ROYALISTES, France

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le royalisme n'a pu représenter une option politique que du jour où la monarchie fut abolie, en 1792. Décimés et proscrits sous la Convention, les royalistes purent reparaître après Thermidor et sous le Directoire. La fondation d'une nouvelle monarchie par Bonaparte réduisit leurs rangs à une poignée de fidèles de la dynastie des Bourbons. Ce furent ces fidèles qui, après les Cent-Jours, constituèrent le noyau du parti qui se disait royaliste « pur », et que leurs adversaires appelèrent ultra-royalistes, « plus royalistes que le roi » Louis XVIII, dont la politique « d'union et d'oubli » leur paraissait devoir conduire à la perte de la monarchie. Ceux qui appuyaient la politique du roi se réclamaient de la Charte de 1814 et se disaient « royalistes constitutionnels ». Cette étiquette devait perdre assez tôt tout sens distinctif, puisque les ultras, suivant l'exemple de Charles X, proclamèrent leur attachement à la Charte. Après 1830 apparut un clivage plus durable entre orléanistes partisans de la monarchie de Juillet et légitimistes — dits aussi, au début, carlistes et parfois même jacobites — fidèles à la branche aînée. Derrière cette divergence dans les allégeances existait un différend idéologique fondamental : les légitimistes, repoussant le principe du droit national, souhaitaient le retour à une monarchie paternelle et chrétienne, de droit divin ou historique ; tandis que les orléanistes, acceptant le principe de la souveraineté du peuple, symbolisé par le drapeau tricolore, étaient attachés au régime parlementaire. L'impossibilité de concilier ces deux idéaux devait compromettre les chances de restaurer la monarchie ; une première fois, après la chute de Louis-Philippe, lorsque Louis-Napoléon profita de ces dissensions pour restaurer à son profit la monarchie impériale ; une seconde fois, après 1870, lorsque, malgré la réconciliation apparente des deux prétendants, Bourbon et Orléans, la restauration échoua sur la question du drapeau tricolore.

—  Guillaume de BERTHIER DE SAUVIGNY

Écrit par :

Classification


Autres références

«  ROYALISTES, France  » est également traité dans :

ACTION FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Jean TOUCHARD
  • , Universalis
  •  • 5 169 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Avant 1914 »  : […] L'Action française est née de l'affaire Dreyfus dans une France divisée en deux camps irréconciliables, dans un pays profondément meurtri par l'annexion de l'Alsace-Lorraine et récemment humilié par les événements de Fachoda, dans une atmosphère d'angoisse, de crise et de guerre civile. Jusqu'à sa mort, Maurras restera obsédé par le souvenir de l'affaire Dreyfus dont les conséquences lui paraisse […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/action-francaise/#i_17281

BERRYER PIERRE (1790-1868)

  • Écrit par 
  • André Jean TUDESQ
  •  • 632 mots

Fils d'un avocat au parlement de Paris célèbre sous l'Empire, élève de Juilly, marié en 1811 à la fille d'un directeur de la marine et de la guerre, Berryer devint lui-même avocat. Royaliste dès l'époque impériale, il s'engagea dans les volontaires royaux en 1815, mais il assista son père et Dupin aîné dans la défense du maréchal Ney en 1815, et fut l'avocat du général Cambronne en 1816, avant d'ê […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-berryer/#i_17281

CAMELOTS DU ROI

  • Écrit par 
  • Germaine LECLERC
  •  • 274 mots

Dès 1905, pour protester contre la « panthéonisation » de Zola, un groupe d'étudiants d'Action française conduit par Maurice Pujo s'organise afin de réveiller l'opinion « même en la scandalisant » ; mais c'est en 1908, lors d'une rencontre entre Maxime Réal del Sarte, Henry des Lyons et Pujo qu'il fut décidé de vendre le journal de Maurras aux portes des églises de Paris ; les vendeurs improvisés […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/camelots-du-roi/#i_17281

CHAMBORD HENRI DE BOURBON comte de (1820-1883)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 392 mots

