BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

JUGEMENT

Le jugement est l'acte de la pensée qui affirme ou nie, et qui ainsi pose le vrai ; plus largement, c'est le point d'arrêt d'un problème, qui s'achève dans une décision. L'existence du jugement est donc au point de rencontre de multiples approches, celles de la logique, de la psychologie, ou même de la doctrine de l'activité. Le logicien retient que le jugement est l'adhésion à une proposition, qui est justifiée de quelque manière par la liaison des représentations qu'elle rassemble, ou par quelque référence de la proposition à d'autres propositions ou à l'expérience. Il revient ainsi à la logique d'étudier la structure propositionnelle du jugement, les modalités de l'affirmation qui peut s'effectuer dans le registre de l'effectif, du possible ou du nécessaire, l'appartenance du jugement aux sphères de la pensée déductive ou expérimentale. Mais c'est laisser hors de considération certains aspects de l'activité concrète de juger.

Le psychologue porte son attention sur les facteurs de la croyance ou de l'attitude, sur les prises de position, par rapport à la réalité, du sujet qui juge. Au reste, le jugement inclut des consignes normatives, qui exigent que l'on étende les références psychologiques vers des références sociologiques ou socio-culturelles ; le judicium est, étymologiquement, la décision judiciaire, et c'est un des aspects parmi d'autres des bases normatives du jugement : on parle du « jugement de goût », qui est le discernement des valeurs esthétiques ou culturelles, ou du jugement moral, qui est le discernement dans le domaine des mœurs.

Ainsi, la doctrine du jugement est entrée dans celle de la pensée par de multiples voies. Une philosophie du jugement a pour première tâche de situer les fonctions logiques du jugement dans une conception d'ensemble des activités de l'intelligence. Mais elle s'intéresse aussi aux liens du jugement et de l'activité, et cherche une mesure de la capacité de juger dans la conduite de l'homme, considérée en totalité, sous ses aspects individuels et sociaux. De manière générale, elle donne une place au jugement parmi les actes porteurs de sens, les régul […]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  10 pages…

Pour citer cet article

Noël MOULOUD, « JUGEMENT  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jugement/

Classification thématique de cet article :

 

Offre essai 7 jours

« JUGEMENT » est également traité dans :

ANALYTIQUE PROPOSITION

Écrit par :  Françoise ARMENGAUD

… *Le mot « analytique » a au moins trois sens. 1. Au sens large, une proposition est dite analytique si elle est vraie en vertu de la signification des termes qu'elle contient. La simple considération des significations suffit à donner l'assurance de sa vérité. À ce sens se rattachent le nominalisme de Hobbes, pour qui la vérité nécessaire est telle… Lire la suite
AYER ALFRED JULES (1910-1989)

Écrit par :  Francis JACQUES

Dans le chapitre "Vers une élucidation du langage scientifique"  : …  opérations a priori ou analytiques, vraies par définition. b) On donnera une analyse des *jugements moraux qui tienne compte des certitudes du sens commun (ce ne sont pas des hypothèses) et rectifie l'analyse fautive de G. E. Moore (elles seraient synthétiques et a priori). Pour autant qu'ils ont un sens, ce sont des énoncés scientifiques… Lire la suite
BRADLEY FRANCIS HERBERT (1846-1924)

Écrit par :  Jean WAHL

Dans le chapitre "L'Absolu, impossible et nécessaire"  : …  les relations, désarticulées, puis articulées, tant bien que mal et plutôt mal que bien, par le *jugement. En quoi consiste l'activité du jugement ? En une séparation du sujet et de l'attribut, et cette séparation a pour résultat que nous voyons d'un côté la chose et d'un autre côté les qualités de la chose sans que nous puissions voir de quelle… Lire la suite
BRENTANO FRANZ (1838-1917)

Écrit par :  Samuel Hugo BERGMAN

Dans le chapitre "Une nouvelle division de la psychologie"  : …  souviendra que la classification traditionnelle est celle de la pensée, du sentiment et du vouloir. *Ce qui caractérise le jugement et le distingue de la représentation, c'est le fait d'affirmer ou de nier un objet, et non pas le fait d'être une liaison de représentations, comme l'assuraient James Mill et Spencer. La forme élémentaire du jugement… Lire la suite
CRITIQUE DE LA FACULTÉ DE JUGER, livre de Emmanuel Kant

