BEN ALI ZINE EL-ABIDINE (1936-2019)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Président de la Tunisie de 1989 à 2011.

Né le 3 septembre 1936 à Hammam-Sousse, Zine el-Abidine Ben Ali reçoit une formation militaire en France, à Saint-Cyr et à l'école d'artillerie de Châlons-sur-Marne (aujourd'hui Châlons-en-Champagne). Il effectue également des études d'ingénieur électronicien aux États-Unis. De 1964 à 1974, il dirige les services de la sécurité militaire tunisienne, ce qui lui permet d'accéder aux plus hauts cercles du pouvoir. En 1974, il est nommé au poste d'attaché militaire à l'ambassade de Tunisie au Maroc, où il reste trois ans. À son retour, il devient directeur général de la Sûreté nationale puis, en 1980, il est nommé ambassadeur en Pologne. En 1984, il rentre dans son pays pour assurer les fonctions de secrétaire d'État à la Sécurité nationale ; l'année suivante, il entre au Conseil des ministres. Sa répression des émeutes de 1978 et de 1984 vaut à Zine el-Abidine Ben Ali la réputation d'un chef intransigeant. En 1986, il est nommé ministre de l'Intérieur et joue un rôle actif dans la neutralisation du Mouvement de la tendance islamique, un groupe fondamentaliste prônant la violence (qui prendra ensuite le nom d'Ennahda, « Renaissance »). Le 10 octobre 1987, le président Habib Bourguiba le nomme Premier ministre. Nombreux sont alors ceux qui estiment que le chef de l'État, au pouvoir depuis l'indépendance du pays en 1956 et malade, n'est plus capable d'assurer sa fonction. Le 7 novembre 1987, Zine el-Abidine Ben Ali le dépose à l'issue d'un coup d'État pacifique. Il devient, la même année, secrétaire général du Parti socialiste destourien (PSD) qui est rebaptisé, en 1988, Rassemblement constitutionnel démocratique (RCD).

Zine el-Abidine Ben Ali obtient plus de 99 p. 100 des suffrages à l'élection présidentielle du 2 avril 1989. Le nouveau chef de l'État est réputé moins attaché à la laïcité de l'État et plus modéré que son prédécesseur à l'égard des religieux fondamentalistes. En 1991, toutefois, il interdit le parti islamique Ennahda et s'engage dans une répression de l'activisme islamique. Son régime sera dès lors dénoncé pour non-respect des droits de l'homme. À la tête du RCD, il est réélu président en 1994, 1999, 2004 et 2009, chaque fois avec environ 90 p. 100 des suffrages. Il quitte le pouvoir le 14 janvier 2011, chassé par le large mouvement de protestation populaire de la « révolution du jasmin », qui inaugure le « printemps arabe », et se réfugie en Arabie Saoudite. Il est condamné par contumace à plusieurs peines de prison pour détournement de fonds, trafic de drogue et d'armes, puis à l'emprisonnement à perpétuité pour son rôle dans le meurtre de manifestants lors de la vague de contestation sociale qui l'a chassé du pouvoir.

Zine el-Abidine Ben Ali

Photographie : Zine el-Abidine Ben Ali

Après la mise à l'écart de Bourguiba en 1987, et une courte période d'ouverture politique, Zine el-Abidine Ben Ali (ici en 2007), candidat unique, se fait élire président de la République tunisienne en 1989. En 2011, il est chassé du pouvoir par la révolution tunisienne, qui donne le... 

Crédits : Pool Interagences/ Gamma-Rapho/ Getty Images

Afficher

Zine el-Abidine Ben Ali est mort le 19 septembre 2019 à Djeddah (Arabie Saoudite).

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Classification

Autres références

«  BEN ALI ZINE EL-ABIDINE (1936-2019)  » est également traité dans :

BOURGUIBA HABIB (1903-2000)

  • Écrit par 
  • Jean LACOUTURE
  •  • 1 637 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Bourguiba et la fédération maghrébine »  : […] Premier leader nord-africain à acquérir une audience internationale (aux États-Unis, notamment, dès 1950), Habib Bourguiba crut pouvoir être non seulement l'inspirateur mais le promoteur d'un Maghreb ouvert sur l'Occident. Il aurait ainsi joué un rôle de médiateur entre l'Ouest, auquel l'attachent sa culture et ses convictions anticommunistes, et l'Orient, auquel appartient la Tunisie. En dépit d […] Lire la suite

MAGHREB - Le Maghreb politique

  • Écrit par 
  • Karima DIRÈCHE
  •  • 7 440 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La chute de deux dictateurs : Ben Ali et Kadhafi »  : […] En Tunisie, l'immolation par le feu d'un jeune marchand ambulant, en décembre 2010, en réaction aux harcèlements et brimades de la police locale, est l'événement improbable qui a déclenché ce qu'on appellera la « révolution de jasmin ». En moins d'un mois, le système népotiste de Ben Ali, qui a gangréné, par des logiques de corruption au plus haut sommet de l'État, la société et l'économie tunisi […] Lire la suite

PRINTEMPS ARABE ou RÉVOLUTIONS ARABES

  • Écrit par 
  • Philippe DROZ-VINCENT
  •  • 8 179 mots

Dans le chapitre « La politique confisquée par des régimes autoritaires »  : […] Depuis les années 1970, le monde arabe se caractérise par une atonie des régimes en place, alors que les décennies précédentes avaient été riches en bouleversements politiques (coups d'État, remplacement de monarchies par des républiques...). Dans cette période clé des années 1970, des pouvoirs autoritaires s'installent pour des dizaines d'années, les décisions importantes étant accaparées par un […] Lire la suite

PROCHE ET MOYEN-ORIENT CONTEMPORAIN

  • Écrit par 
  • Nadine PICAUDOU, 
  • Aude SIGNOLES
  •  • 21 336 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre « Le tournant des « révolutions arabes » »  : […] L'existence, fin 2010-début 2011, de mouvements de protestations populaires massifs contre les dirigeants en place, en Tunisie d'abord, puis en Égypte ainsi que dans d'autres pays de la région, clôt ce « moment américain » au Proche-Orient, bien davantage que ne l'avait laissé augurer l'arrivée du démocrate Barack Obama à la tête de l'administration américaine en 2008. Très vite, en effet – et mal […] Lire la suite

TUNISIE

  • Écrit par 
  • Michel CAMAU, 
  • Roger COQUE, 
  • Jean GANIAGE, 
  • Claude LEPELLEY, 
  • Robert MANTRAN, 
  • Khadija MOHSEN-FINAN
  •  • 19 915 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Les limites des politiques économiques de Bourguiba »  : […] Dans cette course à la modernisation, la politique de Bourguiba se préoccupe peu d’économie. Pour extraire la Tunisie au sous-développement et à la pauvreté, Bourguiba se laisse séduire par le projet que lui a proposé Ahmed ben Salah, lorsqu’il était secrétaire général de l’U.G.T.T. en 1956. Ben Salah a foi dans les théories des économistes du développement, qui pensent que la socialisation de l […] Lire la suite

Pour citer l’article

« BEN ALI ZINE EL-ABIDINE - (1936-2019) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/zine-el-abidine-ben-ali/