Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ANGES & ARCHANGES

Venu du latin angelus, transcription de aggelos qui, en grec profane, désigne un messager, le mot « ange », dans la version des Septante, traduit l'hébreu maleak (« messager » [de Dieu]), terme qui s'applique surtout aux anges, mais aussi quelquefois aux prophètes (Is., xiv, 32) et aux prêtres (Mal., ii, 7). L'Ancien Testament appelle les anges « fils de Dieu » (Job, i, 6), « armée de Yahvé » (Jos., v, 14) ou « armée du ciel » (I Rois, xxii, 19), et « saints » (Dan., viii, 13). Trois d'entre eux y ont un nom : Gabriel, Michel et Raphaël. C'est surtout à la période intertestamentaire, dans la littérature dite apocalyptique, dans les textes de Qumrān et dans le Nouveau Testament que les anges ont pris une importance énorme, sous l'influence de facteurs soit internes, soit externes au judaïsme.

Jusqu'à l'apparition du christianisme, l'importance du monde des esprits et des êtres angéliques ne cessa de croître dans la pensée juive. L'explication de ce phénomène est complexe. Il tient d'abord à l'affirmation de plus en plus nette, dans le judaïsme postexilique, de la transcendance divine. Le monde angélique constituait dès lors l'ensemble des axes et des circuits de communication choisis entre Dieu et l'univers, entre Dieu et les hommes. Par ailleurs, durant la même période, le problème du mal et celui de la souffrance des justes, qui lui est connexe, prirent également un relief grandissant. Sous l'action d'influences étrangères croissantes, le monde des esprits se divisa alors en deux : d'une part, les anges mauvais ou déchus, rebellés contre l'autorité divine, démons constituant l'armée du « royaume de Satan » ; d'autre part, les anges bons et fidèles, formant l'armée du « royaume de Dieu ». Le monde présent est censé être entre les mains des premiers, fauteurs de tous les maux qui s'abattent sur l'homme et sur les autres créatures. Sa fin viendra ; le royaume de Satan sera défait et le royaume de Dieu s'instaurera dans la vie humaine et dans tout l'univers. Tel est, d'ailleurs, le thème central de toute l'apocalypse juive de cette époque.

Le nombre, les noms et les fonctions des anges augmentèrent en proportion de l'importance qu'ils prirent. Les anges sont parfois des figures politiques. Dans le livre de Daniel, par exemple, ils sont décrits comme des satrapes envoyés par Dieu pour gouverner les différents pays. Dans l'Énoch éthiopien, soixante-dix bergers ou anges sont envoyés, après l'Exil, auprès du berger d'Israël (lxxxix, 59 ; xc, 14) et l'archange Michel est le gardien de tout Israël. Chacun des éléments naturels a aussi son ange protecteur, de même que, pour chaque saison de l'année, un ange est responsable de son déroulement (une liste impressionnante de toutes ces fonctions angéliques, créées, dit-on, au premier jour de la Création, est proposée par le livre des Jubilés, ii, 2), et chaque individu a son ange gardien.

Une autre fonction angélique consiste à intercéder pour les hommes auprès de Dieu (dans l'Énoch éthiopien, ic, 3 ; mais déjà dans l'Ancien Testament, Job, v, 1). Les anges guident aussi les hommes dans le droit chemin ; et surtout ils révèlent les secrets divins concernant la terre et le ciel (Énoch éthiopien, lx, 11).

Les anges sont organisés en une hiérarchie précise, selon un modèle quasi militaire. Comme les personnes, les anges ont des noms, liés aux tâches ou aux responsabilités qui leur sont confiées par Dieu (pour Gabriel : Dan., viii, 16-26 ; pour Michel : Dan., xii, 1). L'élite de la hiérarchie céleste comprend soit quatre (Michel, Raphaël, Gabriel et Uriel — ou Phanuel) soit sept (aux quatre premiers s'ajoutent Raguel, Saraqael et Remiel) anges ou archanges.

Les influences[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • AMOUR

    • Écrit par Georges BRUNEL, Baldine SAINT GIRONS
    • 10 182 mots
    • 5 médias
    ...nombreux frères, et l'Amour finit par se confondre dans la multitude anonyme des Amours. Ces gracieuses créatures n'ont pas tardé à envahir l'art chrétien : à côté des anges et des archanges, que la tradition du Moyen Âge représente comme de jeunes hommes ailés d'une beauté surnaturelle, apparaissent des angelots,...
  • APOCALYPTIQUE & APOCRYPHE LITTÉRATURES

    • Écrit par Jean HADOT, André PAUL
    • 9 934 mots
    ...eux-mêmes décrits dans les textes apocalyptiques, juifs proprement dit mais aussi juifs chrétiens. Ainsi, élevé à l'ordre céleste, parle-t-on la langue des anges. Et c'est ici que se place le phénomène de la glossolalie ou « parler en langues », privilèges des anges et des humains bénéficiant de leur...
  • AVICENNE, arabe IBN SĪNĀ (980-1037)

    • Écrit par Henry CORBIN
    • 8 888 mots
    • 1 média
    ...complète la double hiérarchie : hiérarchie supérieure des Dix Intelligences, celles qu'Avicenne désigne comme les Chérubins (Karūbīyūn, Kerubīm) ou Anges sacro-saints (mala'ikat al-quds, angeli intellectuales), et hiérarchie inférieure des Âmes célestes, celles qu'il désigne comme Anges de la...
  • CHÉRUBINS

    • Écrit par André PAUL
    • 239 mots

    Mot français qui correspond à l'hébreu kerubim, pluriel de kerub, l'un et l'autre étant employés dans la Bible. On les rapproche des termes akkadiens karibu ou kuribu, qui désignaient la figuration, en Mésopotamie, de divinités de second rang (karibu signifie bénir et correspond...

  • Afficher les 16 références

Voir aussi