Écrit par :  François TRÉMOLIÈRES

Dans le chapitre "Le beau et le sublime"  : …  à produire des concepts : il faut encore pouvoir les mettre en relation avec des objets donnés. *D'où le rôle déterminant de la faculté de juger, déjà exposé dans la Critique de la raison pure : soumettre le cas à la règle, « subsumer le particulier sous l'universel ». Mais le jugement ne fait pas que s'exercer au service de l'… Lire la suite
CROYANCE

Écrit par :  Paul RICŒUR

Dans le chapitre "Du langage ordinaire au langage philosophique"  : …  opinion, premier synonyme de la croyance, ne s'épuise pas à signifier le non-savoir, la non-vérité. *Il est aussi l'équivalent du jugement, comme on voit avec le verbe opiner : opiner, croire, c'est porter un jugement ; or, en tant qu'opération et activité d'opiner, la croyance-opinion tend à prendre une signification positive, qui compense l'… Lire la suite
EMPIRISME

Écrit par :  Edmond ORTIGUES

Dans le chapitre "L'empirisme au XIXe et au XXe siècle"  : …  , mais deux sortes de rationalité : la rationalité logique, qui transmet des valeurs de vérité, *et la rationalité du jugement, qui transmet des valeurs de crédibilité. Ces deux formes de rationalité s'entremêlent en nos raisonnements comme la structure syntaxique et le vocabulaire dans un texte. Quelle que soit la structure logico-mathématique… Lire la suite
ESTHÉTIQUE - Histoire

Écrit par :  Daniel CHARLES

Dans le chapitre "L'esthétique de Kant"  : …  une règle d'après laquelle quelqu'un pourrait être obligé de reconnaître la beauté d'une chose ». *Le jugement esthétique est donc subjectif ; c'est un jugement réfléchissant, susceptible de varier d'un sujet à l'autre, et qui s'oppose par là au jugement logique, déterminant, lequel, reposant sur des concepts, est invariable. Le plaisir,… Lire la suite
ÉTHIQUE

Écrit par :  Paul RICŒUR

Dans le chapitre "La constitution de la notion de valeur"  : …  à une position de liberté en première personne est essentielle à l'évaluation. Elle met en jeu le *jugement moral, inséparable de la volonté qu'aura chacun d'effectuer sa propre liberté, de l'inscrire dans des actes et dans des œuvres qui pourront eux-mêmes être jugés par d'autres. À son tour, cette référence à l'évaluation par autruiLire la suite
ÊTRE, philosophie

Écrit par :  Giulio GIORELLO

Dans le chapitre "L'existence n'est pas un prédicat"  : …  ne peut être l'une des perfections de Dieu » (p. 88). Cependant, leur accord n'est pas complet. *« Kant affirme que dans le jugement d'existence nous « posons » une chose, alors que chez Frege il n'y a aucun recours à cette notion obscure. Au lieu de cela, un jugement d'existence est considéré comme une proposition au sujet d'une fonction [...].… Lire la suite
EXPÉRIENCE

Écrit par :  Pascal ENGEL

Dans le chapitre "Le défi empiriste"  : …  dirigée contre son analyse des expériences élémentaires, et de leur relation aux croyances et aux* jugements qui sont supposés en être dérivés. Hume, en assimilant la croyance à une juxtaposition d'idées dans l'esprit, ignore son caractère propositionnel : croire, c'est croire que, c'est être capable de former des jugements. Mais ce n'… Lire la suite
IDÉALISME

Écrit par :  Jean LARGEAULT

Dans le chapitre "La logique et l'idéalisme"  : …  Il est probable que l'idéalisme se sépare du réalisme en accordant au *jugement la primauté sur le concept. Ce sont les concepts qui ont d'abord la charge de l'import ontologique. Admettre que le jugement définit des concepts, ou que les concepts dérivent des jugements, équivaut à définir les concepts au moyen des relations ; alors ils dépendent… Lire la suite
KANT (E.)

