HITLER ADOLF (1889-1945)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le chef de guerre

Le déclenchement du conflit fut accueilli avec morosité par la population allemande. La victoire sur la Pologne était prévisible, mais qu'allait-il se passer avec la France et le Royaume-Uni ? Après les mois d'inactivité de la « drôle de guerre », la série de victoires allemandes du printemps et de l'été 1940, qui aboutirent à l'occupation de la Norvège, du Danemark, de la Belgique, des Pays-Bas et de la France, fit atteindre à la popularité de Hitler son zénith. La défaite de la France était largement due aux erreurs et aux impérities du haut commandement français, mais Hitler avait eu du flair en faisant confiance aux chefs militaires qui prônaient une percée motorisée par les Ardennes.

Cette victoire lui donna l'aura d'un génie militaire, et il se persuada lui-même qu'il en était un. Sa confiance en soi, fondée sur un égocentrisme ancien, s'était amplifiée depuis le milieu des années 1930. Elle prenait à présent une ampleur qui le rendait intolérant aux avis de son entourage, y compris de ses conseillers militaires. Le chef nazi avait indubitablement l'intelligence des choses militaires, il était intéressé par la technique et la stratégie. Mais, avec le temps, il se substitua toujours davantage à ses généraux, refusant d'entendre les avis discordants et transformant ses conseillers en courtisans, dans l'ambiance suffocante des bunkers où il séjourna à partir de 1942. Le politique cédait le pas au chef de guerre et ne gardait plus le contact avec la population qu'à travers des discours radiodiffusés.

Or, dans cette guerre, l'Allemagne perdait progressivement sa capacité d'initiative. La Grande-Bretagne ayant refusé de déposer les armes, Hitler réagit en joueur qui accroît la mise dans l'espoir de se refaire d'un coup : il voulut emporter la décision en élargissant le conflit. Ses campagnes en Yougoslavie et en Grèce au printemps de 1941 et l'envoi d'un corps expéditionnaire en Afrique [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Médias de l’article

Défilé nazi, 1933

Défilé nazi, 1933
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Hitler au pouvoir, 1933

Hitler au pouvoir, 1933
Crédits : National Archives

vidéo

Hitler et Röhm

Hitler et Röhm
Crédits : AKG

photographie

Remilitarisation de la Rhénanie

Remilitarisation de la Rhénanie
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 7 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur d'histoire à l'Institut de hautes études internationales, Genève (Suisse)

Classification

Autres références

«  HITLER ADOLF (1889-1945)  » est également traité dans :

ACCESSION D'HITLER AU POUVOIR

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 207 mots
  •  • 1 média

Le 30 janvier 1933, Adolf Hitler est nommé chancelier, dans la légalité républicaine définie par la Constitution de Weimar. À ce moment-là, son parti, le Parti ouvrier allemand national-socialiste (N.S.D.A.P.) ou Parti « nazi » qui veut tenter, après Mussolini, une synthèse du nationalisme et du socialisme dans le […] Lire la suite

ACCORDS DE MUNICH

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 213 mots
  •  • 1 média

Fidèle à son pangermanisme proclamé, Adolf Hitler réclame avec plus d'insistance que jamais, en septembre 1938, la cession au III e  Reich du territoire tchécoslovaque sur lequel vit la minorité germanophone des Sudètes. L'Allemagne est prête à la guerre pour obtenir gain de cause. Le 28 septembre, Benito Mussolini, poussé en ce sens par le Premier ministre britannique Arthur Neville Chamberlain, […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Histoire) - Allemagne moderne et contemporaine

  • Écrit par 
  • Michel EUDE, 
  • Alfred GROSSER
  •  • 26 839 mots
  •  • 39 médias

Dans le chapitre « Les oppositions »  : […] La « révolution » de 1918 n'a pas bouleversé les structures sociales de l'Allemagne wilhelminienne : la tentative des spartakistes a échoué, et la République de Weimar est demeurée un État capitaliste. Pourtant, deux mouvements politiques se proclament anticapitalistes. La Sozial-Demokratie a repris en 1925, au congrès de Heidelberg, le programme d'Erfurt de 1891 ; mais ce qui était inspiration ma […] Lire la suite

ANSCHLUSS (1938)

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 223 mots
  •  • 1 média

Parvenu au pouvoir en Allemagne en janvier 1933, Hitler, au nom du pangermanisme, souhaite le rattachement ( Anschluss ) de l'Autriche au III e  Reich. En juillet 1934, il soutient ainsi une tentative de coup d'État menée par les nazis autrichiens. Le chancelier autrichien Dollfuss est assassiné, mais le coup d'État échoue, notamment grâce à l'action de Mussolini, qui masse des troupes sur le Bren […] Lire la suite

ARCHITECTURE & ÉTAT AU XXe SIÈCLE

  • Écrit par 
  • Anatole KOPP
  •  • 3 946 mots
  •  • 3 médias

L'intervention de l' État dans le domaine de l' architecture ne constitue pas un phénomène nouveau. De tout temps et sous tous les régimes, l'État est intervenu dans la mesure où toute réalisation architecturale met en cause les intérêts de couches de population bien plus larges que celles qui sont directement concernées par la construction d'un édifice. C'est l'objet de cette intervention et les […] Lire la suite

