BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

HEGEL (G. W. F.)

« Sans spinozisme, pas de philosophie », disait Hegel, et cela marque déjà l'une des orientations de sa pensée. Car, en son temps, on ne se référait pas innocemment à Spinoza. Nous pouvons maintenant affirmer : « pas de philosophie moderne sans hégélianisme ». Comme l'avait noté à juste titre Maurice Merleau-Ponty, qui pourtant le critiquait et voulait innover : « Hegel est à l'origine de tout ce qui s'est fait de grand en philosophie depuis un siècle. » Encore pensait-il surtout aux prolongements positifs de l'hégélianisme. Nous estimons désormais que beaucoup de doctrines hostiles à l'hégélianisme n'auraient pu se former et se développer si elles n'avaient eu la chance de se comparer et de s'opposer à un tel adversaire.

Le rayonnement de l'hégélianisme ne se limite pas au seul horizon de la philosophie proprement dite. On mobilise Hegel pour toutes les causes, on le cite en toute occasion, pas toujours à bon escient. On lui dérobe des formules claires et fascinantes qui, isolées de leur contexte souvent difficile, suffisent à bonifier les tirades les plus ternes et même les plus vulgaires.

Il n'est certes pas le seul grand philosophe auquel on puisse se référer utilement. Mais il vient après beaucoup d'autres et il conclut une histoire typique. Cela lui confère, grâce à l'étendue de son savoir, à son étonnant pouvoir de récupération de toutes les variétés de pensée, à l'acuité de son jugement, un prestige singulier et lui assure, encore en notre temps, une vitalité exceptionnelle : deux siècles après, il se fait encore des ennemis !

Il y a quelque chose d'impérial, ou d'impérialiste, dans cette philosophie, et l'on a souvent rapproché Hegel de Napoléon, son contemporain admiré. Il ne récusait peut-être pas lui-même une telle comparaison, dans sa vanité de penseur résolument idéaliste, avide de connaître et de dominer intellectuellement tout, tout de suite, et tout seul. Les deux hommes semblent avoir atteint, chacun sur son théâtre d'opération, la puissance et la gloire : l'empire de l'Europe et le règne de la raison. Hegel a lui-même établi un [...]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  17 pages…

 

Pour citer cet article

Jacques d' HONDT, Yves SUAUDEAU, « HEGEL (G. W. F.)  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/georg-wilhelm-friedrich-hegel/

Classification thématique de cet article :

  

Offre essai 7 jours

« HEGEL GEORG WILHELM FRIEDRICH (1770-1831) » est également traité dans :

HEGEL (G. W. F.), en bref

Écrit par :  Francis WYBRANDS

Par son ampleur, sa volonté de systématisation, la technicité de ses analyses, son encyclopédisme, l'œuvre de Hegel demeure l'un des massifs les plus impressionnants de la philosophie occidentale. Son « idéalisme absolu » est en fait une remise en cause du dualisme platonicien qui oppose sensible et intelligible. Pour Hegel, l' Esprit n'est qu'à… Lire la suite
HEGEL (G. W. F.) - (repères chronologiques)

Écrit par :  Francis WYBRANDS

27 août 1770 Naissance de Georg Wilhelm Friedrich Hegel , à Stuttgart. 1788-1790 Il est boursier au Stift de Tübingen où il a pour condisciples Hölderlin et Schelling. 1793-1796 Précepteur à Berne. Premiers écrits théologiques (Positivité de la religion Lire la suite
ESTHÉTIQUE, livre de Georg Wilhelm Friedrich Hegel

Écrit par :  Francis WYBRANDS

De 1818 à 1830, d'abord sporadiquement, puis de façon plus continue à partir de 1827, G. W. F. Hegel (1770-1881) donne des cours d'esthétique à l'université de Berlin, où il a été appelé après la mort de Fichte. Si la notion d'esthétique figurait depuis 1750 dans le titre d'un célèbre ouvrage d'A. G. Baumgarten, aucune chaire d'esthétique… Lire la suite
LEÇONS SUR LA PHILOSOPHIE DE L'HISTOIRE, livre de Georg Wilhelm Friedrich Hegel

Écrit par :  Francis WYBRANDS

G. W. F. Hegel (1770-1831) a professé les Leçons sur la philosophie de l'histoire, pour la première fois à Berlin au cours du semestre d'hiver 1822-1823. Elles ont été réitérées avec de multiples changements à cinq reprises, tous les deux ans. Après la disparition du philosophe, hégéliens de gauche et de droite se disputeront… Lire la suite
PHÉNOMÉNOLOGIE DE L'ESPRIT, livre de Georg Wilhelm Friedrich Hegel

Écrit par :  Francis WYBRANDS

Une des œuvres les plus difficiles et les plus diversement interprétées de G. W. F. Hegel (1770-1831) , la Phénoménologie de l'esprit (1807), ne peut être abordée sans guides sûrs. S'agit-il, en effet, d'un préambule au système ou bien, déjà, d'une première version du système soit « la forme que prend l'édifice total… Lire la suite
VIE DE HEGEL (K. Rosenkranz)

Écrit par :  Francis WYBRANDS

Prussien et francophile, successeur de Kant à l'université de Königsberg, auteur d'une œuvre abondante (notamment une Vie et œuvres de Diderot, 1866, et une intéressante Esthétique du laid, 1853), Karl Rozenkranz (1805-1879) est surtout connu pour cette biographie de Hegel parue pour la première fois en… Lire la suite
ABSOLU

Écrit par :  Claude BRUAIRE

Dans le chapitre "Hegel"  : …  c'est aussi admettre l'équivalence réelle de l'un absolu et de son contraire. C'est supposer que le système, pour être unique, doit être immédiatement et infiniment multiple. Hegel avait donc raison en affirmant que la philosophie de Leibniz, résumée dans l'assertion : « L'absolu est objet », constituait « la contradiction entièrement développée… Lire la suite
ALIÉNATION

Écrit par :  Paul RICŒUR

Dans le chapitre "Le français et l'allemand"  : …  importe de placer correctement le cran d'arrêt à cette signification de l'aliénation-contrat. C'est ce que fait Hegel dans les Principes de la philosophie du droit, ce même Hegel qui est par ailleurs responsable de l'extension de la notion, mais dans une autre direction, qui sera examinée à son tour. Les Principes de la philosophie du droit Lire la suite
ALTRUISME

Écrit par :  Guy PETITDEMANGE

Dans le chapitre "Figures de l'altérité"  : …  est pas un produit de l'immédiate modernité même si celle-ci, par bien de ses traits, permet de mieux comprendre son irruption sur le devant de la scène. Hegel la met en figure de façon très adéquate. Même si, dans la Phénoménologie de l'esprit (1807), la négation se révèle être, au terme, la médiation du concept, la présence de l'esprit que… Lire la suite
ÂME

