WARBURG ABY (1866-1929)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une bibliothèque-cosmos

Les livres n'étaient pas pour Warburg de simples instruments de recherche. De leur rassemblement devait naître un univers de savoir, régi par les lois symboliques de l'organisation du cosmos, et qui devait trouver dans l'agencement de la bibliothèque sa contrepartie matérielle. Warburg écrit dans sa conférence de 1923 : « Ce qui m'intéressait en tant qu'historien de la culture était qu'en plein milieu d'un territoire qui avait fait de la culture technique une arme d'une précision stupéfiante entre les mains de l'humanité intellectuelle puisse subsister une enclave d'humanité primitive. » Sur le modèle des villages isolés en haut de la Black Mesa, au milieu du territoire américain quadrillé par le chemin de fer et le télégraphe, Warburg, dès le commencement du xxe siècle, installe sa bibliothèque à Hambourg, au sein de l'un des foyers les plus actifs de la civilisation marchande européenne. Il l'organise selon des principes inspirés de la circulation analogique entre habitation, cosmos et lieu de culte qui structure l'existence des Indiens sédentaires de l'Ouest américain. Sur le modèle des maisons hopis dans lesquelles l'espace réservé à la prière, la kiwa, est situé sous l'espace d'habitation, les livres étaient conservés au rez-de-chaussée du 116 Heilwigstrasse, la demeure familiale, en dessous des appartements. L'espace de contemplation (Andachtsraum) des indiens était devenu l'espace de pensée (Denkraum) de l'historien de l'art.

Pendant les séances de travail, Warburg était constamment en mouvement, manipulant des livres, comparant des photographies, écrivant et classant des notices. Selon son assistant Fritz Saxl, « on le voyait souvent fatigué et inquiet, penché sur ses fichiers, une liasse de fiches dans la main, s'efforçant pour chacune de trouver la meilleure place à l'intérieur du système. Cela paraissait une grande dépense d'énergie, on avait mal pour lui. » Le classement des livres, des images et des fiches était devenu aux yeux de Warburg un rite d'orientation : à l'image de la danse des kachinas à laquelle il avait assisté dans un village de la Black Mesa, on pourrait dire que ses déplacements dans la bibliothèque étaient des causalités dansées. Dans le nouveau bâtiment qu'il fera construire en 1925 à côté de sa demeure privée lorsque celle-ci sera devenue trop étroite pour la collection des livres (plus de 45 000 volumes) et qu'il tiendra à faire équiper des techniques les plus modernes, on retrouve encore des réminiscences du voyage indien. Cette nouvelle bibliothèque, nommée K.B.W. (Kunstwissenschaftliche Bibliothek Warburg) comportait une salle de lecture en ellipse, une idée dont Warburg disait qu'il était redevable à Cassirer qui voyait en celle-ci une représentation pré-moderne du cosmos. Mais la salle de lecture, conçue comme une arène, renvoyait aussi au voyage amérindien : les auditeurs assistaient aux conférences depuis un balcon ménagé au niveau supérieur, comme les spectateurs blancs et indiens assistaient au rituel kachina depuis les toits des maisons bordant la place d'Oraibi.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  WARBURG ABY (1866-1929)  » est également traité dans :

ABY WARBURG ET L'IMAGE EN MOUVEMENT (P.-A. Michaud)

  • Écrit par 
  • Claire BRUNET
  •  • 1 272 mots

L'ouvrage de Philippe-Alain Michaud Aby Warburg et l'image en mouvement (Macula, 1998), préfacé par Georges Didi-Huberman, propose en guise d'introduction une chronologie où se déploient d'emblée, comme autant de brèves remarques, la singularité du personnage, la diversité de ses i […] Lire la suite

ESSAIS FLORENTINS, Aby Warburg - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Martine VASSELIN
  •  • 1 207 mots
  •  • 1 média

Descendant d'une très vieille famille de banquiers juifs de Hambourg, Aby Warburg (1866-1929) est une figure aussi remarquable qu'influente de l'avant-guerre et de la république de Weimar. Un accord passé avec ses frères, qui reprirent la firme paternelle, lui permit de […] Lire la suite

LE RITUEL DU SERPENT (A. Warburg)

  • Écrit par 
  • François-René MARTIN
  •  • 895 mots

Réfléchir aujourd'hui sur les fondements de l'histoire de l'art conduit nécessairement à lire et relire Aby Warburg (1866-1929). Son œuvre difficile, multiforme, éclatée, fut longtemps placée dans l'ombre de celle d'un autre historien de génie, Erwin Panofsky. Surtout, une part essentielle de sa pensée resta […] Lire la suite

