VASARELY VICTOR (1908-1997)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Victor Vasarely est né en Hongrie, à Pécs. Les professeurs du Bauhaus, Albers, Moholy-Nagy, ont fortement marqué l'enseignement qu'il suit à Budapest. Quand il s'installe à Paris, en 1931, il travaille comme graphiste. Il est dessinateur dans l'agence de publicité qu'il dirige jusqu'en 1956, un an après le lancement de son Manifeste Jaune (1955) et la célèbre exposition que la galeriste parisienne Denise René met sur pied alors, sous le titre : Le Mouvement, avec Agam et Soto, Tinguely, Calder, Pol Bury et Jacobsen. C'est le plein moment de l'art cinétique, et plus précisément de l'op art, pour lequel le mouvement est causé d'abord par le jeu des mécanismes de la perception et des illusions d'optique. Vasarely participe à l'exposition en montrant des plaques de verre suspendues : les mouvements qui se produisent entre elles font se transformer indéfiniment les motifs linéaires. On lit dans son manifeste : « En effet, nous ne pouvons laisser l'œuvre d'art à la seule élite des connaisseurs. L'art présent s'achemine vers des formes généreuses, à souhait recréables ; l'art de demain sera trésor commun ou ne sera pas. [...] Il est douloureux mais indispensable d'abandonner d'anciennes valeurs pour s'assurer la possession de nouvelles. Notre condition a changé, notre éthique, notre esthétique doivent changer à leur tour. Si l'idée de l'œuvre plastique résidait jusqu'ici dans une démarche artistique, et dans le mythe de la pièce unique, elle se trouve aujourd'hui dans la conception d'une possibilité de recréation, de multiplication et d'expansion. »

Après un premier moment figuratif, Vasarely met au point, dès 1947, un vocabulaire abstrait, un « alphabet plastique », dit-il, à partir duquel il peut générer ses « prototypes-départ ». Chaque création est le fait d'une programmation à partir des formes de base, portée à son échelle de réalisation par des techniques propres – jusqu'à avoir des procédés à brevete [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  VASARELY VICTOR (1908-1997)  » est également traité dans :

ART (Aspects culturels) - L'objet culturel

  • Écrit par 
  • Jean-Louis FERRIER
  •  • 6 281 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'objet de civilisation contemporain. Delaunay »  : […] L'art moderne, une fois encore, fera comprendre de quoi il s'agit exactement. Lorsque, dans les premières années du xx e  siècle, le public et la critique reprochent aux peintres cubistes de « déformer » et que M. Jules-Louis Breton va même jusqu'à alerter le Parlement, les cubistes rétorquent que tous leurs efforts visent, au contraire, à « form […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-aspects-culturels-l-objet-culturel/#i_8695

CONCRET ART

  • Écrit par 
  • Arnauld PIERRE
  •  • 2 729 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Morellet et l'art systématique »  : […] En France, la relève de l'art concret a été assurée très tôt par François Morellet (1926-2016). Autodidacte, il découvre l'œuvre de Bill en 1951 et imagine aussitôt ses premiers systèmes régissant à la fois l'organisation de la couleur et l'occupation tabulaire de la surface par de petites unités formelles identiques . L'objectif de réaliser un tableau comprenant le minimum de décisions subjecti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-concret/#i_8695

INFORMEL ART

  • Écrit par 
  • Hubert DAMISCH
  •  • 3 500 mots

Dans le chapitre « L'œuvre « ouverte » et sa clôture »  : […] La fortune paradoxale de la peinture d'un Jackson Pollock, laquelle apparaît rétrospectivement, au même titre que celle d'un Barnett Newman ou d'un Mark Rothko, comme l'une des productions exemplaires d'un art voué toujours davantage à un travail d'inspiration formaliste sur les éléments constitutifs de la peinture : couleur, surface, cadre, format, etc., ce paradoxe conduit à dénoncer comme hâtiv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-informel/#i_8695

OPTIQUE ET CINÉTIQUE ART

  • Écrit par 
  • Arnauld PIERRE
  •  • 4 641 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « « Le Mouvement » »  : […] Placée sous l'autorité de deux précurseurs, Marcel Duchamp et Alexander Calder, une exposition qui se tient à la galerie Denise René à Paris en avril 1955 réunit, sous l'étiquette Le Mouvement , des œuvres de Victor Vasarely, Robert Jacobsen, Jean Tinguely, Jesús Rafael Soto, Pol Bury et Yaacov Agam : c'est le coup d'envoi de l'art cinétique. Publié à cette occasion, le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-optique-et-cinetique/#i_8695

RENÉ DENISE (1913-2012)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 356 mots

Galeriste d'art, Denise René a fait connaître Victor Vasarely et soutenu de nombreux artistes pionniers de l'abstraction géométrique et de l'art cinétique. Denise Bleibtreu, née en 1913 à Paris, est la fille d'un soyeux lyonnais qui l'installe en 1939 avec sa sœur Renée-Lucienne dans un atelier de mode, rue La Boétie. En 1944, elle transforme l'atelier en galerie d'art et l'inaugure avec des dess […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/denise-rene/#i_8695

Pour citer l’article

Christophe DOMINO, « VASARELY VICTOR - (1908-1997) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/victor-vasarely/