MOUBARAK HOSNI (1928-2020)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Président de la République arabe d'Égypte de 1981 à 2011, Hosni Moubarak, né le 4 mai 1928, est originaire de Manufiya, un gouvernorat situé dans la région du Delta du Nil. Issu d'un milieu modeste, il se destine très jeune à une carrière militaire.

Diplômé de l'Académie de l'armée de l'air en 1950, Moubarak occupe différents postes de commandement et poursuit une carrière discrète. Il ne joue aucun rôle politique dans le coup d'État militaire de 1952, ni dans le régime de Nasser, si ce n'est en tant que serviteur loyal de l'armée. À ce titre, il est envoyé en Union soviétique pour divers stages de formation et y conduit une délégation militaire en 1964. Il est nommé chef d'état-major en 1969, puis commandant en chef en 1971. Son rôle dans la guerre contre Israël, en octobre 1973, lui vaut d'être promu général, puis d'être nommé par Sadate, en 1975, à la vice-présidence de la République, confirmant ainsi les liens qui unissent étroitement l'armée et l'État.

Au lendemain de l'assassinat de Sadate, le 6 octobre 1981, Moubarak prend le contrôle du pays, conformément à la Constitution, et décrète l'état d'urgence. Il est élu à l'unanimité par l'Assemblée du peuple, vote entériné par référendum (98,4 p. 100 de « oui »). Son mandat présidentiel est renouvelé par la même procédure en 1987, 1993 et 1999. Moubarak remporte un cinquième mandat lors de l'élection présidentielle directe et pluripartite de septembre 2005.

Homme discret, Moubarak apparaît d'abord bien fade en comparaison de ses prédécesseurs. Nasser fut l'homme de la construction nationale ; Sadate, celui de la paix ; Moubarak, quant à lui, est à la recherche d'une légitimité qu'il s'évertue à construire progressivement en fonction de deux principes : modération et démocratisation.

En premier lieu, il s'agit de rétablir les libertés politiques promises – et suspendues – par Sadate avant son assassinat. Des milliers d'opposants au régime sont relâchés, les journaux d'opposition à nouveau distribués. Tout au long des années 1980, la scène politique s'ouvre aux principales forces de l'opposition, dont l'association des Frères musulmans.

En second lieu, Moubarak veut réintégrer l'Égypte dans le giron de la communauté arabe, dont elle a été exclue à la suite des accords de Camp David (1978), sans pour autant trahir le processus de paix engagé par son prédécesseur. Il bénéficie, pour ce faire, du soutien des États-Unis, dont l'Égypte devient le partenaire arabe privilégié dans la région.

Sur le plan économique et social, Moubarak poursuit les réformes tout en dénonçant les dérives affairistes qui ont marqué la politique d'infitah (ouverture) menée par Sadate. Après une succession d'accords avec le FMI, il réussit à stabiliser l'économie égyptienne. Privatisations et désengagement progressif de l'État constituent le credo économique du gouvernement, au prix de sacrifices sociaux importants, dans un contexte de forte pression démographique.

L'engagement du pays aux côtés des alliés occidentaux durant la guerre du Golfe de 1990-1991 fait de l'Égypte un médiateur incontournable dans la région. Le rôle de Moubarak et de son ministre des Affaires étrangères, Amr Moussa, dans les négociations de paix entre Palestiniens et Israéliens, depuis les accords d'Oslo (1993) jusqu'à la seconde intifada (2000), s'avère majeur dans la légitimation du pouvoir.

La force de l'homme résiderait en somme dans sa capacité de jouer du double héritage, nassérien et sadatien. D'un côté, le déploiement d'une rhétorique tout à la fois nationaliste et « arabiste », mise en pratique dans le cadre du processus de paix, permet, sur le plan interne, d'obtenir un consensus national ; de l'autre, la libéralisation économique, qui bénéficie à une partie croissante de la population, compense l'absence de contre-pouvoirs au sein des institutions politiques représentatives, contrôlées par l'État via le Parti national démocratique (PND), dont le président n'est autre que Moubarak.