Écrit par :  Pierre CLAIRHenri Dominique SAFFREY

Dans le chapitre "Le XIXe siècle"  : …  un ensemble philosophico-sémantique embrassant volonté, effort, acception spirituelle. Hegel déplore qu'on sépare rationnellement, et, croit-il, artificiellement, âme et corps, esprit et matière. Il rencontre pourtant une contradiction dans une âme qui serait un concept universaliste. Cependant, il recourt au terme et à la… Lire la suite
ANARCHISME

Écrit par :  Henri ARVONUniversalisJean MAITRONRobert PARIS

L'anarchisme en tant que doctrine philosophique appartient essentiellement à l'histoire de l'hégélianisme. La réalité objective étant pour Hegel issue de l'esprit, l'objet qui semble séparé du sujet finit par y retourner afin de constituer cette unité foncière que Hegel appelle l'Idée absolue. Or cet Esprit hégélien qui se réalise grâce à la… Lire la suite
ARCHITECTURE (Thèmes généraux) - Architecture et philosophie

Écrit par :  Daniel CHARLES

Dans le chapitre "L'architecture des philosophies, de Platon à Hegel"  : …  de l'idéalisme allemand et qu'il ne signifie rien d'autre que la vérité autofondation de la totalité du savoir essentiel » – c'est-à-dire de ce que Hegel appellera le savoir absolu. Dès lors que l'auteur de la Logique se sera lui-même proclamé « le dernier philosophe », l'histoire de l'esprit cessera en effet de pouvoir être envisagée «… Lire la suite
ARCHITECTURE (Matériaux et techniques) - Plastique

Écrit par :  Hubert TONKA

Dans le chapitre "Architecture et industrie"  : …  mise en scène, de théâtralisation de la société. On retrouve ici l'étrange analogie que Hegel proposait entre l'architecture et la sculpture : ôtez de la seconde l'esthétique, il ne restera qu'une matière, un matériau ; effectuez la même opération sur la première, il restera quelque chose en plus, ce pourquoi elle réside. De ce… Lire la suite
ARCHITECTURE & MUSIQUE

Écrit par :  Daniel CHARLES

mesurable, entre les réalisations des deux arts, fait pièce la constatation historique d'un décalage évolutif ; on s'explique dès lors que le Hegel des Leçons sur l'esthétique se soit senti obligé de ne confronter musique et architecture que de façon partielle : art premier, l'architecture ne peut rencontrer pleinement la musique, art… Lire la suite
ART (Le discours sur l'art) - L'histoire de l'art

Écrit par :  André CHASTEL

Dans le chapitre "Une discipline nouvelle"  : …  Dans les Vorlesungen über Ästhetik, publiées en 1835-1838, Hegel prête à chaque époque un même « esprit », défini par sa place dans l'évolution universelle, entraînant le primat d'une certaine forme d'art et se réfléchissant dans le style. L'art ne peut être finalement appréhendé que comme le total de sa propre évolution,… Lire la suite
BATAILLE GEORGES (1897-1962)

Écrit par :  Francis MARMANDE

Dans le chapitre "La communauté inachevée"  : …  Bataille rencontre Colette Peignot (« Laure »). Sa lecture de Hegel, expérience intellectuelle décisive, est favorisée par les cours d'Alexandre Koyré et le séminaire de Kojève consacré à La Phénoménologie de l'esprit, qu'il suit avec Queneau, Lacan, Caillois, Klossowski, Raymond Aron et Merleau-Ponty. Reprenant l'analyse du… Lire la suite
CIVISME

Écrit par :  Bernard GUILLEMAIN

Dans le chapitre "Le fondement du civisme"  : …  la contingence historique et ne sauraient se réclamer sans abus de l'universalité abstraite. La violente critique de Hegel, discutable si elle vise l'éthique personnelle, triomphe ici : ou bien la société considérée est contingente et n'a que la forme de l'universalité (elle ne mérite donc pas le respect), ou bien elle est universelle, mais sans… Lire la suite
CLASSES SOCIALES - La théorie de la lutte de classes

Écrit par :  André AKOUN

Dans le chapitre "Hegel et l'État"  : …  Penseur héritier proche de ce xviiie siècle qui institue la société de l'individualisme démocratique et à l'orée de ce xixe siècle qui voit l'essor de la grande industrie, Hegel, en 1818, dans sa Philosophie du droit, a su le premier,… Lire la suite
CONCEPT

Écrit par :  Jean LADRIÈRE

Dans le chapitre "Genèse et évolution des concepts"  : …  affecte le concept de l'extérieur : elle se fait par ajout ou soustraction de certaines notes constitutives. Hegel a développé une théorie du concept qui donne à celui-ci un caractère essentiellement dynamique. Le concept est mouvement, il est perpétuelle transformation de lui-même par lui-même, en ce sens qu'il s'affecte de l'intérieur par… Lire la suite
CONSTITUTION

Écrit par :  Pierre BRUNET

Dans le chapitre "La constitution comme ordre de valeurs"  : …  révolutionnaires. Dans son œuvre de jeunesse consacrée à la Constitution allemande (1807), Hegel affirme que si les États allemands sont bel et bien des États parce qu'ils disposent chacun d'une constitution au sens juridique (Konstitution), ils n'ont pas de constitution étatique (Verfassung) parce qu'ils n'ont pas d'unité… Lire la suite
CONTINU & DISCRET

Écrit par :  Jean-Michel SALANSKIS

Dans le chapitre "Investissement philosophique de l'opposition"  : …  certaine convenance de la cause et de l'effet). Mais le chef de file monumental de ce courant qui fait du continu une figure du Même est sans doute Hegel, pour nous « hommes du xxe siècle » au moins. Dans la Science de la logique, la dimension de « continuité » de la grandeur est en effet définie comme celle de l'égalité avec soi-même, le… Lire la suite
CONVERSION

Écrit par :  Pierre HADOT

Dans le chapitre "Aspects philosophiques"  : …  Pour Hegel, l'histoire est l'odyssée de l'esprit, et l'histoire conçue, dans la philosophie, c'est le retour de l'esprit à l'intérieur de lui-même (Er-innerung), entendons par là sa « conversion » que Hegel, fidèle en cela à l'esprit du christianisme, identifie à l'acte rédempteur qu'est la passion de l'… Lire la suite
CRAINTE ET TREMBLEMENT, livre de Soren Kierkegaard

Écrit par :  Francis WYBRANDS

Dans le chapitre "Le désir de rupture"  : …  et paradoxe, traversée de l'absurde seront donc le prix à payer afin que l'individu singulier puisse émerger. La polémique sourde avec la philosophie hégélienne est sous-jacente dans toutes ses recherches : pour Hegel, la religion, même révélée, n'est qu'une étape sur un long chemin qui doit téléologiquement mener à la réconciliation dans la… Lire la suite
CROCE BENEDETTO (1866-1952)