ART (Le discours sur l'art) - L'histoire de l'art

  • Écrit par 
  • André CHASTEL
  •  • 4 730 mots

Dans le chapitre « Une problématique originale »  : […] Sensible à l'importance de toutes ces orientations et soucieux de les faire converger en une enquête cohérente, Focillon, dans la Vie des formes (Paris, 1934), rappelait éloquemment que « l'œuvre d'art n'existe qu'en tant que forme », mais que, d'autre part, la forme tend toujours à signifier autre chose et plus qu'elle-même. Il se trouvait ainsi formuler l'essentiel d'une problématique qui n'a c […] Lire la suite

ART (Le discours sur l'art) - Iconologie

  • Écrit par 
  • Jan BIALOSTOCKI
  •  • 4 344 mots

Dans le chapitre « Origines de la nouvelle méthode : Aby Warburg »  : […] Pour W.S. Heckscher l'iconologie comme méthode est née en 1912. Cette année-là, en effet, Aby Warburg présenta au Congrès international d'histoire de l'art à Rome un rapport qui fit sensation sur les fresques peintes par Francesco Cossa et ses collaborateurs au palais Schifanoia de Ferrare. Ces fresques, que les critiques et les historiens n'avaient pas réussi à interpréter, ont été expliquées […] Lire la suite

DIDI-HUBERMAN GEORGES (1953- )

  • Écrit par 
  • Maud HAGELSTEIN
  •  • 1 116 mots

Georges Didi-Huberman est né en 1953 à Saint-Étienne. Philosophe et historien de l'art, il enseigne depuis 1990 à l'École des hautes études en sciences sociales de Paris. Avec plus d'une trentaine de livres publiés depuis 1982, il est l'un des théoriciens de l'image les plus actifs dans le paysage contemporain. Détonant par son objet et par sa méthode, son tout premier ouvrage donne le ton : dans […] Lire la suite

GOMBRICH ERNST HANS (1909-2001)

  • Écrit par 
  • Maurice BROCK, 
  • Universalis
  •  • 1 615 mots

Dans le chapitre « Une formation humaniste »  : […] Ernst Hans Gombrich est né à Vienne (Autriche) en 1909, dans une famille juive aisée, qui privilégiait la Bildung , la formation humaniste, favorisant ainsi une extrême diversité des centres d'intérêt. Il étudie, sous la conduite d'Emmanuel Loewy, d'Hans Tietze et de Julius von Schlosser, une histoire de l'art marquée par les idées de Hildebrand et de Riegl et soutient en 1933 une thèse sur l'œuvr […] Lire la suite

HERCULE À LA CROISÉE DES CHEMINS (E. Panofsky)

  • Écrit par 
  • Elisabeth DÉCULTOT
  •  • 1 029 mots

Lorsqu'il publie en 1930 Hercule à la croisée des chemins (traduit de l'allemand par D. Cohn, Flammarion, Paris, 1999), Erwin Panofsky (1892-1968) enseigne l'histoire de l'art à l'université de Hambourg depuis neuf ans. Par bien des aspects, l'œuvre porte fortement l'empreinte de cet environnement intellectuel. On y sent tout d'abord l'influence d'Ernst Cassirer, lui aussi professeur à Hambourg […] Lire la suite

ICONOGRAPHIE ET ICONOLOGIE

  • Écrit par 
  • Frédéric ELSIG
  •  • 1 352 mots

Dans le chapitre « La méthode et ses principes »  : […] Entre-temps, l'art profane, réhabilité par la génération positiviste des années 1860, devient au tournant du siècle le terrain de prédilection de l'iconologie. Celle-ci, au moment où l'histoire de l'art se cherche des justifications doctrinales, prend conscience d'elle-même, comme en témoigne en 1899 le Vocabulaire de l'Accademia della Crusca, académie romaine visant à garantir la pureté de la la […] Lire la suite

IMITATION, esthétique

  • Écrit par 
  • Danièle COHN, 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 3 912 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Imitation, histoire et forme »  : […] On parle à juste titre d'un paradigme de l'imitation, qui aurait, depuis l'Antiquité, régné sur l'histoire des arts, transitant à la Renaissance de l'art oratoire aux arts figuratifs. La mise au point de la perspective comme « forme symbolique », pour reprendre le titre d'un essai d'Erwin Panofsky, révolutionne les arts visuels. Leur statut s'en trouve modifié au point qu'ils prennent, vu leur ess […] Lire la suite

Pour citer l’article

Philippe-Alain MICHAUD, « WARBURG ABY - (1866-1929) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/aby-warburg/