FRUCTIDOR AN V COUP D'ÉTAT DU 18 (4 sept. 1797)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le Directoire, dès son installation le 26 octobre 1795, s'est trouvé pris entre deux menaces : à gauche les jacobins et les babouvistes, à droite les royalistes. Le danger babouviste est écarté après l'arrestation de Babeuf en mai 1796. En revanche, longtemps limité à des complots et aux soulèvements armés (dans la Vendée, le Midi), le mouvement monarchiste s'adapte à l'action légale grâce à Dandré, fondateur des Instituts philanthropiques et à l'argent de Londres transmis par l'intermédiaire de l'agent britannique, Wickham, établi en Suisse. Les élections de germinal an V (mars 1797) pour le renouvellement du premier tiers sortant des conseils voient l'écrasement des candidats directoriaux et la victoire des royalistes. Pichegru, Imbert-Colomès, Marmontel, Royer-Collard sont ainsi élus. Barbé-Marbois devient président du Conseil des Anciens, Pichegru président du Conseil des Cinq-Cents, enfin Barthélemy remplace Letourneur au Directoire où les royalistes peuvent compter sur Carnot. La nouvelle majorité entend faire abroger les lois contre les prêtres réfractaires et les émigrés. La vente de leurs biens est souvent suspendue et les séquestres fréquemment levés ; des républicains sont assassinés en toute impunité, leurs clubs fermés. Inquiet et convaincu par les papiers du comte d'Antraigues, saisis en Italie, des liens entre Pichegru et les partisans d'une restauration monarchique, liens que confirmeront les mémoires secrets du comte de Montgaillard, Barras se rapproche sensiblement des républicains Reubell et La Révellière-Lépeaux. La crise, en raison de la séparation trop rigoureuse des pouvoirs prévue dans la Constitution, ne peut être résolue que par un coup de force venant soit des conseils soit du Directoire, s'il prend de vitesse les assemblées. Comme lors du 13 vendémiaire, Barras fait appel à l'armée. Hoche, le 1er juillet 1797, fait marcher des troupes de l'armée de Sambre-et-Meuse sur Paris ; d'Italie, Bonaparte envoie Aug [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification


Autres références

«  FRUCTIDOR AN V COUP D'ÉTAT DU 18 (4 sept. 1797)  » est également traité dans :

DIRECTOIRE

  • Écrit par 
  • Michel EUDE
  •  • 4 527 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La classe politique »  : […] Les auteurs de la Constitution de l'an III avaient visé à éviter tout retour aux pratiques de 1792-1794 : pas de gouvernement direct, pas de suffrage universel ; élections censitaires donc, et à deux degrés. À la base il doit y avoir un cens très large : il suffit, pour élire juges de paix et administrateurs communaux, de payer une contribution directe. Mais les électeurs, choisis par les citoye […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/directoire/#i_16934

NAPOLÉON Ier BONAPARTE (1769-1821) empereur des Français (1804-1814 et 1815)

  • Écrit par 
  • Jacques GODECHOT
  • , Universalis
  •  • 8 302 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Le Directoire »  : […] La Constitution soumise à référendum par la Convention, en octobre 1795, était assortie de décrets stipulant la réélection des deux tiers de l'Assemblée actuelle. Pour prévenir de telles mesures, les royalistes fomentèrent une révolte à Paris. La Convention donna des pouvoirs dictatoriaux à Paul Barras qui, ne voulant pas s'appuyer sur le commandant des troupes de l'Intérieur, nomma Bonaparte com […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/napoleon-ier-bonaparte/#i_16934

PICHEGRU JEAN CHARLES (1761-1804)

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 520 mots

Fils d'un cultivateur du pays d'Arbois, Pichegru parvient très jeune à devenir répétiteur de mathématiques à Brienne ; il s'engage comme soldat en 1780 (contrairement à la légende, Napoléon n'aura donc guère eu le temps de profiter de ses connaissances mathématiques) et fait la guerre d'Amérique. Sergent-major en 1789, il milite avec ardeur au club des Jacobins de Besançon et devient lieutenant-co […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-charles-pichegru/#i_16934

RÉVOLUTION FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Jean-Clément MARTIN, 
  • Marc THIVOLET
  •  • 29 477 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La course au pouvoir (1796-1798) »  : […] À partir de 1795, le pays s'engage dans une réorganisation générale. Un système scolaire pyramidal est installé : les départements sont dotés d'écoles centrales (24 février 1795), elles-mêmes chapeautées par les grandes écoles créées l'année précédente (de santé, des arts et métiers, des travaux publics – future polytechnique – et normale), et enfin par l'Institut national (25 octobre 1795), qui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/revolution-francaise/#i_16934

Pour citer l’article

Jean TULARD, « FRUCTIDOR AN V COUP D'ÉTAT DU 18 (4 sept. 1797) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/coup-d-etat-du-fructidor-an-v/