FRIEDRICH GÖTZ (1930-2000)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Tout en menant une importante carrière de metteur en scène marquée notamment par la « production du centenaire » de Parsifal au festival de Bayreuth en 1982, Götz Friedrich a fait de la Deutsche Oper de Berlin, dont il fut l'intendant général de 1981 à sa mort, l'une des principales scènes lyriques allemandes.

Né le 4 août 1930 à Naumburg (Saxe-Anhalt), Götz Friedrich étudie le théâtre à l'université de Weimar et devient en 1953 assistant de Walter Felsenstein à la Komische Oper de Berlin-Est que celui-ci dirige. Il signe sa première mise en scène à Weimar en 1958 (Così fan tutte de Mozart) et est engagé l'année suivante à la Komische Oper, où il est premier metteur en scène entre 1968 et 1972. Dès lors, il signe environ cinq nouvelles mises en scènes par an, d'abord dans les deux Allemagnes puis à l'échelon international. Il se forge une réputation de metteur en scène exigeant, réclamant de longues périodes de répétition et capable de retarder la première d'un spectacle qu'il ne juge pas suffisamment prêt. Pendant quelque temps, il est professeur à l'Académie Hanns-Eisler de Berlin-Est mais, en 1972, il choisit de passer à l'Ouest. Il fait alors ses débuts au festival de Hollande avec Falstaff de Verdi et au festival de Bayreuth avec Tannhäuser ; il reviendra à Bayreuth en 1979 pour Lohengrin et en 1982 pour Parsifal. En 1973, il monte Moses und Aron d'Arnold Schönberg à l'Opéra de Vienne, production qui est reprise en 1975 à la Scala de Milan. En 1974, il est invité au Covent Garden de Londres, où il propose une vision spectaculaire de la Tétralogie, transposée dans l'univers de la société industrielle moderne. De 1973 à 1980, il est premier metteur en scène à l'Opéra de Hambourg tout en occupant des fonctions analogues à Covent Garden (de 1976 à 1981). En 1981, il est nommé intendan [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : chef d'orchestre, musicologue, producteur à Radio-France

Classification


Autres références

«  FRIEDRICH GÖTZ (1930-2000)  » est également traité dans :

SCÉNOGRAPHIE LYRIQUE

  • Écrit par 
  • Alain PERROUX, 
  • Alain SATGÉ
  •  • 7 224 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « L'explosion des années 1970 »  : […] Retrouver un spectacle intact, soixante-huit ans après sa création : ce rêve d'un archéologue du théâtre pouvait se réaliser en 1970, au terme de l'histoire des représentations de Pelléas et Mélisande à l'Opéra-Comique. Ni la peinture hallucinée de Valentine Hugo, d'inspiration onirique et fantastique (1947), ni les volumes géométriques d'André Boll, directement inspirés d'A […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/scenographie-lyrique/#i_27741

Pour citer l’article

Alain PÂRIS, « FRIEDRICH GÖTZ - (1930-2000) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gotz-friedrich/