FELSENSTEIN WALTER (1901-1975)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Travail sur l'œuvre : traduction, adaptation, dramaturgie

En accord avec le musicologue, le metteur en scène, d'abord dramaturge, sonde la « pré-histoire » de l'argument. La partition musicale est le livre de régie par excellence, la cohérence du texte le fondement du jeu théâtral. L'abandon de la langue originale en faveur de la traduction participe de cette même logique : comprendre, être compris. Felsenstein traduira de nombreux livrets, entre autres ceux de La Traviata, de Rigoletto, d'Othello. Quand il s'agit d'ouvrages inachevés, la traduction se double d'un travail d'adaptation qui peut durer des années ; c'est le cas pour Carmen (traduction des dialogues en 1932, et de la totalité en 1949), pour Les Contes d'Hoffmann (1958, pour lesquels il effectue pendant quatre ans des recherches en collaboration avec le musicologue Fritz Oeser) et pour Barbe-Bleue (1963), d'Offenbach. Perfectionniste, il rejette dans son entier la traduction de La Petite Renarde rusée (1956) effectuée par Max Brod et pourtant agréée par Janáček, et utilise sa propre traduction ; il obtiendra même de Britten la suppression d'une phrase musicale du Songe d'une nuit d'été (1961), dont il pensait qu'elle nuisait à la cohérence d'une scène, celle des artisans. Il intègre des « Untertexte » dans ses versions, des didascalies de son cru qui deviennent lors des répétitions le point d'ancrage de son travail au nom d'une prétendue fidélité à l'œuvre...

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : professeur certifié de lettres modernes, D.E.A. d'études théâtrales, correspondante de la revue Opéra International

Classification

Autres références

«  FELSENSTEIN WALTER (1901-1975)  » est également traité dans :

FRIEDRICH GÖTZ (1930-2000)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 840 mots

Tout en menant une importante carrière de metteur en scène marquée notamment par la « production du centenaire » de Parsifal au festival de Bayreuth en 1982, Götz Friedrich a fait de la Deutsche Oper de Berlin, dont il fut l'intendant général de 1981 à sa mort, l'une des principales scènes lyriques allemandes. Né le 4 août 1930 à Naumburg (Saxe-Anhalt), Götz Friedrich étudie le théâtre à l'univer […] Lire la suite

KOMISCHE OPER

  • Écrit par 
  • Jacques FOURNIER
  •  • 255 mots

De création bien plus récente que les deux autres théâtres lyriques de Berlin – la Staatsoper et la Deutsche Oper –, la Komische Oper se trouvait, comme la Staatsoper, à Berlin-Est du temps de la R.D.A. La Komische Oper, où les œuvres sont exclusivement interprétées en allemand, fut inaugurée en 1947 par Walter Felsenstein, qui en assura la direction jusqu'à sa mort, en 1975. Créateur du concept […] Lire la suite

SCÉNOGRAPHIE LYRIQUE

  • Écrit par 
  • Alain PERROUX, 
  • Alain SATGÉ
  •  • 7 228 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Le renouveau de l'après-guerre : approches dialectiques, approches idéalistes »  : […] Pour rendre compte du renouveau du spectacle d'opéra dans les années 1950, on invoque souvent pêle-mêle le rôle de metteurs en scène spécialisés dans le théâtre lyrique, comme Wieland Wagner ou Walter Felsenstein, d'hommes de théâtre ou de cinéma, comme Giorgio Strehler ou Luchino Visconti, ou encore de l'exceptionnelle chanteuse-actrice que fut Maria Callas . Ces divers phénomènes ont pourtant de […] Lire la suite

Pour citer l’article

Claude VAUGIER, « FELSENSTEIN WALTER - (1901-1975) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/walter-felsenstein/