Dernier héritier de la branche aînée des Bourbons, né le 29 septembre 1820 à Paris, mort le 24 août 1883 à Frohsdorf, en Autriche. Petit-fils du roi Charles  X et fils posthume de Charles Ferdinand, duc de Berry, qui mourut assassiné, Henri d'Artois, duc de Bordeaux, comte de Chambord, doit fuir la France en 1830, alors que son cousin Louis-Philippe, de la maison d'Orl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-de-bourbon-chambord/#i_17281

CONTRE-RÉVOLUTION

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 4 953 mots

Dans le chapitre « La bataille parlementaire »  : […] Dès la réunion des États généraux, deux camps s'affrontent. Bientôt, on prendra l'habitude de les définir sous les vocables de « droite » et de « gauche ». En effet, lorsque les États deviennent Assemblée nationale, les députés, qui avaient jusqu'alors siégé par ordre, se regroupent par opinion : les aristocrates à la droite du président, les patriotes à sa gauche ; au centre, la Plaine ou le Mara […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/contre-revolution/#i_17281

DEUXIÈME RÉPUBLIQUE

  • Écrit par 
  • André Jean TUDESQ
  •  • 4 291 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le gouvernement des républicains modérés »  : […] Le général Cavaignac a composé son ministère de républicains « authentiques » (on disait « républicains de la veille »), tandis que Marrast préside la Constituante. Mais une réaction profonde suivit les journées de Juin, creusant un fossé entre les républicains et les masses populaires parisiennes au profit des éléments les plus conservateurs ; plus de trois mille insurgés furent emprisonnés ou tr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/deuxieme-republique/#i_17281

DIRECTOIRE

  • Écrit par 
  • Michel EUDE
  •  • 4 527 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un royalisme équivoque »  : […] Catholicisme, royalisme : l'équivoque subsiste chez beaucoup d'ecclésiastiques. Mais chez les fidèles ? L'existence d'un courant royaliste en France n'est pas niable (il n'avait jamais cessé depuis 1792) : la reprise de la chouannerie dans l'Ouest en 1795-1796, l'insurrection parisienne du 13  vendémiaire an IV (5 octobre 1795), les élections aux Conseils du nouveau régime sont là pour le prouver. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/directoire/#i_17281

ÉMIGRATION (1789-1814)

  • Écrit par 
  • Ghislain de DIESBACH
  •  • 1 258 mots

Mesure de sûreté pour quelques personnages voués à la vindicte populaire après les troubles de juillet 1789 qu'ils ont vainement tenté de réprimer, l'émigration apparaît vite comme une révolte contre la Révolution. Le comte d'Artois, frère cadet du roi, le prince de Condé et sa famille, ainsi que nombre de grands seigneurs hostiles au nouvel ordre des choses, dans lequel ils n'ont plus de place ou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/emigration-1789-1814/#i_17281

EXTRÊME DROITE

  • Écrit par 
  • Jean-Yves CAMUS
  •  • 9 736 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Naissance d'une famille politique : le royalisme ultra »  : […] Dans l'Assemblée nationale constituante, dénomination que se sont donnés les États Généraux à compter du 9 juillet 1789, naissent les premiers partis politiques. L'organisation spatiale de la salle des séances place alors le plus à droite du président les aristocrates (« Noirs »), partisans de l'Ancien Régime et qui rejettent la Révolution en bloc. Puis, en allant vers la gauche, les monarchiens […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/extreme-droite/#i_17281

LÉGITIMISTES

  • Écrit par 
  • André Jean TUDESQ
  •  • 1 102 mots

On appelle légitimistes les partisans de la branche aînée des Bourbons à partir de la révolution de juillet 1830. L'abdication de Charles X en faveur de son petit-fils le duc de Bordeaux surprend les plus fidèles royalistes et réduit toute velléité de résistance. Si les ultra-royalistes restent le plus souvent fidèles à la branche aînée, ce n'est pas le cas de tous ; en revanche, des royalistes mo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/legitimistes/#i_17281

