Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

MONARCHISTES

Articles

  • BROGLIE ALBERT duc de (1821-1901)

    • Écrit par Armel MARIN
    • 467 mots

    Fils de Victor de Broglie, qui fut président du Conseil sous Louis-Philippe, Albert de Broglie est monarchiste par tradition ; son action politique répond parfaitement à cette définition : « L'orléanisme, ce n'est pas un parti, c'est un état d'esprit. » Il entre dans la diplomatie, puis démissionne...

  • CARLISME

    • Écrit par Louis URRUTIA-SALAVERRI
    • 1 144 mots

    Dans une Espagne qui suit, à une certaine distance, l'évolution de l'Europe occidentale, plusieurs générations carlistes se succèdent. La première génération est celle qui combat pour le prétendant don Carlos (« Charles V » pour ses fidèles) ; elle fait la guerre de 1833 à 1840,...

  • LE 18-BRUMAIRE DE LOUIS BONAPARTE, Karl Marx - Fiche de lecture

    • Écrit par Emmanuel BAROT
    • 1 248 mots
    • 1 média
    ...républicains modérés et les socialistes nourrissant le parti de l'Ordre. Ce dernier, qui compte quelques stratèges libéraux, est dominé par les monarchistes. Il n'arrive cependant pas à harmoniser efficacement les branches légitimiste et orléaniste, qui incarnent respectivement la tension alors...
  • EXTRÊME DROITE

    • Écrit par Jean-Yves CAMUS
    • 11 962 mots
    • 9 médias
    ...période qui court de la Restauration de 1814 à la révolution de 1830, la seule famille politique qui mérite l'appellation de « droite » est celle des partisans du retour à la monarchie absolue, qui acceptent pour eux-mêmes l'étiquette d'ultra-royalistes. Le préfixe « ultra » leur convient, parce qu'ils...
  • FRUCTIDOR AN V COUP D'ÉTAT DU 18 (4 sept. 1797)

    • Écrit par Jean TULARD
    • 518 mots

    Le Directoire, dès son installation le 26 octobre 1795, s'est trouvé pris entre deux menaces : à gauche les jacobins et les babouvistes, à droite les royalistes. Le danger babouviste est écarté après l'arrestation de Babeuf en mai 1796. En revanche, longtemps limité à des complots et aux soulèvements...

  • LÉGITIMISTES

    • Écrit par André Jean TUDESQ
    • 1 104 mots

    On appelle légitimistes les partisans de la branche aînée des Bourbons à partir de la révolution de juillet 1830. L'abdication de Charles X en faveur de son petit-fils le duc de Bordeaux surprend les plus fidèles royalistes et réduit toute velléité de résistance. Si les ultra-royalistes restent...

  • MAC-MAHON MARIE EDME PATRICE MAURICE DE, duc de Magenta (1808-1893)

    • Écrit par Joël SCHMIDT
    • 1 048 mots
    • 1 média

    Maréchal de France et président de la République, Mac-Mahon a suscité bien des traits d'ironie et on lui a attribué — à tort ou à raison — un certain nombre de propos ou de formules propres à le déconsidérer. Il est vrai que Mac-Mahon n'était pas préparé à une carrière militaire et politique qui...

  • MAURRAS CHARLES (1868-1952)

    • Écrit par Pierre-Robert LECLERCQ
    • 1 416 mots
    • 2 médias

    Arrivant à Paris, après de brillantes études au collège religieux d'Aix, le jeune Charles Maurras, d'une famille de petite bourgeoisie provençale, débute obscurément dans le journalisme. Quatre ans plus tard, dans la royaliste Gazette de France, il fera vraiment ses premières...

  • PICHEGRU JEAN CHARLES (1761-1804)

    • Écrit par Jean MASSIN
    • 522 mots

    Fils d'un cultivateur du pays d'Arbois, Pichegru parvient très jeune à devenir répétiteur de mathématiques à Brienne ; il s'engage comme soldat en 1780 (contrairement à la légende, Napoléon n'aura donc guère eu le temps de profiter de ses connaissances mathématiques) et fait la guerre d'Amérique....

  • REQUETÉS

    • Écrit par André DESSENS
    • 425 mots

    En Espagne, le terme requetés désigne les miliciens de la communion traditionaliste (carlisme). Il est tiré du refrain de la chanson de marche du 3e bataillon navarrais pendant la guerre carliste de 1833. Ce refrain disait : « Vamos andando, tápate, que se te vé el requeté » (Marchons...

  • ROYALISTES, France

    • Écrit par Guillaume de BERTHIER DE SAUVIGNY
    • 362 mots

    Le royalisme n'a pu représenter une option politique que du jour où la monarchie fut abolie, en 1792. Décimés et proscrits sous la Convention, les royalistes purent reparaître après Thermidor et sous le Directoire. La fondation d'une nouvelle monarchie par Bonaparte réduisit leurs...