BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

Chiffres du MondeAltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

ÂME

Dans le monde occidental, la notion d'âme s'est constituée lentement et ne remonte pas à la nuit des temps. On peut suivre les étapes qui jalonnent l'émergence d'un principe spirituel du vivant et qui aboutissent à sa justification philosophique par Platon et Aristote. Souvent remise en cause dans les écoles postérieures au profit de théories matérialistes ou mécanistes de l'âme, mais reprise avec éclat par le néo-platonisme, cette notion de l'âme a trouvé dans le judéo-christianisme son achèvement.

1.  Émergence d'un principe spirituel du vivant

Chez Homère, notre plus ancien témoin qu'il faut situer au-delà de 700 avant J.-C., ce que nous appelons « âme » (du latin anima, apparenté au grec ἄνεμος, vent, souffle) est en fait dédoublé et exprimé par deux mots grecs : le θυμός, qui signifie passion, volonté, esprit, et s'apparente au verbe θύω (s'élancer), évoque un flot de sang chaud ; au contraire, la ψυχή, qui signifie vie et s'apparente au verbe ψύχω (respirer), évoque le souffle de la respiration animale. Ainsi, les fonctions de la conscience et celles de l'esprit, qui caractérisent la personnalité individuelle, relèvent davantage de ce phénomène psychophysiologique exprimé par le θυμός ; en revanche, la vie indifférenciée qui rend tout corps vivant est la ψυχή.

Dans l'expérience de la mort, c'est la ψυχή, la vie, qui abandonne le vivant par la bouche (souffle) ou toute blessure de son corps, et s'en va chez Hadès. Après la mort du vivant, la ψυχή est donc conçue comme son double, sorte de fantôme à la ressemblance du défunt, car le sentiment soit de crainte soit d'affection qui unit au mort fait imaginer son existence dans l'au-delà comme un double plus ou moins personnalisé de l'individu.

L'analyse du langage homérique aboutit donc à ce résultat paradoxal que le même mot ψυχή a une double signification : dans le vivant, il désigne le phénomène de la vie en général ; chez les morts, les ψυχαί sont les doubles de vivants, réduits à la vie ralentie du royaume des ombr […]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  9 pages…

Classification thématique de cet article :

 

Offre essai 7 jours

« ÂME » est également traité dans :

AFFECTIVITÉ

Écrit par :  Marc RICHIR

Dans le chapitre "Affectivité et passions dans la tradition classique"  : …  du soupçon, dans Les Passions de l'âme (1649), Descartes confonde passions et affects. *Dans le cadre du célèbre dualisme entre âme et corps, Descartes y définit en effet les passions comme « les perceptions » qui « se rapportent à l'âme même », ou encore « les perceptions », les « sentiments » ou « émotions de l'âme qu'on rapporte… Lire la suite
ALCHIMIE

Écrit par :  René ALLEAU Universalis

Dans le chapitre "La science de la Balance jabirienne"  : …  est guidée hors de cette première genèse vers une seconde naissance : elle y trouve l'initiation. *Mais la force même (quel que soit le nom qu'on lui donne) de cette opération n'a pu s'en dégager que parce qu'elle était déjà engagée dans son sujet matériel, réel, qui, nécessairement, ressentait un désir d'interpénétration entre ses propres… Lire la suite
ALEXANDRE D'APHRODISE (fin IIe-déb. IIIe s.)

Écrit par :  Pierre HADOT

… *Philosophe péripatéticien grec, Alexandre d'Aphrodise, qui vécut sous le règne de Septime Sévère (193-211), commenta une très grande partie de l'œuvre d'Aristote. Plusieurs de ses commentaires sont perdus, notamment ceux qui concernent les Catégories, le Traité de l'interprétation, le deuxième livre des Premiers AnalytiquesLire la suite
ANIMISME

Écrit par :  Mircea ELIADENicole SINDZINGRE

Dans le chapitre "L'animisme et l'anthropologie contemporaine"  : …  *Depuis la Seconde Guerre mondiale environ, le concept d'animisme est abandonné par les anthropologues. Relayées, en effet, par des discussions sur d'autres concepts (notamment ceux de « magie » ou de « sacré », avec E. Durkheim et B. Malinowski), les théories de Tylor et de Frazer n'ont pas résisté aux études et monographies de terrain des… Lire la suite
ANIMUS & ANIMA

Écrit par :  Alain DELAUNAY

… *Le couple anima-animus joue un rôle important dans la « psychologie des profondeurs » de Carl Gustav Jung. Il s'agit d'une résurgence de deux termes du corpus de la philosophie médiévale. On les rencontre chez de nombreux auteurs, notamment Guibert de Nogent, où généralement ils désignent, respectivement, l'âme (anima) et l'esprit… Lire la suite
ARISTOTE

Écrit par :  Pierre AUBENQUE

Dans le chapitre "L'âme et le corps"  : …  *Le couronnement des œuvres biologiques est à chercher dans le traité De l'âme, du moins dans ses deux premiers livres, qui traitent de « cette sorte d'âme qui n'existe pas indépendamment de la matière » (I, 1, 403 a 28) et qui, à la différence de l'âme immatérielle ou intellect (noûs), n'est autre que le principe vital,… Lire la suite
ARISTOTÉLISME

