CHAPÍ Y LORENTE RUPERTO (1851-1909)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Musicien espagnol, dont le talent dépasse celui de ses contemporains (Valverde, Chueca, Jiménez, Caballero). Dès l'âge de douze ans, Chapí dirigeait l'harmonie de sa ville natale, Villena (province d'Alicante). À seize ans, il fut l'élève de J. Emilio Arrieta, professeur de la classe de composition au conservatoire de Madrid. Il fut chef de musique militaire, puis se rendit à Rome, muni d'une bourse décernée par l'Académie espagnole des beaux-arts. De retour en Espagne, il se consacra à la composition et écrivit plus de cent soixante zarzuelas grandes (sortes d'opéras-comiques), à l'instar de ses contemporains : La Tempestad (1882), El Rey que rabió (1891), Curro Vargas (1899) et des pièces du género chico (sorte de zarzuela en un acte), La Czarina, El Tambor de granaderos (1894), El Puñado de rosas, notamment. Ses opéras (de Circé, 1901, à Margarita la tornera, 1909) marquent nettement la rupture avec l'influence italienne.

L'art de Chapí est spirituel, plein de bonne humeur, dans un esprit que n'aurait pas désavoué Chabrier, même si parfois il verse dans la facilité. Comme Tomás Bretón, Chapí écrivit de la musique de chambre (Quatuors) et de la musique symphonique (Suites), d'un romantisme pittoresque qui empruntait à l'esprit mendelssohnien quelque peu affadi par trop d'hispanismes. Sa page symphonique intitulée Fantasía morisca est fort agréable et sa légende symphonique Los Gnomos de la Alhambra fait montre d'un pittoresque enjoué, parfois caustique. Il a laissé en outre un oratorio Los Ángeles et un Veni Creator.

—  Pierre-Paul LACAS

Écrit par :

  • : psychanalyste, membre de la Société de psychanalyse freudienne, musicologue, président de l'Association française de défense de l'orgue ancien

Classification


Autres références

«  CHAPÍ Y LORENTE RUPERTO (1851-1909)  » est également traité dans :

ESPAGNE (Arts et culture) - La musique

  • Écrit par 
  • Luis CAMPODÓNICO, 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 5 635 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La zarzuela »  : […] Le terrain avait été spontanément préparé par quelques musiciens mineurs qui limitèrent leurs efforts à une forme d'opéra-comique particulière, la zarzuela . Comédie de mœurs de couleur locale, sorte d'opéra abrégé avec dialogues parlés, la zarzuela côtoie la saynète, à laquelle elle n'ajoute qu'une ouverture, quelques arias et quelques chœurs. Entre 18 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/espagne-arts-et-culture-la-musique/#i_11814

Pour citer l’article

Pierre-Paul LACAS, « CHAPÍ Y LORENTE RUPERTO - (1851-1909) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ruperto-chapi-y-lorente/