AGENCES DE NOTATION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Remises en cause

La crise financière de 2007-2008, dite crise des subprimes (par référence aux emprunts immobiliers hypothécaires à risque aux États-Unis), puis la crise de la dette souveraine qui la suit immédiatement en 2009-2010 ont conduit à la mise en cause des agences de notation des deux côtés de l'Atlantique. Cette mise en cause porte sur au moins trois arguments : l'incapacité des agences à prévoir des crises ; leur capacité à les amplifier ; leur modèle économique propre à favoriser les conflits d'intérêts.

De fait, alors que les modèles de notation sont supposés être prédictifs, ils ont de nombreuses fois failli : de la crise de 1929 à la chute de Lehman Brothers en 2008, en passant par les faillites d'Enron (2001) ou de Parmalat (2003), les agences ont régulièrement accordé d'excellentes notes à des entreprises au bord de la faillite. Brusquement dégradées par la suite, lorsque la crise éclate, ces notes compromettent les possibilités de refinancement pour les structures concernées. Les agences sont donc accusées d'avoir un comportement pro-cyclique, aggravant les crises ou, à l'inverse, favorisant les bulles spéculatives en période de croissance. La crise de la dette souveraine en Europe en 2009 et 2010 relève bien de cette explication : intensité et concentration des dégradations sur une courte période, instabilité des notations, enfin interactions entre l'action des agences de notation et les perceptions du marché. Le caractère pro-cyclique des notations entretient un cercle vicieux, les taux d'intérêt sur les titres obligataires augmentant du fait de l'anticipation de nouvelles dégradations des notes, les agences dégradant effectivement leurs notes compte tenu de la détérioration des conditions de financement des États.

Une troisième critique a porté sur le modèle économique des agences et leur gestion des conflits d'intérêts. Elles ont été accusées d'avoir « mélangé les genres » en ajoutant à leur activité de notation des activités de conseil, notamment pour la création de produits structurés. Michel Pr [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages




Écrit par :

  • : docteur ès sciences économiques, manager Reporting et Etudes

Classification


Autres références

«  AGENCES DE NOTATION  » est également traité dans :

BOURSE - Réglementation des marchés boursiers

  • Écrit par 
  • Didier DAVYDOFF
  •  • 6 662 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le contrôle des agences de notation »  : […] Mises en cause notamment après la crise des subprimes , les agences de notation n’ont pas hésité à s’abriter derrière le premier amendement de la Constitution américaine, qui garantit la liberté d’expression, considérant que leurs notes étaient de simples opinions. Mais cette ligne de défense n’a pas résisté aux actions intentées par les pouvoirs publics américains. En Europ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bourse-reglementation-des-marches-boursiers/#i_53327

TAUX D'INTÉRÊT

  • Écrit par 
  • Virginie COUDERT
  •  • 5 489 mots

Dans le chapitre « Le rôle des agences de notation  »  : […] Le taux d'intérêt dépend donc du risque de défaut de l'emprunteur. Or évaluer ce risque demande du temps et des ressources, ce qui est hors de portée de la plupart des investisseurs. C'est pourquoi les investisseurs s'en remettent à des organismes indépendants, les agences de notation. Leur rôle est d'évaluer le risque de défaut des emprunteurs présents sur les marchés internationaux, que ce soie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/taux-d-interet/#i_53327

Voir aussi

Pour citer l’article

Patrick JOLIVET, « AGENCES DE NOTATION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/agences-de-notation/