Écrit par :  Charles BOULAY

Dans le chapitre "Le philosophe"  : …  Pour sa Logica come scienza del concetto puro (1909), Croce se met à lire Hegel, qu'il ne connaissait qu'à travers Marx et Engels. Il refuse la critique du principe de non-contradiction et oppose à la dialectique des contraires celle des distincts. Aux trois catégories du beau, du vrai et du bien, il… Lire la suite
CROYANCE

Écrit par :  Paul RICŒUR

Dans le chapitre "Hegel"  : …  Dans ce grand débat, le statut de la foi-croyance est tributaire du statut général de la religion par rapport à la philosophie. Kant avait tenté d'articuler la foi-croyance à la philosophie par le moyen de la pratique, c'est-à-dire de l'obligation morale. La croyance était ainsi enchaînée à une vision morale du monde. Hegel essaiera de dissocier la… Lire la suite
DE SANCTIS FRANCESCO (1817-1883)

Écrit par :  UniversalisNorbert JONARD

Dans le chapitre "L'art comme forme"  : …  moins parvenu à formuler une théorie originale, dont le premier axiome est l'indépendance de l'art. Il a en effet retenu de Hegel l'idée de l'identité de la forme et du contenu, de leur unité organique, qui fait de l'œuvre d'art une synthèse vivante, autonome, engendrée en toute liberté par cette faculté créatrice qu'il appelle la fantasia. Lire la suite
DÉSIR, philosophie

Écrit par :  Jean GREISCH

Dans le chapitre "Désir et conscience de soi"  : …  rôle central dans bien des anthropologies contemporaines, philosophiques ou psychanalytiques, on ne saurait oublier la manière dont G. W. F. Hegel, dans la Phénoménologie de l'esprit (1807), fait du désir le premier moteur de la lutte pour la reconnaissance. La ligne de partage entre la conscience d'objet et la conscience de soi passe par le «… Lire la suite
DEVENIR

Écrit par :  Jacques d' HONDT

Dans le chapitre "Quantité et qualité"  : …  Hegel a minutieusement analysé ce changement du changement : c'est un renversement, le saut d'un changement à un autre, qualitativement distinct. Il se produit lorsqu'un certain degré de modification quantitative du premier changement est atteint. L'accroissement de la quantité entraîne donc la mutation de la qualité. Inversement, toute… Lire la suite
DEVOIR

Écrit par :  Michaël FOESSEL

et la particularité des circonstances de l'action, une tension qui sera relevée par Hegel dans sa critique, devenue classique, du formalisme kantien. En effet, « dire que le devoir doit être voulu uniquement comme devoir et non en raison d'un certain contenu, c'est énoncer une identité formelle qui revient à exclure tout contenu » (Lire la suite
DIALECTIQUE

Écrit par :  Étienne BALIBARPierre MACHEREY

Dans le chapitre "La théorie hégélienne"  : …  C'est justement à partir de cette problématique que Hegel élabore sa théorie de la dialectique : même en tant que méthode, la dialectique ne peut être strictement formelle, parce que toute forme implique son contenu ; mieux, elle est déjà déterminée, pensée au niveau de son contenu ; le développement des… Lire la suite
DIEU - Problématique philosophique

Écrit par :  Jacques COLETTE

Dans le chapitre "Dieu et le « cogito »"  : …  À la critique kantienne, au refus de la raison dogmatique succédera la riposte hégélienne réhabilitant la contradiction au sein même de l'absolu. Dénonçant les faux prestiges du mauvais infini, Hegel stigmatise la faiblesse de la pensée qui recule devant l'idée d'un absolu s'automédiatisant par la position de son opposé, la faiblesse spéculative… Lire la suite
ÉLÉGIES ET HYMNES, livre de Friedrich Hölderlin

Écrit par :  Isabelle KALINOWSKI

Dans le chapitre "Une philosophie de l'Histoire"  : …  à une synthèse dont la poésie a pour vocation d'énoncer douloureusement l'absence. L'idée de la synthèse et d'un dépassement des « limitations » (associées à l'entendement kantien, la faculté de séparation) revêt d'abord pour Hölderlin et Hegel une signification à la fois politique, religieuse et esthétique : elle implique le refus d'un système de… Lire la suite
ESPACE, architecture et esthétique

Écrit par :  Françoise CHOAYUniversalisJean GUIRAUD

Dans le chapitre "Architecture et symbolique de l'espace"  : …  de l'architecture par rapport à celui de la peinture ou de la sculpture. À cette question Hegel a apporté une réponse qui, depuis la publication de l'Esthétique (1836), n'a pas perdu sa valeur référentielle. Pour lui, l'architecture est « la première réalisation de l'art ». Avant tous les autres arts, elle « fraye la voie à la… Lire la suite
ESPRIT, philosophie

Écrit par :  Pierre CLAIRUniversalis

Dans le chapitre "L'âge classique (XVIIe-XVIIIe s.)"  : …  là. L'esprit absolu caractérise une notable part de l'hégélianisme. L'esprit humain entendu dans une acception plus banale (c'est-à-dire comme ce qui n'est pas le corps), n'est pas ignoré par Hegel. Toutefois, ce sens usuel se révèle désigner encore l'esprit absolu dans ses états et manifestations au sein de la « vie » humaine… Lire la suite
L'ESSENCE DU CHRISTIANISME, livre de Ludwig Feuerbach

Écrit par :  Francis WYBRANDS

Dans le chapitre "L'essence de la religion"  : …  – terme sous lequel Feuerbach englobe aussi bien Jakob Boehme, Schelling que Hegel. C'est bien entendu ce dernier qui est tout particulièrement visé : Feuerbach lui reproche d'opérer une identification abusive entre philosophie et théologie. La spéculation hégélienne « n'est que le développement conséquent, l'accomplissement d'une vérité… Lire la suite
ESTHÉTIQUE - Histoire

Écrit par :  Daniel CHARLES

Dans le chapitre "De Schelling à Hegel"  : …  Hegel pense également qu'il existe un devenir, historique et logique à la fois, de l'Absolu ; mais l'art doit s'insérer dans ce devenir. Il faut donc qu'il émerge de la Nature, et qu'il représente, par rapport à celle-ci, quelque chose d'idéal : il est « révélation de l'Absolu sous sa forme intuitive, pure apparition » ; mais il est une forme moins… Lire la suite
ÉTHIQUE

Écrit par :  Paul RICŒUR

Dans le chapitre "Le « pôle-il »"  : …  Ce trajet que nous venons de faire est celui que Hegel a parcouru dans sa philosophie de l'esprit objectif ; incarné dans des objets pratiques, des institutions au sens courant du mot : relations familiales, économiques, sociales, politiques, etc. On peut, certes, se proposer d'intérioriser, d'intimiser… Lire la suite
EXISTENCE PHILOSOPHIES DE L'