Écrit par :  Hervé BARREAU

Dans le chapitre "La physique, la biologie"  : …  d'Aristote se rattache sa psychologie. Celle-ci s'est intéressée aux différentes fonctions de* l'âme mais également à la définition même de l'âme, selon laquelle celle-ci est « la forme d'un corps organisé ayant la vie en puissance ». Cette définition rencontre une certaine difficulté à faire entrer l'intellect parmi les facultés de l'âme… Lire la suite
ASCÈSE & ASCÉTISME

Écrit par :  Michel HULIN

Dans le chapitre "L'ascétisme en Grèce"  : …  la modération des désirs se retrouve chez Épicure faisant l'éloge de la vie frugale. De son côté, *l'exigence d'un endurcissement de l'âme, en vue de parer aux coups du destin, devient presque un lieu commun du stoïcisme tardif (Sénèque, Épictète, Marc Aurèle). Quant à la tradition dualiste de la catharsis, elle se prolonge chez les gnostiques et… Lire la suite
AUGUSTIN saint (354-430)

Écrit par :  Michel MESLIN

Dans le chapitre "Dieu"  : …  à travers tant de théophanies de l'Ancien Testament et du Nouveau, il doit bien exister dans l'*âme humaine des traces de cette structure divine, des analogies grâce auxquelles nous pourrons saisir quelque chose de ce mystère de Dieu. À travers toute la création, Augustin retrouve un rythme ternaire : mesure, nombre, poids ; unité, forme, ordre… Lire la suite
AVICENNE, arabe IBN SĪNĀ (980-1037)

Écrit par :  Henry CORBIN

Dans le chapitre "La Première Intelligence"  : …  pensée par laquelle elle se pense elle-même comme nécessaire par son Principe procède la Première *Âme, Motrice du premier ciel ou Sphère des Sphères qui englobe toutes les autres. Enfin elle se contemple elle-même, dans ce qu'elle est par elle-même, c'est-à-dire qu'elle contemple son essence en tant que possible dont l'existence n'est rendue… Lire la suite
AVICENNISME LATIN

Écrit par :  Alain de LIBERA

Dans le chapitre "Aristote contre Avicenne"  : …  condition fondamentale de toute théorie de l'anamnèse), tout en maintenant (avec Avicenne) que l'*âme doit pourtant se tourner vers les choses sensibles « pour se disposer à recevoir l'intelligible » (De anima, III, ii, 1). Une incertaine et inutile combinaison du platonisme et du péripatétisme, telle est la définition… Lire la suite
BEAU ET LAID (philosophie)

Écrit par :  Olivier TINLAND

…  des formes corporelles et artistiques : Socrate, en effet, est à la fois celui qui a la plus belle* âme, et celui dont le visage est le plus laid. Si l'apparence n'est plus le signe de la beauté intérieure, mais un leurre qui dissimule la vraie beauté, dès lors la beauté – et son négatif, la laideur – n'aura plus à être admirée dans des exemples… Lire la suite
BIEN, philosophie

Écrit par :  Monique CANTO-SPERBER

Dans le chapitre "Le bien comme bonheur, ou « eudaimonia » "  : …  stable et parfaite ; il est du reste la meilleure ressource pour tirer parti de l'adversité. *Par ailleurs, ce bien-bonheur est l'expression immédiate de l'ordre de l'âme. La présence en l'âme du bien qui lui est propre, la justice, ou ordre de l'âme, est cause immédiate du bonheur. La nature objective d'un tel bonheur, qui n'a rien de la… Lire la suite
BOVELLES CHARLES DE (1478-1567)

Écrit par :  Pierre MAGNARD

… *Naître à Saint-Quentin dans une vieille famille picarde, grandir sous la protection de François et Charles de Hallewin, évêques d'Amiens et de Noyon, être l'élève de Jacques Lefèvre d'Étaples au collège du Cardinal-Lemoine avant d'en devenir l'un des maîtres, vivre dans le commerce des Champier, Clichtove, Budé, Bérauld, Boucher et autres… Lire la suite
CHEMIN, symbolisme

Écrit par :  Alain DELAUNAY

… *Dans toute tradition religieuse ou métaphysique, l'image du chemin est un symbole de la quête de l'Être. Il s'agit probablement d'une des images les plus sacrées — ce qu'exprime bien la parole du Christ : « Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie » (Jean XIV, 6). De fait, que ce soit par la médiation des arts plastiques ou par celle de la… Lire la suite
CHINOISE (CIVILISATION) - Symbolisme traditionnel et religions populaires

Écrit par :  Maxime KALTENMARKMichel SOYMIÉ

Dans le chapitre "L'homme comme microcosme"  : …  doivent dominer en chaque circonstance. Le corps humain recèle aussi des forces vitales, des *« âmes », les unes yin, les autres yang. En particulier nous avons une âme-souffle (hun) qui provient du Ciel et y retourne après la mort, et une âme corporelle (po) qui est destinée à retourner à la terre d'où… Lire la suite
COMMUNION

