BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

ESTROGÈNES ou ŒSTROGÈNES

L'appellation de ces substances dérive du terme œstrus (ou estrus) qui désigne, chez les mammifères femelles, la période où l'ovulation et la réceptivité vis-à-vis du mâle coïncident. Les estrogènes naturels sont des hormones stéroïdes à dix-huit atomes de carbone ; il s'agit principalement de l'estradiol (estra triène-1,3,5 diol-3,17), de l'estrone (estra triène-1,3,5 ol-3 one-17) et de l'estriol (estra triène-1,3,5 triol-3,6,17).

Une hydroxylation en position 2 ou 4 du cycle A de ces estrogènes intervient dans différents tissus (cerveau, foie, placenta, fœtus) et conduit aux catécholestrogènes, molécules dont l'activité estrogène est nettement plus faible.

La biosynthèse des estrogènes a lieu dans l'ovaire, ou éventuellement dans le placenta, à partir des androgènes, eux-mêmes issus de la transformation du cholestérol, selon un rythme cyclique de la puberté à la ménopause et selon un mode quantitatif différent en dehors et au cours de la grossesse.

La conversion des androgènes en estrogènes dépend d'un complexe enzymatique, l'aromatase. Elle im [...]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  2 pages…

 

Pour citer cet article

Dominique BIDET, Jean-Cyr GAIGNAULT, Jacques PERRONNET, « ESTROGÈNES ou ŒSTROGÈNES  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/estrogenes-oestrogenes/

Classification thématique de cet article :

  

Offre essai 7 jours

« ESTROGÈNES ou OESTROGÈNES » est également traité dans :

ANTIHORMONES

Écrit par :  Dominique BIDETJean-Cyr GAIGNAULTJacques PERRONNET

La notion d'antihormone s'applique aujourd'hui aux molécules capables d'inhiber de façon compétitive la formation du complexe hormone-récepteur. Sa définition première, désignant toute substance capable de s'opposer aux effets résultant de l'action d'une hormone, a donc été restreinte. En effet, différents mécanismes peuvent rendre compte de ce… Lire la suite
ASSISTANCE MÉDICALE À LA PROCRÉATION (AMP) ou PROCRÉATION MÉDICALEMENT ASSISTÉE (PMA)

Écrit par :  René FRYDMAN

Dans le chapitre "Les techniques dans l’assistance médicale à la procréation"  : …  LH (luteinizing hormone). Les ovaires produisent des quantités croissantes d’œstrogène, qui déclinent lorsque le follicule approche de la maturation. Ce déclin induit la libération brutale de FSH et surtout de LH et provoque l’ovulation. La production par l’ovaire d’œstrogène reprend ensuite, accompagnée de celle de progestérone, ce qui permet… Lire la suite
CANCER - Cancer et santé publique

Écrit par :  Maurice TUBIANA

Dans le chapitre "Facteurs de risques"  : …  (mais ceux-ci réduisent la fréquence des cancers de l'ovaire), et notablement augmenté par l'administration d'hormones (estrogènes ou association d'estrogène et de progestérone) à la ménopause. Il faut donc n'avoir recours à ces traitements substitutifs que s'il existe des symptômes gênants et réduire le plus possible la quantité d'estrogène… Lire la suite
CONTRACEPTION HORMONALE

Écrit par :  Chantal GUÉNIOT

Dans le chapitre "Des pilules de moins en moins dosées"  : …  Le risque de complications vasculaires varie selon les pilules. Il dépend de la dose d'œstrogène, bien sûr, mais également de la nature chimique du progestatif… Lire la suite
CYCLE MENSTRUEL

Écrit par :  Pierre KONOPKA

Dans le chapitre "Étage utérin"  : …  Tout au long de la vie génitale, l'endomètre subit des modifications substantielles qui dépendent de la sécrétion quasi permanente d'estradiol et de la sécrétion cyclique de progestérone. Les deux hormones agissent sur l'endomètre par l'intermédiaire de récepteurs spécifiques présents sur les cellules de ce tissu… Lire la suite
ÉLEVAGE