Écrit par :  Jean WAHL

Dans le chapitre "Le « Dieu perdu »"  : …  l'idée de la mort de Dieu. Mais cette idée est susceptible de multiples significations. Quand Hegel parle du Dieu mort, il cite ce passage de Pascal : « La nature est telle qu'elle marque partout un Dieu perdu et dans l'homme et hors de l'homme. » Mais ce qu'il voit dans l'affirmation ou, pour prendre son mot, dans le sentimentLire la suite
EXPRESSION, philosophie

Écrit par :  Françoise ARMENGAUD

Ensemble de données perceptives offertes par un être à un moment donné du temps et qui fonctionnent comme des signes manifestant, révélant ou trahissant les émotions, les sentiments et les intentions de cet être… Lire la suite
FEUERBACH LUDWIG (1804-1872)

Écrit par :  Henri ARVONUniversalis

Dans le chapitre "La critique de la philosophie hégélienne"  : …  Feuerbach reproche à la philosophie hégélienne de maintenir le désaccord entre l'homme et son expérience, de ne jamais pénétrer dans le monde concret. Il y a, certes, une opposition fondamentale entre la nature et l'esprit. Mais c'est précisément la philosophie qui doit s'efforcer de la surmonter en… Lire la suite
GENRES LITTÉRAIRES

Écrit par :  Jean-Marie SCHAEFFER

Dans le chapitre "Conventions et prescriptions"  : …  de savoir ce qu'est un genre littéraire revenait en fait à se demander ce qu'est la littérature (ou la poésie). C'est le cas de Hegel, auteur du système générique le plus imposant réalisé à ce jour : d'après lui, les trois genres (Gattungen) fondamentaux, c'est-à-dire l'épopée, la poésie lyrique et la poésie dramatique, circonscrivent le… Lire la suite
HARTMANN EDUARD VON (1842-1906)

Écrit par :  Raoul VANEIGEM

En réaction contre le positivisme en vogue à la fin du xixe siècle, la philosophie pessimiste d'Eduard von Hartmann postule l'existence d'un principe absolu du monde, l'inconscient, qui tient à la fois de la Lire la suite
HISTORICITÉ

Écrit par :  Hans Georg GADAMER

Dans le chapitre "Hegel et le progrès de la conscience"  : …  En critiquant les idées de Herder, Emmanuel Kant exposa déjà la tâche qui se présentait aux philosophes ; ce furent surtout Friedrich von Schiller, Johann Fichte, Wilhelm von Humboldt et Friedrich Hegel qui s'employèrent à la résoudre. L'… Lire la suite
HOMME - La réalité humaine

Écrit par :  Alphonse DE WAELHENS

Dans le chapitre "La finitude"  : …  justification qu'elle-même. Plus exactement, le sens est la finitude même. Le discours hégélien était savoir absolu parce qu'il se refermait totalement sur lui-même, rendant impensable, non sensé, tout progrès ultérieur de la conscience après que, dans l'Esprit absolu, se fut établie la coïncidence du commencement et de la fin. C'est… Lire la suite
HONNETH AXEL (1949-    )

Écrit par :  Gérard RAULET

Dans le chapitre "Les sphères de reconnaissance"  : …  C’est après avoir réalisé cela qu’Honneth, en 1992, est retourné à Hegel avec Kampf um Anerkennung, estimant par là s’inscrire dans la tradition de la Théorie critique. Il entend montrer que la société contemporaine, comme toutes les sociétés du reste, est organisée… Lire la suite
IDÉALISME ALLEMAND

Écrit par :  Jacques d' HONDT

Dans le chapitre "Un gouffre entre l'homme et la nature"  : …  Hegel y consentira à son tour. La philosophie de Fichte appelait, par opposition, « une philosophie dans laquelle la nature serait réconciliée (versöhnt) avec l'homme, après avoir été si malmenée dans les systèmes de Kant et de Fichte : alors la raison s'accorderait (übereinstimmen) avec la nature ». Il… Lire la suite
IMMÉDIAT

Écrit par :  Dominique LECOURT

Dans le chapitre "Le point de l'immédiateté absolue"  : …  C'est du moins ce que pense Hegel qui, rejetant la notion de chose en soi, rabat, en quelque sorte, les deux points d'immédiateté l'un sur l'autre au lieu de les distendre à l'infini comme l'avait fait Kant. Solution inverse, mais ici les conséquences sont encore plus exorbitantes . On aperçoit d'emblée que si les deux points coïncident, le… Lire la suite
INDIVIDU

Écrit par :  Catherine CLÉMENT

Dans le chapitre "Individu biologique et individu social : de l'individualité à la mort"  : …  Le modèle hégélien s'impose par sa pertinence en ce qui concerne l'individualité ; la dialectique qui conduit la négativité de l'immédiat au savoir totalement médiatisé va du moins différencié au plus différencié : le savoir absoluLire la suite
INDIVIDU & SOCIÉTÉ

Écrit par :  André AKOUN

Dans le chapitre "Désir et sujet"  : …  Mais le désir, pour être au cœur de la psychanalyse, n'en a pas moins une archéologie philosophique qu'il faut évoquer et dans laquelle Hegel occupe une place dominante… Lire la suite
INFINI, philosophie

Écrit par :  Emmanuel LÉVINAS

Dans le chapitre "Tout est infini"  : …  pensée ou Esprit. Rien ne serait plus autre : rien ne limiterait la pensée de la pensée. La pensée de la pensée, c'est l'infini. Mais le dépassement du connaissable donné – que Hegel appelle négativité – est un processus de détermination. Son résultat est concept. Hegel aura montré précisément que la négativité est une détermination et que la… Lire la suite
INFINI RÉGRESSION À L'

Écrit par :  Universalis

Parce qu'expliquer c'est remonter du présent à ce qui l'a précédé, du composé au simple, la régression à l'infini est un procédé logique qui tente de rencontrer une limite ou un terme premier ne dépendant plus d'aucune condition. L'impossibilité d'accomplir ainsi la régression, s'agissant d'un tout infini, est un argument… Lire la suite
INTELLECT & INTELLIGIBLES

Écrit par :  Édouard-Henri WÉBER

Du latin intellectus (le terme grec correspondant est nous), l'intellect est le principe de la pensée sous sa forme la plus haute ; à l'époque moderne lui correspondent des termes aux nuances particulières : intelligence,… Lire la suite
INTÉRIORITÉ

Écrit par :  Étienne BORNE

Dans le chapitre "Au commencement, Hegel"  : …  De cette résurrection, Hegel est, dans l'ordre philosophique, le témoin, l'acteur, l'auteur. Avec lui commence une certaine façon de philosopher contre l'intériorité qui a fait de nombreux disciples, mais dont aucun n'a égalé le génie et la passion de l'initiateur et dont les effets sont loin d'être… Lire la suite
KOJÈVE ALEXANDRE (1902-1968)

