JACOBSEN ROBERT (1912-1993)

Né, selon son mot, « physiquement à Copenhague, puis intellectuellement en France » — en 1912 puis au tout début des années 1950 —, Robert Jacobsen est une personnalité marquante sur la scène de la sculpture européenne de l'après-guerre ; son œuvre est partagée entre un formalisme abstrait et une figuration expressive.

Marin, mécanicien, joueur de banjo, bricoleur, Jacobsen tâte de la vie en désordre. Ses premières sculptures, en bois, par taille directe mais aussi par assemblage, datent de 1930. Autodidacte, il sera marqué par la culture populaire danoise, par le légendaire viking, mais aussi par l'art africain. Il découvre rapidement l'art moderne européen, en particulier Klee, Arp, Picasso. Lié au peintre Richard Mortensen, à Asger Jorn et à d'autres membres du futur groupe Cobra, il expose dans les pays scandinaves à partir de 1940 des travaux sur bois et sur pierre.

En 1947, il s'installe à Paris. Il est alors au contact des artistes réunis par la géométrie abstraite autour de la galerie de Denise René : Dewasne, Magnelli, Vasarely... Dans le cours de ses années parisiennes, il se lie avec des artistes d'horizons différents : Giacometti et Pevsner, par exemple. En 1949, il entre à son tour dans ce « nouvel âge de fer » que traverse la sculpture du siècle quand il systématise l'emploi du métal. Il devient sculpteur sur ferraille, cette matière moderne, en quoi se marque la domination de l'homme sur la nature, qui se travaille autant comme structure que comme surface. Feuilles et profilés de fer, découpés, pliés, soudés... : c'est la forme construite qui l'intéresse ici, plutôt que la forme trouvée.

« Moi, je travaille avec l'espace, je le fais bouger », dit l'artiste. Il s'agit, pour obtenir une spatialité élargie, d'animer un espace interne, souvent « cadré » par une structure qui demeure ouverte, dans un vocabulaire formel qui joue de la combinaison des plans, des surfaces, des volumes aux découpes tendues et rythmiques. Avec des éléments solides, pleins, ou d [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis



Écrit par :

Classification


Autres références

«  JACOBSEN ROBERT (1912-1993)  » est également traité dans :

OPTIQUE ET CINÉTIQUE ART

  • Écrit par 
  • Arnauld PIERRE
  •  • 4 642 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « « Le Mouvement » »  : […] Denise René à Paris en avril 1955 réunit, sous l'étiquette Le Mouvement, des œuvres de Victor Vasarely, Robert Jacobsen, Jean Tinguely, Jesús Rafael Soto, Pol Bury et Yaacov Agam : c'est le coup d'envoi de l'art cinétique. Publié à cette occasion, le Manifeste jaune, ainsi nommé en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-optique-et-cinetique/#i_42474

Pour citer l’article

Christophe DOMINO, « JACOBSEN ROBERT - (1912-1993) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-jacobsen/