AGAM YAACOV (1928- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né en 1928 à Rishon-le-Zion (Palestine sous mandat britannique, actuel Israël), c'est à Zurich, où il arrive en 1949 après des études à Jérusalem, que Yaacov Agam trouve son vocabulaire plastique dans le milieu qui voit se développer l'art concret suisse.

Il rencontre Johannes Itten et Max Bill, qui avaient été, le premier, professeur et, le second, élève au Bauhaus. Mais c'est à une renaissance de l'art géométrique qu'Agam travaille à Paris, dans l’atelier de Jean Dewasne, où il se fixe en 1951, en introduisant dans ses tableaux la mobilité (Assemblage mouvant, 1953, Musée national d’art moderne-Centre Geoges-Pompidou, Paris). Ces recherches, menées dans le même temps par Jesús Rafael Soto, Jean Tinguely et Pol Bury, furent révélées par la première exposition d’art cinétique, Le Mouvement, présentée à la galerie Denise René en 1956. Les œuvres de cette époque sont des tableaux-reliefs transformables dont les différents constituants (cubes colorés, baguettes, éléments simples en bois peint) sont mobiles et peuvent être assemblés par le spectateur au gré de sa fantaisie. Signes pour un langage (1953) est caractéristique, à cet égard, de l'accent mis sur la participation du spectateur. Cette variabilité de l'œuvre se concrétise ensuite, à partir de 1952, dans les tableaux polymorphiques (ou contrapuntiques), dont la surface est constituée de lattes triangulaires parallèles, peintes sur les deux côtés de telle sorte que le spectateur puisse percevoir, s'il se déplace, une infinité de compositions. Ce sont ses œuvres faites de prismes verticaux qu’il présente lors de son exposition personnelle Tableaux transformables en 1953.

C'est à partir d'un [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : directeur de recherche au C.N.R.S., École des hautes études en sciences sociales, Paris

Classification


Autres références

«  AGAM YAACOV (1928- )  » est également traité dans :

OPTIQUE ET CINÉTIQUE ART

  • Écrit par 
  • Arnauld PIERRE
  •  • 4 641 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Cybernétique et musique des couleurs »  : […] Nicolas Schöffer (1912-1992), de son côté, s'est servi de ses constructions de plans dans l'espace comme de réflecteurs dont la structure prend forme d'anamorphose dans le jeu des éclats lumineux et des ombres portées ( Lux   I , 1957). Plus tard, les Chronos intègrent dès la conception leur propre programmation mouvante et lumine […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-optique-et-cinetique/#i_30983

Pour citer l’article

Michel FRIZOT, « AGAM YAACOV (1928- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/yaacov-agam/