AGENCES DE NOTATION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fin d'hégémonie ?

Au cœur des controverses depuis la crise financière de 2007-2008, les agences de notation financière ont donc connu, tant en Europe qu'aux États-Unis, une modification de leurs sources de revenus (l'activité de titrisation s'effondre en 2008-2009 par rapport à 2007) et de leur environnement institutionnel. Mais, bien que nécessaires, ces dispositions restent insuffisantes aux yeux de nombreux observateurs, qui ont proposé diverses pistes pour sortir de la situation actuelle.

Une idée récurrente porte sur la création d'une agence de notation publique, par exemple au niveau européen. Si l'idée d'un « service public de la notation » peut paraître séduisante, il ne faut pas oublier que les notes aujourd'hui émises sont – à tort ou à raison – considérées comme crédibles par leurs utilisateurs finaux, c'est-à-dire les marchés financiers. Rien ne garantit qu'une notation souveraine émise par une agence européenne publique soit accueillie avec considération par des opérateurs privés. La diversification de l'offre de notation sur un marché toujours tenu pour l'essentiel par trois acteurs historiques est en tout cas une nécessité. De ce point de vue, la notation souveraine de cinquante pays publiée en juillet 2010 par l'agence privée chinoise Dagong Global Credit Rating n'est pas passée inaperçue. Dans ce palmarès du crédit souverain vu de Pékin, les États-Unis étaient notés AA, le Japon, le Royaume-Uni et la France AA–, la Chine et l'Allemagne AA+. Seuls sept pays se voyaient attribuer le prestigieux triple A : Norvège, Danemark, Suisse, Luxembourg, Singapour, Australie et Nouvelle-Zélande. Le développement de la notation sociale et environnementale, dite notation extra-financière, participe également à cette nécessaire diversification.

Le plus étonnant ne réside pas tant dans le fonctionnement (perfectible) des agences de notation de crédit que dans le rôle d'oracle des marchés financiers qui leur a été dévolu. Bénéfic [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages




Écrit par :

  • : docteur ès sciences économiques, manager Reporting et Etudes

Classification


Autres références

«  AGENCES DE NOTATION  » est également traité dans :

BOURSE - Réglementation des marchés boursiers

  • Écrit par 
  • Didier DAVYDOFF
  •  • 6 662 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le contrôle des agences de notation »  : […] Mises en cause notamment après la crise des subprimes , les agences de notation n’ont pas hésité à s’abriter derrière le premier amendement de la Constitution américaine, qui garantit la liberté d’expression, considérant que leurs notes étaient de simples opinions. Mais cette ligne de défense n’a pas résisté aux actions intentées par les pouvoirs publics américains. En Europ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bourse-reglementation-des-marches-boursiers/#i_53327

TAUX D'INTÉRÊT

  • Écrit par 
  • Virginie COUDERT
  •  • 5 489 mots

Dans le chapitre « Le rôle des agences de notation  »  : […] Le taux d'intérêt dépend donc du risque de défaut de l'emprunteur. Or évaluer ce risque demande du temps et des ressources, ce qui est hors de portée de la plupart des investisseurs. C'est pourquoi les investisseurs s'en remettent à des organismes indépendants, les agences de notation. Leur rôle est d'évaluer le risque de défaut des emprunteurs présents sur les marchés internationaux, que ce soie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/taux-d-interet/#i_53327

Voir aussi

Pour citer l’article

Patrick JOLIVET, « AGENCES DE NOTATION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/agences-de-notation/