président de la République albanaise (1982-1992) et dirigeant du Parti communiste albanais (1985-1991).

Né de parents musulmans originaires de la région albanophone du Kosovo (alors en Yougoslavie), Ramiz Alia fait ses études secondaires dans une école française à Tirana, capitale de l'Albanie. Durant la Seconde Guerre mondiale, il rejoint le Front de libération nationale dominé par les communistes et, en 1943, il devient membre du Parti communiste albanais. À l'âge de dix-neuf ans, il est nommé commissaire politique, avec le rang de lieutenant-colonel, dans une division de combat des forces partisanes albanaises.

Juste après la guerre, Ramiz Alia exerce diverses fonctions à la tête des Jeunesses communistes et au sein de leur bureau de propagande et d'agitation. En 1948, il est élu membre du comité central du Parti communiste, alors rebaptisé Parti du travail. Après avoir terminé en 1954 des études supérieures en Union soviétique, Ramiz Alia monte rapidement dans la hiérarchie du parti, sous le patronage d'Enver Hoxha, le dirigeant du parti. Il est ministre de l'Éducation de 1955 à 1958. En 1956, il devient membre candidat du puissant politburo du parti et, en 1961, il rejoint le cercle des intimes de Hoxha en devenant membre plénier du politburo et membre du secrétariat du parti.

Principal porte-parole du parti sur les questions idéologiques et culturelles, Ramiz Alia joue un rôle important dans les violents conflits à propos du « révisionnisme » de la Yougoslavie, de l'Union soviétique et de la Chine – trois alliés communistes avec lesquels Hoxha rompt respectivement en 1948, 1961 et 1978. À l'intérieur, Ramiz Alia mène des campagnes de purge contre les communautés artistiques et intellectuelles marquées par l'« humanisme bourgeois » et autres « influences étrangères » qui menacent l'indépendance de l'Albanie et l'orthodoxie de l'idéologie officielle marxiste-léniniste.

En 1982, R [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Classification

Autres références

«  ALIA RAMIZ (1925-2011)  » est également traité dans :

ALBANIE

  • Écrit par 
  • Anne-Marie AUTISSIER, 
  • Odile DANIEL, 
  • Christian GUT
  •  • 22 079 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Une indépendance au prix fort »  : […] Issu de la fusion de plusieurs tendances, le Parti du travail albanais a dominé la vie politique depuis les élections du 2 décembre 1945, jusqu'en 1992. Une nouvelle Constitution était adoptée en 1976, confirmant la suprématie de ce dernier et faisant de l'Albanie une « république populaire socialiste ». Le pouvoir législatif était exercé par l'Assemblée populaire, élue pour quatre ans, et devant […] Lire la suite

Les derniers événements

Albanie. Élection de Sali Berisha à la présidence. 3-11 avril 1992

Le 3, le président Ramiz Alia annonce sa démission. Le 9, le Parlement élit à la présidence de la République, par quatre-vingt-seize voix sur cent trente-deux, Sali Berisha, président du Parti démocratique vainqueur des élections. Le 11, Sali Berisha désigne l'archéologue Alexandre Meksi, cofondateur du Parti démocratique, comme nouveau Premier ministre. […] Lire la suite

Albanie. Convocation des électeurs et émeutes de la faim. 11-28 février 1992

Le 11, le président Ramiz Alia fixe la date des élections législatives anticipées au 22 mars. Le 25, de nouvelles émeutes de la faim éclatent à Pogradec, au sud-est de Tirana, ainsi qu'à Lushnjë, au sud de la capitale. Des boutiques, des usines et des entrepôts sont mis à sac. Trois personnes […] Lire la suite

Albanie. Crise gouvernementale sur fond de scènes de pillage. 4-21 décembre 1991

parvient pas à faire revenir le Parti démocratique sur sa décision. Le soir même, le président Ramiz Alia qualifie la situation de « plus grave » que le pays ait « jamais connue ». Le 6, la démission du Premier ministre (ex-communiste) Ylli Bufi ne fait qu'entériner la crise. Le 9, alors que vingt […] Lire la suite

Albanie. Le partage du pouvoir accepté par les communistes. 4-22 juin 1991

des conditions de vie, risquait de paralyser le pays. Le 5, un communiste modéré, Ylli Bufi, est nommé Premier ministre par le président Ramiz Alia. Il forme, le 11, un cabinet de coalition qui regroupe, pour la première fois depuis la Seconde Guerre mondiale, des communistes et des représentants […] Lire la suite

Albanie. Succès des communistes aux premières élections libres après un nouvel exode de réfugiés. 2-31 mars 1991

sans précédent réunit cinquante mille personnes sur le campus de l'université de Tirana afin de soutenir le principal parti d'opposition, le Parti démocratique, à la veille des élections du 31. De son côté, le président Ramiz Alia (communiste) s'engage à respecter le verdict des urnes. Le 31, les électeurs […] Lire la suite

Pour citer l’article

« ALIA RAMIZ - (1925-2011) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ramiz-alia/