Écrit par :  Gérard LEGRAND

Né à Moscou, Alexandr Kojevnikov décide, en 1920, de suivre sa famille en Occident, bien qu'il se tienne pour communiste. En Allemagne, il s'initie à la philosophie (Jaspers, Heidegger, etc.), ainsi qu'au sanskrit et au chinois. Il est attiré par le bouddhisme, unique religion « athée » à ses yeux. En 1933, alors qu'il est… Lire la suite
LIBERTÉ

Écrit par :  Paul RICŒUR

Dans le chapitre "La mise en question de l'« esprit » hégélien"  : …  C'est à ce point que survient la philosophie hégélienne. On a dit plus haut quel rôle y joue l'activité médiatrice de la raison, pour surmonter successivement l'opposition de la nature et de l'esprit, celle de l'esprit subjectif et de l'esprit objectif, dans le monde de la culture et de l'État. Mais, au niveau de l'histoire profonde auquel on se… Lire la suite
MAL

Écrit par :  Étienne BORNE

Dans le chapitre "La récupération esthétique de la dialectique"  : …  et de transcendance, comme celles de Spinoza et de Hegel, que le discours théologico-rationaliste prouve avec le plus d'éclat sa vigueur totalisante, en désamorçant radicalement le problème du mal. Ainsi, chez Hegel, l'Esprit qui se réalise à travers le monde et l'histoire intègre, justifie et absout dans et par son devenir toutes les… Lire la suite
MARCUSE HERBERT (1898-1979)

Écrit par :  Michel de CERTEAU

Dans le chapitre "Vers la « pensée négative »"  : …  C'est sur cette base que Marcuse élabore une « pensée critique ». Elle consiste d'abord à lutter contre l'héritage politique et sociologique de Hegel en Allemagne (Raison et révolution, 1941, un grand livre philosophique d'histoire intellectuelle), puis à dévoiler la pseudo-rationalité de la construction soviétique du socialisme (Le Marxisme Lire la suite
MARXISME - Le matérialisme dialectique

Écrit par :  Étienne BALIBARPierre MACHEREY

Dans le chapitre "Hegel et Marx"  : …  Cette question se trouve en quelque sorte résumée dans celle du rapport de Hegel à Marx. En effet, la philosophie de Hegel rassemble toutes les philosophies qui l'ont précédée et les présente sous la forme d'une histoire de la philosophie. L'écart qui sépare Marx de Hegel permet donc de mesurer celui qui sépare le matérialisme dialectique de toutes… Lire la suite
MATÉRIAUX

Écrit par :  François DAGOGNET

Dans le chapitre "Les Grecs et le matériau selon Hegel"  : …  qu'à moitié admis. Il convient sans doute lorsqu'il s'agit d'ustensiles, mais nullement pour les œuvres d'art. « Le bois, remarque Hegel, dans son Esthétique, lorsqu'il n'était pas recouvert d'or ou autrement, ne pouvait pas, à cause de ses fibres et de leur direction, être employé pour de grandes œuvres et se prêtait seulement à de petits… Lire la suite
MÉTAPHYSIQUE

Écrit par :  Ferdinand ALQUIÉ

Dans le chapitre "Des post-kantiens à Bergson"  : …  de la métaphysique, Kant mettait en lumière le pouvoir constructeur de la raison. C'est l'idée de ce pouvoir que reprend Hegel pour affirmer, selon sa formule célèbre, que tout ce qui est rationnel est réel, que tout ce qui est réel est rationnel. On retrouve ici l'équivalent de la métaphysique spinoziste : l'ordre des idées est l'ordre même des… Lire la suite
MŒURS

Écrit par :  François BOURRICAUD

Dans le chapitre "La morale subjective et la moralité réalisée"  : …  la règle morale peut être interprétée comme l'expression de la subjectivité transcendantale de l'acteur moral. Hegel va jusqu'à voir dans le droit à la liberté subjective une caractéristique de la modernité par opposition avec le Moyen Âge. Mais Hegel entend d'une manière bien différente de celle de Kant le droit à la subjectivité. Il n'y voit… Lire la suite
MONSTRES, esthétique

Écrit par :  Gilbert LASCAULT

Dans le chapitre "Préoccupations allégoriques"  : …  d'autres choses et semblent devoir se soumettre à la juridiction du langage. Non pas par hasard, Hegel (Esthétique), étudiant les œuvres d'art égyptiennes qui sont « l'énigme objective », considère un monstre, le sphinx, comme le symbole même du symbolisme. La sphinge interroge Œdipe : la forme… Lire la suite
MORALE

Écrit par :  Éric WEIL

Dans le chapitre "Les philosophies de l'histoire des morales"  : …  comme Vico, Herder, Auguste Comte. Ce n'est cependant qu'avec Hegel que le problème est saisi dans toute son étendue et toute sa difficulté. Ce qu'il faut admettre – nous ne présentons pas la pensée de Hegel à sa manière et en ses termes –, c'est qu'un vrai intemporel existe, mais dans le temps (pour en donner une illustration tirée d'un autre… Lire la suite
MORT - Les interrogations philosophiques

Écrit par :  René HABACHI

Dans le chapitre "Les doctrines de la chute"  : …  âme gardera le sentiment de son identité. Mais là où l'idéalisme prend sa forme la plus systématiquement explicitée, chez Hegel, la conscience, n'étant qu'une manifestation de l'Esprit qui prend conscience de lui-même dialectiquement à travers l'histoire, sera impersonnellement absorbée au terme… Lire la suite
MYTHE - L'interprétation philosophique

Écrit par :  Paul RICŒUR

Dans le chapitre "Hegel et les représentations religieuses"  : …  Hegel ouvre une autre possibilité. Les représentations religieuses ne sont pas pour lui au-delà de la limite prescrite par une raison qui se censure elle-même ; elles sont, au contraire, en deçà d'un achèvement du savoir, dans la conscience de soi de l'esprit absolu. Les représentations religieuses ne… Lire la suite
NATURE PHILOSOPHIES DE LA

Écrit par :  Maurice ÉLIE

Dans le chapitre "La « Naturphilosophie »"  : …  Cette question de la figuration joue un rôle important non seulement dans la Naturphilosophie de Schelling, mais aussi dans celle de Hegel. La figuration est elle-même génétique ; on assiste à un passage du géométrique au réel. De même, une sorte de géométrie supérieure assure chez Hegel le passage de la notion à la nature. Pour… Lire la suite
NÉANT

Écrit par :  Jean LEFRANC

Dans le chapitre "« L'être et le néant sont la même chose »"  : …  La réduction « humaniste » de la dialectique permettait d'éviter ou d'atténuer le paradoxe des formulations de la Science de la logique. Hegel s'attendait d'ailleurs à des sarcasmes qui n'ont pas manqué. « Cela n'exige pas une grande dépense d'esprit, écrit-il dans la Logique de 1817, de tourner la… Lire la suite
NON-ÊTRE

Écrit par :  Henry DUMÉRY

Le non-être n'est pas le néant, si l'on entend par néant la simple absence d'être (l'idée de néant ne surgit qu'après coup, de façon imaginaire, comme suppression de l'être). Au sens le plus fort, le non-être est la part de négativité qui est présente dans le réel ou bien le pouvoir de négation qui… Lire la suite
NOSTALGIE