LÉGITIMITÉ

  • Écrit par 
  • Paul BASTID
  •  • 4 455 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La légitimité monarchique »  : […] La légitimité de Louis XVIII s'appuyait sur deux idées fort distinctes : celle de droit divin et celle d'ancienneté historique. Le préambule de la Charte invoque la Providence qui a rappelé le roi dans ses États. Louis XVIII est roi par la grâce de Dieu, comme il l'avait déjà affirmé dans son exil. Mais, en même temps, il insiste longuement sur les titres de ses prédécesseurs. L'autorité de la dy […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/legitimite/#i_17281

LOUIS XVIII (1755-1824) roi de France (1814-1815 et 1815-1824)

  • Écrit par 
  • Guillaume de BERTHIER DE SAUVIGNY
  •  • 677 mots

Né à Versailles, troisième fils du dauphin Louis et de Marie-Josèphe de Saxe, Louis Stanislas Xavier reçut le titre de comte de Provence. Intelligent et ambitieux, il se composa le personnage du prince éclairé et lettré, tout en frondant sournoisement le gouvernement de son frère Louis XVI, notamment à l'Assemblée des notables en 1787. En juin 1791, alors que le roi échouait, à Varennes, dans sa t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-xviii/#i_17281

MALET CLAUDE FRANÇOIS DE (1754-1812)

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 769 mots

D'origine noble, mousquetaire sous l'Ancien Régime, licencié par suite de compressions budgétaires, général de la Révolution, hostile à l'avènement du consulat à vie, nommé sous l'Empire gouverneur de Rome mais destitué pour propagande républicaine, Malet n'occuperait qu'une place restreinte dans l'histoire napoléonienne, celle d'un opposant, comme le général Delmas, s'il n'avait fomenté contre Na […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/claude-francois-de-malet/#i_17281

MARSEILLAISE LA

  • Écrit par 
  • Guillaume MAZEAU
  •  • 2 970 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Un chant de guerre révolutionnaire »  : […] Le 26 avril 1792, le jeune officier et musicien Claude Rouget de Lisle présente sa nouvelle composition à Philippe-Frédéric de Dietrich, le maire de Strasbourg . Le rythme soutenu, les paroles enthousiastes et martiales envahissent le salon du riche industriel. Le « Chant de guerre pour l’armée du Rhin » n’est alors qu’un chant militaire parmi d’autres, mais il est marqué par le contexte du print […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marseillaise-la/#i_17281

MARTIGNAC JEAN-BAPTISTE SILVÈRE GAYE vicomte de (1778-1832)

  • Écrit par 
  • Guillaume de BERTHIER DE SAUVIGNY
  •  • 189 mots

Issu d'une vieille famille de la bourgeoisie bordelaise, Martignac entre au barreau en 1798, devient secrétaire de Sieyès et s'adonne à la littérature, publiant des petits vers et des vaudevilles. En mars 1814, il soutient vivement le mouvement royaliste bordelais. Avocat général à la cour de Bordeaux en 1815, procureur général à Limoges en 1819, député de Marmande en 1821, il devient l'un des par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-baptiste-silvere-martignac/#i_17281

MAURRAS CHARLES (1868-1952)

  • Écrit par 
  • Pierre-Robert LECLERCQ
  •  • 1 421 mots
  •  • 1 média

Arrivant à Paris, après de brillantes études au collège religieux d'Aix, le jeune Charles Maurras, d'une famille de petite bourgeoisie provençale, débute obscurément dans le journalisme. Quatre ans plus tard, dans la royaliste Gazette de France , il fera vraiment ses premières armes ; mais de dix-huit à vingt-deux ans, ce qui le préoccupe surtout c'est la foi religieuse perdu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-maurras/#i_17281

PUJO MAURICE (1872-1955)

  • Écrit par 
  • Pierre-Robert LECLERCQ
  •  • 201 mots

À vingt ans, Maurice Pujo fonde une revue d'art, L'Art et la Vie . L'affaire Dreyfus le jette dans la vie politique et, en 1898, il crée avec Henri Vaugeois un Comité d'action française, qui n'est d'abord qu'un banal comité à fins électorales. L'année suivante, rencontrant Maurras, ils lancent à eux trois l'Action française. Dès lors, sous l'influence de Maurras, Pujo devient […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maurice-pujo/#i_17281