Écrit par :  André FELLouis-Marie HOUDEBINE

Dans le chapitre "La manipulation globale des génomes"  : …  alors qu'ils sont génétiquement mâles ou femelles. De même, un traitement par les estrogènes les rend presque tous biologiquement femelles (gynogenèse). Ces animaux sont normalement féconds. Leur croisement et l'autoreproduction de quelques animaux hermaphrodites obtenus lors de la gynogenèse permettent une accélération… Lire la suite
FÉMINISATION

Écrit par :  Didier LAVERGNE

Ensemble de phénomènes morphogénétiques, sous contrôle endocrinien, qui orientent le développement de l'enfant (ou du jeune mammifère) vers l'acquisition des caractères sexuels secondaires de l'individu de sexe féminin. Les hormones ovariennes œstrogènes, folliculine principalement, sont les agents de l'… Lire la suite
FIVETE (fécondation in vitro et transfert d'embryon)

Écrit par :  Jean COHEN

Dans le chapitre "Détermination du moment de l'ovulation"  : …  évaluation des taux d'estrogènes – hormones sécrétées par le follicule où se trouve l'ovocyte – dont le taux s'élève 48 heures avant l'ovulation… Lire la suite
HORMONES

Écrit par :  Jacques DECOURTUniversalisYves-Alain FONTAINERené LAFONTJacques YOUNG

Dans le chapitre " Rôle des récepteurs nucléaires"  : …  nucléaires comprend les récepteurs des stéroïdes (glucocorticoïdes, androgènes, estrogènes, progestérone et minéralocorticoïdes) de la vitamine D, des hormones thyroïdiennes, de l'acide rétinoïque (fig. 2) et des récepteurs dits « orphelins » pour lesquels les ligands ne sont pas encore connus. Ceux-ci sont localisés… Lire la suite
HORMONES DE LA SEXUALITÉ ET DE LA PROCRÉATION - (repères chronologiques)

Écrit par :  Christiane SINDING

1923 Découverte des premiers estrogènes par Allen et Doisy (notamment l'œstrone ou folliculine… Lire la suite
INTERSEXUALITÉ

Écrit par :  Katy HAFFEN

Dans le chapitre "Différenciation sexuelle"  : …  La nature chimique de ces facteurs : œstrogènes et testostérone, ainsi que les voies de leur synthèse par les gonades embryonnaires sont à l'heure actuelle clairement établies (L. Cedard, A. Guichard, K. Haffen, D. Scheib, J. P. Weniger). Les cellules responsables de ces sécrétions appelées cellules « interstitielles » ont été bien identifiées.… Lire la suite
MAMMAIRE GLANDE

Écrit par :  Didier LAVERGNE

Caractéristique des mammifères, la glande mammaire sécrète le lait indispensable à la nutrition des jeunes. Elle se développe à partir de deux crêtes embryonnaires épiblastiques qui s'étendent ventralement de la région axillaire à l'aine. Chez l'homme, cette crête se résorbe ensuite, sauf dans la… Lire la suite
MÉNOPAUSE

Écrit par :  Pierre KONOPKA

avec son cortège de troubles neurovégétatifs et de troubles relevant de la carence en estrogènes. En effet, les ovaires postménopausiques sécrètent uniquement certaines hormones masculines, comme l'androstènedione, la 17-OH progestérone ou la DHEA (déhydroépiandrostérone). La survenue de la ménopause constitue un phénomène… Lire la suite
OBÉSITÉ

Écrit par :  Arnaud BASDEVANTCécile CIANGURA

Dans le chapitre "Risques encourus"  : …  longtemps considéré comme inerte, a en réalité un rôle métabolique très actif en interaction avec les autres systèmes de l'organisme. Le tissu adipeux produit des hormones, en particulier estrogènes. Il est capable de convertir des pré-androgènes en estrogènes, ce qui explique que la ménopause soit mieux tolérée chez la femme obèse que chez la… Lire la suite
PARABÈNES

