AGENCES DE NOTATION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Remises en cause

La crise financière de 2007-2008, dite crise des subprimes (par référence aux emprunts immobiliers hypothécaires à risque aux États-Unis), puis la crise de la dette souveraine qui la suit immédiatement en 2009-2010 ont conduit à la mise en cause des agences de notation des deux côtés de l'Atlantique. Cette mise en cause porte sur au moins trois arguments : l'incapacité des agences à prévoir des crises ; leur capacité à les amplifier ; leur modèle économique propre à favoriser les conflits d'intérêts.

De fait, alors que les modèles de notation sont supposés être prédictifs, ils ont de nombreuses fois failli : de la crise de 1929 à la chute de Lehman Brothers en 2008, en passant par les faillites d'Enron (2001) ou de Parmalat (2003), les agences ont régulièrement accordé d'excellentes notes à des entreprises au bord de la faillite. Brusquement dégradées par la suite, lorsque la crise éclate, ces notes compromettent les possibilités de refinancement pour les structures concernées. Les agences sont donc accusées d'avoir un comportement pro-cyclique, aggravant les crises ou, à l'inverse, favorisant les bulles spéculatives en période de croissance. La crise de la dette souveraine en Europe en 2009 et 2010 relève bien de cette explication : intensité et concentration des dégradations sur une courte période, instabilité des notations, enfin interactions entre l'action des agences de notation et les perceptions du marché. Le caractère pro-cyclique des notations entretient un cercle vicieux, les taux d'intérêt sur les titres obligataires augmentant du fait de l'anticipation de nouvelles dégradations des notes, les agences dégradant effectivement leurs notes compte tenu de la détérioration des conditions de financement des États.

Une troisième critique a porté sur le modèle économique des agences et leur gestion des conflits d'intérêts. Elles ont été accusées d'avoir « mélangé les genres » en ajoutant à leur activité de notation des activités de conseil, notamment pour la création de produits structurés. Michel Prada, président de l'A.M.F., soulignait ainsi en décembre 2007 que si, dans le cas d'une notation de dette d'entreprise ou souveraine, la notation intervient a posteriori comme évaluation du risque de défaut, dans le cas de la titrisation la notation est un objectif fixé a priori pour un produit financier à créer. Étant donné la complexité des produits titrisés, « un grand nombre d'investisseurs se sont reposés largement sur l'analyse réalisée par les agences » pour prendre des risques au-delà du raisonnable. Cette activité s'est révélée fort lucrative pour les agences, puisque la notation des produits structurés représentait alors la moitié de leur chiffre d'affaires.

Le Sénat américain a publié le 22 avril 2010 le rapport d'une sous-commission d'enquête, présidée par le sénateur démocrate Carl Levin, sur le rôle des agences de notation dans la crise financière. Ses conclusions sont accablantes, tant sur les méthodes que sur la déontologie. Selon ce rapport, la qualité des notations a été affectée par la recherche du profit et des parts de marché des agences, qui ont utilisé des « données inadéquates et des modèles dépassés ». Certaines erreurs dans la notation de produits structurés étaient connues dès 2006, mais les agences ont attendu la mi-2007 pour dégrader les notes, après avoir encaissé de substantiels profits liés à ces notations.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

  • : docteur ès sciences économiques, manager Reporting et Etudes

Classification

Autres références

«  AGENCES DE NOTATION  » est également traité dans :

BOURSE - Réglementation des marchés boursiers

  • Écrit par 
  • Didier DAVYDOFF
  •  • 6 663 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le contrôle des agences de notation »  : […] Mises en cause notamment après la crise des subprimes , les agences de notation n’ont pas hésité à s’abriter derrière le premier amendement de la Constitution américaine, qui garantit la liberté d’expression, considérant que leurs notes étaient de simples opinions. Mais cette ligne de défense n’a pas résisté aux actions intentées par les pouvoirs publics américains. En Europe, depuis 2009, les ag […] Lire la suite

TAUX D'INTÉRÊT

  • Écrit par 
  • Virginie COUDERT
  •  • 5 489 mots

Dans le chapitre « Le rôle des agences de notation  »  : […] Le taux d'intérêt dépend donc du risque de défaut de l'emprunteur. Or évaluer ce risque demande du temps et des ressources, ce qui est hors de portée de la plupart des investisseurs. C'est pourquoi les investisseurs s'en remettent à des organismes indépendants, les agences de notation. Leur rôle est d'évaluer le risque de défaut des emprunteurs présents sur les marchés internationaux, que ce soie […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

16-30 juin 2016 Royaume-Uni – Union européenne. Référendum britannique en faveur de la sortie de l'UE.

Le 27 également, les agences de notation Standard & Poor’s et Fitch retirent le triple A attaché à la dette souveraine britannique. Le 28, le Conseil européen réuni à Bruxelles exprime sa fermeté à l’égard des modalités de retrait du Royaume-Uni. David Cameron ramène à septembre la date de la désignation du leader des tories – et donc de son départ. […] Lire la suite

1er-5 août 2011 États-Unis. Crise de la dette américaine

Le 3, l'agence de notation financière chinoise Dagong dégrade la note de la dette souveraine des États-Unis de A+ à A. Cette note était déjà descendue de AA à A+ en novembre 2010. Le 5, l'agence de notation américaine Standard & Poor's abaisse la note de la dette souveraine des États-Unis de AAA à AA+. Il s'agit de la première mesure de ce type à l'encontre de Washington dans l'histoire des grandes agences de notation. […] Lire la suite

2-21 juillet 2011 Grèce – Union européenne. Annonce d'un second plan d'aide financière à la Grèce

, quitte à ce que cette mesure soit assimilée à un défaut partiel de paiement par les agences de notation, en contrepartie du renforcement du Fonds européen de stabilité financière (F.E.S.F) créé en mai 2010 – mesure souhaitée par la France. Agissant comme un « Fonds monétaire européen » – selon l'expression du président français –, le F.E.S.F. pourra racheter de la dette des pays bénéficiant d'une assistance, soutenir leurs banques et assouplir les conditions des prêts qu'il leur consent. […] Lire la suite

11 octobre 2010 France. Adoption de la loi sur la régulation financière

Il renforce les pouvoirs de l'Autorité des marchés financiers, qui pourra exercer un contrôle sur les agences de notation, restreindre le recours à certains instruments financiers et adopter des sanctions. Un collège de superviseurs doit être créé pour surveiller l'activité des groupes bancaires transfrontaliers. Un autre volet de la loi vise à améliorer les circuits de financement des P. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Patrick JOLIVET, « AGENCES DE NOTATION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/agences-de-notation/