BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

HYPOPHYSE ou GLANDE PITUITAIRE

L'hypophyse tire son nom de sa situation à la partie inférieure du cerveau. C'est une glande endocrine formée de deux parties distinctes et d'origine embryonnaire différente : le lobe postérieur et le lobe antérieur. Ce dernier est constitué de sept sortes de cellules que l'on peut caractériser par leurs réactions aux divers colorants et les techniques d'immuno-histochimie ultra-structurales. C'est donc un organe complexe par ses origines et sa structure ; il l'est bien davantage par sa fonction physiologique et en particulier par ses relations avec les autres glandes, telles que la thyroïde, la corticosurrénale, les gonades et les glandes mammaires, traitées dans d'autres articles de cet ouvrage.

L'hypophyse joue un rôle dans le fonctionnement normal de l'organisme. En particulier, le lobe antérieur dirige la croissance de divers organes, et élabore des stimulines qui contrôlent la sécrétion des autres glandes endocrines. Aussi, conçoit-on que les lésions ou les troubles de son fonctionnement aient une importance capitale.

Ce contrôle qu'elle exerce sur de nombreuses glandes endocrines lui a valu le nom de « chef d'orchestre » endocrinien. En réalité, l'hypophyse n'est pas entièrement autonome ; elle est dominée par une série d'actions nerveuses provenant de l'hypothalamus et du diencéphale. Celui-ci, relié par des connexions à tout l'ensemble du cerveau est une sorte de carrefour où viennent se rencontrer des influences organiques et toutes les réactions de la vie émotive qui, par son intermédiaire, retentissent sur l'hypophyse et ses sécrétions glandulaires. L'ensemble hypothalamus-hypophyse constitue un véritable système.

À la complexité anatomique de l'hypophyse, correspond une grande diversité de syndromes hypophysaires. Il peut arriver que le lobe postérieur ou le lobe antérieur, ou même, en ce qui concerne ce dernier, une seule catégorie de cellules sécrétrices, aient un fonctionnement anormal par suite de lésions diverses (tumeur, compression, traumatisme, infection), entraînant un hypo- ou un hyperf […]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  10 pages…

Pour citer cet article

Jacques DECOURT, Universalis, « HYPOPHYSE ou GLANDE PITUITAIRE  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/hypophyse-glande-pituitaire/

Classification thématique de cet article :

 

Offre essai 7 jours

« HYPOPHYSE ou GLANDE PITUITAIRE » est également traité dans :

AMÉNORRHÉE

Écrit par :  Jules SCEMLA

… *Absence de flux menstruel qui peut se présenter dans des circonstances cliniques fort différentes. Physiologique pendant la grossesse et à la ménopause, l'aménorrhée peut être primaire ou secondaire. Dans les deux cas, elle nécessite une enquête méthodique très poussée pour en connaître la cause et lui opposer un traitement approprié. L'aménorrhée… Lire la suite
CERVEAU HUMAIN

Écrit par :  André BOURGUIGNONJean-Claude DUPONTCyrille KOUPERNIKPierre-Marie LLEDOBernard MAZOYERJean-Didier VINCENT

Dans le chapitre "Le diencéphale : un cerveau à la fois végétatif et affectif"  : …  par l'intermédiaire des systèmes endocrine et nerveux végétatif dont il contrôle le fonctionnement. *Tandis qu'une extension du plancher de l'hypothalamus (l'hypophyse postérieure ou neurohypophyse) libère deux hormones majeures, l'ocytocine et la vasopressine, impliquées dans les régulations fines de l'allaitement, de la parturition et de la… Lire la suite
CONTRACEPTION HORMONALE

Écrit par :  Chantal GUÉNIOT

Dans le chapitre "Le mode d'action des pilules contraceptives"  : …  ménopause, les ovaires sont en interaction constante avec deux structures situées dans le cerveau – *l'hypophyse et l'hypothalamus –, par l'intermédiaire des hormones qu'ils sécrètent : œstrogènes et progestérone pour les ovaires, FSH (hormone folliculo-stimulante) et LH (hormone lutéinisante) pour l'hypophyse, et GnRH (gonadotropin releasingLire la suite
CROISSANCE, biologie