Écrit par :  Alain DELAUNAY

… *Ce qu'on entend par communion révèle une double dimension d'accomplissement spirituel de l'être humain : a) une dimension transindividuelle de communauté, impliquant les notions de partage, d'échange, de réunion, de témoignage, de service, de don, de convivialité ; b) une dimension surindividuelle d'union personnelle, impliquant… Lire la suite
CORPS - Soma et psyché

Écrit par :  Pierre FÉDIDA

Dans le chapitre "Jalons philosophiques"  : …  et de leur séparation. Il revient au platonisme d'avoir fondé un dualisme de l'opposition de l'*âme et du corps. Mais ne nous hâtons pas d'en conclure qu'il serait responsable d'une quelconque objectivation du somatique et du psychologique. Le rapport corps-âme ne définit pas ici une démarcation entre l'objet de la médecine et celui de la… Lire la suite
CROYANCE

Écrit par :  Paul RICŒUR

Dans le chapitre "La « doxa » des Grecs : croyance et opinion"  : …  savoir et d'être ; c'est plutôt un terme neutre, qui implique qu'il y a opinion vraie ou fausse ; *car la définition de l'opinion est maintenant prise du côté de l'opération, de l'activité de l'âme, et non plus du contenu ; de ce point de vue, la science elle-même est « opinion vraie » (ibid., 187 b) ; autrement dit, opinion vraie,… Lire la suite
CULTURE - Le choc des cultures

Écrit par :  Jean-François MATTÉI

Dans le chapitre "La culture philosophique"  : …  prend soin de son champ. Avec cette transposition de la culture de la terre dans le domaine de *l'âme, ce que Cicéron appelle humanitas dont nous avons tiré l'humus des humanités et de l'humanisme, le souci de la fécondité de l'esprit s'exprime dans le langage du soin de l'âme. L'homme cultivé sera dorénavant à Rome, puis en… Lire la suite
DE L'ÂME, Aristote

Écrit par :  François TRÉMOLIÈRES

Aristote *Qu'est-ce que l'âme ? La question peut nous paraître incongrue, mais pour l'Antiquité elle était essentielle à la constitution d'une science du vivant (l'âme se définit comme ce qui « anime » un corps, au principe donc de ce qui distingue l'animal du végétal), et partant d'un savoir surLire la suite
DE LA NATURE, Lucrèce

Écrit par :  Francis WYBRANDS

Dans le chapitre "Un matérialisme sans réserve"  : …  de l'homme désireux de parvenir au bonheur, puisque tel est le but recherché par le philosophe. *Les livres III et IV analysent l'âme et ses fonctions. L'esprit (animus) « est une partie de l'homme tout comme la main, le pied,/ les yeux sont des parties de l'ensemble du vivant » (III, vers 94-97). Matérielle, l'âme est donc mortelle.… Lire la suite
DESCARTES (R.)

Écrit par :  Ferdinand ALQUIÉ

Dans le chapitre "Le primat de la pensée"  : …  chose pensante, autrement dit à une âme. Et, ce qu'établit le cogito, c'est l'existence de *l'âme. Si, en effet, la plupart des hommes considèrent l'existence de leur corps comme assurée et doutent de celle de leur âme, c'est que, prisonniers de la connaissance sensible et de ses habitudes, ils reportent sur l'objet une certitude qu'il… Lire la suite
DUALISME

Écrit par :  Simone PÉTREMENT

Dans le chapitre "Le dualisme en philosophie"  : …  par deux principes contraires, l'Amour et la Haine, le principe de l'Un et le principe du Multiple. *D'autre part, il paraît opposer fortement l'âme au corps lorsqu'il décrit une âme tombée du monde des dieux et pleurant de se voir dans un lieu inaccoutumé. Anaxagore, lui aussi, distingue deux sortes d'êtres : d'un côté, les éléments en général,… Lire la suite
DU BEAU, ENNÉADES I, 6 et V, 8, Plotin

Écrit par :  Daniel RUSSO

Dans le chapitre "Aux sources de l'art chrétien du Moyen Âge"  : …  *La dualité de l'homme est celle qui partage son âme : ici-bas, elle se dissipe ; « là-bas », elle se ramasse, au contraire. Par « là-bas », Plotin entend non pas un lieu, mais le « Tout » de l'intelligible, qui consiste en l'unité de tous les intelligibles. La fin de toute activité humaine est donc la contemplation, parce qu'elle seule permet à… Lire la suite
ECKHART MAÎTRE (1260 env.-env. 1327)

Écrit par :  Louis COGNET

Dans le chapitre "Le fond de l'âme"  : …  particulièrement solide la noblesse de l'homme. Comme tous les mystiques chrétiens, il envisage *l'âme humaine comme une réalité complexe, présentant des régions et des zones. En son point le plus intérieur est déposé son archétype éternel, par lequel elle est rattachée à l'essence divine. Eckhart désigne souvent ce point central de l'âme par… Lire la suite
ÉLÉMENTS THÉORIES DES

Écrit par :  René ALLEAU

Dans le chapitre "La gnose cosmologique de la théosophie ismaélienne"  : …  assurent une densité matérielle se corporalisent (mafassam). Grâce à ces dons matériels, *l'Âme trouve un écran qui réfléchit les effusions immatérielles et qui lui permet de prendre conscience de celles-ci, de sorte que, grâce à la Nature, l'Âme parvient à la plénitude entière de l'Intelligence d'elle-même et de son principe. La… Lire la suite
ENFERS ET PARADIS

