Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

GORGIAS (env. 483-env. 374 av. J.-C.)

Articles

  • GORGIAS (env. 483-env. 374 av. J.-C.)

    • Écrit par Barbara CASSIN
    • 438 mots

    Né en Sicile, dans la colonie chalcidienne de Léontinum, Gorgias est avec son contemporain Protagoras le plus ancien et le plus fameux de tous les sophistes. Diogène Laërce (VIII, 58-59) en fait le disciple d'Empédocle. Ses concitoyens l'envoyèrent en ambassade à Athènes en 427 pour...

  • ANTIQUITÉ - Naissance de la philosophie

    • Écrit par Pierre AUBENQUE
    • 11 137 mots
    • 8 médias
    ...incontestables précurseurs de la logique. Les principaux sophistes sont : Protagoras (env. 490-420), pour qui « l'homme est la mesure de toutes choses » ; Gorgias (env. 480-390), théoricien de la rhétorique, mais aussi auteur d'un traité Sur le non-être, qui s'inscrit dans la tradition parménidienne...
  • LANGAGE (notions de base)

    • Écrit par Philippe GRANAROLO
    • 3 315 mots
    ...cette fois chez les sophistes, auxquels Aristote (env. 385-322 av. J.C.) reprocha d’avoir traité le langage « comme une autre nature ». Gorgias (env. 483-env. 374 av. J.-C.) est celui qui est allé le plus loin dans ce sens, précisant qu’« il est impossible, du fait qu‘il est une chose et qu’il...
  • RAISON

    • Écrit par Éric WEIL
    • 13 180 mots
    • 1 média
    ...discours, non de celui de la vérité absolue, mais du discours efficace, utile à celui qui veut gagner le peuple, les dirigeants, les juges populaires. Quant à l'Être, quant à ce qui est vraiment, Gorgias, précisément en acceptant les thèses éléatiques, s'en débarrasse : rien n'existe, déclare-t-il,...
  • RHÉTORIQUE

    • Écrit par Françoise DOUAY-SOUBLIN
    • 5 974 mots
    Quant au contenu initial de l'enseignement rhétorique, il est encore très divers chez les sophistes. Pour Gorgias, l'âme est de nature musicale, et seul le rythme, accordé à l'harmonie cosmique, peut impressionner la mémoire et mouvoir la volonté ; poétiques et même incantatoires, les figures...
  • RIEN (philosophie)

    • Écrit par Jean GREISCH
    • 1 252 mots

    « Non, rien de rien, non, je ne regrette rien... » : tout le monde, ou presque, connaît la chanson d'Édith Piaf. Quel sort les penseurs doivent-ils réserver au « rien » ? S'agit-il d'un signifiant vide, indicible et impensable, voire d'une puissance de mystification, qui entraîne la ...

  • SOPHISTIQUE

    • Écrit par Jacques BRUNSCHWIG, Barbara CASSIN
    • 6 771 mots
    Né en Sicile, Gorgias (env. 483-env. 374) fut, dit-on, l'élève d'Empédocle ; on lui attribue des théories physiques proches de celles de l'Agrigentin. Mais c'est comme technicien de la parole, orateur, improvisateur et styliste, qu'il devint célèbre et immensément riche. Il vint à Athènes en 427, comme...
  • VÉRITÉ (notions de base)

    • Écrit par Philippe GRANAROLO
    • 3 074 mots
    ...et à l’égard desquels il manifeste une sévérité excessive, les jugeant responsables de la condamnation à mort de Socrate (env. 470-399 av. J.-C.). Gorgias (env. 483-env. 374 av. J.-C.), pour ne citer que lui, avait construit une véritable philosophie du langage : selon lui, les mots ne peuvent...