Le chef de l'État égyptien a été la cible de deux tentatives d'assassinat, l'une à Addis-Abeba en 1995, l'autre à Port-Saïd en septembre 2000. À l'automne de 2003, il a été pris d'un malaise lors de la séance d'ouverture du Parlement, retransmise en direct par la télévision nationale. Il a été hospitalisé en Allemagne en juin 2004, officiellement pour une hernie discale. L'âge et l'état de santé du président rappellent l'incertitude qui règne sur son rempla [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : docteure en science politique (Institut d'Etudes Politiques de Paris), chercheuse, consultante

Classification

Autres références

«  MOUBARAK HOSNI (1928-2020)  » est également traité dans :

ÉGYPTE - L'Égypte républicaine

  • Écrit par 
  • Sandrine GAMBLIN, 
  • Robert SANTUCCI
  •  • 36 094 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « L'effet domino »  : […] L' étincelle qui permet le soulèvement populaire viendra d'ailleurs, de Tunisie. Le 14 janvier 2011, les Égyptiens assistent à la chute du président tunisien Ben Ali. Dès lors, les mouvements d'opposition appellent, via Facebook, à manifester le 25 janvier, jour férié symbolique puisque c'est la « Journée de la police ». Quelques mois auparavant, en juin 2010, la mort de Khaled Saïd dans un poste […] Lire la suite

FRÈRES MUSULMANS

  • Écrit par 
  • Nadine PICAUDOU
  •  • 1 338 mots

L'Association des Frères musulmans est née à Ismaïlia, en Égypte, en 1928. Son fondateur, Hasan al-Bannā’, n'est pas un ouléma, mais un simple instituteur très affecté par la domination anglaise sur son pays et les influences, jugées corruptrices, de l'Occident matérialiste. Sa prise de conscience de la nécessité d'une renaissance islamique en Égypte s'inscrit dans la postérité intellectuelle des […] Lire la suite

JORDANIE

  • Écrit par 
  • Philippe DROZ-VINCENT, 
  • Philippe RONDOT
  •  • 19 647 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Au sein du monde arabe »  : […] Ces périlleux exercices du roi Hussein ne sont pas sans influencer la politique étrangère du royaume. Autant que l'étendue de ses relations avec l'Irak, favorisées par la nécessité dans laquelle se trouve celui-ci de disposer de la profondeur stratégique de la Jordanie dans la guerre contre l'Iran, le rapprochement jordano-palestinien entamé à partir de 1982 irrite la Syrie. Elle a différentes ma […] Lire la suite

PRINTEMPS ARABE ou RÉVOLUTIONS ARABES

  • Écrit par 
  • Philippe DROZ-VINCENT
  •  • 8 179 mots

Dans le chapitre « Reconstruire un système »  : […] En Égypte, l'incertitude est beaucoup plus grande. L'armée, qui a une légitimité révolutionnaire (et ne souhaite pas la perdre), mais dont une instance, le C.S.F.A., détient le pouvoir, souhaite se retirer le plus vite possible (car toute entrée en politique la diviserait), tout en gardant la main sur le pouvoir afin de préserver ses intérêts. Les instances militaires ont cédé face à la pression d […] Lire la suite

PROCHE ET MOYEN-ORIENT CONTEMPORAIN

  • Écrit par 
  • Nadine PICAUDOU, 
  • Aude SIGNOLES
  •  • 21 336 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre « Le tournant des « révolutions arabes » »  : […] L'existence, fin 2010-début 2011, de mouvements de protestations populaires massifs contre les dirigeants en place, en Tunisie d'abord, puis en Égypte ainsi que dans d'autres pays de la région, clôt ce « moment américain » au Proche-Orient, bien davantage que ne l'avait laissé augurer l'arrivée du démocrate Barack Obama à la tête de l'administration américaine en 2008. Très vite, en effet – et mal […] Lire la suite

Pour citer l’article

Sandrine GAMBLIN, « MOUBARAK HOSNI - (1928-2020) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/hosni-moubarak/