Écrit par :  Olivier CLÉMENTMircea ELIADE

…  d'un « pays » comme les autres, que l'on imagine dans une région lointaine et souterraine). *C'est là que les âmes désincarnées habitent, sous forme d'ombres, répliques appauvries des corps, ou déjà modifiées, sous forme de larves, d'animaux, de plantes même ou d'objets en apparence inanimés. Cette postexistence ne se laisse point, elle non… Lire la suite
ÉPICURE (~341-~270)

Écrit par :  Graziano ARRIGHETTI

Dans le chapitre "Théorie de la connaissance : fidélité aux sensations"  : …  qui frappent directement l'esprit, ceux qui correspondent à l'objet qui doit être pensé. L'*âme est évidemment, dans un tel système, de nature corporelle et donc exposée à la mort ; elle est composée de quatre éléments dont trois sont respectivement semblables à l'air, au vent et au feu ; le quatrième, qui ne porte pas de nom, est le plus… Lire la suite
ESCHATOLOGIE

Écrit par :  Michel HULIN

Dans le chapitre "Résurrection et fin des temps : zoroastrisme, judaïsme, islam"  : …  doctrine du jugement individuel dans l'au-delà et une doctrine de la fin du monde. Après la mort, l'*âme ne tarde pas à apprendre, au vu des apparitions radieuses ou sinistres dont elle est gratifiée, quel sera son sort posthume. Après être passée par le « Pont du Rétributeur » (Tchinvat), large pour les bons mais étroit pour les méchants, elle… Lire la suite
ESPRIT, philosophie

Écrit par :  Pierre CLAIR Universalis

Dans le chapitre "La philosophie gréco-latine"  : …  , de pensée, de science sont bien plus répandues que celle du νο̃υς (esprit). *Cependant, on peut dire, avec le philosophe lui-même, que l'esprit est le pilote de l'âme (Phèdre). Ce noûs, véritable privilège de l'âme, qui seule de tous les êtres le possède, on peut reconnaître que non seulement, quant à l'… Lire la suite
FĀRĀBĪ AL- (872-950)

Écrit par :  Yves MARQUET

Dans le chapitre "La création et les intelligences"  : …  (la neuvième cause seconde produisant l'intellect actif, ou dixième intellect), ainsi qu'une *âme qui à son tour a produit un ciel, ou « sphère céleste » (un substrat auquel elle s'est incorporée). Des deux premières causes secondes sont de la sorte respectivement issus le « premier ciel » (la « sphère extérieure », motrice) et « le ciel des… Lire la suite
GNOSTICISME

Écrit par :  Pierre HADOTMichel TARDIEU

Dans le chapitre "Composantes non distinctives"  : …  gnostiques abondent évidemment en descriptions des mondes ou demeures célestes par lesquels l'*âme doit passer pour retourner dans le monde du Père. Aux frontières se tiennent des anges douaniers qui contrôlent son passage. Le gnostique doit connaître les mots de passe et les symboles, les signes de reconnaissance qui lui permettront de… Lire la suite
GRÉGOIRE DE NYSSE saint (330 env.-env. 395)

Écrit par :  Pierre HADOT

Dans le chapitre "Le théologien"  : …  Arrivé à son terme, le mouvement vers le mal se retourne dans la direction du bien, parce que l'*âme humaine a en quelque sorte toujours du mouvement pour aller plus loin. Il y a donc nécessairement un retour de toutes choses vers le bien et une restauration finale de la pureté de l'état originel. L'homme à l'image de Dieu, ce n'est pas l'… Lire la suite
HÉRACLITE (~VIe-~Ve s.)

Écrit par :  Clémence RAMNOUX

Dans le chapitre "Correspondances entre le monde et l'homme"  : …  une anthropologie, pourvu qu'on opère une substitution de mots. Le Feu s'appelle alors une *Psyché (âme). Cette « âme » s'échangerait contre le principe liquide de la « semence », et la semence à son tour se partagerait en « âme-souffle » et en « corps », avec des parties plus ou moins dures et molles, selon la proportion des éléments… Lire la suite
HOMME - La réalité humaine

Écrit par :  Alphonse DE WAELHENS

Dans le chapitre "Le christianisme médiéval"  : …  central et décisif de toute l'histoire : la naissance et la mort salvatrice de l'Homme-Dieu. *Le problème de l'âme acquiert, lui aussi, une tout autre portée. Là où elle en fait usage, la pensée grecque confère au concept d'âme une fonction de forme unificatrice, sans toujours préciser le statut d'existence de cette forme. Or cette question… Lire la suite
HYPOSTASE, philosophie

Écrit par :  Lucien JERPHAGNON

… *Du grec hupostasis, ce qui est en dessous, au fond, d'où le sens de dépôt (Aristote), de fondement, de structure, de réalité par opposition à quelque fruit de l'imagination (Aristote). Le terme n'acquiert de sens philosophique que tardivement. L'Épître aux Hébreux, où Jésus-Christ est dit « empreinte de l'hypostase du Père », est la… Lire la suite
IBN GABIROL SALOMON (1020 env.-1057)

