CONQUES ABBAYE SAINTE-FOY DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La chronique de l'abbaye Sainte-Foy de Conques (Aveyron), composée au xie siècle, parle d'un premier monastère bénédictin fondé de 790 à 795 par Dadon, monastère qui bénéficia très tôt de dotations royales. En 866, les moines de Conques, ayant précédemment échoué dans leur tentative de s'approprier les reliques de saint Vincent à Valence (Espagne), réussirent à s'emparer de celles d'une jeune fille martyrisée au iiie siècle à Agen, sainte Foy. Dès lors, les foules de pèlerins ne cessèrent d'affluer à Conques, et une nouvelle construction fut entreprise au xe siècle sous l'abbatiat d'Étienne, évêque de Clermont. Selon les Miracles de Bernard d'Angers, l'église était à trois nefs, couverte d'une charpente et précédée d'un clocher porche, semblable en cela aux grandes églises carolingiennes des régions septentrionales. La situation de Conques sur une des quatre grandes routes menant à Compostelle, celle qui partait du Puy-en-Velay et qui se prolongeait vers Moissac, attirait une foule toujours plus grande de pèlerins, et l'abbé Odolric (1031-1065) entreprit la construction de l'édifice actuel probablement achevé sous l'abbatiat d'Étienne II (1065-1087), tandis que Bégon III (1087-1107) édifia le cloître, dont il ne demeure que deux arcades. L'église abbatiale de Conques est formée d'une nef de six travées, la première étant prise entre les deux tours de façade, d'un transept très vaste bordé de collatéraux, d'un chœur peu profond et d'une abside entourée d'un déambulatoire sur lequel ouvrent trois chapelles rayonnantes. Deux absidioles orientées et échelonnées ouvrent sur chaque bras du transept. Tandis que le plan de l'église révèle une nef relativement courte que semble écraser un massif oriental très développé, l'intérieur saisit par sa très grande verticalité : le vaisseau central de la nef large de 6,80 m a une hauteur sous voûte de 22,10 m. Il est voûté d'un berceau longitudinal en plein cintre sur doubleaux, et son élévation a deux étages : grandes arcades reposant sur des piliers composés et baies géminées des tribunes situées au-dessus des bas-côtés voûtés d'arêtes sur doubleaux. L'éclairage de la nef centrale est indirect et provient à la fois des tribunes et des bas-côtés. L'abside présente une élévation à trois niveaux : grandes arcades retombant sur des piles cylindriques élancées, baies alternativement bouchées et ouvertes des fausses tribunes donnant accès sur les combles du déambulatoire et fenêtres hautes. À la croisée du transept s'élève une tour-lanterne polygonale, posée sur quatre trompes qui abritent des statuettes. Par son voûtement, un berceau longitudinal en plein cintre sur doubleaux, dans le vaisseau central de la nef, par ses tribunes voûtées en quart de cercle servant à contrebuter les poussées de la voûte centrale, par l'absence d'éclairage direct dans la nef centrale, par l'adoption de piles cylindriques dans le rond-point, Conques se rattache à l'architecture romane d'Auvergne, et ces caractéristiques se retrouvent dans les églises de Saint-Nectaire à Issoire, de Notre-Dame-du-Port à Clermont. Mais elle se rattache surtout, par son plan grandiose, par la présence de collatéraux dans le transept et dans le chœur, par la multiplication des chapelles contenant des reliques, au groupe des grandes églises situées sur les voies menant à Saint-Jacques-de-Compostelle : Saint-Martin de Tours, Saint-Martial de Limoges, aujourd'hui détruites, et surtout Saint-Sernin de Toulouse et Saint-Jacques-de-Compostelle. Ces églises forment un groupe homogène, présentant des caractéristiques identiques, car elles furent élevées pour répondre à un même besoin : accueillir les foules de pèlerins venus vénérer des reliques.

