VIVANT (notions de base)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le vivant « veut »

Chez quelques-uns des philosophes majeurs du xixe siècle, ce que Rémy Chauvin nomme « orientation » a pris le nom de « Volonté ». Telle fut la thèse révolutionnaire développée par Arthur Schopenhauer (1788-1860) dans Le Monde comme volonté et comme représentation (1819-1859). « Nous savons en effet que l’animal veut, nous savons même ce qu’il veut, l’être et le bien-être, la vie et la persistance dans l’espèce ; et comme les objets de cette volonté sont identiques à ceux de la nôtre, nous n’hésitons pas à attribuer à l’animal toutes les affections de la volonté que nous observons en nous-mêmes. » Et cette volonté dans chaque individu vivant est l’émanation d’une Volonté universelle qui s’exprime à travers les espèces, « elle seule est immobile et indestructible ». La métaphysique schopenhauerienne pense découvrir dans la Volonté cette « chose en soi » qu’Emmanuel Kant supposait définitivement inaccessible. La Volonté est l'essence cachée de la nature. Le monde est Volonté, et les espèces vivantes sont des effets de ce Vouloir éternel qui s’exprime à travers tous les individus.

Mais la métaphysique de Schopenhauer ne peut qu’être tragique dans la mesure où les individus ne sont rien d’autre que des moyens au service de l’espèce. Dès lors, la vie n’est plus qu’« un combat contre la mort avec la certitude d’être vaincu ». C’est contre ce pessimisme tragique que Nietzsche, héritier et dans un premier temps disciple de Schopenhauer, élabore sa philosophie. L’auteur d’Ainsi parlait Zarathoustra (1883-1885) entend donner une dimension joyeuse aux combats de l’individu. Pour lui, la vie est une force ascensionnelle présente en chacun, mais que seuls certains membres de l’espèce, les individus créateurs, sont capables de déployer pleinement. Ceux-là, en se réconciliant avec le passé, parviennent à réveiller en eux la volonté de puissance inscrite au cœur de la vie. Eux seuls sont aptes à suivre les leçons du prophète Zarathoustra qui les exhorte en ces termes : « Vouloir libère ; car vouloir, c’est créer, voilà ce que j’enseigne ; et c’est seulement pour créer que vous devez apprendre » (Ainsi parlait Zarathoustra, troisième partie, « D’anciennes et de nouvelles tables »).

Le projet cartésien de maîtrise de la nature, quand il s’aventure aujourd’hui sur le chemin des manipulations biologiques, peut nous conduire à la catastrophe. Cependant, poser des limites aux manipulations du vivant ne saurait suffire. Il s’agit moins de fixer des limites vraisemblablement utopiques aux biotechnologies que de « sacraliser » le vivant et son corps dans un contexte non religieux : tel est peut-être le plus grand défi du xxie siècle.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : professeur agrégé de l'Université, docteur d'État ès lettres, professeur de khâgne

Classification

Les derniers événements

5 novembre 2018 France – Syrie. Délivrance de mandats d'arrêt contre trois responsables des services de renseignement syriens.

L’information judiciaire était également motivée par la plainte d’un Franco-Syrien vivant en France, dont deux proches ont disparu en Syrie en novembre 2013. […] Lire la suite

17-24 janvier 2017 Royaume-Uni. Annonce d'un Brexit « radical ».

Le 17, la Première ministre Theresa May confirme, dans un discours radical sur la sortie du royaume de l’Union européenne (UE), sa volonté de « sortir du marché unique », tout en exigeant « l’accès le plus large possible [à ce marché] sur une base de réciprocité ». Elle réaffirme sa volonté de reprendre le « contrôle » de l’immigration européenne en reconnaissant toutefois la nécessité pour son pays d’accueillir une main-d’œuvre étrangère. […] Lire la suite

2-3 octobre 2006 Géorgie – Russie. Regain de tension

Deux autres officiers russes également accusés d'espionnage, qui s'étaient réfugiés dans une base russe du pays, sont expulsés. Après une dénonciation par le président russe Vladimir Poutine du « terrorisme d'État » de la Géorgie de ses « sponsors étrangers » – allusion aux États-Unis –, Moscou décide de suspendre toutes les communications avec Tbilissi. […] Lire la suite

8-9 février 2005 États-Unis – Europe. Visite de la secrétaire d'État Condoleezza Rice en Europe

Fondé sur des menaces communes comme « le terrorisme, la prolifération d'armes de destruction massive, les conflits régionaux, les États défaillants et le crime organisé », ce partenariat repose également sur des « projets communs » – « encourager le pluralisme politique, l'ouverture économique et le développement d'une société civile au moyen de l'initiative [américaine] pour le Grand Moyen-Orient », faire « progresser la démocratie en Afghanistan et en Irak », résoudre le conflit israélo-palestinien sur la base du « principe de deux États vivant côte à côte », et aider le Liban à recouvrer sa « pleine souveraineté ». […] Lire la suite

Pour citer l’article

Philippe GRANAROLO, « VIVANT (notions de base) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/vivant-notions-de-base/