Écrit par :  Roland GOETSCHEL

… *Poète et philosophe juif espagnol en qui les Latins virent un penseur arabe du nom d'Avicebron, Shelōmōh ben Yehudāh ibn Gěbirol (Gabirol) est probablement né à Málaga, mais il fut amené encore enfant à Saragosse, où il reçut son éducation ; il était orphelin de père dès son jeune âge et perdit sa mère à vingt-cinq ans. Doté d'une frêle… Lire la suite
IMAGINAL MONDE

Écrit par :  Alain DELAUNAY

… *Cette notion est une création conceptuelle due au philosophe français Henry Corbin, dont les travaux sont essentiels pour l'herméneutique comparée. Face à la défiance que la philosophie occidentale moderne a manifestée par rapport à l'imagination, le néologisme « imaginal » porte, au contraire, une exaltation philosophique de l'image. Cette… Lire la suite
INFINI, philosophie

Écrit par :  Emmanuel LÉVINAS

Dans le chapitre "Le divin infini"  : …  monde fini du système astronomique de l'Antiquité comme le cosmos plotinien s'ouvrent à l'infini. *C'est l'âme humaine –  conçue d'après la tradition biblique à l'image de Dieu – qui, dans la créature, reçoit la première l'attribut d'infini. La façon dont la grâce pénètre dans l'âme pouvait encore être, à la rigueur, conçue sur la façon dont l'… Lire la suite
INTELLECT & INTELLIGIBLES

Écrit par :  Édouard-Henri WÉBER

… *Du latin intellectus (le terme grec correspondant est nous), l'intellect est le principe de la pensée sous sa forme la plus haute ; à l'époque moderne lui correspondent des termes aux nuances particulières : intelligence, raison, esprit ; au xviie siècle : entendement. Pour Aristote, les aristotélisants arabes… Lire la suite
INTÉRIORITÉ

Écrit par :  Étienne BORNE

Dans le chapitre "Composante sceptique et composante mystique"  : …  la pensée antique n'échappe à ce vertige qu'en se maintenant en deçà de la découverte socratique. *L'intériorité à la fois révèle l'âme et amène à douter de l'âme : et, soucieux de sécurité rationnelle, les grands Anciens, et d'abord Platon et Aristote, feront de l'âme un organisme structuré et hiérarchique, une cité ou un cosmos en miniature, à l… Lire la suite
ISLAM (La civilisation islamique) - La philosophie

Écrit par :  Christian JAMBETJean JOLIVET

Dans le chapitre "D'Ibn Sīnā à Ibn Rušd"  : …  par voie intellectuelle à partir d'un Être premier, mais Ibn Sīnā attribue explicitement une *âme à chacun des cieux, d'une façon plus nette donc que ne l'avait fait Fārābī. De même, il conserve comme celui-ci un tableau hiérarchique des intellects dérivé en dernière instance des commentateurs grecs d'Aristote, mais il y inclut un « intellect… Lire la suite
ISMAÉLISME

Écrit par :  Michel BOIVINOsman YAHIA

Dans le chapitre "La philosophie de la nature"  : …  universel ; il l'a été sans intermédiaire, à la différence de tout ce qui n'est pas lui. Ainsi l'*âme universelle vient à l'existence par l'intermédiaire de l'Intellect, de même que la matière universelle par l'intermédiaire de l'âme universelle. L'Intellect, du fait qu'il est instauré sans intermédiaire, possède l'unité pure. Cependant, on lui… Lire la suite
JAMBLIQUE (250 env.-env. 330)

Écrit par :  Jean TROUILLARD

Dans le chapitre "L'âme et les mathématiques"  : …  deux thèmes principaux et, en premier lieu, le thème à la fois néo-pythagoricien et platonicien de *l'âme mathématicienne. Jamblique le développe surtout dans son De communi mathematica scientia. Comment un traité d'épistémologie mathématique peut-il être en même temps un traité de l'âme ? Il faut se souvenir ici que Platon, dans le Lire la suite
JEAN DE LA CROIX (1542-1591)

Écrit par :  Louis COGNETBernard SESÉ

Dans le chapitre "Une mystique de la négation"  : …  qu'elle vienne, fût-ce même d'une illumination miraculeuse, ne saurait conduire à l'union divine. L'*âme doit donc s'anéantir en refusant tout le créé et en se refusant elle-même, vider entièrement ses propres facultés, la volonté et l'entendement aussi bien que la mémoire, entrer totalement dans la nuit, métaphore par laquelle Jean de la Croix… Lire la suite
JINISME ou JAÏNISME

Écrit par :  Colette CAILLATMarie-Simone RENOU

Dans le chapitre "Logique, physique et cosmologie"  : …  ). Elles peuvent s'adjoindre une sixième substance : le temps. Ainsi se distinguent, d'une part, *l'âme (jīva) et, d'autre part, les substances inanimées (a-jīva) : matière (pudgala), espace (ākāśa), temps (kāla), mouvement (dharma) et arrêt (a-dharma). Ces « masses d'être », à l'… Lire la suite
KANT (E.)

