BOURGUIBA HABIB (1903-2000)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De tous les hommes d'État d'une époque qui en vit paraître beaucoup de flamboyants ou d'abusifs, Habib Bourguiba est probablement celui dont le nom se confond le plus totalement avec la fondation et les premiers développements d'un État. Créateur de la première organisation qui posât avec sérieux le problème de l'indépendance tunisienne, chef de parti et d'insurrection, négociateur, prisonnier, fondateur de l'État, « combattant suprême » et guide incontesté, il aura de 1934 à 1987 dominé de sa puissante personnalité la vie du peuple tunisien et pendant un demi-siècle imprimé sa marque, pour le meilleur et pour le pire, sur le nouvel État.

Habib Bourguiba, 1961

Habib Bourguiba, 1961

Photographie

Habib Bourguiba, président de la République de Tunisie, s'adresse à la foule lors des funérailles des Tunisiens tués pendant la bataille de Bizerte en 1961. 

Crédits : Ron Case/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Fondateur du Néo-Destour

Son origine le prédisposait à incarner la Tunisie moderne : Habib Bourguiba vient de la petite bourgeoisie rurale à demi ruinée par la concurrence de la colonisation, de cette région du Sahel, des « enfants de l'olivier », qui est le cœur même du pays. Son père, sans ressources, avait dû s'engager dans l'armée. Habib Bourguiba est né à Monastir en 1903, dernier d'une famille nombreuse. Avec l'aide pécuniaire de son frère aîné, il put faire des études sérieuses au collège Sadiki à Tunis, foyer de culture franco-arabe, puis à Paris, à la faculté de droit et à l'École libre des sciences politiques (1924-1927).

Quand, nanti de diplômes, séduit par la France et par son système politique, il retrouve la Tunisie, c'est pour constater le cruel décalage entre les principes libéraux, base de l'enseignement qu'il a reçu à Paris, et la pratique quotidienne coloniale. Très vite, il milite au sein du « Destour » (parti libéral constitutionnel), dont il découvre l'inefficience. En vue de le rajeunir et de le « muscler », il provoque une dissidence et convoque en 1934 à Ksar-Hellal un congrès où est fondé le Néo-Destour.

Le nouveau parti n'est plus aristocratique mais populaire ; il n'est plus urbain mais largement rural ; il refuse le « tout ou rien », et accepte la négociation avec le pouvoir colonial. Cette organisation restera longtemps le seul [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  BOURGUIBA HABIB (1903-2000)  » est également traité dans :

AFRIQUE (Histoire) - Les décolonisations

  • Écrit par 
  • Marc MICHEL
  •  • 12 312 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « Le Maroc et la Tunisie »  : […] Au moment où la Libye accédait à l'indépendance et allait grossir les rangs du groupe afro-asiatique à l'O.N.U., les questions marocaine et tunisienne faisaient irruption sur cette même scène dans des conditions infiniment plus dramatiques. Les positions de départ avaient été clairement affirmées à travers les manifestes de l' Istiqlāl en 1943, puis celui, en août 1946, du Front national tunisien, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/afrique-histoire-les-decolonisations/#i_13009

BEN SALAH AHMED (1926- )

  • Écrit par 
  • Pierre SPITZ
  •  • 1 002 mots

Homme politique et syndicaliste tunisien. Originaire d'une famille de la petite bourgeoisie de Mouknine, dans le Sahel tunisien, Ahmed ben Salah se lance, ses études terminées, dans l'action syndicale. Il se révèle rapidement comme un animateur de l'Union générale des travailleurs tunisiens (U.G.T.T.), reconstituée en 1945 par Ferhat Hached : il représente, à Bruxelles, l'U.G.T.T. auprès de la pui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ahmed-ben-salah/#i_13009

BEN YOUSSEF SALAH (mort en 1961)

  • Écrit par 
  • Emile SCOTTO-LAVINA
  •  • 407 mots

Djerbien de naissance, avocat de formation, politicien de vocation, Salah ben Youssef (Salāḥ ibn Yūsuf), figure de proue, avec Bourguiba, du nationalisme tunisien, était promis, par ses éminentes qualités, à l'avenir que lui assurait auprès du Combattant suprême son rôle de brillant dauphin. Secrétaire général du Parti socialiste destourien, le Néo-Destour, il joue un rôle de premier plan en l'abs […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/salah-ben-youssef/#i_13009

BEN ALI ZINE EL-ABIDINE (1936- )

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 479 mots

Président de la Tunisie de 1989 à 2011. Né le 3 septembre 1936 à Hammam-Sousse, Zine el-Abidine Ben Ali reçoit une formation militaire en France, à Saint-Cyr et à l'école d'artillerie de Châlons-sur-Marne (aujourd'hui Châlons-en-Champagne). Il effectue également des études d'ingénieur électronicien aux États-Unis. De 1964 à 1974, il dirige les services de la sécurité militaire tunisienne, ce qui l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/zine-el-abidine-ben-ali/#i_13009

TUNISIE

  • Écrit par 
  • Michel CAMAU, 
  • Roger COQUE, 
  • Jean GANIAGE, 
  • Claude LEPELLEY, 
  • Robert MANTRAN, 
  • Khadija MOHSEN-FINAN
  •  • 19 909 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Le triomphe du « zaïm » »  : […] En 1956, la Tunisie accède à l’indépendance, ce qui ouvre une période de trois décennies au cours de laquelle Habib Bourguiba marque le pays de son empreinte . Pourtant, au moment de l’indépendance, il n’est pas le seul à pouvoir prétendre incarner la légitimité nationaliste. Sa popularité, mais aussi les relations qu’il a réussi à établir avec la puissance coloniale qui l’a aidé à éliminer ses a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tunisie/#i_13009

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean LACOUTURE, « BOURGUIBA HABIB - (1903-2000) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/habib-bourguiba/