ART SOUS L'OCCUPATION

  • Écrit par 
  • Laurence BERTRAND DORLÉAC
  •  • 7 392 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La France occupée »  : […] Le 22 juin 1940, la convention d'armistice ratifiait la victoire de l'Allemagne nazie. Le 9 juillet 1940, le ministère de la Propagande du III e  Reich donnait au vaincu un avant-goût du sort qu'il lui réservait : la France ne serait pas considérée comme une « alliée » mais jouerait en Europe le rôle d'une « Suisse agrandie », réserve agricole et touristique pouvant éventuellement assurer certaine […] Lire la suite

AUTRICHE

  • Écrit par 
  • Roger BAUER, 
  • Jean BÉRENGER, 
  • Annie DELOBEZ, 
  • Christophe GAUCHON, 
  • Félix KREISSLER, 
  • Paul PASTEUR
  •  • 34 054 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « L'État autoritaire corporatiste chrétien (1934-1938) »  : […] Comme dans de nombreux autres pays européens, les milieux catholiques, se référant à l'encyclique Quadragesimo anno promulguée en 1931 par Pie XI, se prononcent pour la mise en place d'un État autoritaire corporatiste, seul capable, selon eux, de mettre un terme à la crise morale et sociale. En Autriche, Engelbert Dollfuss porte cette idée. Menacé par les sociaux-démocrates d'un côté et par les […] Lire la suite

BABI YAR

  • Écrit par 
  • Michael BERENBAUM
  •  • 856 mots
  •  • 1 média

Le grand ravin de Babi Yar, situé à la limite septentrionale de la ville de Kiev, en Ukraine, servit de charnier pour des victimes principalement juives que des groupes de S.S. allemands tuèrent entre 1941 et 1943. Après un premier massacre de Juifs à Babi Yar, le lieu continua de servir pour l'exécution de prisonniers de guerre soviétiques et de Roms, ainsi que de Juifs. Les Soviétiques parlère […] Lire la suite

BERLIN (JEUX OLYMPIQUES DE) [1936] - Chronologie

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 3 851 mots

Dans le chapitre « 1er août »  : […] Dès 14 heures, cent mille spectateurs disciplinés prennent place dans le stade olympique pour assister à la gigantesque cérémonie d'ouverture. Deux heures plus tard, les J eunesses hitlériennes défilent au pas cadencé sur la piste, puis Adolf Hitler fait son entrée ; tout le public se lève et, bras tendu, salue le führer. La Marche d'hommage de Richard Wagner retentit, Hitler prend place dans la […] Lire la suite

BERLIN (JEUX OLYMPIQUES DE) [1936] - Contexte, organisation, bilan

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 2 863 mots
  •  • 2 médias

Du 25 au 30 mai 1930, le C.I.O. tient à Berlin le neuvième congrès de son histoire ; celui-ci est consacré aux règlements olympiques, les débats portant sur la sacro-sainte question de l'amateurisme, notamment en ce qui concerne les footballeurs. L'assemblée en profite pour enregistrer les candidatures de plusieurs cités qui souhaitent organiser les Jeux de 1936 : treize villes – Alexandrie, Barc […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

Israël – Autorité palestinienne. Soulèvement palestinien et attaques anti-israéliennes. 1er-31 octobre 2015

le déploiement d’observateurs internationaux sur l’esplanade des Mosquées. Le 20, Benyamin Nétanyahou affirme devant le 37e Congrès sioniste mondial que le grand mufti de Jérusalem Haj Amin al-Husseini a inspiré la « solution finale » à Adolf Hitler en 1941. Ses propos seront […] Lire la suite

Allemagne. Manifestations islamophobes du mouvement Pegida. 5-21 janvier 2015

rassemblement organisé par le Conseil central des musulmans en hommage aux victimes des attentats parisiens. Le 21, le fondateur et dirigeant de Pegida, Lutz Bachmann, démissionne de ses fonctions après que le quotidien Bild a publié une photo postée sur les réseaux sociaux le représentant grimé en Adolf Hitler. […] Lire la suite

Russie. Répression de manifestations hostiles au président vladimir Poutine. 14-21 avril 2007

sont interpellés. L'ancien champion d'échecs Garry Kasparov, organisateur de la manifestation de Moscou, voit dans ces rassemblements la « preuve que l'apathie de la société russe fait place peu à peu à un mouvement de protestation active ». Le 21, une manifestation de néonazis célébrant l'anniversaire de la naissance d'Adolf Hitler est autorisée à Moscou. […] Lire la suite

France. Profanation du cimetière juif d'Herrlisheim. 30 avril - 16 mai 2004

Le 30, des inscriptions d'inspiration nazie sont découvertes sur cent vingt-sept tombes du cimetière juif d'Herrlisheim (Haut-Rhin). La mention de la date du suicide d'Adolf Hitler, le 30 avril 1945, semble indiquer que la profanation a été commise pour célébrer cet anniversaire. Le président […] Lire la suite

Pour citer l’article

Philippe BURRIN, « HITLER ADOLF - (1889-1945) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 mai 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/adolf-hitler/