Écrit par :  Louis GUILLERMIT

Dans le chapitre "Les postulats"  : …  d'ores et déjà parvenue à cette conformité. Tel est le sens du postulat de l'immortalité de *l'âme. Celui de l'existence de Dieu doit être compris de façon comparable : les êtres libres que sont les hommes agissent dans un monde dont ils ne sont pas les créateurs. Seule une cause de ce monde se représentant la loi morale en… Lire la suite
MAINE DE BIRAN (1766-1824)

Écrit par :  Henri GOUHIER

Dans le chapitre "La philosophie de Maine de Biran"  : …  ne disparaît pas puisqu'il reviendra. Biran doit poser, sous-jacente aux intermittences du moi, une *âme permanente qui remplit l'office de l'ancienne substance. De l'agnosticisme positiviste, il garde l'idée que nous ne connaissons pas l'essence de cette âme ; avec cette réserve : nous croyons à son existence. Le mot croyanceLire la suite
MALEBRANCHE NICOLAS (1638-1715)

Écrit par :  Ginette DREYFUS

Dans le chapitre "La vision en Dieu"  : …  de nous : les sensations ne sont pas autre chose que les modifications subjectives de notre *âme, destinées à assurer, « par la voie courte et incontestable du sentiment », la conservation de notre corps. D'autre part, les corps ne sont point visibles en eux-mêmes, car le corps ne peut agir sur l'âme, et ce pour deux raisons, empruntées l'… Lire la suite
MÉDITATIONS MÉTAPHYSIQUES, livre de René Descartes

Écrit par :  François TRÉMOLIÈRES

Dans le chapitre "Un exposé de la « philosophie première »"  : …  de Dieu : l'argument ontologique) puis de leur « existence » (Méditation sixième). *Cette dernière repose sur la distinction, essentielle au cartésianisme, de l'âme et du corps –  distinction qui dans le cas de l'homme (donc d'une éventuelle science de l'homme : la médecine, mais aussi la morale) pose le redoutable problème de l'… Lire la suite
MÉTAPHYSIQUE

Écrit par :  Ferdinand ALQUIÉ

Dans le chapitre "Métaphysique et théologie chez saint Thomas"  : …  le surnaturel, étant entendu que tout ce qui est surnaturel est, en quelque mesure, divin. *L'âme en tant qu'immortelle, les anges sont donc les objets de la métaphysique, objets immatériels, non sensibles, et, comme le dit saint Thomas, transphysiques (transphysica). La métaphysique devient alors la science de Dieu et de tout ce… Lire la suite
MICROCOSME ET MACROCOSME

Écrit par :  Hélène VÉDRINE

Dans le chapitre "Le dynamisme de l'homme-microcosme"  : …  1482 ; trad. R. Marcel, Paris, 1964-1965), Marsile Ficin décrit avec enthousiasme les puissances de* l'âme. Celle-ci n'imite plus passivement le macrocosme, mais elle se définit par ses capacités d'action. Elle parcourt les degrés de l'univers, utilise la matière pour créer, réinvente le beau dans ses œuvres d'art, imagine des techniques et des… Lire la suite
MOI

Écrit par :  Catherine CLÉMENTHenry DUMÉRY

Dans le chapitre "Le moi et l'histoire de la philosophie"  : …  maîtrise de soi, si elles n'eussent correspondu à la teneur de cette loi. Il est significatif que *l'âme intellectuelle chez Aristote se définisse non par le pouvoir de dire je, mais par la capacité de devenir toute chose, en vertu de la double appartenance signalée, de la situation intermédiaire qui était celle de l'animal raisonnant. Il… Lire la suite
MORT - Les interrogations philosophiques

Écrit par :  René HABACHI

*« Je trouve bon qu'on n'approfondisse pas l'opinion de Copernic : mais ceci !... Il importe à toute la vie de savoir si l'âme est mortelle ou immortelle. » L'insistance de Pascal marque symboliquement le tournant d'une philosophie de la mort, puisque l'existentialisme moderne trouve beaucoup de ses thèmes déjà… Lire la suite
MORT - Les sociétés devant la mort

Écrit par :  Louis-Vincent THOMAS

Dans le chapitre "De la mort-négation à la négation de la mort"  : …  univers à une collection d'atomes indivisibles et éternels, mais différents de taille et de poids. *L'âme humaine, qui n'est rien d'autre qu'une rencontre fortuite d'atomes plutôt ronds et siégeant dans la poitrine, ne saurait donc, tout comme le corps, prétendre à une quelconque immortalité. Second point important, la crainte de la mort est… Lire la suite
MOYEN ÂGE - La pensée médiévale

Écrit par :  Alain de LIBERA

Dans le chapitre "La pensée et le mouvement"  : …  de lumière d'un intellect agent identifié tour à tour, selon les milieux et les auteurs, à un *principe cosmique réellement séparé de l'âme humaine (le « Donateur des formes », Dator formarum, de l'avicennisme latin), à Dieu lui-même (Guillaume d'Auvergne), à une partie actuée de l'âme humaine illuminée par une Intelligence angélique… Lire la suite
NOSTALGIE