Sainte-Foy de Conques

Photographie : Sainte-Foy de Conques

Eglise Sainte-Foy, Conques (Aveyron), XIe siècle. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Conques possède, en outre, une décoration sculptée importante : il ne s'agit pas seulement de la série de chapiteaux situés à l'intérieur de l'église, qui mêlent les épannelages cubiques à la corbeille corinthienne et qui sont ornés de motifs végétaux stylisés ou de scènes tirées de l'Ancien Testament et du Nouveau Testament, mais également du très beau portail occidental qui figure au tympan le Jugement dernier d'après l'Évangile selon saint Matthieu. Le tympan repose sur un linteau à double bâtière, lui-même soutenu par un [...]

Sainte-Foy de Conques, portail occidental

Photographie : Sainte-Foy de Conques, portail occidental

Église Sainte-Foy, Conques (Aveyron), tympan du portail occidental, « Le Jugement dernier », XIe siècle. 

Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

Sainte-Foy de Conques

Sainte-Foy de Conques
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Sainte-Foy de Conques, portail occidental

Sainte-Foy de Conques, portail occidental
Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article

Écrit par :

Classification

Autres références

«  CONQUES ABBAYE SAINTE-FOY DE  » est également traité dans :

CLOÎTRES

  • Écrit par 
  • Léon PRESSOUYRE
  •  • 5 530 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les premiers cloîtres sculptés »  : […] L'intrusion d'un décor sculpté et peint sous ces portiques moins périssables est une révolution d'une plus grande conséquence. Il n'est pas douteux qu'elle soit liée à l'essor de l'ordre de Cluny, soucieux de glorifier Dieu par la beauté des bâtiments sacrés et de la liturgie, mais on n'a pas tout résolu lorsqu'est énoncée cette vérité première. Les tendances de Cluny au faste ne se déclarent pas […] Lire la suite

ÉMAUX

  • Écrit par 
  • Marie-Madeleine GAUTHIER
  •  • 4 388 mots

Dans le chapitre « L'émaillerie romane sur cuivre champlevé et le premier art gothique »  : […] Au xii e siècle en Occident, d'une part en Aquitaine et en Espagne du Nord, d'autre part dans la région rhéno-mosane, s'instaure un art différent qui incorpore à la technique du cuivre champlevé les diverses données de l'art roman en transposant des modèles byzantins, peut-être transmis par des essais faits en Italie du Nord (autel portatif de sainte Foy à Conques) . Cet art emprunte aussi des mo […] Lire la suite

ORFÈVRERIE

  • Écrit par 
  • Gérard MABILLE
  •  • 5 568 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « De l'Antiquité au Moyen Âge »  : […] L'existence de l'orfèvrerie est attestée dans le monde antique à la fois par le témoignage des textes et par les découvertes de l'archéologie. L'histoire de l'orfèvrerie semble débuter vers le milieu du III e  siècle avant J.-C., avec l'exploitation des gisements d'or et d' argent d'Anatolie. En Égypte, les sépultures ont livré un matériel suffisamment abondant pour nous permettre de juger de la […] Lire la suite

ROMAN ART

  • Écrit par 
  • Marcel DURLIAT
  •  • 20 520 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « L'Aquitaine »  : […] Une des régions les plus créatrices correspond à l'Aquitaine, ce vaste État féodal traversé par la frontière entre la langue d'oïl et la langue d'oc, et installé en quelque sorte au cœur même de la civilisation romane. Ses architectes se passionnèrent pour les problèmes de voûtement, auxquels ils apportèrent trois types de solutions. Il y eut d'abord la structure dite de l'«   église halle », cons […] Lire la suite

SOULAGES PIERRE (1919- )

  • Écrit par 
  • Pierre ENCREVÉ
  •  • 1 553 mots

Dans le chapitre « Vers l'« outrenoir » »  : […] Né à Rodez le 24 décembre 1919, caché à Montpellier pendant la guerre pour échapper au Service du travail obligatoire (STO), Pierre Soulages gagne Paris en 1946 pour se consacrer à la peinture. Lorsqu'il apparaît soudainement au grand jour au Salon des surindépendants en 1947, son travail, immédiatement salué par Francis Picabia et Hans Hartung, reçoit très rapidement une reconnaissance internatio […] Lire la suite

Pour citer l’article

Maryse BIDEAULT, « CONQUES ABBAYE SAINTE-FOY DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 septembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/abbaye-sainte-foy-de-conques/