VIVANT (notions de base)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Réaffirmer la finalité du vivant

Dès le xviiie siècle, des arguments majeurs sont opposés au strict mécanisme cartésien. Réfutant Descartes, Emmanuel Kant (1724-1804) refuse que le corps vivant soit comparé à une horloge. Sans doute seule la logique mécaniste garantit-elle une connaissance objective des êtres vivants. Mais il n’en demeure pas moins qu’un corps vivant est doté de capacités dont le mécanisme ne peut rendre compte : autoconstruction, autoconservation, autoréparation. Autoconstruction, c’est-à-dire capacité de se construire soi-même, sans avoir besoin d’un « ouvrier » qui soit extérieur à ce corps pour agencer les pièces qui le constitueront. Autoconservation, c’est-à-dire capacité de se reproduire, de produire un être semblable à soi-même. Autoréparation, c’est-à-dire capacité de se réparer soi-même, grâce à une relation « formatrice » qui lie les parties au tout de manière organique et qui est absolument spécifique du vivant. Kant range ces capacités du vivant sous l’étiquette de la « téléologie ». Le « jugement téléologique » met précisément en œuvre ce principe. Il n’explique pas le vivant, mais il est la condition de possibilité d’une explication mécaniste, le préalable nécessaire à un discours objectif sur la vie.

Les avancées considérables de notre savoir biologique ont-elles rendu caduque la notion kantienne de téléologie ? Certains l’ont imprudemment affirmé. Il faut souligner cependant qu’un généticien tel que Jacques Monod (1910-1976), rigoureusement matérialiste et farouchement attaché à pourfendre tous les finalismes, a dû reprendre à son compte la notion de téléologie pour en faire ce qu’il a qualifié de « téléonomie ». Dans Le Hasard et la nécessité (1970), ouvrage écrit au lendemain de la réception en 1965 du prix Nobel de physiologie ou médecine qu’il partage avec François Jacob et André Lwoff (récompense que leur valurent leurs découvertes dans le domaine de la génétique), Jacques Monod prend l’exemple de l’œil. Si nous méconnaissons que l’œil est « fait » pour capter des images, il nous demeure strictement incompréhensible. « Il serait arbitraire et stérile de vouloir nier que l’organe naturel, l’œil, ne représente pas l’aboutissement d’un projet (celui de capter les images). »

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : professeur agrégé de l'Université, docteur d'État ès lettres, professeur de khâgne

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

5 novembre 2018 France – Syrie. Délivrance de mandats d'arrêt contre trois responsables des services de renseignement syriens.

L’information judiciaire était également motivée par la plainte d’un Franco-Syrien vivant en France, dont deux proches ont disparu en Syrie en novembre 2013. […] Lire la suite

17-24 janvier 2017 Royaume-Uni. Annonce d'un Brexit « radical ».

Le 17, la Première ministre Theresa May confirme, dans un discours radical sur la sortie du royaume de l’Union européenne (UE), sa volonté de « sortir du marché unique », tout en exigeant « l’accès le plus large possible [à ce marché] sur une base de réciprocité ». Elle réaffirme sa volonté de reprendre le « contrôle » de l’immigration européenne en reconnaissant toutefois la nécessité pour son pays d’accueillir une main-d’œuvre étrangère. […] Lire la suite

2-3 octobre 2006 Géorgie – Russie. Regain de tension

Deux autres officiers russes également accusés d'espionnage, qui s'étaient réfugiés dans une base russe du pays, sont expulsés. Après une dénonciation par le président russe Vladimir Poutine du « terrorisme d'État » de la Géorgie de ses « sponsors étrangers » – allusion aux États-Unis –, Moscou décide de suspendre toutes les communications avec Tbilissi. […] Lire la suite

8-9 février 2005 États-Unis – Europe. Visite de la secrétaire d'État Condoleezza Rice en Europe

Fondé sur des menaces communes comme « le terrorisme, la prolifération d'armes de destruction massive, les conflits régionaux, les États défaillants et le crime organisé », ce partenariat repose également sur des « projets communs » – « encourager le pluralisme politique, l'ouverture économique et le développement d'une société civile au moyen de l'initiative [américaine] pour le Grand Moyen-Orient », faire « progresser la démocratie en Afghanistan et en Irak », résoudre le conflit israélo-palestinien sur la base du « principe de deux États vivant côte à côte », et aider le Liban à recouvrer sa « pleine souveraineté ». […] Lire la suite

Pour citer l’article

Philippe GRANAROLO, « VIVANT (notions de base) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/vivant-notions-de-base/