Écrit par :  Patrick BALAGUER

Dans le chapitre "Que disent les études scientifiques sur les parabènes ? "  : …  d'action des parabènes ont mis en évidence leur capacité à se lier aux récepteurs des œstrogènes (hormones sexuelles femelles) et à les activer. Cette activité œstrogénique est proportionnelle à la longueur des chaînes alkyles des différents parabènes (méthyl, éthyl, propyl, butyl) mais reste 10 000 fois plus faible que celle de l'œstradiol.… Lire la suite
PERTURBATEURS ENDOCRINIENS

Écrit par :  Vincent LAUDET

Dans le chapitre "Les perturbateurs endocriniens dans l'environnement"  : …  DDT et ses produits de dégradation (par exemple, le DDE) ont la capacité d'agir comme des œstrogènes en se liant au récepteur de ces hormones sexuelles féminines. Il était donc tentant d'incriminer ces molécules dans les effets observés. Cela a été démontré d'abord en observant que, lorsqu'on les compare à ceux d'autres lacs (notamment le lac… Lire la suite
PILULE CONTRACEPTIVE

Écrit par :  Christiane SINDING

impulsion de Margaret Sanger, présidente de l'International Planned Parenhood Foundation. On savait à l'époque que la progestérone inhibait l'implantation des œufs dans l'utérus. En 1955, Pincus synthétise un premier dérivé de cette hormone qu'il teste sur une population de femmes portoricaines. On s'aperçut ensuite que la préparation testée… Lire la suite
PROGESTATIFS

Écrit par :  Dominique BIDETJean-Cyr GAIGNAULTJacques PERRONNET

elle ne peut exercer cette action que si l'utérus a été préalablement préparé par les estrogènes qui induisent la synthèse de ses récepteurs. Elle supprime l'estrus et l'ovulation, et coagule la glaire cervicale, la rendant ainsi imperméable aux spermatozoïdes, propriété qui a été mise à profit dans la contraception. Elle… Lire la suite
RÈGLES ou MENSTRUATION

Écrit par :  Paul-François LEROLLE

Élimination cyclique de la muqueuse utérine chez la femme (et chez certains Primates), de la puberté à la ménopause, en l'absence de fécondation, les règles (ou menstruation) durent normalement de trois à six jours, se produisent environ tous les vingt-huit jours et l'écoulement menstruel est de 20 à… Lire la suite
SEXUALISATION, biologie

Écrit par :  Jacques DECOURTJean-Marc LOBACCAROÉtienne PATINLluis QUINTANA-MURCICharles SULTAN

Dans le chapitre "Tumeurs avec hyperfolliculinie"  : …  Certaines tumeurs ovariennes développées aux dépens de la thèque interne ou de la granulosa sont l'origine d'une production excessive d'œstrogènes. L'hyperfolliculinie se traduit par des ménorragies et des douleurs mammaires. Elle s'exprime au niveau de l'utérus par une hyperplasie glandulo-kystique de l'endomètre ; au niveau du vagin par des… Lire la suite
STÉROÏDES

Écrit par :  Dominique BIDETJean-Cyr GAIGNAULTJacques PERRONNETDaniel PHILIBERT

Dans le chapitre "Exemple de synthèse totale : l'obtention des nor-19 stéroïdes (naturels et non naturels)"  : …  Une synthèse industrielle d'estrogènes a été adoptée pour son caractère convergent (les séquences des réactions chimiques qu'elle met en jeu ne sont pas linéaires ; ) qui permet les préparations simultanées de plusieurs parties de la molécule finale. Elle débute par l'élaboration du cycle D du squelette stéroïde, en… Lire la suite
VAGINITE

Écrit par :  Jules SCEMLA

Inflammation de la muqueuse vaginale par des agents pathogènes très variés qui conditionnent l'allure clinique, l'évolution et le traitement de cette infection. Toujours bénignes, mais très fréquentes à tous les âges, les vaginites sont tantôt primaires (contaminations sexuelles), tantôt secondaires (infections utérine,… Lire la suite

Afficher la liste complète (22 références)

  

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2017, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.