Écrit par :  André MAYRATRaphaël RAPPAPORTPaul ROLLIN Universalis

Dans le chapitre "Durée de la croissance"  : …  hormonale. L'hormone de croissance par excellence des mammifères est l'hormone somatotrope de *l'antéhypophyse. Dans l'organisme normal, sa sécrétion est contrôlée par le reste du corps et s'arrête chez l'adulte. Si la sécrétion s'accélère, par exemple à cause d'une tumeur de l'hypophyse, le malade peut prendre l'aspect d'un géant bien… Lire la suite
CYCLE MENSTRUEL

Écrit par :  Pierre KONOPKA

Dans le chapitre "Étage hypothalamo-hypophysaire"  : …  le déroulement physiologique du cycle menstruel se trouvent sous l'influence de l'hypothalamus. *Cette région minuscule, qui se trouve à la base du cerveau à proximité du IIIe ventricule, fabrique des substances peptidiques qui stimulent et modulent l'activité hypophysaire. Leur particularité est liée à leur mode d'action. En effet,… Lire la suite
HOMÉOSTASIE

Écrit par :  Jack BAILLET

Dans le chapitre "Homéostasie et comportement"  : …  endocriniennes. Les glandes endocriniennes périphériques, stimulées à chaque instant par des* stimulines hypophysaires, sécrètent diverses hormones dont le taux décide de l'activité des récepteurs et agit par rétroaction négative pour bloquer le taux des stimulines hypophysaires correspondantes. De la même manière, les divers étages du… Lire la suite
HORMONES

Écrit par :  Jacques DECOURTYves-Alain FONTAINERené LAFONT UniversalisJacques YOUNG

Dans le chapitre "Relations neuroendocriniennes"  : …  après leur énervation, leur transplantation et même en culture. Mais on sait aujourd'hui que* l'antéhypophyse est sous la dépendance étroite de substances chimiques, dites releasing factors : elles sont sécrétées par l'hypothalamus (partie la plus basse du cerveau, qui forme le plancher du ventricule cérébral moyen) et parviennent à… Lire la suite
HOUSSAY BERNARDO ALBERTO (1887-1971)

Écrit par :  Samya OTHMAN

…  aspects de la physiologie humaine (respiration, circulation sanguine, système nerveux) mais *ses travaux les plus remarquables concernent l'hypophyse, une petite glande sécrétrice de la taille d'une amande située à la base du cerveau. Houssay a montré que le lobe antérieur de cette glande jouait un rôle primordial dans le métabolisme des… Lire la suite
HYPOTHALAMUS

Écrit par :  Paul LAGET

… Ils attirèrent l'attention sur une possible relation entre les troubles constatés et les lésions de *l'hypophyse et de son point d'insertion. Un peu plus tard, Cushing, dans sa monographie The Pituitary Body, puis Bailey, Bremer, Camus, Roussy introduisirent la distinction entre le rôle de l'hypophyse et celui de la structure nerveuse à… Lire la suite
INFANTILISME

Écrit par :  Geneviève DI COSTANZO

… *La persistance, à l'âge adulte, des caractères physiques, psychiques et génitaux propres à l'enfance peut définir l'infantilisme. Il se différencie du nanisme, qui ne porte que sur la croissance staturale, et de l'eunuchisme, qui procède seulement de l'insuffisance génitale. L'origine de l'infantilisme est souvent endocrinienne (l'antéhypophyse… Lire la suite
LI CHOH HAO (1913-1987)

Écrit par :  Michel CHRÉTIEN

… *Né à Canton (Chine) en 1913, Choh Hao Li obtient son baccalauréat de chimie à l'université de Nankin et décide, en 1935, d'émigrer aux États-Unis pour compléter ses études en physico-chimie organique à l'université de Berkeley (Californie). Dès l'obtention de son doctorat, il commence, en 1938, une brillante carrière de biochimiste en explorant les… Lire la suite
MIGRATIONS ANIMALES

