PÉKIN (JEUX OLYMPIQUES DE) [2008]Chronologie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Wang Xin et Chen Ruolin, championnes olympiques de plongeon (2008)

Wang Xin et Chen Ruolin, championnes olympiques de plongeon (2008)
Crédits : Jed Jacobsohn/ Getty Images

photographie

Rafael Nadal aux Jeux de Pékin (2008)

Rafael Nadal aux Jeux de Pékin (2008)
Crédits : Victor Fraile/ Corbis/ Getty Images

photographie


8 août

Le chiffre 8 est signe de prospérité en Chine : la cérémonie d'ouverture débute donc à 8 heures (du soir) 8 minutes en ce 8 août 2008. De nombreuses personnalités politiques – quatre-vingt-dix chefs d'État (quatre fois plus qu'à Athènes en 2004) et cent soixante ministres – sont présentes dans les tribunes du Stade national, surnommé le « nid d'oiseau », conçu par les architectes Jacques Herzog et Pierre de Meuron, pour assister au spectacle mis en œuvre par le cinéaste Zhang Yimou. Ce dernier propose une cérémonie audacieuse, créative et raffinée : un spectacle en 3D avec hologrammes, évoquant l'histoire millénaire de la Chine, les cinquante dernières années du xxe siècle se voyant toutefois occultées. Vingt-neuf feux d'artifice illuminent Pékin... Hu Jintao déclare les Jeux ouverts. Dernier relayeur de la flamme, Li Ning, maintenu par un filin, s'improvise coureur aérien sur 500 mètres au sommet du « nid d'oiseau » et embrase la vasque olympique. Le choix de Li Ning se veut symbolique de la nouvelle Chine : il fut en effet, en 1984, alors que la Chine populaire avait fait depuis peu son retour au sein du mouvement olympique, triple médaillé d'or en gymnastique à Los Angeles ; depuis lors, il s'est mué en homme d'affaires avisé en créant une marque de vêtements florissante. On apprendra plus tard que les images de certains feux d'artifice avaient été préenregistrées, que divers tableaux avaient été améliorés à l'aide de techniques d'animation ou d'images de synthèse et que Lin Miaoke, la fillette qui tint le cœur du spectacle, chantait en play-back, car la véritable interprète, Yang Peiyi, n'était pas assez « jolie » selon le directeur musical de la soirée ! D'après les autorités chinoises, Zhang Yimou aurait agi de la sorte pour « une question d'intérêt national ».

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages




Écrit par :

  • : historien du sport, membre de l'Association des écrivains sportifs

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre LAGRUE, « PÉKIN (JEUX OLYMPIQUES DE) [2008] - Chronologie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/2008-26e-jeux-olympiques-d-ete/