FELSENSTEIN WALTER (1901-1975)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le répertoire de la Komische Oper

Le metteur en scène est parvenu à maturité en 1947 et le répertoire de la Komische Oper est révélateur de ses goûts véritables. À l'évidence, Felsenstein préfère laisser à ses collaborateurs le soin de monter des ouvrages contemporains, même s'il met en scène Die Kluge de Carl Orff (1948), et L'Amour des trois oranges de Prokofiev (1968). Pour sa part, il s'attache plus volontiers à Offenbach (Orphée aux enfers, 1948 ; La Vie parisienne, 1951 ; Les Contes d'Hoffmann, 1958 ; Barbe-Bleue, 1963), à Mozart (Les Noces de Figaro, 1950 ; La Flûte enchantée, 1954 ; Don Giovanni, 1966), à Verdi (Falstaff, 1952 ; La Traviata, 1960 ; Rigoletto, 1962, invité par Rolf Liebermann à Hambourg), à Bizet (Carmen, 1949 ; 1969, avec les interprètes du théâtre Nemirovitch-Dantchenko à Moscou, reprise en 1972 à Berlin). Quelques opérettes de Johann Strauss, des comédies comme Le Barbier de Séville de Giovanni Paisiello (1954) et des ouvrages à caractère populaire, comme La Fiancée vendue de Smetana (1956), La Petite Renarde rusée de Janáček (1956), Le Violon sur le toit de Jerry Bock (1971), Háry János de Kodály (1973), sont représentatifs d'un répertoire d'opéra-comique. Pendant ces vingt-huit ans, il ne cherche jamais à affronter la dramaturgie wagnérienne que Wieland Wagner renouvelle à la même époque à Bayreuth. Par ailleurs, il poursuit ses mises en scène du théâtre romantique allemand sur les scènes du Burgtheater de Vienne et du Staatstheater de Munich jusqu'en 1974.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

  • : professeur certifié de lettres modernes, D.E.A. d'études théâtrales, correspondante de la revue Opéra International

Classification


Autres références

«  FELSENSTEIN WALTER (1901-1975)  » est également traité dans :

FRIEDRICH GÖTZ (1930-2000)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 840 mots

Tout en menant une importante carrière de metteur en scène marquée notamment par la « production du centenaire » de Parsifal au festival de Bayreuth en 1982, Götz Friedrich a fait de la Deutsche Oper de Berlin, dont il fut l'intendant général de 1981 à sa mort, l'une des principales scènes lyriques allemandes. Né le 4 août 1930 à Naumburg (Saxe-Anhalt), Götz Friedrich étudie le théâtre à l'univer […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gotz-friedrich/#i_94436

KOMISCHE OPER

  • Écrit par 
  • Jacques FOURNIER
  •  • 255 mots

De création bien plus récente que les deux autres théâtres lyriques de Berlin – la Staatsoper et la Deutsche Oper –, la Komische Oper se trouvait, comme la Staatsoper, à Berlin-Est du temps de la R.D.A. La Komische Oper, où les œuvres sont exclusivement interprétées en allemand, fut inaugurée en 1947 par Walter Felsenstein, qui en assura la direction jusqu'à sa mort, en 1975. Créateur du concept […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/komische-oper/#i_94436

SCÉNOGRAPHIE LYRIQUE

  • Écrit par 
  • Alain PERROUX, 
  • Alain SATGÉ
  •  • 7 224 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Le renouveau de l'après-guerre : approches dialectiques, approches idéalistes »  : […] Pour rendre compte du renouveau du spectacle d'opéra dans les années 1950, on invoque souvent pêle-mêle le rôle de metteurs en scène spécialisés dans le théâtre lyrique, comme Wieland Wagner ou Walter Felsenstein, d'hommes de théâtre ou de cinéma, comme Giorgio Strehler ou Luchino Visconti, ou encore de l'exceptionnelle chanteuse-actrice que fut Maria Callas . Ces divers phénomènes ont pourtant de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/scenographie-lyrique/#i_94436

Pour citer l’article

Claude VAUGIER, « FELSENSTEIN WALTER - (1901-1975) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/walter-felsenstein/