LÉGITIMISTES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

On appelle légitimistes les partisans de la branche aînée des Bourbons à partir de la révolution de juillet 1830. L'abdication de Charles X en faveur de son petit-fils le duc de Bordeaux surprend les plus fidèles royalistes et réduit toute velléité de résistance. Si les ultra-royalistes restent le plus souvent fidèles à la branche aînée, ce n'est pas le cas de tous ; en revanche, des royalistes modérés comme Martignac fournissent aussi des cadres aux légitimistes. Ceux-ci voient même leur nombre s'accroître assez rapidement par suite des maladresses de la monarchie de Juillet : la course aux places qui provoque l'épuration de la fonction publique, l'obligation du serment au nouveau souverain — ce qui multiplie les démissions dans l'armée et la magistrature et entraîne une « émigration de l'intérieur » — et enfin la vague d'anticléricalisme qui rend solidaire de l'ancienne dynastie la majorité du clergé catholique. Les légitimistes tentent une opposition violente avec le débarquement en Provence, en avril 1832, de la duchesse de Berry : la mère du duc de Bordeaux ne réussit pas à entraîner dans une insurrection les légitimistes marseillais, pourtant nombreux. Bien que pourchassée par la police et toutes les autorités officielles, la duchesse de Berry réussit à gagner la Vendée, déguisée en jeune paysan, puis Nantes où elle est découverte par trahison le 6 novembre et transférée à la forteresse de Blaye ; elle y accouche d'une fille, ce qui apporte quelque discrédit à sa cause et aggrave les discussions internes des légitimistes. À la mort de Charles X à Goritz, le 4 novembre 1836, les plus liés à l'Ancien Régime reconnaissent pour leur roi le duc d'Angoulême et lui donnent le nom de Louis XIX alors que la majorité des légitimistes en France ne reconnaissent que son neveu le duc de Bordeaux, Henri V. Ce dernier prend le nom de comte de Chambord en 1843, à l'occasion d'un voyage à Londres (à Belgrave Square) au cours duquel plusieurs centaines de ses partisans viennent de France pour l [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  LÉGITIMISTES  » est également traité dans :

BERRYER PIERRE (1790-1868)

  • Écrit par 
  • André Jean TUDESQ
  •  • 632 mots

Fils d'un avocat au parlement de Paris célèbre sous l'Empire, élève de Juilly, marié en 1811 à la fille d'un directeur de la marine et de la guerre, Berryer devint lui-même avocat. Royaliste dès l'époque impériale, il s'engagea dans les volontaires royaux en 1815, mais il assista son père et Dupin aîné dans la défense du maréchal Ney en 1815, et fut l'avocat du général Cambronne en 1816, avant d'ê […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-berryer/#i_22485

EMPIRE SECOND (1852-1870)

  • Écrit par 
  • Marc BASCOU, 
  • Adrien DANSETTE, 
  • Universalis
  •  • 21 002 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Le parti bonapartiste »  : […] Jusqu'en 1860, l'opposition au régime est nulle ou totalement inefficace. Les monarchistes ont deux rois pour un trône. Des survivances régionales, surtout dans le Languedoc méditerranéen, dans l'Anjou, en Bretagne et en Vendée, conservent à la légitimité une force qui ne décline que lentement, mais ne possède plus aucun pouvoir d'expansion. Le comte de Chambord prescrit à ses fidèles de s'absten […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/second-empire/#i_22485

EXTRÊME DROITE

  • Écrit par 
  • Jean-Yves CAMUS
  •  • 9 736 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Naissance d'une famille politique : le royalisme ultra »  : […] Dans l'Assemblée nationale constituante, dénomination que se sont donnés les États Généraux à compter du 9 juillet 1789, naissent les premiers partis politiques. L'organisation spatiale de la salle des séances place alors le plus à droite du président les aristocrates (« Noirs »), partisans de l'Ancien Régime et qui rejettent la Révolution en bloc. Puis, en allant vers la gauche, les monarchiens […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/extreme-droite/#i_22485

FALLOUX ALFRED FRÉDÉRIC comte de (1811-1886)

  • Écrit par 
  • André Jean TUDESQ
  •  • 515 mots

Fils d'une famille de propriétaires d'Angers anoblie en 1825, Frédéric de Falloux s'introduit dans les salons littéraires et exprime ses idées théocratiques en écrivant une Histoire de Louis XVI , en 1840, et des articles dans la revue catholique Le Correspondant . Après avoir échoué en 1842, il est élu député légitimiste de Segré en Maine-et-Loire, en a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alfred-frederic-falloux/#i_22485

JUILLET MONARCHIE DE

  • Écrit par 
  • André Jean TUDESQ
  •  • 8 485 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les oppositions »  : […] D'abord deux oppositions extrêmes sont hostiles au régime de Juillet. À droite se situent les légitimistes, partisans de Charles X (qui s'était réfugié en Angleterre en août 1830, puis installé en Autriche, jusqu'à sa mort en 1836) ou de son petit-fils, le duc de Bordeaux, « Henri V ». Frappés de stupeur par l'effondrement si rapide de leur souverain, ils sont divisés sur l'attitude à prendre ; b […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/monarchie-de-juillet/#i_22485

ROYALISTES, France

  • Écrit par 
  • Guillaume de BERTHIER DE SAUVIGNY
  •  • 361 mots

Le royalisme n'a pu représenter une option politique que du jour où la monarchie fut abolie, en 1792. Décimés et proscrits sous la Convention, les royalistes purent reparaître après Thermidor et sous le Directoire. La fondation d'une nouvelle monarchie par Bonaparte réduisit leurs rangs à une poignée de fidèles de la dynastie des Bourbons. Ce furent ces fidèles qui, après les Cent-Jours, constituè […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/royalistes-france/#i_22485

Pour citer l’article

André Jean TUDESQ, « LÉGITIMISTES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/legitimistes/