Écrit par :  Marie-Claude LAMBOTTE

Dans le chapitre "Un concept philosophique"  : …  précisément à circonscrire dans le sensible et le fini, ce à quoi ne cessera de s'opposer un penseur comme Hegel. Et c'est ce dernier qui semble le mieux exprimer tout à la fois la force et la douleur de l'âme emplie de nostalgie sous la figure de la « conscience malheureuse », qui s'offre comme une conscience dédoublée. En effet, tendue vers l'… Lire la suite
OPPOSITION CONCEPT D'

Écrit par :  Émile JALLEY

Dans le chapitre "Hegel"  : …  Dans son Encyclopédie des sciences philosophiques (1817, 1827, 1830), Hegel enchaîne l'exposé de la « science de la logique », puis de la philosophie de la nature et enfin de la philosophie de l'esprit. Dans la philosophie de la nature, il utilise et justifie la notion de polarité à propos du magnétisme, du processus chimique,… Lire la suite
PANTHÉISME

Écrit par :  Robert MISRAHI

Dans le chapitre "Le panthéisme après Spinoza"  : …  et par conséquent l'affirmation qui nie et la négation qui affirme. Il précède en cela Hegel, qui, par le mouvement du négatif au cœur de la Nature totale, fait surgir l'Esprit, et, au terme du devenir de cet Esprit, au terme de l'histoire de la conscience, instaure la Substance. Comme Concept, celle-ci réside en elle-même, ayant dépassé toute… Lire la suite
PAPAIOANNOU KOSTAS (1925-1981)

Écrit par :  Alain PONS

subjectivisme moderne », 1963), la philosophie romantique allemande, Schelling, Hegel (« Histoire et théodicée », 1966). Hegel, pour lequel l'intérêt de Papaioannou ne s'est jamais démenti, lui sert de référence constante dans sa réflexion sur l'histoire. Son Hegel ( 1962), d'une grande densité, et sa préface à sa traduction de La Raison dans l'Lire la suite
PASSION

Écrit par :  Baldine SAINT GIRONS

par sa seule réalité ! Toute détermination est passion, négation du sujet abstraitement libre, mais négation positive, puisque négation de ce même sujet dans son mouvement vers le concret. Le développement de la passion paraît alors, pour reprendre ce terme de Hegel, « ruse » stratégique de la raison, œuvrant dans l'histoire… Lire la suite
PATRISTIQUE

Écrit par :  Pierre HADOT

Dans le chapitre "Un nouvel univers spirituel"  : …  Ici encore, on touche à un des schèmes fondamentaux de la philosophie occidentale. On reconnaîtra facilement sa présence dans les systèmes de Hegel et de Schelling, dont il constitue en quelque sorte l'armature. Pour Hegel, l'histoire du monde est précisément l'autorévélation du processus par lequel l'Esprit absolu se pose… Lire la suite
PÉCHÉ

Écrit par :  Jacques POHIER

Dans le chapitre "Péché et mutations philosophiques de l'éthique"  : …  se fait, au moins en Occident, de la moralité et de ce qu'elle représente pour l'homme. Hegel marque sur ce point une étape capitale, qu'avait préparée Kant, et où s'opère une disjonction entre la morale et l'éthique. La morale a pour perspective la tâche qui revient à la liberté du sujet pour qu'il atteigne la vérité de son être : le bien sera l'… Lire la suite
PÉCHÉ ORIGINEL

Écrit par :  André-Marie DUBARLEAndré DUMAS

Dans le chapitre "Hegel"  : …  Pour Hegel, qui est revenu plusieurs fois sur la question du péché originel, il ne s'agit pas d'une histoire contingente, mais d'une histoire nécessaire, de l'histoire éternelle de l'esprit humain dans son développement pour devenir ce qu'il est déjà en soi : esprit. L'état de connaissance du bien et du mal ne doit pas être… Lire la suite
PERSÉCUTION

Écrit par :  Georges TORRIS

Dans le chapitre "Les motivations de la persécution"  : …  étant non la haine mais l'indifférence égoïste, celle-là apparaît comme une espèce d'envers de l'amour dans un appétit de relation interhumaine qui est encore « altruiste ». Hegel a montré, à propos de la dialectique du maître et de l'esclave (Phénoménologie de l'Esprit, iv), cette aspiration tragique qu'a chaque conscience à être reconnue… Lire la suite
PHÉNOMÈNE

Écrit par :  Jean-Paul DUMONT

Dans le chapitre "La notion de phénoménologie"  : …  Lorsque Hegel élabore la Phénoménologie de l'Esprit et définit la phénoménologie comme « science de l'expérience que fait la conscience », il estime que ce que la conscience expérimente, c'est le mouvement par lequel elle passe de la simple conscience sensible comme telle à la conscience en soi. Au… Lire la suite
PHÉNOMÉNOLOGIE

Écrit par :  Renaud BARBARASJean GREISCH

de l'apparaître, pour autant qu'elle se distingue de l'être même. En s'adossant au travail de Kant, Hegel fut le premier philosophe à envisager la possibilité d'une phénoménologie qui aurait pour tâche d'étudier systématiquement les figures phénoménales de la conscience que l'esprit doit parcourir pour s'élever au savoir… Lire la suite
PHILOSOPHIE

Écrit par :  Jacques BILLARDJean LEFRANCJean-Jacques WUNENBURGER

Dans le chapitre "Inactualité"  : …  comme réconciliation, comme accomplissement historique de la philosophie. Nul mieux que Hegel n'a su identifier le système intemporel et sa réalisation dans la suite des temps. « La dernière philosophie dans l'ordre du temps est le résultat de toutes les philosophies précédentes et par conséquent doit en contenir les principes » et, puisque cette… Lire la suite
PHILOSOPHIQUES SYSTÈMES

Écrit par :  Jacques MOUTAUX

Dans le chapitre "De la philosophie à l'histoire de la philosophie"  : …  Bien que Hegel libère l'histoire de la philosophie des hypothèques que laisse peser sur elle la pensée critique, bien qu'il soit de tous les grands philosophes le premier, et le seul, à avoir consacré autant de travaux à la pure histoire de la philosophie, son système aboutit, par un biais opposé, à la même difficulté. La place de l'histoire de la… Lire la suite
POLITIQUE - La philosophie politique

Écrit par :  Éric WEIL

Dans le chapitre "Hegel"  : …  C'est dans la pensée de Hegel que se rencontrent tous les courants du passé, à l'exception des idées universalistes et théocratiques, et c'est à partir d'elle que de nouvelles façons d'interpréter la réalité politique prennent leur origine. Selon Hegel, la vie politique naît avec la distinction du mien et du tien ; de là, elle passe au contrat,… Lire la suite
PRATIQUE ET PRAXIS