RESTAURATION

  • Écrit par 
  • Philippe SUSSEL
  •  • 7 011 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les débuts du régime et l'expérience libérale (1815-1820) »  : […] La crise des Cent-Jours avait aggravé la situation de Louis XVIII. Les Alliés vainqueurs s'interrogèrent même sur une nouvelle restauration des Bourbons et imposèrent des conditions de paix très dures, le contrôle des actes du gouvernement par un comité des ambassadeurs des quatre grandes puissances s'ajoutant à une occupation partielle du territoire. Surtout, elle avait exaspéré la haine des roy […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/restauration/#i_17281

RÉVOLUTION FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Jean-Clément MARTIN, 
  • Marc THIVOLET
  •  • 29 477 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La course au pouvoir (1796-1798) »  : […] À partir de 1795, le pays s'engage dans une réorganisation générale. Un système scolaire pyramidal est installé : les départements sont dotés d'écoles centrales (24 février 1795), elles-mêmes chapeautées par les grandes écoles créées l'année précédente (de santé, des arts et métiers, des travaux publics – future polytechnique – et normale), et enfin par l'Institut national (25 octobre 1795), qui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/revolution-francaise/#i_17281

SAINT-NICAISE ATTENTAT DE LA RUE (1800)

  • Écrit par 
  • Marcel LE CLÈRE
  •  • 188 mots

Le 24 décembre 1800, à vingt heures, une explosion, cinq secondes après le passage de la voiture de Napoléon Bonaparte, alors Premier consul, et qui se rend à l'Opéra, ravage les immeubles de la rue Saint-Nicaise qui longe l'actuel musée du Louvre, des guichets de Rohan à ceux du Carrousel. Des barils remplis de poudre et de ferraille ont été dissimulés sous la paille d'une charrette. L'explosion […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/attentat-de-la-rue-saint-nicaise/#i_17281

TERREUR BLANCHE

  • Écrit par 
  • Guillaume de BERTHIER DE SAUVIGNY
  •  • 339 mots

L'expression de Terreur blanche, dont l'origine reste incertaine, caractérise deux épisodes dans l'histoire de France : en 1795, dans quelques régions du Midi, des bandes de partisans royalistes pourchassèrent et massacrèrent des jacobins qui s'étaient faits les instruments de la Terreur « rouge » des années précédentes ; à la fin de 1815, on caractérise aussi sous le nom de Terreur blanche la réa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/terreur-blanche/#i_17281

TROISIÈME RÉPUBLIQUE

  • Écrit par 
  • Louis GIRARD
  •  • 14 385 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « L'installation »  : […] Une tradition républicaine, minoritaire mais militante, forte dans les classes populaires des villes et dans les nouvelles couches de la bourgeoisie, s'opposait à l'idée bonapartiste plébiscitaire. Une fraction des classes dirigeantes restait fidèle à l'esprit de la monarchie constitutionnelle. L'empire libéral de 1870, jouant de la division des républicains en libéraux parlementaires et en révolu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/troisieme-republique/#i_17281

VILLÈLE JEAN-BAPTISTE GUILLAUME JOSEPH comte de (1773-1854)

  • Écrit par 
  • Guillaume de BERTHIER DE SAUVIGNY
  •  • 357 mots

Issu d'une famille de la petite noblesse du Toulousain, Villèle sert comme officier dans la marine royale et se trouve en 1794 à l'île Bourbon, où il acquiert une plantation et où il se marie. Il rentre en France en 1807 pour administrer le domaine familial de Morvilles en Lauraguais et devient conseiller du département de Haute-Garonne, en dépit de son aversion pour le régime impérial. Il accueil […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-baptiste-guillaume-joseph-villele/#i_17281

Pour citer l’article

Guillaume de BERTHIER DE SAUVIGNY, « ROYALISTES, France », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/royalistes-france/