Écrit par :  Valérie CHANSIGAUDJean DORST

Dans le chapitre "Problèmes biologiques Déterminisme"  : …  rattachent aux mécanismes hormonaux intéressant l'ensemble de l'organisme par l'intermédiaire de l'*hypophyse. Cette glande possède un rythme intrinsèque propre indépendant de l'action des facteurs externes ; son fonctionnement cyclique est encore mal connu. L'existence d'un rythme héréditaire est confirmée par le fait que, parmi les populations… Lire la suite
NANISME

Écrit par :  Universalis

… de la petite enfance ; plus tard, l'espérance de vie est bonne. L'intelligence n'est pas perturbée. *Le nanisme hypophysaire, dû au déficit en hormone de croissance hypophysaire, est la principale cause de nanisme ; il est parfois héréditaire mais peut également être consécutif à une tumeur, une infection ou un infarctus de la glande hypophysaire.… Lire la suite
NEUROLOGIE

Écrit par :  Raymond HOUDARTHubert MAMOJean MÉTELLUS Universalis

Dans le chapitre "Syndromes cortico-sous-corticaux"  : …  des releasing factors (qui contrôlent l'activité endocrinienne du lobe antérieur de l'*hypophyse), soit directement par sécrétion des hormones antidiurétiques qui sont accumulées dans le lobe postérieur de l'hypophyse, des fonctions comportementales et mnésiques (corps mamillaires), en liaison étroite avec le cerveau limbique ou… Lire la suite
NEUROVÉGÉTATIF SYSTÈME

Écrit par :  Paul DELL

Dans le chapitre "Les connexions hypothalamo-hypophysaires"  : …  Il faut distinguer deux types de liaisons, d'une part celles avec l'*hypophyse postérieure constituées par un tractus neurosécrétoire, d'autre part celles avec l'hypophyse antérieure constituées par un dispositif neurovasculaire très spécial, unique dans l'organisme. Liaison hypothalamus-hypophyse postérieure. Le lobe postérieur (lobe… Lire la suite
RYTHMES BIOLOGIQUES ou BIORYTHMES

Écrit par :  Catherine BLAISRené LAFONTBernard MILLETAlain REINBERG

Dans le chapitre "Mise en évidence d'un rythme endogène"  : …  cas, c'est la pulsatilité sécrétoire des hormones hypothalamiques qui entraîne celle des hormones *hypophysaires, puis éventuellement celle des hormones périphériques. Cette pulsatilité résulterait d'une activité rythmique intrinsèque des neurones hypothalamiques, à laquelle s'ajoute leur fonctionnement en réseau, ce qui se traduit par la… Lire la suite
SHEEHAN SYNDROME DE

Écrit par :  Universalis

… *Le syndrome de Sheehan est une insuffisance hypophysaire (hypopituitarisme) qui apparaît chez la femme après la grossesse et la naissance du bébé ; il est lié à la destruction des cellules de l'antéhypophyse, causée par l'hypoxie qui suit la naissance. Il peut également résulter d'un choc septique, ou d'une hémorragie massive, quelle qu'en soit la… Lire la suite
SURRÉNALES

Écrit par :  Jacques DECOURTPaul DI COSTANZO

Dans le chapitre "Régulation de la sécrétion du cortisol"  : …  La sécrétion du cortisol, de l'ordre de 20 mg par jour, est sous le contrôle de* l'axe hypothalamo-hypophysaire, notamment de l'ACTH (adrenocorticotrophic hormone, ou corticotrophine) dont la glande cible est la corticosurrénale. L'hypophysectomie entraîne, en effet, l'atrophie du cortex surrénalien, mais non de la médullaire. En outre, l'… Lire la suite

Afficher la liste complète (18 références)

 

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2014, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.

chargement du média