Écrit par :  Marie-Claude LAMBOTTE

Dans le chapitre "Un concept philosophique"  : …  ainsi quelque chose d'étranger. Ainsi se présente le mouvement intérieur de la pure *âme sentante [Gemüt] ; elle se sent bien soi-même, mais se sent douloureusement comme scission, c'est le mouvement d'une nostalgie sans fin [unendliche Sehnsucht], qui a la certitude que son essence est une pure… Lire la suite
OMBRE

Écrit par :  Alain DELAUNAY

… *Pour la connaissance symbolique, l'ombre apparaît comme une réalité lourde de toutes les angoisses humaines. Le pays de la mort est éprouvé comme le royaume des ombres. Sans être confondue avec l'âme, l'ombre lui est liée. Aussi, dans de nombreuses cultures des interdits entourent ce phénomène : ne pas marcher sur l'ombre d'autrui, ne pas jouer… Lire la suite
ORIGÈNE (185-253/54) & ORIGÉNISME

Écrit par :  Pierre HADOT

Dans le chapitre "La science biblique"  : …  sens spirituel ; c'est pourquoi enfin les chrétiens littéralistes se font une fausse idée de Dieu. *Ainsi Origène convie-t-il ses lecteurs ou ses auditeurs à un perpétuel approfondissement du sens de l'Écriture. Il présente assez souvent sa méthode exégétique en faisant appel à la distinction entre trois sens de l'Écriture correspondant aux trois… Lire la suite
PANTHÉISME

Écrit par :  Robert MISRAHI

Dans le chapitre "Plotin"  : …  est au cœur de l'Un sans plus se confondre avec lui, de même la troisième et dernière hypostase,* « l'Âme », est produite par l'Intelligence et ne se confond plus avec elle bien qu'elle n'en soit pas séparée. L'Âme est le principe de la vie ; c'est l'Âme cosmique, la vie universelle et intelligible, qui implique le mouvement. Elle est présente… Lire la suite
LES PASSIONS DE L'ÂME, livre de René Descartes

Écrit par :  François TRÉMOLIÈRES

Dans le chapitre "De la physique à la morale"  : …  – dont la « vraie générosité ». Écartant d'emblée toutes les explications de ses prédécesseurs, *Descartes considère que « le meilleur chemin pour venir à la connaissance de nos passions » n'est autre que « d'examiner la différence qui est entre l'âme et le corps » (art. 2). Suit une description des « fonctions qui appartiennent au corps seul… Lire la suite
PHÉDON, Platon

Écrit par :  François TRÉMOLIÈRES

Dans le chapitre "Sur l'âme"  : …  *« La mort, pensons-nous que c'est quelque chose ? – Oui, assurément, fut la réponse de Simmias. – Se peut-il qu'elle soit autre chose que la séparation de l'âme d'avec le corps ? C'est bien cela, être mort : le corps séparé d'avec l'âme en vient à n'être que lui-même en lui-même, tandis que l'âme séparée d'avec le corps est elle-même en elle-même… Lire la suite
PHYSIOGNOMONIE

Écrit par :  Anne-Marie LECOQ

Dans le chapitre "D'Aristote à Lavater"  : …  apportent leur explication sous forme de mythes : il y a une étroite interdépendance entre *l'âme et le corps qu'elle a façonné. De même que pour soigner l'un il faut passer par l'autre, pour connaître l'âme il faut donc regarder le corps : l'aspect de ses différentes parties permet de déceler les inclinations et les penchants naturels. Les… Lire la suite
PLATON

Écrit par :  Monique DIXSAUT

Dans le chapitre "Penser et parler"  : …  Socrate, dans Théétète, dit comment il se représente la pensée : c'est un dialogue de *l'âme avec elle-même. La pensée est un discours que l'âme se tient, qui ne s'adresse pas à un autre et que la voix ne profère pas. La présence réelle de l'interlocuteur et l'oralité ne sont donc pas les conditions nécessaires de tout dialogue. Le… Lire la suite
PLOTIN

Écrit par :  Maurice de GANDILLAC

Dans le chapitre "La purification"  : …  la hiérarchie des hypostases, l'existence éternelle d'un monde à demi illusoire et l'aspiration des *âmes séparées à l'unité perdue et néanmoins toujours présente au plus profond d'elles-mêmes. La chute platonicienne, la « perte des ailes » (Phèdre, 248 c), est moins ici le mythe d'une faute originelle que la métaphore d'une expérience… Lire la suite
POMPONAZZI PIETRO (1462-1525)

Écrit par :  Adelin Charles FIORATO

… *Philosophe italien, Pietro Pomponazzi eut une grande influence sur le courant de pensée rationaliste de la Renaissance. Après avoir fait ses études de médecine à Padoue, il enseigna la philosophie dans cette ville pendant une vingtaine d'années (1488-1509), puis passa à l'université de Ferrare et à celle de Bologne, où il séjourna jusqu'à sa mort.… Lire la suite
RÉMINISCENCE

Écrit par :  Olivier JUILLIARD

… *Avancé par Platon dans le Phédon, le thème mytho-philosophique de la réminiscence se retrouve tout au long de l'histoire de la philosophie occidentale avec une insistance telle qu'il paraît y prendre valeur de paradigme essentiel. Dans son expression strictement platonicienne, la réminiscence est une réponse ambiguë à deux questions :… Lire la suite
RUUSBROEC ou RUYSBROECK JAN VAN (1293-1381)