Écrit par :  Éric WEIL

Dans le chapitre "De la conscience historique à la praxis marxiste"  : …  C'est ce passage de l'exigence passionnelle, à la conscience qui constitue pour Hegel, comme pour Kant, le principe de compréhensibilité de l'histoire et son moteur. Ce qui les sépare, c'est le rôle que Hegel reconnaît au travail et à la structure de la société, d'une part, à la passion, de l'autre : l'organisation (ou le… Lire la suite
PROGRÈS

Écrit par :  Bernard VALADE

Dans le chapitre "Schémas de croissance : les modèles leibniziens"  : …  que Herder a d'abord écrit son autre philosophie de l'histoire ; et c'est aux penseurs du siècle des Lumières que s'adresse aussi la critique hégélienne des idées, indéfinissables, indéterminées, de mutabilité et de perfectibilité. Pour Hegel, qui a eu recours au principe d'évolution, le progrès, sous la forme du quantitatif, n'a aucun sens («… Lire la suite
PSYCHANALYSE & CONCEPT D'OPPOSITION

Écrit par :  Émile JALLEY

Dans le chapitre "Le traitement des contraires dans le travail du rêve"  : …  des contraires et du renversement d'un contraire dans un autre avaient déjà, bien avant la description qu'en reprend Freud en 1900, conquis leurs lettres de noblesse dans la philosophie de Hegel (Identität, Umkehrung, 1812), encore que cet auteur en ait fait, dans sa métaphysique de l'esprit absolu, un usage cosmique sans comparaison… Lire la suite
RAISON

Écrit par :  Éric WEIL

Dans le chapitre "Hegel et la raison sans extériorité"  : …  La tentative a été menée à son aboutissement (ou, selon un autre point de vue, à son échec définitif) par Hegel. Pour lui, le fini n'est pas en face de l'infini à la manière de deux partenaires ou adversaires : l'infini n'est pas vrai infini s'il est opposé à un fini, précisément parce qu'il serait déterminé, limité par celui-ci ; l'infini ne peut… Lire la suite
RATIONALISME

Écrit par :  Gilles Gaston GRANGER

Dans le chapitre "Le rationalisme hégélien"  : …  Avec Hegel apparaît une attitude philosophique dont le caractère rationaliste fait problème, bien que le mot raison en soit un leitmotiv permanent. Dans une telle doctrine règne la thèse de l'équivalence du rationnel et du réel, c'est-à-dire de l'historiquement effectué et de sa reconstitution réglée dans un langage. La rationalité ne porte donc… Lire la suite
RECHERCHES PHILOSOPHIQUES SUR L'ESSENCE DE LA LIBERTÉ HUMAINE, livre de Friedrich Wilhelm Joseph von Schelling

Écrit par :  Francis WYBRANDS

mal, nie la liberté humaine et mène droit au nihilisme (terme inventé par Jacobi). Schelling doit aussi répondre aux attaques que Hegel, son ancien condisciple du Stift de Tübingen, avait émises dans la Préface à la Phénoménologie de l'esprit : reproches de « formalisme », de peur du négatif et du fini… Lire la suite
RÉVÉLATION

Écrit par :  Bernard DUPUY

Dans le chapitre "La pensée philosophique moderne"  : …  Dieu est nature, et la révélation se confond avec la connaissance de cette nature. Hegel, en héritier de Spinoza, admet que juifs et chrétiens puissent reconnaître en Dieu la personnalité, ce qui leur permet de tenir la Bible pour révélée. Mais pour lui la révélation s'identifie avec le mouvement même de la dialectique, c'… Lire la suite
RÉVOLTE

Écrit par :  François CHÂTELET

Dans le chapitre "La force d'un symptôme"  : …  Les fondements de la théorie de la révolte comme moteur de l'histoire sont dérisoires : Hegel a remis, à l'avance, Stirner à sa juste place en établissant qu'à l'époque de la citoyenneté, il est bien normal que la subjectivité se veuille unique, malheureuse et protestatrice. Laissons les faux drames de Camus, qui ne sont qu'… Lire la suite
ROMANCERO, livre de Heinrich Heine

Écrit par :  Isabelle KALINOWSKI

Dans le chapitre "Perversion du modèle hégélien"  : …  Les trois sections du Romancero – les « Histoires », les « Lamentations » et les « Mélodies hébraïques » – travaillent une structure ternaire que l'on peut déchiffrer comme étant celle de la philosophie hégélienne. Après l'échec de la révolution de 1848, l'« hégélianisme de gauche », dont Heine avait été… Lire la suite
RUGE ARNOLD (1802-1880)

Écrit par :  François BURDEAU

Penseur politique allemand. Né à Bergen, Arnold Ruge s'affilie aux mouvements étudiants libéraux (Burchenschaften), est emprisonné pour ses idées de 1824 à 1830, et fonde en 1938, à Halle, avec Echtermayer, les Annales de Halle pour la science et l'art allemands (Hallische Jahrbücher für Lire la suite
SCEPTICISME

Écrit par :  Jean-Paul DUMONT

Dans le chapitre "Christianisme et scepticisme"  : …  de l'insuffisance du paganisme et l'affirmation déjà présente d'une certitude d'un tout autre ordre. C'est parce que Descartes et Hegel sont, au fond, tout aussi chrétiens que saint Augustin que l'un propose de donner au doute seulement méthodique du Discours de la méthode la dimension spirituelle du désespoir vécu des MéditationsLire la suite
SCHOPENHAUER ARTHUR (1788-1860)

Écrit par :  Jean LEFRANC

Dans le chapitre "La connaissance esthétique"  : …  contemplation esthétique est offerte à tous, ne serait-ce que dans le spectacle de la beauté de la nature. Nous sommes habitués, depuis Hegel, à identifier esthétique et théorie de la création artistique. Pour Schopenhauer, la théorie de l'art doit être rapportée à une théorie de la contemplation du beau, et celle-ci à la connaissance par les idées… Lire la suite
SCIENCES - Science et philosophie

Écrit par :  Alain BOUTOT

Dans le chapitre "Le divorce de la science et de la philosophie"  : …  dans cette évolution, et, s'il fallait n'en retenir qu'un seul, ce serait certainement Hegel. Celui-ci prétendait déduire les processus naturels de façon purement spéculative et a priori. C'est ainsi qu'il pensait avoir réussi à démontrer, par un raisonnement logique, que le système solaire ne pouvait comprendre plus de sept… Lire la suite
SOCIÉTÉ

Écrit par :  André AKOUN

Dans le chapitre "La question du commencement"  : …  La question du commencement semble nous signifier que l'on s'est toujours, pour en parler, levés trop tard, comme la philosophie, dont Hegel disait que, oiseau de Minerve, elle ne se lève que la nuit. La pensée ne vient que le dimanche, quand l'œuvre d'un faire obscur est achevée… Lire la suite
SOCIÉTÉ CIVILE

