ZARZUELA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Tomás Bretón

Tomás Bretón
Crédits : AKG

photographie

La Verbena de la paloma

La Verbena de la paloma
Crédits : AKG

photographie


Naissance de la zarzuela

Dans les bois qui entouraient alors Madrid, les Habsbourg d'Espagne avaient fait construire un pavillon de chasse qui deviendra un palais, le Palacio de la Zarzuela, nommé ainsi d'après le mot espagnol zarza, qui signifie « ronce », les bosquets de cette résidence champêtre étant envahis de ronces. C'est là, au xviie siècle, sous le règne de Philippe IV d'Espagne (roi de 1621 à 1665), que va se développer une forme de divertissement de cour calquée sur ce qui est alors en vogue dans les cours d'Europe, et dans lequel le texte, la musique instrumentale, le chant, la danse et les machineries sont étroitement associés. Ces « fiestas de la Zarzuela » connaissent un succès immédiat et s'étendent rapidement à toute l'Espagne, les théâtres des principales villes du royaume contribuant à nourrir le répertoire du genre que l'on identifie par le lieu de sa naissance officielle en le baptisant « zarzuela ».

Au xviie siècle, cependant, la musique est encore le parent pauvre des arts. Dans les pièces de Lope de Vega, par exemple, elle ne sert qu'à créer une atmosphère. Son rôle est principalement descriptif : bergers chantant une copla, duègne ou servante murmurant une ballade pour calmer les chagrins de leur maîtresse, chœur de paysans ouvrant la fête de la nuit de la saint Jean. Chez Lope de Vega, on trouve des combinaisons de chants, de musique instrumentale et de danses dans des comédies comme El maestro de danzar, qui peut être considérée, au même titre que La Selva sin amor, comme un des premiers embryons d'opéra espagnol. Près de vingt ans s'écouleront après La Selva sin amor avant que Calderón, devenu après la mort de Lope de Vega, en 1635, le maître de la scène espagnole, tentât à son tour d'unir le drame à la musique. En 1657, Philippe IV a un fils, Felipe Próspero, de son second mariage. En l'honneur de cet événement, Calderón écrit El laurel de Apolo (« Le Laurier d'Apollon »), pièce en deux actes qu'il qualifie de zarzuela, et dont la musique est attribuée à Juan Hidalgo (1614-1685) ; dans une loa (préam [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

  • : musicologue, analyste, chef de chœur diplômée du Conservatoire national supérieur de musique de Paris, chargée de cours à Columbia University, New York (États-Unis)

Classification


Autres références

«  ZARZUELA  » est également traité dans :

ALBÉNIZ ISAAC (1860-1909)

  • Écrit par 
  • André GAUTHIER
  •  • 1 685 mots
  •  • 1 média

La carrière d'Isaac Albéniz se déroule à l'époque où la musique espagnole, étouffée depuis plus d'un siècle par l'école italienne, connaît un renouveau inspiré des richesses et des possibilités de son folklore. Le réveil des nationalités qui se manifeste alors dans le monde entier est plus significatif encore en Espagne, où le peuple a gardé intactes ses traditions au long des décennies pendant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/isaac-albeniz/#i_11820

BRETÓN TOMÁS (1850-1923)

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 328 mots

Chef d'orchestre, compositeur et pédagogue espagnol, surtout célèbre pour ses zarzuelas (1875-1896). Né à Salamanque, Bretón s'établit à Madrid en 1865 et étudia la composition dans la classe de J. Emilio Arrieta y Correra (1823-1894). À Madrid et à Barcelone, il dirigea un orchestre de zarzuelas. En 1875, on créa son premier opéra, Guzmán el Bueno , puis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tomas-breton/#i_11820

CALDERÓN DE LA BARCA PEDRO (1600-1681)

  • Écrit par 
  • Charles Vincent AUBRUN
  •  • 2 459 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les « autos sacramentales » »  : […] Les autos sacramentales sont, sous la plume de Calderón, des pièces allégoriques de plus de mille vers, que l'on représentait le jour de la Fête-Dieu dans les rues des villes et des villages et dont le dénouement implique l'intervention divine matérialisée par l'Eucharistie. Le poète part de n'importe quelle donnée : de circonstance, biblique, mythologique ou de pure fantaisi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pedro-calderon-de-la-barca/#i_11820

CHAPÍ Y LORENTE RUPERTO (1851-1909)

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 286 mots

Musicien espagnol, dont le talent dépasse celui de ses contemporains (Valverde, Chueca, Jiménez, Caballero). Dès l'âge de douze ans, Chapí dirigeait l'harmonie de sa ville natale, Villena (province d'Alicante). À seize ans, il fut l'élève de J. Emilio Arrieta, professeur de la classe de composition au conservatoire de Madrid. Il fut chef de musique militaire, puis se rendit à Rome, muni d'une bour […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ruperto-chapi-y-lorente/#i_11820

CHUECA FEDERICO (1848-1908)

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 236 mots

Compositeur, pianiste et chef d'orchestre espagnol, fort populaire par les nombreuses zarzuelas du género chico (zarzuela brève, par opposition à la zarzuela grande ) dont il est le créateur. Chueca vécut à Madrid, tenant le piano dans les cafés et dirigeant un orchestre de zarzuelas. Il écrivit beaucoup dans ce genre espagnol proche de l'opéra-comique  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/federico-chueca/#i_11820

DOMINGO PLÁCIDO (1941- )

  • Écrit par 
  • Michel PAROUTY
  •  • 1 263 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un homme-orchestre »  : […] En 1983, l'intrépide Plácido Domingo ajoute à son arc une nouvelle corde, en endossant la livrée de chef d'orchestre, un art qu'il n'a jamais cessé, depuis lors, de pratiquer, dans la fosse et au disque ; ainsi, en 2006, il était à la tête de l'Orquesta y Coro de la Comunidad de Madrid pour le récital d'airs de zarzuelas enregistré par Villazón, lequel n'a jamais cessé de proclamer son admiratio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/placido-domingo/#i_11820

ESPAGNE (Arts et culture) - La musique

  • Écrit par 
  • Luis CAMPODÓNICO, 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 5 635 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La zarzuela »  : […] Le terrain avait été spontanément préparé par quelques musiciens mineurs qui limitèrent leurs efforts à une forme d'opéra-comique particulière, la zarzuela . Comédie de mœurs de couleur locale, sorte d'opéra abrégé avec dialogues parlés, la zarzuela côtoie la saynète, à laquelle elle n'ajoute qu'une ouverture, quelques arias et quelques chœurs. Entre 18 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/espagne-arts-et-culture-la-musique/#i_11820

FRÜHBECK DE BURGOS RAFAEL (1933-2014)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 645 mots

Un père allemand et une mère espagnole lui ont donné les clés des univers germanique et latin. Rafael Frühbeck de Burgos a mené une brillante carrière de chef d’orchestre sans pour autant connaître une gloire trop facilement conquise par des musiciens qui, parfois, ne le valaient pas. Rafael Frühbeck voit le jour à Burgos le 15 septembre 1933. Plus tard, il « hispanisera » son nom en lui adjoignan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rafael-fruhbeck-de-burgos/#i_11820

Voir aussi

Pour citer l’article

Juliette GARRIGUES, « ZARZUELA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/zarzuela/