BÉTHEL

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ancien sanctuaire du dieu El (beth-el signifie temple de El), situé à 19 kilomètres environ au nord de Jérusalem. Les traditions bibliques l'ont rattaché aux patriarches Abraham (Gen., xii, 8 ; xiii, 3-4) et Jacob (Gen., xxviii, 10-22 ; xxxv, 1-16). C'est en effet en ce lieu que Dieu apparaît en songe à Jacob. Ce sanctuaire de l'ancienne ville cananéenne de Luz, probablement prise par Josué (Jug., i, 22), appartient ensuite à la tribu d'Éphraïm et à la maison de Joseph (Jos., xvi, 2). À l'époque des Juges, ce sanctuaire joue un rôle important dans la guerre contre Benjamin (Jug., xx, 26) et Samuel y passe régulièrement pour y rendre la justice (I Sam., vii, 16). Après la division du royaume de Salomon (~ 931), afin d'empêcher les Israélites d'aller en pèlerinage à Jérusalem, Jéroboam Ier élève ce sanctuaire au rang de sanctuaire royal, y installe un veau d'or et y organise un pèlerinage annuel à l'occasion de la fête anniversaire de sa dédicace (I Rois, xii, 26-33). Ce sanctuaire, encore vénéré par le prophète Élisée (II Rois, ii, 2-3), est ensuite vivement critiqué par Amos (Amos, iii, 14 ; iv, 4 ; v, 5). Celui-ci n'hésite pas à annoncer la destruction de son autel, malgré l'opposition du prêtre Amasias (Amos, vii, 10). Peut-être détruit lors de l'invasion assyrienne de ~ 722, le temple est ensuite probablement restauré en partie à la demande de colons étrangers, Arabes et Babyloniens, installés en Samarie, et « un des prêtres déportés de Samarie » (II Rois, xvii, 24-28) y est réinstallé. Lors de la réforme religieuse de Josias (II Rois, xxiii, 15-20), vers ~ 622, il est systématiquement détruit, désacralisé et rattaché au royaume de Juda. Cependant, au retour de l'Exil, la ville sera partiellement repeuplée par un groupe d'exilés judéens venu s'y établir (Esdr., ii, 28).

Le site de l'ancienne ville israélite est actuellement dans le village arabe de Beitin.

—  André LEMAIRE

Écrit par :

  • : directeur d'études honoraire, École pratique des hautes études, correspondant français de l'Académie des inscriptions et belles-lettres

Classification


Autres références

«  BÉTHEL  » est également traité dans :

JACOB

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 394 mots

Nom du patriarche qui, dans la tradition biblique définitivement sertie (l'unité religieuse et l'unité politique s'étant de concert façonnées, les douze tribus vénèrent ce personnage comme leur père commun), est présenté comme l'ancêtre éponyme commun d'Israël, dont il prit le nom en même temps que les qualités distinctives. La véritable origine du terme est inconnue. Les étymologies populaires co […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacob/#i_9126

PALESTINE

  • Écrit par 
  • Ernest-Marie LAPERROUSAZ, 
  • Robert MANTRAN
  • , Universalis
  •  • 31 607 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L'époque prémonarchique (du début du xiie siècle à la fin du xie av. J.-C.) »  : […] Si l'action des Israélites, aux xiii e - xii e  siècles, et celle des Peuples de la Mer, au début du xii e , mirent fin à la période cananéenne de la Palestine, pourtant, pendant deux siècles encore, des cités-États cananéennes contrôlèrent les vallées et les plaines de la Palestine septentrionale. Les Cananéens, après avoir reçu l'apport d'un sang nouveau, montreront d'ailleurs une nouvelle vital […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/palestine/#i_9126

Pour citer l’article

André LEMAIRE, « BÉTHEL », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/bethel/