Écrit par :  Daniel MOUCHARD

Dans le chapitre "Histoire"  : …  il faut attendre le début du xixe siècle et Hegel pour trouver une conceptualisation systématique de cette division, qui deviendra centrale dans la réflexion politique moderne. On le sait, cette distinction est au cœur du système philosophique hégélien : la société civile étant la sphère du privé, du particulier, du travail et des échanges… Lire la suite
STADE NOTION DE

Écrit par :  Marie-Claude LAMBOTTE

En tenant compte de l'arbitraire qui s'attache à toute tentative de définition d'un concept, dans la mesure où elle opère par réduction à partir des prémisses, il semblerait que la notion de stade présente deux applications bien distinctes autour desquelles se distribuent diverses disciplines intéressées : dans les notions… Lire la suite
STIRNER MAX (1806-1856)

Écrit par :  Henri ARVON

Dans le chapitre "L'unicité"  : …  toi-même. C'est au nom de la loi absolue de l'Esprit : « Connais-toi toi-même » que Hegel avait exigé que l'Esprit parvînt à la libre conscience de soi. » Vouloir se connaître soi-même, c'est se juger au nom d'un principe universel, c'est se jauger à une norme abstraite, c'est s'absorber dans une généralité qui rend… Lire la suite
SUBLIMATION, psychanalyse

Écrit par :  Baldine SAINT GIRONS

Dans le chapitre "La sublimation, vérité de l'expérience amoureuse"  : …  de l'être, telle une vibration continue où l'être spasmodiquement chancelle, sentant sa perte qui le frôle ; sa mort aux circonstances, à la joie, à l'amour. La « beauté qui tue » – pour reprendre cette expression de Hegel –, promesse trop effrayante, celle de cet instant ininscriptible, naît alors dce temps hors du temps, assumant sa naissance… Lire la suite
SUBLIME, philosophie

Écrit par :  Philippe LACOUE-LABARTHE

Dans le chapitre "Le problème de la présentation"  : …  revient à ériger l'imprésentable en substance, et, ainsi, à l'hypostasier, on se retrouve ici très exactement devant l'objection de Hegel, cette objection dont on peut penser qu'elle a mis fin à la spéculation sur le sublime et qu'on peut faire tenir simplement en ces mots : qu'est-ce qu'un il y a qui ne se présente pas… Lire la suite
SUBSTANCE

Écrit par :  Robert MISRAHI

Dans le chapitre "Hegel"  : …  Le philosophe de l'histoire qu'est Hegel est en effet un philosophe d'abord, et un philosophe de la substance ensuite ou par conséquent. Certes, on ne trouve dans son œuvre que des allusions éparses à la substance : par exemple, la définition (apparemment fort traditionnelle) de ce terme dans l'Encyclopédie des sciences Lire la suite
SYLLOGISME

Écrit par :  Pierre AUBENQUE

Dans le chapitre "Valeur du syllogisme"  : …  souvent en butte aux critiques, voire aux railleries. Seul parmi les grands philosophes, Hegel lui accordera une place importante, encore que d'un point de vue tout à fait étranger à la logique formelle, dans sa Science de la logique : retenant la fonction médiatrice du syllogisme, il en fera le troisième moment de la logique… Lire la suite
SYNTHÈSE, philosophie

Écrit par :  Françoise ARMENGAUD

Pour présenter la synthèse, on s'inspirera plus particulièrement de deux philosophes qui ont fait d'elle un moment essentiel de la pensée : Kant et Hegel. Kant introduit la distinction entre les jugements analytiques, qui élucident et expliquent un concept sans communiquer d'information nouvelle (par exemple : « Tous les… Lire la suite
THÉÂTRE OCCIDENTAL - La dramaturgie

Écrit par :  Christian BIETHélène KUNTZ

Dans le chapitre "De la catharsis à l'étonnement"  : …  sa forme classique ou néo-classique. Car, souligne Bernard Dort, c'est au Cours d'esthétique de Hegel que Brecht ne cesse, « expressément ou non », de se référer. Le paradigme brechtien de la forme dramatique, contre-modèle du théâtre épique, met l'accent sur l'affrontement des personnages, et sur l'action conflictuelle qui… Lire la suite
TOTALITÉ

Écrit par :  Emmanuel LÉVINAS

est le tout de l'être. Dans ce désaccord entre le tout et le donné se montre, d'après Hegel, la réalité dans sa rationalité, comme une marche vers l'universel concret, c'est-à-dire vers un universel entièrement déterminé. Le tout supposerait une certaine convenance des parties entre elles, une organisation. Il serait cosmos… Lire la suite
VERTU

Écrit par :  Baldine SAINT GIRONS

Dans le chapitre "Le mythe vertuiste"  : …  « La vertu antique (αρετ̀η), écrit Hegel, avait une signification précise et sûre, car elle avait son contenu solide dans la substance du peuple, et elle se proposait comme but un bien effectivement réel, un bien déjà existant. » Comment contester l'exigence d'αρετ̀η, quand celle-ci est conçue, suivant les termes de Gorgias, comme « la chose… Lire la suite
VIOLENCE

Écrit par :  Yves MICHAUD

Dans le chapitre "Violence et rapport à autrui"  : …  consiste à envisager la violence du point de vue du rapport à autrui et de l'intersubjectivité. Hegel dans la Phénoménologie de l'esprit (B-IV-A) a ouvert la voie à ces analyses avec sa dialectique du maître et de l'esclave. Dans la mesure où toute conscience dans son désir tend à réifier autrui, la violence… Lire la suite
VOLONTÉ

Écrit par :  Paul RICŒUR

Dans le chapitre "Le contexte « dialectique » : Hegel"  : …  On peut voir dans la philosophie hégélienne une tentative pour donner une réponse dialectique à la série des scissions auxquelles conduit le mode de pensée critique : scissions entre l'a priori et l'empirique, entre la raison théorique et la raison pratique, entre l'obligation morale et le désir, enfin entre la volonté… Lire la suite
WAHL JEAN (1888-1974)

Écrit par :  Maurice de GANDILLAC

Philosophe et poète, Jean Wahl fut d'abord un élève brillant au lycée Janson-de-Sailly à Paris. Après un an de préparation au lycée Louis-le-Grand, il entre à l'École normale supérieure en 1907 et, dès 1910, est agrégé de philosophie (premier de la liste devant son ami Gabriel Marcel). Docteur ès lettres en 1920, il enseigne… Lire la suite
WEIL ERIC (1904-1977)

Écrit par :  Marcel REGNIER

Logique de la philosophie parue en 1950 et se fait connaître internationalement par plusieurs livres importants : Hegel et l'État (1950) – qui a beaucoup contribué à écarter de fausses interprétations, comme celles qui voient en Hegel le philosophe de la réaction ou, au contraire, un prémarxiste –, Philosophie politique (1956),… Lire la suite

Afficher la liste complète (111 références)

  

Voir aussi

  

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2017, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.