Écrit par :  Louis GUILLERMIT

Dans le chapitre "La synthèse a priori, problème général de la raison"  : …  Que, sans recourir à l'expérience, un *jugement attribue un prédicat à un concept où il le découvre implicite, ou qu'à l'inverse il trouve dans les données de l'expérience de quoi l'enrichir, voilà qui laisse sans mystère l'analyse qu'il effectue a priori dans le premier cas, la synthèse à laquelle il procède a posteriori dans le second. Mais on ne… Lire la suite
LOGIQUE INDIENNE

Écrit par :  Kuno LORENZ

Dans le chapitre "Raisonnement et prédication"  : …  tardives du jaïnisme. Les mādhyamika qui, par anti-essentialisme, ne s'autorisent à porter que des *jugements négatifs où l'on s'engage le moins possible, utilisent une formule à quatre lemmes, le « catuṣkoṭi » : un objet (1) n'est pas a, (2) n'est pas non-a, (3) n'est pas à la fois a et non-a, (4) n'est ni aLire la suite
MOORE GEORGE EDWARD (1873-1958)

Écrit par :  Françoise ARMENGAUD

Dans le chapitre "La critique du psychologisme, de l'idéalisme et du naturalisme éthique"  : …  des Principles of Logic de Francis Herbert Bradley, et, par-delà, du psychologisme. Nos *jugements ne portent pas sur « nos idées », mais sur ce à quoi nos idées se réfèrent, c'est-à-dire ce que Moore appelle un « concept ». Ce dernier n'est ni un fait mental ni une partie d'un fait mental ; proche de la « forme » platonicienne, il ne… Lire la suite
MOYEN ÂGE - La pensée médiévale

Écrit par :  Alain de LIBERA

Dans le chapitre "Logique du sens"  : …  Aristote appelle « la saisie des indivisibles ». La connaissance véritable commence lorsqu'il y a *jugement développé, composition de notions, aperception non plus d'une chose ou quiddité, mais saisie de l'inhérence d'un prédicat à un sujet ; et il y a connaissance scientifique lorsqu'il y a articulation de jugements, raisonnement menant… Lire la suite
NOUVELLE RHÉTORIQUE, droit

Écrit par :  Benoît FRYDMAN

Dans le chapitre "Une nouvelle logique juridique"  : …  moderne s'était attachée à réduire l'activité du juge à une simple mission d'exécution de la loi et* le jugement à un acte de pure logique déductive, par lequel le juge applique mécaniquement le sens clair de la loi aux faits de la cause. La nouvelle rhétorique montre que ce « syllogisme judiciaire » (qui est en réalité lui-même une figure de… Lire la suite
PHILOSOPHIQUES SYSTÈMES

Écrit par :  Jacques MOUTAUX

Dans le chapitre "De l'histoire de la philosophie à la philosophie"  : …  des idées, qui passent l'expérience, comme on établit celles des principes qui la rendent possible. *Martial Guéroult fonde toute sa déduction des systèmes sur l'interprétation de la philosophie première, ou métaphysique, ou ontologie, comme position de jugements thétiques. Est thétique tout jugement qui pose et détermine ce qu'est la réalité… Lire la suite
PLATON

Écrit par :  Monique DIXSAUT

Dans le chapitre "Penser et parler"  : …  L'âme va et vient de questions en réponses et finit le plus souvent par s'immobiliser en un *jugement (c'est lui que l'âme retiendra, et c'est l'image tracée à partir de lui qu'elle reverra plus tard à l'intérieur d'elle-même). Lorsqu'elle juge, l'âme ne se parle plus ; soucieuse de sécurité et de stabilité plus que de vérité, elle affirme… Lire la suite
POLITIQUE - La science politique

Écrit par :  Marcel PRÉLOT

Dans le chapitre "Les modes de connaissance"  : …  *En face de l'État, objet du politique, l'esprit humain peut éprouver des curiosités diverses et se proposer des buts différents : il peut réfléchir sur la cité en philosophe ; il peut ambitionner, en savant, de découvrir et de décrire les phénomènes de la vie politique ; il peut vouloir, en homme d'action, faire prévaloir ses vues sur la conduite… Lire la suite
PROPOSITION, philosophie