Écrit par :  Patrice SICARD

Dans le chapitre "Le vicaire bruxellois"  : …  interne (Voici l'Époux qui vient, allez à sa rencontre ; Matthieu, xv, 6) : l'*âme mène une vie morale, en s'efforçant par les œuvres et les vertus d'orner la demeure de son âme pour l'Époux qui vient. Cette recherche a ses dangers : celle d'orienter vers une perfection qui rejette dans l'ombre la personne de l'Époux. La… Lire la suite
SOHRAWARDĪ ou SUHRAWARDĪ SHIHĀBODDĪN YAHYĀ (1155-1191)

Écrit par :  Christian JAMBET

Dans le chapitre "Les œuvres"  : …  reconnus par le savoir rationnel pour ensuite être identifiés, face à face, dans une révélation où *l'âme découvre, dans l'archange auquel elle s'unit, son alter ego. Le savoir philosophique reçoit alors de la présence lumineuse immédiate la certitude apodictique dont il a, lui-même, besoin. Il n'y a pas pour le sage de contradiction entre… Lire la suite
STRATON DE LAMPSAQUE (~330 env.-env. ~270)

Écrit par :  Michel GAREL

… *Philosophe péripatéticien. Également surnommé le Physicien. Disciple de Théophraste, Straton succéda à ce dernier comme chef de file du Lycée, position qu'il occupa pendant dix-huit ans. Il fut sans doute, pendant un temps, le précepteur de Ptolémée II Philadelphe et jouit de la protection d'Arsinoé, sœur et épouse du souverain. Il joua un rôle… Lire la suite
THOMISME

Écrit par :  Édouard-Henri WÉBER

Dans le chapitre "L'homme"  : …   essentiellement corps et intelligence. Procédant à une élucidation des thèmes traditionnels d'*âme et de corps, le maître offre une conception nouvelle de leur unité essentielle. Contre la théorie généralisée de l'homme comme agrégat de deux substances, la corporelle et la spirituelle, il adopte la conception du De anima d'Aristote,… Lire la suite
TRIADE, symbolique

Écrit par :  Alain DELAUNAY

… *Dans la connaissance symbolique, la triade se manifeste à travers un spectre extrêmement large de possibilités. À titre de simples indications, on peut en souligner plusieurs aspects symboliques. La triple réalité divine et ses symboles. L'histoire des religions et plus généralement l'anthropologie religieuse montrent l'existence de très… Lire la suite
UNAMUNO MIGUEL DE (1864-1936)

Écrit par :  Bernard SESÉ

Dans le chapitre "Une foi agonique"  : …  saint Augustin que chez Pascal ou Kierkegaard, lui fait envisager la question de l'immortalité de *l'âme selon une perspective purement existentielle ; c'est au cœur même du désespoir qu'il convient de puiser l'espoir ; c'est dans ce combat, cette agonie au sens propre qu'Unamuno a découvert sa conception personnelle de la foi chrétienne et sa… Lire la suite
VIDE & PLEIN, symbolique

Écrit par :  Alain DELAUNAY

… *Cette opposition ne dérive en rien de l'empirie, elle constitue une catégorie a priori de l'imagination. À travers l'imaginaire du plein et du vide, nous investissons la réalité selon les trois plans de la connaissance : ceux de la matière, de la vie et de l'esprit. L'imaginaire lié à la matière s'enracine dans l'expérience des matériaux. Le « … Lire la suite
VIE

Écrit par :  Georges CANGUILHEM

Dans le chapitre "La genèse du concept"  : …  II, 1). Et, plus loin, Aristote dit que la vie est ce par quoi le corps animé diffère de l'inanimé. *Mais le terme de vie, comme celui d'âme, est capable de plusieurs acceptions. Il suffit toutefois que l'une d'entre elles convienne à tel objet de notre expérience « pour que nous affirmions qu'il vit » (II, 2). La végétation ou végétalité représente… Lire la suite
YOGA

Écrit par :  Jean VARENNE

Dans le chapitre "L'âme et le corps"  : …  *On a vu plus haut comment l'âme (ātman) se situe par rapport au corps : elle lui est étrangère autant que le passager d'un véhicule peut l'être de la carrosserie et du moteur de l'engin qui l'emporte, mais elle en reste dépendante, d'humiliante façon, comme l'est ce passager vis-à-vis des performances du véhicule en question. Pourtant, le rapport… Lire la suite
ZEN

Écrit par :  Claude GRÉGORY

Dans le chapitre "Le terme proche"  : …  le bouddhisme se caractérise non par une promesse de salut, puisqu'il nie l'existence d'une *âme individuelle (anātman), mais par l'éclairage qu'il porte sur le problème humain premier, et accablant, de la souffrance. Également irrécusable pour lui est l'évidence qu'il n'y a à ce problème aucune solution intellectuelle. En… Lire la suite

Afficher la liste complète (78 références)

 

Dictionnaire

Définition du mot "AME"

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
Consulter les articles d'Encyclopædia Britannica.
© 2014, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.

chargement du média