Écrit par :  Françoise ARMENGAUD

… *Il convient d'abord de distinguer la phrase, le jugement, l'énoncé et la proposition. La phrase est une entité linguistique, soumise à des règles grammaticales, qui assurent sa correction, et à d'éventuels critères stylistiques ; on considère qu'elle exprime un jugement ou un énoncé ; elle est susceptible d'être proférée verbalement par un… Lire la suite
PSYCHANALYSE & CONCEPT D'OPPOSITION

Écrit par :  Émile JALLEY

Dans le chapitre "La polarité du jugement"  : …  Négation » (1925), la doctrine freudienne concernant l'« origine psychologique » de la fonction du *jugement. La « polarité » du jugement, négatif et positif, trouverait sa racine génétique dans le couple pulsionnel de la destruction et de l'Éros. La négation serait un « successeur de l'expulsion », dont la fonction est le propre de la pulsion de… Lire la suite
RÉALITÉ

Écrit par :  Ferdinand ALQUIÉ

Dans le chapitre "Réalité et jugement"  : …  *Il semble résulter des observations précédentes que la réalité est ce qui, selon tel ou tel critère, selon tel ou tel caractère, est « jugé » réel. On retrouve ici le sens et la portée du célèbre texte de Descartes, relatif aux hommes qui passent dans la rue, « à la vue desquels je ne manque pas de dire que je vois des hommes [...] et cependant que… Lire la suite
RELATION

Écrit par :  Jean LADRIÈRE

Dans le chapitre "La doctrine des catégories : Aristote et Kant"  : …  d'Aristote et celle de Kant. Chez ces deux auteurs, les catégories sont rattachées à la doctrine du *jugement ; elles représentent les divers modes selon lesquels peut fonctionner le jugement. Mais, alors que chez Aristote elles ont une portée à la fois logique et ontologique, chez Kant, conformément au point de vue criticiste qui est le sien, elles… Lire la suite
SCIENCES - Science et philosophie

Écrit par :  Alain BOUTOT

Dans le chapitre "Science et axiologie"  : …  Wihelm Windelband, qui établit une distinction fondamentale entre deux types de propositions : les* jugements de fait (Urteilen), d'une part, et les jugements de valeur (Beurteilungen), d'autre part. Les premiers expriment la coappartenance de deux représentations objectives, les seconds le rapport du sujet à l'objet représenté… Lire la suite
SYNTHÈSE, philosophie

Écrit par :  Françoise ARMENGAUD

… *Pour présenter la synthèse, on s'inspirera plus particulièrement de deux philosophes qui ont fait d'elle un moment essentiel de la pensée : Kant et Hegel. Kant introduit la distinction entre les jugements analytiques, qui élucident et expliquent un concept sans communiquer d'information nouvelle (par exemple : « Tous les corps sont divisibles »),… Lire la suite
VÉRITÉ

Écrit par :  Robert BLANCHÉAntonia SOULEZ

Dans le chapitre " Logique"  : …  élaborées. Peut-être faut-il plutôt les rapporter seulement à des pensées, plus précisément à des *jugements. Mais c'est là une conception idéaliste qui, comme telle, ne va pas non plus sans soulever des objections. On se permettra donc, en l'absence d'un terme général qui embrasse ces diverses notions, de jouer sur le sens large du mot… Lire la suite
VOLONTÉ

Écrit par :  Paul RICŒUR

Dans le chapitre "Le contexte « épistémologique » : Descartes"  : …  la volonté, comme le moment d'action qui se compose avec le moment de passion de l'entendement. *Seul le jugement est l'objet d'une expérience complète et concrète ; du moins, cette expérience se prête à la décomposition en deux causes concourantes, à la faveur de la disproportion qu'elle présente entre le caractère borné de l'une et l'amplitude… Lire la suite

Afficher la liste complète (28 références)

 

Dictionnaire

Définition du mot "JUGEMENT"

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
Consulter les articles d'Encyclopædia Britannica.
© 2014, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.

chargement du média